Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Boissevain Katia, Denieuil Pierre-Noël, (dir.), 2010, Socio-anthropologie de l’image au Maghreb. Nouveaux usages touristiques de la culture religieuse [K. Boissevain dir.] Audiovisuel et création cinématographique [P.-N. Denieuil dir.]

Paris, L’Harmattan-IRMC (« Maghreb et sciences sociales 2009-2010 »)
Catherine Vaudour
p. 299-302
Référence(s) :

BoissevAin Katia, Denieuil Pierre-Noël, (dir.), 2010, Socio-anthropologie de l’image au Maghreb. Nouveaux usages touristiques de la culture religieuse [K. Boissevain dir.], Paris, L’Harmattan-IRMC (« Maghreb et sciences sociales 2009-2010 »), 336 p.

Socio-anthropologie de l’image au Maghreb. Audiovisuel et création cinématographique [P.-N. Denieuil dir.], Paris, L’Harmattan-IRMC (« Maghreb et sciences sociales 2009-2010 »), 336 p.

Texte intégral

1Comme l’indiquent les sous-titres, cet ouvrage collectif comprend deux parties partageant une thématique transversale basée sur les « mémoire et représentation du patrimoine, image et communication sociale » (Denieuil, éditorial : p. 9). Dans l’introduction de la première partie, « Attraction touristique et religion au Maghreb. Quand la dimension religieuse devient “bonne à montrer” », Katia Boissevain en expose les enjeux, soulignant que « la situation touristique nous permet de reposer la question de l’imbrication du sacré et du profane, du pèlerin par rapport au touriste, du rituel par rapport au spectacle » (p. 20). Cette problématique est abordée sous deux angles, l’un présentant des articles sur les « nouveaux circuits touristiques » et l’autre sur le thème de « la culture religieuse. Une tension entre l’intime et le patrimoine ».

2Les nouveaux circuits touristiques au Maghreb répondent à un intérêt croissant pour les voyages religieux et les pèlerinages. Pour satisfaire ces demandes, les pays déploient des stratégies de développement et de communication car la « mise en tourisme » du religieux requiert une mise en scène. Dans son article « De mon âme à ton âme ». Le festival de Fès des musiques sacrées du monde et ses discours » (pp. 27-52), Justin Mc Guiness analyse les documents (presse écrite, publications, internet et entretiens) de sources diverses (officielle, politico-culturelle, universitaire et critique-satirique) sur ce festival créé en 1994 et la ville de Fès. L’analyse de ces discours révèle que la dimension sacrée du Festival de Fès est absente de la presse marocaine ce qui conduit à s’interroger : « où le visiteur étranger peut-il s’adresser pour ressentir la dimension spirituelle de cette manifestation ? » (p. 46). Cette dimension apparaît dans le discours très minoritaire d’une « écriture de voyage » que l’auteur qualifie de « mystique globalisant ».

3Le désert est un lieu de prédilection pour une retraite spirituelle, mystique. Dans le Sud de l’Algérie, le tourisme religieux s’est développé autour de la personnalité du père Charles de Foucauld, béatifié en 2005. Nadia Belalimat retrace l’essor de ce tourisme dans « Marcher sur les traces de Charles de Foucauld. Les nouvelles formes du tourisme religieux dans le Hoggar algérien » (pp. 53-74). La fondation de la fraternité des Petits frères de Jésus en 1955 sur le plateau de l’Assekrem a participé à la « redécouverte de la singularité et la beauté du lieu ». L’auteur souligne que « l’activité pèlerine et l’apparition du tourisme religieux à l’Assekrem sont indissociables du développement du tourisme saharien » (p. 56). Les agences de voyage proposent des séjours intégrant des plages pour la méditation, la retraite spirituelle, la rencontre avec les Petits frères de Jésus et la population touarègue. Les entretiens recueillis par l’auteur témoignent de frustrations de touristes regrettant que l’emploi du temps établi par les agences laisse peu de temps pour prier ou méditer sur le plateau. L’auteur souligne également le paradoxe suivant : si le silence du désert est propice à la méditation et à la retraite spirituelle, ces pratiques se déroulent le plus souvent au sein de groupes de touristes en surnombre. Mais comment se préserver d’un « tourisme de masse » tout en favorisant le développement d’un tourisme du désert, culturel et écotouriste ? Telle est la volonté politique de la République islamique de Mauritanie que présente Pierre Bonte dans « La Sorbonne du désert. La production de l’authenticité culturelle dans le cadre du tourisme saharien » (pp. 89-102). Bonte évoque le rôle des bibliothèques, en particulier celles du qsar de Chinguetti, et s’interroge sur le « croisement entre les images locales des bibliothèques et celles que produit le marketing touristique à l’intention de leurs “clients” » (p. 98).

