Navigation – Plan du site
Etudes et recherches

Projets de développement et réactivation des conflits entre les Pygmées Bakola/Bagyeli et leurs voisins Ngumba et Ewondo

Development projects and reactivation of conflicts between Bakola/Bagyeli Pygmies and their neighbours
Ngumba and Ewondo et Bernard Aristide Bitouga
p. 124-136

Résumés

Cet article présente la construction par des ONG des infrastructures sociales pour les Pygmées Bakola/Bagyeli, et s’intéresse à la réactivation des confl qui prévalent entre les Pygmées et leurs voisins Ngumba et Ewondo suite à la mise en œuvre des projets dits de « développement ». À partir d’un travail d’enquête de terrain dans les villages de Ngoyang et de Bidjouka, nous analysons les raisons qui sous-tendent ces confl qui sont survenus au lendemain de la mise en œuvre de ces plans sociaux. Le présent texte retrace les attitudes et les comportements des différents acteurs à travers la logique de leurs représentations sociales qui se révèlent dans les actes quotidiens de l’interaction sociale et qui sont de notre point de vue générateurs de conflit.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article est rédigé à partir de données ethnographiques collectées dans les villages de Bidjouka et de Ngoyang sur une période discontinue de quinze mois (décembre 2009 à mars 2011). Ces données ont servi à la rédaction de mon mémoire de Master 2, sous la direction du Pr. Ngima Mawoung (UYI).

Texte intégral

Je tiens à remercier les populations de Bidjouka et de Ngoyang et particulièrement Gilbert Nzié Ndtoungou, Joseph Nkoro, Sadrack Ngally, Félix Mimboh, Esther Sabouang et tous ceux qui ont bien voulu répondre à nos questions. Merci également au Professeur Godefroy Ngima Mawoung pour son encadrement et ses judicieux conseils, Susanne Fürniss pour sa relecture des différentes moutures de ce texte ainsi que ses observations et commentaires, Luc Pecquet pour son accompagnement sans fins dans cette longue et laborieuse aventure. Nous n’oublions pas Guy Noah Mengue, William Doncheu et Darios Tandzon Mawatouo qui nous ont apporté leur contribution pour la traduction du résumé.

Introduction

  • 1 Les Bakola/Bagyeli sont l’un des trois principaux groupes de Pygmées du Cameroun. Ils sont localisé (...)
  • 2 Relation asymétrique (Robillard 2012 : 139), de clientélisme, de patronage ou de propriété (Ngima 2 (...)

1Les Bakola / Bagyeli1, comme tous les autres peuples Pygmées, entretiennent des relations de réciprocité avec leurs voisins (Ngima 2001). Ces relations se sont construites autour de plusieurs schémas complexes. Les différentes liaisons qui structurent la cohabitation entre les Pygmées et leurs voisins sont d’ordres symbolique, rituel (Terashima 1986 ; Dounias, 1987) et économique (Ngima 1993). Ces relations excluent généralement les relations matrimoniales (Joiris 2003 ; Manga Ndjié 2010), mais nous verrons que ce n’est pas toujours le cas. Au-delà des différents qualificatifs2 qui sont donnés à ces rapports de cohabitation, il ressort qu’ils sont de manière lancinante teintés de conflits (Dounias 1987 ; Bahuchet 1991 ; Bitouga 2011 ; Epelboin 2012).

  • 3 Informations recueillies au cours de l’entretien réalisé avec M L, le 06 février 2011.

2Le passé récent de la cohabitation entre Ngumba et Bagyeli à Bidjouka, d’une part, Ewondo et Bakola à Ngoyang, d’autre part, révèle la permanence des conflits entre ces ethnies. Du vol de nourriture dans les champs des villageois par les Pygmées, en passant par l’exploitation abusive des Bakola/ Bagyeli par les villageois, ainsi que la confiscation et l’appropriation des terres par les Bantu, l’on note que les conflits alimentent leur quotidien. À titre illustratif, nous évoquons le décès d’un Ngyeli en 1996 à Bidjouka des suites de sévices corporels qui lui avaient été infligés par des villageois Ngumba. Celui-ci avait été accusé de vol de régimes de banane-plantain dans un champ3 appartenant à l’un de ces bourreaux. En 2004, à Ngoyang, un acte de sabotage orchestré par les Ewondo au cours d’une soirée festive organisée par les Bakola avait donné lieu à une rixe. Cet affrontement conduisit à l’incarcération d’un leader pygmée dans les locaux de la brigade de gendarmerie de la place.

  • 4 Information recueillie au cours des entretiens menés avec les Ewondo de Ngoyang.

3Pourtant, l’on a observé une certaine accalmie dans les rapports entre ces différentes ethnies. Le descriptif de la cohabitation entre Bakola/ Bagyeli et Bantu fait état de ce que ces peuples échangent réciproquement des biens et services. Les Pygmées prélèvent les produits de la forêt dont ils font le commerce avec les villageois (Ngima 1993), et ils apportent leur concours à la réalisation des travaux domestiques et champêtres chez leurs voisins. En contrepartie, ils jouissent de la protection de leurs « partenaires traditionnels ». D’après Joiris (1992 : 132), il arrivait que « les Pygmées prélèvent ce qu’ils considèrent comme leur “dû” dans les plantations villageoises, ainsi que l’autorisait la tradition ». Force est de constater, de nos jours, que de telles opérations sont interprétées par les Bantu comme du vol. Pour se prémunir contre ces actes qu’ils considèrent comme de la rapine, les Ewondo de Ngoyang se font confectionner des fétiches qu’ils déposent dans leurs champs ou sur leurs troncs de raphia pour porter atteinte à la vie des éventuels « voleurs » Bakola4.

