Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Boulègue Jean, 2013, Les royaumes wolof dans l’espace sénégambien (XIIIe- XVIIIe siècle)

Paris, Karthala
Christian Dupuy
p. 302-304
Référence(s) :

Boulègue Jean, 2013, Les royaumes wolof dans l’espace sénégambien (XIIIe- XVIIIe siècle), Paris, Karthala, 503 p.

Texte intégral

  • 1 Décédé soudainement en 2011, Jean Boulègue n’a pas vu paraître son livre que l’on peut qualifier, d (...)

1Une hégémonie politique, appelée par Jean Boulègue1 « Grand Jolof », s’est constituée sous la dynastie des Njaay, deux siècles avant l’accostage des premières caravelles portugaises sur la façade atlantique. Son territoire s’étendait de la basse vallée du Sénégal jusqu’à la plaine nord occidentale de la Gambie. L’époque d’avènement de cet État peut être cernée avec une précision convenable grâce aux listes généalogiques rapportées par les historiens de cour livrant les noms des souverains s’étant succédé à la tête des royaumes sénégambiens, parmi lesquels certains se retrouvent cités dans des textes européens bien datés, rédigés entre la seconde moitié du XVe et la fin du XVIIe siècle. Fort de ces repères chronologiques et estimant à 30 ans la durée moyenne d’une génération, l’auteur parvient à remonter le cours du temps, règne après règne, jusqu’au souverain Njajaan Njaay, à l’origine du « Grand Jolof » dans le courant du XIIIe siècle. Les récits de fondation des entités politiques placées dans sa mouvance, les textes arabes relatifs à l’« Empire » voisin du Mali contemporain de ses débuts et certaines données tirées de textes européens plus tardifs, lui permettent aussi d’appréhender l’organisation de cet État qui participait aux échanges transsahariens et dont les rois pratiquaient l’Islam. Sa dislocation intervient dans le courant du XVIe siècle par suite du développement du commerce atlantique qui a favorisé l’enrichissement des souverains locaux et, par-là, le renforcement de leur potentiel militaire et de leur autonomie.

2L’enquête historique se poursuit sur ces royautés issues du morcellement du « Grand Jolof ». Dès lors, la documentation sollicitée comprend, en plus des récits des traditionnistes (« griots » dans l’usage français), les textes européens rédigés par des voyageurs, des compilateurs et géographes, des administrateurs, des représentants des cours royales, puis, à partir du XVIIe siècle, les archives des compagnies de commerce néerlandaises, françaises et anglaises établies à Saint- Louis et Gorée. De nombreux passages extraits de ces sources sont reproduits et commentés, et des rapprochements sont opérés avec les traditions orales. Il nous est ainsi donné de suivre, durant trois siècles, sur la base de multiples recoupements, les évolutions conjointes du tissu économique, des termes du commerce international atlantique et transsaharien, du cours des marchandises, des structures sociales, du pouvoir politique, du fonctionnement des États, du poids de l’Islam. Au regard de l’abondance des informations fournies et de la densité des démonstrations associées, on pouvait craindre de perdre, à un moment ou à un autre, le fil de l’histoire. Or cela ne se produit pas, grâce à une écriture claire et précise et aux multiples résumés et rappels qui émaillent un texte conçu par son auteur pour aider à l’acquisition progressive des connaissances. De fait, l’intérêt que l’on porte à l’enquête reste intact de l’introduction jusqu’à la conclusion.