4Dans la partie intitulée « La culture religieuse. Une tension entre l’intime et le patrimoine », Sylvaine Conord nous relate toutes les étapes des préparatifs effectués par les femmes juives d’origine tunisienne du quartier de Belleville jusqu’à leur pèlerinage à la synagogue de La Ghriba à Djerba, (« Le pèlerinage Lag ba Omer à Djerba (Tunisie). Une forme de migration touristique », pp. 105-116). Le choix de leurs compagnes de voyage tout comme celui de leur voyagiste ne sont pas anodins ou laissés au hasard et l’auteur souligne que, dans ce type de voyage, « le religieux et le ludique sont étroitement liés » (p. 106). La question de la relation au sacré et au profane est également soulevée dans l’article de Katia Boissevain : « Le rituel stambâli en Tunisie. De la pratique dévotionnelle au spectacle commercial » (pp. 127-142). L’auteur précise que « le terme arabe stambâli désigne à la fois une confrérie religieuse noire formée de descendants d’esclaves et le rituel religieux qu’ils accomplissent régulièrement et qui a pour but de mener les participants vers une transe de possession salutaire » (p. 127). Le rituel stambâli s’opère dans le cadre d’une cérémonie privée, domestique à but thérapeutique ou dans celui d’un festival, spectacle. Selon le contexte de ce rituel, religieux ou touristique, l’auteur observe des différences notables. En effet, lors d’un rituel dans le cadre “intime”, l’assemblée présente participe, chante, entre en transe ; « la baraka, ce fluide bénéfique circule », le sacrifice d’un animal et l’usage de l’encens y jouent un rôle essentiel. Les négociations et les rémunérations diffèrent également : l’argent, gagné plus vite dans le cadre d’un spectacle, est rapidement « claqué ». L’auteur s’interroge sur l’avenir du développement du stambâli évoquant les transformations rituelles liées au tourisme en citant à ce propos l’exemple des Gnawa.

5La deuxième partie de l’ouvrage, consacrée à l’audiovisuel et à la création cinématographique, présente des entretiens avec deux personnalités tunisiennes : Tahar Cheriaa, créateur des Journées cinématographiques de Carthage (JCC), « Des ciné-clubs aux Journées cinématographiques de Carthage. Entretien avec Morgan Corriou » (pp. 163-174) et Tahar Chikhaoui, enseignant et critique de cinéma, « De la cinéphile à l’action culturelle. Entretien avec Kmar Bendana » (pp. 175-184). Abdelmajid Merdaci (« L’audiovisuel algérien. Du combat pour la libération nationale à la “boîte noire” de l’autoritarisme (1954-1992) », pp. 201-209) retrace le rôle et le pouvoir des médias en Algérie. Ainsi, « la radio et la télévision ont été effectivement requises, par les gouvernements successifs, pour prendre une part active à “la stabilisation des institutions”, formule consacrée pour désigner le renforcement des assises du pouvoir dans la société » (p. 206). L’impact de l’image et son utilisation dans la « mise en représentation du politique » sont analysés par Ikbal Zalila à partir des actualités cinématographiques sous la présidence de Bourguiba (1956-1970) dans « Les actualités tunisiennes (1956- 1970). Nouveau régime de visibilité du pouvoir bourguibien » (pp. 237-252). Pour illustrer ses propos, l’auteur présente des images sur les différentes représentations du corps (exposé, magnifié, désincarné, etc.), le dédoublement, la mystification.

6Dans son article « Le Maroc, l’Algérie et la Tunisie des réalisatrices ou la construction du Maghreb dans un contexte postcolonial » (pp. 261-277), Patricia Caillé présente un état des lieux des films réalisés par les femmes et la portée de ces derniers dans leur pays d’origine et la communauté internationale. Le document « Femmes, information et communication. Compte rendu d’un rapport d’études sur les recherches arabes entre 1995 et 2005 » (pp. 293-301) nous apprend entre autres que la femme a généralement été considérée comme un « sujet passif » et que son image présentée dans les médias est plutôt « négative ». Mais ce constat résulte de questionnaires qui ne prennent pas en compte l’opinion des femmes car comme le signale ce rapport « les études arabes ont rarement donné la parole au public, préférant parler en son nom » (p. 295).

7L’ouvrage se conclut sur une recherche en cours de Myriam Achour Kallel : « Pour une étude des terrains linguistiques. Projet de recherche pour une ethnographie de la parole » (pp. 305-320). La diversité des articles présentés dans la première partie apporte une réflexion sur les enjeux du tourisme religieux. La part du religieux ou du rituel qui devient « bonne à montrer » interroge les frontières du sacré et du profane et la notion d’authenticité culturelle. La seconde partie consacrée à l’image donne un état des lieux sur l’audiovisuel au Maghreb, champ encore méconnu, apportant également un éclairage et une réflexion sur le rôle et la place des femmes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Vaudour, « Boissevain Katia, Denieuil Pierre-Noël, (dir.), 2010, Socio-anthropologie de l’image au Maghreb. Nouveaux usages touristiques de la culture religieuse [K. Boissevain dir.] Audiovisuel et création cinématographique [P.-N. Denieuil dir.] », Journal des africanistes, 84-2 | 2014, 299-302.

Référence électronique

Catherine Vaudour, « Boissevain Katia, Denieuil Pierre-Noël, (dir.), 2010, Socio-anthropologie de l’image au Maghreb. Nouveaux usages touristiques de la culture religieuse [K. Boissevain dir.] Audiovisuel et création cinématographique [P.-N. Denieuil dir.] », Journal des africanistes [En ligne], 84-2 | 2014, mis en ligne le 14 janvier 2016, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4029

Haut de page

Auteur

Catherine Vaudour

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org