4Le processus de sédentarisation des Pygmées amorcé depuis 1960 par le gouvernement Camerounais a conduit à la mise en œuvre de multiples actions d’insertion sociale. Celles-ci visaient autant que faire se peut à promouvoir l’autonomisation économique, financière et sociale ainsi qu’à faire participer les Pygmées à la construction et à la consolidation de l’État-nation. Depuis bientôt trois décennies, l’action gouvernementale a été progressivement complétée sur le terrain par celle des organisations non gouvernementale (ONG) qui appuient et accompagnent les populations pygmées dans les domaines éducatif, civique, agricole et sanitaire. C’est dans cette optique que les Bakola / Bagyeli de la région côtière ont bénéficié de la construction des infrastructures sociales avec l’appui financier et technique des agences de développement.

5C’est ainsi que les Bagyeli de Bidjouka ont bénéficié en 2008 de la construction de neuf maisons financées par les Fonds de l’« Initiative PPTE » (Pays Pauvres Très Endettés) et construites par la MIPROMALO (Mission de Promotion des Matériaux Locaux). Ceux de Ngoyang se sont vus construire respectivement en 2001 un foyer scolaire pour leurs enfants par le SAILD /APE (Service d’Appui aux Initiatives de Développement Local/Autopromotion des Pygmées dans leur Environnement) et six maisons construites par CBCS (Cameroon Biodiversity Conservation Society) en 2006. Ces initiatives exogènes visaient à promouvoir le « bien-être » et l’ « amélioration des conditions de vie » des Bakola/ Bagyeli. Mais force est de constater que ces interventions sociales n’ont pas reçu un assentiment favorable auprès des Ngumba et des Ewondo. Dès lors, l’on a assisté à une réactivation des conflits qui ont contribué à la détérioration des relations entre Ngumba, Ewondo et Bakola/ Bagyeli.

  • 5 Colin (1985) les nomme : « facteurs de développement » ; il s’agit notamment des facteurs technolog (...)

6Au cœur de cet article se trouve inscrite la problématique du développement. Dans le cadre de cette réflexion, l’analyse qui en est faite porte sur la réalisation, par des ONG, de projets sociaux en milieu rural à l’endroit des Bakola / Bagyeli. En théorie, de telles initiatives visent à promouvoir l’autonomisation ainsi que l’amélioration des conditions de vie des populations bénéficiaires. Toutefois, les conditions d’émergence d’un tel développement dépendent d’une combinaison de plusieurs facteurs5 et d’une implication forte de l’État (pouvoirs publics). C’est ce qui ressort de cette affirmation de Legouté :

Partant de l’idée que le développement implique une politique systématique et cohérente de l’État dans le but de promouvoir le progrès économique et social d’un peuple, il devient clair que le contenu du concept ne saurait en aucun cas, se dissocier des impacts produits par l’intervention des pouvoirs publics dans le processus du développement (Legouté, 2001 : 15-16).

  • 6 CBCS : Cameroon Biodiversity Conservation Society ; FEDEC : Fondation pour l’Environnement et le Dé (...)

7Or, tel semble ne pas être le cas pour de nombreux pays d’Afrique subsaharienne, à l’instar du Cameroun. Le pays a connu les affres de la crise économique des années 80 et peine jusqu’à aujourd’hui à se relever. Cette situation se traduit par un retrait progressif de l’État sur des pans entiers de la vie socio-économique. C’est dans ce contexte que de nouveaux acteurs, les ONG, se positionnent comme des agents au service du développement. Selon Zelao et Meyanga Tongo (2010 : 18), « aujourd’hui, les campements pygmées vivent au rythme des ONG et autres agents de développement qui ont pris d’assaut ces localités désormais abandonnées par les pouvoirs publics ». Parmi ces organismes qui agissent dans les localités de Bidjouka et de Ngoyang, on retrouve : CBCS, FEDEC, FONDAF, GRAD-PRP et RAPID6. En fonction de leurs objectifs, ces organismes de défense des intérêts des Pygmées interviennent dans des domaines tels que l’éducation, l’obtention des actes de naissance et des cartes d’électeur, la santé, l’habitat, la promotion de l’agriculture, ou bien encore l’accès à l’eau potable. Il est devenu rare de trouver un hameau pygmée qui n’ait été visité par une ONG. Ces ONG sont elles-mêmes aux prises avec leurs propres représentations, celles des sociétés dont elles sont issues, leur histoire, leurs partenaires ainsi que leurs sources de financement. Et ce sont autant de facteurs qui ne peuvent être négligés dans l’analyse de leurs actions. Dès lors, mener une réflexion qui porte sur le développement et son incidence sur le jeu et les stratégies des différents acteurs impose une approche holistique. Pour y parvenir, nous construisons notre base discursive sur un double questionnement : les ONG prennent-elles en compte les « situations locales » qui sont inhérentes à l’espace social dans lequel leurs interventions sont mises en œuvre ? ; la problématique du foncier fait-elle partie de leurs préoccupations dans l’optique de garantir une meilleure implication des différents acteurs ?