3Les informations contenues dans ce livre, toutes restituées dans leur contexte historique, pourraient être exploitées de différentes manières, à savoir par époque, par royaume, ou bien par thème Prenons l’exemple du commerce esclavagiste. Vers le milieu du XVe siècle, au début de la traite négrière, les Portugais obtenaient 10 à 12 esclaves pour un cheval (p. 85). À la fin du XVe siècle, la Sénégambie pouvait livrer aux Portugais jusqu’à 3 500 esclaves par an (p. 132). Aucun chiffre n’est disponible pour le début du XVIe siècle, au moment où la traite à destination de l’Amérique se développe. À la fin du XVIe siècle, 6 à 7 esclaves sont vendus pour un cheval (p. 134). La barre de fer européenne, officiellement interdite d’importation jusque-là, est alors adoptée localement comme monnaie. Au début du XVIIe siècle, 800 à 1 800 barres sont consacrées à la traite contre 20 000 à 25 000 barres pour le commerce du cuir et des peaux non tannées (p. 207-208). Dans les années 1664-1675, un esclave valait de 8 à 18 barres de fer : 150 esclaves tout au plus étaient vendus chaque année. La demande en esclaves s’accroît rapidement à la fin du XVIIe siècle avec la mise en valeur de l’Amérique tropicale tandis que se réduit l’intérêt porté par les Européens aux autres produits locaux : cuirs, ivoire, cire (p. 311). À partir de cette époque, les armes à feu – mousquets, puis fusils à pierre – acquièrent à leur tour, après les chevaux et les barres de fer, une valeur importante (p. 329 et p. 335). Vers le milieu du XVIIIe siècle, un esclave vaut 4 fusils ou 30 barres de fer (p. 394). En 1772, un esclave est échangé contre 30 à 70 barres. En 1777, le cours du marché passe à 130 barres (p. 396). À la fin du XVIIIe siècle, la Sénégambie fournit 7.000 à 8.000 captifs par an contre des fusils (p. 403). Ces quelques données suscitent de nombreuses réflexions : réflexion sur l’impact de l’élevage du cheval en milieux sahélien et soudanien – cet équidé exigeant en nourriture et sensible aux maladies parasitaires subtropicales (trypanosomiase en particulier), demande des soins réguliers –, réflexions sur la restructuration des centres de production sidérurgiques, sur la place des fondeurs et des forgerons dans la société sénégambienne et sur la réorganisation des réseaux de distribution du fer ouest africain par suite de l’introduction massive du fer européen. L’économie presque exclusivement tournée vers la traite négrière au cours du XVIIIe siècle a eu, elle aussi, de nombreuses conséquences dont Boulègue mesure les multiples effets et que l’on peut résumer ainsi. En plus de la perte importante en nombre d’hommes valides pour cultiver, cette dernière ruine la société agropastorale locale, notamment le commerce des cuirs : dans les années 1660-1670, près de 130.000 peaux étaient produites par an sur la petite côte et à Saint Louis pour satisfaire à la demande européenne ; entre juin 1738 et mai 1740, 1 137 cuirs étaient encore exportés ; en 1786 et 1787, le marché s’effondre, 70 et 580 peaux seulement sont vendus (p. 358 et 379). Le déclin touche également le commerce du coton, de l’ivoire et de la cire. La traite atlantique renforce les moyens militaires des États. Les forces armées qui comptaient de 400 à 1 000 chevaux par royaume au XVIIe siècle, intègrent 2 000 fantassins et 2 000 cavaliers vers 1720 et deux fois plus 50 ans plus tard. L’ensemble Kajoor-Bawol compte alors 8 000 guerriers (p. 403). L’Islam est un recours contre les pouvoirs en place. À la fin du XVIIIe siècle, une aristocratie religieuse porteuse d’un projet politique se pose comme rivale de l’aristocratie guerrière responsable des exactions.

4Les résultats enregistrés par Boulègue dans le domaine du commerce esclavagiste à l’instar des autres thèmes développés dans son ouvrage, comparés à ceux qui seront obtenus à l’avenir dans des régions voisines, contribueront à faire avancer sur des bases solides la connaissance du passé précolonial de l’Afrique de l’Ouest. La bibliothèque africaniste se trouve enrichie d’un livre d’histoire fondateur de très grande valeur.

Haut de page

Notes

1 Décédé soudainement en 2011, Jean Boulègue n’a pas vu paraître son livre que l’on peut qualifier, de ce fait, de « posthume ». Se reporter à la nécrologie que Monique Chastanet con- sacre à l’auteur dans le Journal des Africanistes, 2011, tome 81, fascicule 1, p. 166-170.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Dupuy, « Boulègue Jean, 2013, Les royaumes wolof dans l’espace sénégambien (XIIIe- XVIIIe siècle) », Journal des africanistes, 84-2 | 2014, 302-304.

Référence électronique

Christian Dupuy, « Boulègue Jean, 2013, Les royaumes wolof dans l’espace sénégambien (XIIIe- XVIIIe siècle) », Journal des africanistes [En ligne], 84-2 | 2014, mis en ligne le 14 janvier 2016, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4033

Haut de page

Auteur

Christian Dupuy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org