8Cette recherche vise à décrire et à analyser les causes des différents conflits qui ont émaillé les rapports de cohabitation des Bakola / Bagyeli avec leurs voisins non-pygmées autour de la mise en œuvre des plans sociaux. Analyser les conflits permet de dépasser la façade consensuelle ou la mise en scène en direction de l’extérieur que les acteurs d’une société locale peuvent adopter devant un chercheur. En effet, l’étude des conflits aide à la connaissance des sociétés, elle permet de mettre en lumière leur structure profonde, leurs normes, leurs codes. Pour Olivier de Sardan (2003 : 22), « les conflits sont des indicateurs privilégiés du fonctionnement d’une société locale. Ce sont des indicateurs du changement social, particulièrement pertinents pour une anthropologie du développement. » Le présent article est structuré de la façon suivante. Nous nous intéressons tout d’abord succinctement à la méthodologie et au cadre théorique de cette recherche. Nous clarifions ensuite quelques concepts clés du texte, à savoir : Pygmées, Bantu, conflit. Puis, nous présentons les différentes populations qui sont concernées par notre réflexion, pour nous intéresser alors aux rapports de cohabitation entre les Bakola/ Bagyeli et leurs voisins non-pygmées. Ensuite, nous analysons d’un point de vue contextuel la construction des infrastructures sociales pour les Bakola/ Bagyeli. Enfin, nous menons une discussion qui nous permet de prendre position sur la mise en œuvre des actions de développement en milieu rural.

Fondements de la recherche

9Sur le plan méthodologique, nous nous appuyons sur des entretiens semi-structurés (autorités, leaders communautaires), des groupes de discussion dirigés (Ngumba, Ewondo et Bakola/ Bagyeli), l’observation directe des relations interethniques, la photographie et la revue documentaire. Des entretiens individuels avec les responsables des ONG et les autorités administratives et traditionnelles ont apporté des données complémentaires sur l’historiographie de l’occupation de l’espace par les différents acteurs. Les informations obtenues au cours de nos différents entretiens ont été mises en perspective avec les résultats présentés dans différents travaux (Joiris 1992 ; Ngima 2001 ; Antang 2010 ; Zelao et Meyanga Tongo 2010 ; Robillard et Bahuchet 2012 ; Robillard 2012) décrivant les relations que les Pygmées Baka et Bakola / Bagyeli entretiennent respectivement avec les Bangando, les Kwélé, les Bulu, les Ngumba, les Basa, les Ewondo, les Fang et les Fang Mvé du Gabon.

  • 7 Les principaux hameaux pygmées qui sont rattachés au village Bidjouka sont Bingambilli, Binzambo, M (...)
  • 8 Les principaux hameaux pygmées qui sont rattachés au village Ngoyang sont Matsindi I et II, Mimbiti (...)
  • 9 Les données sociodémographiques contenues dans ce travail sont tirées des résultats du dernier Rece (...)

10La collecte des données s’est faite dans les villages de Bidjouka7 et de Ngoyang8. À Bidjouka, la population est essentiellement composée des Ngumba, des Fang et des Bagyeli. Le village compte une population estimée à 2146 âmes9. À Ngoyang, les Ewondo, les Ngumba et les Bakola sont les différentes communautés qui peuplent la localité. De manière estimative la population s’élève à environ 329 personnes. La collecte des données s’est déroulée de manière itérative sur une période discontinue de quinze mois (décembre 2009-mars 2011).

Fig. 1: Localités couvertes par l’enquête.

Fig. 1: Localités couvertes par l’enquête.

Source : Carte proposée par NGIMA (2001) et modifiée par BITOUGA 2013.

11La théorie du conflit a été privilégiée dans le cadre cette étude. Cette théorie cherche à cataloguer les manières dont ceux qui ont le pouvoir, dans le maintien de son contrôle et de sa gestion travaillent à rester au cœur du système de prise de décisions. Nous avons construit notre cadre théorique autour de deux concepts : « l’acteur » et « l’arène ». Lussault (2009) considère l’acteur comme « pourvu d’une intériorité subjective, d’une intentionnalité, d’une capacité stratégique autonome et d’une compétence énonciative ». Dans le cadre de cet article, les principaux acteurs concernés sont : les développeurs (ONG), les Bakola / Bagyeli et les Bantu (Ewondo et Ngumba). L’arène, elle, et selon les termes de Bailey (1969) renvoie à « l’espace social où prennent place des confrontations et affrontements ». À ce titre, l’« arène » évoque à la fois, chez les acteurs eux-mêmes, une échelle plus restreinte et une conscience plus claire des affrontements. En définitive, au sens où nous l’entendons, l’arène est un lieu de confrontations concrètes d’acteurs sociaux en interactions autour d’enjeux communs. Pour Olivier de Sardan (2003 : 24), « un projet de développement est une arène. Le pouvoir villageois est une arène ». De manière opérationnelle, ces deux concepts (acteur et arène) sont en interrelation. En effet, les acteurs se mobilisent et se déploient au sein de l’arène en fonction de leurs intérêts. L’enrichissement de ce cadre a pris en compte les travaux de Crozier sur la microsociologie des organisations (1977), de Bierschenk et Olivier de Sardan (1997) sur la mise en œuvre des projets de développement en milieu rural africain ainsi que les contributions de Menard (2005) sur l’analyse des conflits.

Terminologie

12Afin de clarifier la terminologie utilisée ci-après, il est indispensable de circonscrire quelques concepts opérationnels dans la suite de cet article.

Pygmées

  • 10 Ce terme nouveau dans le champ de l’anthropologie, emprunté à Robillard et Bahuchet (2012 :16), peu (...)
  • 11 « Pygmée (s) » renvoie au nom et « pygmée(s) » à l’adjectif invariable en genre.

13Pour Bahuchet, l’usage du nom « Pygmée », pour désigner ces communautés que l’on qualifie de chasseurs-cueilleurs ou de chasseurs-collecteurs et depuis peu « autochtones », est fréquemment péjoratif (Robillard et Bahuchet 2012 : 16). Les objections émanent notamment des organismes d’advocacy10 de ces populations. Les usages au quotidien des termes « Pygmée(s) » et « pygmée(s)11 » font ressortir une double réalité : ces termes sont tour à tour offensants et valorisants (Epelboin 2012 : 74).

  • 12 Les traits physiques des Pygmées classiquement décrits font ressortir : leur petit gabarit, une pig (...)

14Bien que ne constituant pas un groupe humain parfaitement homogène, il semble conforme d’aller au-delà des conventions arbitraires, et d’identifier les Pygmées suivant des normes socioculturelles, où le clivage Pygmée / Négrille n’aurait plus lieu d’être. Nonobstant certains critères morphologiques12 qui semblent les caractériser et du fait d’un métissage très nuancé suivant les groupes, il est de moins en moins aisé de distinguer un Pygmée d’un non-pygmée (Bitouga 2011). Les Pygmées ne sont pas uniquement identifiables par la taille, ou par d’autres critères anthropométriques d’autant plus que certains de leurs voisins non-pygmées sont de petite taille (Epelboin 2012 : 84). C’est le cas des Ngumba et des Mabea qui peuplent la région sud-côtière du Cameroun. Ce sont pour la plupart des gens de petite taille, qui poussent très souvent les autres ethnies voisines (Batanga, Basa, Bakoko, Fang-Beti et Bulu) à les considérer comme des proches-parents des Pygmées.

15Selon les régions qu’ils occupent, les Pygmées prennent des noms différents. Mbuti, Ewa et Twa, répartis entre le Congo Démocratique, le Rwanda et le Burundi ; Akoa, au Gabon ; Babinga, composés des Aka et des Babenzélé, en Centrafrique et au Congo ; Baka, au Cameroun, ainsi que Bakola / Bagyeli et Bedzan. Dans cet article, le terme « Pygmées » renvoi aux Bakola / Bagyeli qui vivent dans les localités de Ngoyang et de Bidjouka.

Bantu

16Balandier (1968) nous rappelle que le mot ba-ntu, qui signifie les « hommes », est un terme significatif d’un ensemble linguistique qui a fini par désigner, en même temps que cette famille de langues, un groupe humain présentant certaines caractéristiques. Ainsi, dans ce terme se trouvent mêlés et confondus les critères de langue, d’ethnie et de culture. Du point de vue linguistique, Bleck proposa en 1862 de donner le nom de bantu à toutes les langues qui emploient mu-ntu (pluriel, ba-ntu), « homme », ou des formes correspondantes. Le terme générique « Bantu » est juste d’un point de vue linguistique pour la majorité d’entre elles, mais faux pour les langues oubanguiennes ou soudaniennes (Epelboin 2012 : 75). Pour ce dernier, le terme Bantu devrait aussi désigner les peuples pygmées qui, dans leur grande majorité, parlent des langues Bantu. Par ailleurs, cette dénomination d’inspiration linguistique masque une très grande diversité de peuples, que ce soit en termes d’organisation sociale, de culture et d’activités économiques. De manière opérationnelle, dans le cadre de cet article les Bantu sont constitués des Ngumba et des Ewondo qui partagent le même espace géographique et physique que les Bakola / Bagyeli qui vivent dans les villages de Ngoyang et Bidjouka.

Conflit

  • 13 Bien évidemment la notion de conflit était déjà au cœur du paradigme marxiste. Mais divers auteurs (...)
  • 14 Le conflit est déjà un thème d’un des premiers ouvrages de Gluckman (1940), mais prend plus d’impor (...)

17Les premiers travaux en anthropologie qui aient systématiquement abordé la réalité sociale par le biais des conflits sont sans doute ceux de l’Ecole de Manchester, dès le début des années 195013. Cependant, les usages qui sont faits de la notion de conflit restent ambigus, et ils renvoient à différents niveaux d’analyse. Les unes reposent sur un constat empirique : les sociétés, toutes les sociétés, sont traversées de conflits ; le conflit est donc un élément inhérent à toute vie sociale. Cette idée est un leitmotiv dans l’œuvre de Gluckman (1940), le fondateur de l’Ecole de Manchester, et dans celle de ses disciples14. D’autres approches privilégient, elles, une analyse structurelle : les conflits renvoient à des différences de positions. L’exemple le plus clair, et le plus systématique, en est le premier grand ouvrage de Turner (1957).

18Le conflit apparaît comme étant inhérent aux sociétés humaines. Il s’agit, très souvent, de l’expression de « contradictions » structurelles. Autrement dit, aussi petites et aussi dépourvues de formes institutionnalisées de « gouvernement » soient-elles, les sociétés sont divisées et clivées. Ces divisions et ces clivages sont entretenus par des « coutumes », c’est-à-dire des normes, des règles morales, des conventions. Les conflits expriment donc des intérêts différents liés à des positions sociales différentes et sont culturellement structurés. Que l’on soit « risquophile » ou « risquophobe » (Menard 2005), et même si l’on accepte le postulat suivant lequel les règles du conflit sont inhérentes et contingentes au temps et au lieu d’épanouissement du développement de celui-ci, force est de constater que le conflit s’impose partout, même si nombre de règles sont conçues dans le seul but d’éviter qu’il ne survienne, tandis que d’autres visent à en gérer le déroulement.

19Nous pouvons qualifier de situations conflictuelles celles dans lesquelles des acteurs rencontrent des difficultés à coopérer, voire se trouvent dans l’incapacité de nouer une coopération. C’est vraiment l’impossibilité de faire des choses ensemble, ou au moins l’apparition des limites importantes dans l’engagement mutuel, qui nous paraissent être les caractéristiques essentielles des conflits. L’identification et l’étude des conflits sont particulièrement importantes dans le champ du « développement », où les stratégies de mise en scène face à des intervenants extérieurs sont devenues une part du savoir-faire des acteurs locaux. Les conflits entre les acteurs impliqués dans la mise en œuvre d’un projet de développement peuvent être des conflits d’idées, de valeurs, d’intérêts, de personnes ou de positions.

20Dans le cadre de ce travail, au regard des caractéristiques propres à chaque type de conflit, il est permis de supposer que les conflits qui opposent les Bagyeli et les Ngumba d’une part, et les Bakola versus Ewondo d’autre part, sont des conflits de positions. En effet, ce type de conflit apparaît lorsque, dans l’échange, des individus ou des groupes se positionnent sur des bases idéologiques différentes. Chaque « groupe stratégique » (Evers et Schiel 1988) a une position qui est basée sur un modèle intégré inconsciemment et qui n’a jamais été remis en cause, ni réfléchi.

Les populations

21Plusieurs groupes ethniques cohabitent dans les localités de Bidjouka et de Ngoyang. Dans le cadre de cet article, nous nous intéressons aux Bakola / Bagyeli, aux Ngumba (Bidjouka et Ngoyang), et aux Ewondo (Ngoyang).

Les Bakola / Bagyeli

22Les Bakola / Bagyeli occupent la position la plus occidentale du Sud-Ouest camerounais. Outre quelques îlots de peuplement mentionnés au Nord de la Guinée Equatoriale, leur présence s’affirme essentiellement en territoire camerounais, délimité à l’Ouest par la côte atlantique, entre la rivière Ntem du Sud et la rivière Nyong au Nord, et à l’Est à la latitude 10°60’ qui passe approximativement sur la ville d’Eséka. On les retrouve dans leur grande majorité dans le département de l’Océan, précisément dans les arrondissements de Lolodorf, Bipindi, Kribi I & II, Akom II, Niété, Lokoundjé et Campo.

23L’histoire des Bagyeli reste totalement méconnue, mais compte tenu de la parenté linguistique, elle est certainement liée aux migrations ancestrales des Ngumba, ainsi qu’en témoigne l’étude des traditions Ngumba (Loung 1959). Aujourd’hui, cependant, les Bagyeli entretiennent des relations variées avec d’autres populations bantu (Basa, Ngumba, Mvae, Bulu, Batanga, Evuzok, etc.), d’où leur plurilinguisme marqué mais très variable selon la diversité des contacts.

24L’organisation sociale des Bakola / Bagyeli repose sur une double structure, apparente et latente. L’organisation apparente est constituée d’un conseil des Anciens et d’un chef de campement ou du hameau qui est choisi par ses pairs. Le chef est généralement le plus vieux du campement qu’il a par sa propre initiative fondé. Il est un primus inter pares, et son rôle se limite aux simples conseils qu’il peut prodiguer aux siens (Dounias 1987). Son pouvoir n’est nullement coercitif et sa force se limite surtout à sa famille. L’organisation latente, quant à elle, est largement dominée par les femmes. Elles exercent un pouvoir important sur le groupe. Dans la société bakola / bagyeli, la femme tient une place considérable dans le processus de prise de décisions. La tradition la conçoit comme un acteur majeur du développement socio-économique, tant au sein du ménage que dans toute la communauté (Joiris 1992).

Les Ngumba (Bidjouka)

  • 15 Somalomo est une localité qui se situe entre Messamena (Est) et Zoatelé (Sud) du Cameroun.

25L’histoire migratoire des Ngumba est subdivisée en deux grands itinéraires. Les Ngumba sont partis de Somalomo15 puis ils ont bifurqué par Ngoulémakong qui est le territoire des Bene. Ils ont séjourné à cet endroit pendant un certain temps. Au cours de cette escale, les Ngumba ont signé des accords de non-agression avec les Bene. Une autre branche des Ngumba serait partie de Djoum. Au lieu de suivre le fleuve Ntem, elle est remontée vers le village du grand chef pygmée Lima.

26Cette branche a marqué un temps d’arrêt à cet endroit. Leur séjour dans cette localité, ne fut pas de tout repos. En effet, ces derniers furent témoins d’une invasion des Bulu qui déferlèrent sur le village de Lima. Les Ngumba auraient fait comprendre à ces envahisseurs la raison de leur présence dans le village. Ces raisons ne dissuadèrent point leurs assaillants, qui leur sommèrent de quitter le village. Lorsque les Bulu revinrent plus tard pour faire la guerre aux Ngumba, ils trouvèrent qu’ils avaient quitté le village. Ils demandèrent au chef pygmée où étaient partis ses hôtes. Les récits ayant cours dans la tradition orale des Bulu relatent que c’est de cet échange verbal que serait sorti le mot mekuk. Ce sont les Bulu nouvellement arrivés qui ont appelé ceux qui venaient de fuir mekuk.

  • 16 Le descriptif de l’histoire migratoire des Ngumba de Bidjouka a été obtenu après l’exploitation des (...)

27Il faut souligner que le vocable mekuk est l’expression générique utilisée pour désigner les Mabea et les Ngumba en territoire Bene et Bulu. Fuyant l’agresseur Bulu, les Ngumba sont allés du côté de Ngoulémakong ; de là, ils sont descendus en biaisant par Ebolowa pour se retrouver à Lolodorf. Certains d’entre eux se sont installés à Lolodorf, d’autres ont voulu continuer jusqu’à la côte à la recherche de sel. D’autres se sont installés à Bikala. Là, ils firent face à l’hostilité des Bakoko et des Basa qui s’étaient premièrement installés dans la localité. Ils ont guerroyé pour pouvoir s’installer à cet endroit. Progressivement, les Ngumba se sont retrouvés à Bidjouka16.

Les Ewondo (Ngoyang)

28Ngoyang est un village composé essentiellement de trois groupes ethniques : Ewondo, Ngumba, Bakola. Les Ewondo sont, en nombre, l’ethnie majoritaire. Les différents clans qui les composent sont les Essom, les Tsinga et les Kombé. On retrouve les Essom à l’Ouest, les Tsinga à l’Est et les Kombé au Centre du village. On ne peut pas dire avec certitude comment s’est fondé le village. Les écrits sur ce point sont quasi inexistants du fait que les traditions orales restent vives. On s’accorde tout de même à dire que Ngoyang est un village qui s’est bâti à partir d’une immigration « alimentaire ». En effet, Tsinga, Essom et Kombé viennent des environs, pour les Tsinga et Essom, des localités de Yaoundé, les Kombé de Mbalmayo dans le centre du Cameroun. Pour de nombreux anciens, leurs ancêtres seraient partis de leur zone d’origine à la quête du sel.

29Pour ce qui est de l’implantation des Ewondo dans le village de Ngoyang, les supputations sont nombreuses. L’une d’entre elles consiste à faire observer que les bâtisseurs de Ngoyang ne sont jamais arrivés à la mer. Perdus dans la jungle, ne sachant plus trop où se trouvait le chemin les menant au sel, et ne pouvant même plus rebrousser chemin, ils se sont installés sur le site actuel. Une autre explication relève que les peuples Batanga se trouvant à côté de la mer n’avaient pas particulièrement apprécié l’invasion des Ewondo venus de Yaoundé ou de Mbalmayo. Cette situation aurait entraîné des conflits obligeant « les envahisseurs » à se replier vers les zones forestières situées plus loin de la côte.

Les relations Bakola / Bagyeli-Ngumba et Ewondo

30Les interrelations entre les Bakola / Bagyeli et leurs voisins Ngumba et Ewondo n’ont cessé de poser des problèmes aux observateurs. Cela est perceptible dans le vocabulaire employé pour qualifier la nature de ces relations : serviteurs, esclaves, vassaux, clients, parasites, symbiotes... sont autant de termes que l’on retrouve dans la littérature pour qualifier les Pygmées par rapport à leurs voisins (Robillard et Bahuchet 2012 : 27).

La cohabitation entre Bakola / Bagyeli et non-pygmées

31L’histoire migratoire des Ngumba permet de supposer que les Bakola / Bagyeli entretiennent avec ces derniers des rapports très anciens. Leur étroite parenté linguistique avec les Kwasio (Ngumba, Mabea) laisse penser que leur histoire est plus ou moins liée à leurs migrations ancestrales (Dounias 1987 ; Joiris 1992 ; Ngima 1993, 2001), comme le souligne Joiris :

En réalité, le parler des Bakola est très proche de celui des villageois Ngumba et Mabea en compagnie desquels les Pygmées seraient arrivés dans la région au cours des dernières migrations. (Joiris 1992 : 127)

32S’agissant par exemple de la cohabitation entre Bakola/ Bagyeli et leurs voisins non-pygmées, Joiris fait remarquer que :

Les communautés pygmées et villageoises sont associées dans une relation de clientèle fondée sur des rapports de dépendance volontaire des Pygmées vis-à-vis des villageois. L’amitié que se vouaient deux chefs de famille est souvent à l’origine de cette relation inter-ethnique. (Joiris 1992 : 131)

33Dans cet ordre d’idées, Ngima affirme :

The relationships between the Bakola and the various Bantu populations mentioned above differ from one clan to another of the same ethnic group, and even from one individual to another. The frequency, quality and quantity of gifts and counter-gifts exchanged, assistance and services provided, and even the forms of partnership itself, show a considerable variation. (Ngima 2001 : 1)

  • 17 Cité par Bigombe Logo (2006 : 6-7), qui précise simplement : Winkelmolen Bretin, 1996, Appui au dév (...)

34De ce qui précède, l’on peut suggérer que le mode relationnel privilégié des Pygmées par rapport à l’extérieur est basé sur un système de contrat. Il se pratique, pourrait-on dire, comme la chasse : on piste le gibier, on s’adapte suivant la nature environnante et on ne se découvre pas ; on l’attrape et on en tire profit, suivant ce que l’on souhaite en faire (Winkelmolen 199617). Bien que le pacte d’amitié qui puisse unir un Pygmée avec un Bantu se transmette entre ascendant et descendant et qu’il se perpétue d’une génération à l’autre (Joiris 1992), cette association reste volontaire. Lorsqu’un conflit survient, un Pygmée est entièrement libre de quitter « son villageois » et de se placer sous la protection d’un autre chef de lignée villageois. Les Bagyeli, à l’instar des Baka de l’Est-Cameroun, bien qu’ils se plaignent des abus auxquels les liens de « pseudo-parenté » (Lewis 2002) qui les unissent aux Ngumba peuvent conduire, ne les rejettent pas, et ils les mobilisent à leur avantage (Robillard 2012 : 158). La situation est différente en ce qui concerne les relations Bakola/ Ewondo, puisque les Ewondo ne reconnaissent pas de « relations de correspondance » avec les Bakola. Cela n’empêche pas que des relations d’échange de biens et de services existent entre les deux ethnies.

35À la suite du précédent développement, l’on note la difficulté d’analyse qui caractérise les intellectuels occidentaux et africains, qui tendent à confondre la terminologie locale d’appartenance et de dépendance avec esclavage, tutelle et propriété réelle (Robillard et Bahuchet 2012 : 29). Cette confusion, d’après Robillard (2012 : 139), est entretenue par « des présupposés idéologiques qui font l’impasse sur la profondeur historique et certainement sur la complexité des relations interethniques en Afrique forestière ». Il est fréquent que les « villageois » définissent en termes de propriété, marquée par un adjectif possessif (« mes Pygmées »), voire de subordination, la supériorité qu’ils s’arrogent sur les Pygmées. Des formules comme celles qu’emploient les Ngumba du Cameroun à l’égard des Bakola sont caractéristiques : ngiel bang, « mon Pygmée ». Mais il faut tenir compte de ce que, réciproquement, les Bakola désignent les Ngumba avec lequel ils échangent par les termes mi.nwang, « mon Bantu, mon maître » (Ngima 2001 : 214).

36De manière spécifique, les Ngumba ont toujours développé à l’endroit des Bagyeli une relation de tutelle et de propriété réelle qui semble aujourd’hui ne plus s’accorder avec la réalité actuelle. Le simple fait de voir un Pygmée communiquer directement avec un étranger sans intermédiaire villageois est un sujet d’étonnement. D’après les Ngumba, il est interdit aux Bagyeli de prendre contact avec des « étrangers » sans avoir l’aval de leur « propriétaire ». Ces derniers se considèrent non seulement comme facilitateurs, mais aussi et surtout comme censeurs. L’image de primitifs qui leur est attachée ne permet pas de penser les Pygmées comme capables de lire et écrire, de compter de l’argent, d’être francophones, de se servir d’un poste radio, encore moins d’un téléphone. Il s’agit d’une « discrimination qui n’est pas forcement agressive, souvent tranquille, comme celle d’un homme qui prend comme vérité première la conviction de sa supériorité physique et intellectuelle sur les femmes » (Epelboin 2012 : 81).

37À Bidjouka, pour organiser des rencontres avec les Bagyeli de Binzambo, nous avons eu besoin de recourir à un Ngumba qui est considéré comme le chef du clan auquel ils appartiennent. Sans son intervention, il nous aurait été très difficile voire impossible d’obtenir une quelconque information de la part de nos informateurs. À Ngoyang, les Ewondo comme les Ngumba pensent que les Bakola/ Bagyeli ne peuvent pas vivre sans eux. Sur la question de l’autonomisation des Bakola, une Ngumba déclare :

Ce sont nos enfants qui encouragent les enfants pygmées pour qu’ils puissent fréquenter [l’école]. Sans eux, ils ne peuvent rien faire. Ce sont les enfants des Bantu qui forcent pour que les enfants Pygmées puissent aller à l’école. S’il n’y a pas les Bantu, il n’y a rien pour les Pygmées. C’est comme ça ! Et c’est cela que le Gouvernement avec les ONG oublient. [...] Le Pygmée connaît quoi ? Il va dire quoi ? Donc, il regarde d’abord le Bantu pour voir ce que le Bantu va faire ou dire. Les parents, autrefois, avaient les Pygmées chez eux ; mais ce n’était pas comme d’autres disent que c’était l’esclavage. Ce qui se passait, c’est que chaque tribu bantu avait ses Pygmées. Donc, quand un Pygmée veut faire quelque chose, il vient d’abord voir le Bantu pour lui demander conseil, pour voir ce qu’il doit faire. C’est le Bantu qui lui donne des idées pour lui dire de faire comme ceci ou comme cela. Mais quand vous venez ici, vous ne regardez pas les Bantu. Les Pygmées ne vont rien faire même si c’est après cent ans. Même si on fait quoi ! Il faut d’abord passer par les gens du village pour avoir les Pygmées. (N. M., femme ngumba de Ngoyang).

38Serait donc en jeu une sorte de préséance qui n’est plus respectée ; un renversement des règles de fonctionnement tacites, au profit de nouvelles dispositions qui « déplacent » les statuts et relations de pouvoir des uns et des autres. Par ailleurs, de tels propos rappellent que la discrimination dont les Bakola / Bagyeli sont l’objet est un trait constant des relations interethniques entre Pygmées et non-Pygmées. On constate des variantes telles que le paternalisme et l’asservissement (Bitouga 2011). Que l’on soit en territoire ngumba ou ewondo les Pygmées sont considérés par leurs voisins comme appartenant à une strate inférieure. Il y a, comme le soutient Epelboin :

[...] une volonté délibéré, parfois inconsciente, des partenaires villageois, mais aussi de leurs protecteurs, à maintenir les Pygmées dans une situation de dépendance et d’infantilisation. (Epelboin 2012 : 82)

  • 18 Exemples du nom de l’esclave dans les langues d’ethnies en contact avec les Bakola/Bagyeli dans les (...)

39Dans cet ensemble, il est important de relever que les langues usuelles dans les arrondissements de Bipindi et de Lolodorf ont un mot pour dire « esclave »18. Ce terme est clairement différent de celui signifiant « Pygmée ». Les Mabi / Ngumba nomment les Pygmées Ngyeli/ Bo-Gyeli, les Fang-Beti Nkwé/ Be-Kwé, les Mvae Nyela/ Be-Yela et les Basa Ba-Ko. Les communautés non-pygmées qui vivent avec les Bakola / Bagyeli distinguent sans ambiguïté le type de relation qui les associent aux « Pygmées » et celui les reliant aux « esclaves », lesquels étaient presque toujours des villageois non-pygmées.

Représentations et perceptions socioculturelles

  • 19 Dans les propos qui suivent, les différents noms ethniques ne visent pas à essentialiser les appart (...)

40Pour les Bantu19, les Pygmées sont des « êtres inférieurs » avec qui ils ne peuvent être placés sur un pied d’égalité. Dans leurs propos à l’endroit des Bakola, on peut relever des sous-entendus qui peuvent laisser envisager que les Bantu ne se considèrent pas égaux aux Pygmées. Pour le Ngumba, le Pygmée passe la majeure partie de son existence en forêt et dégage une odeur qui lui est caractéristique. C’est cette odeur qui permet de distinguer le Pygmée du Ngumba : Numbo mbpi ngièl (sentir comme un Pygmée). Très fréquemment, l’on note que les Ngumba ou les Ewondo tiennent des propos négatifs à l’endroit des Bakola / Bagyeli. Les Bantu parlent des Pygmées sur une tonalité de reproche, sur le registre de la morale, mais aussi sur le ton de l’humour et de la moquerie disqualifiante. Chez les Ngumba de Bidjouka, le Ngyeli est reconnu comme quelqu’un qui ment en toutes circonstances et dont la parole ne peut bénéficier d’aucune crédibilité : Lé dou mbpi ngièl (mentir comme un Pygmée). D’après les Ngumba, lorsque vous êtes en situation d’échange avec un Ngyeli, il vaut mieux rester sur vos gardes car vous n’êtes pas à l’abri d’une tentative de ruse de ce dernier. Certains Bantu vous diront « Le Pygmée ne dit jamais non ! ».

41En conséquence, toute collaboration avec les Pygmées est mal vue. Indépendamment du village étudié, le Bantu ne considère pas le Kola ou le Ngyeli comme son semblable. Pour signifier cette situation de marginalisation à laquelle les Pygmées sont confrontés, Alawadi et Meyanga (2010 : 12) font le constat suivant : « vivant dans les campements et retranchés dans les confins des forêts, les Pygmées constituent aux yeux des Bantu un peuple qui refuse et rejette la civilisation ». Pour nombre de ngumba ou d’ewondo, le Pygmée se trouve à un stade peu évolué de la civilisation. Vu de la sorte, les Ewondo pensent qu’ils sont investis d’une « mission civilisatrice » à l’endroit des Pygmées. Cette mission qui passe par la mise en place de la « dialectique civilisé / non-civilisé » qui, d’après Alawadi et Meyanga (2010 :12), est « au cœur de la dynamique d’interrelation entre les Pygmées Baka, Bagyeli ou Badjoué et leurs voisins Bantus du Cameroun d’aujourd’hui ». Le Bantu voit, analyse les actions du Pygmée à partir de sa « culture » et voudrait voir le « non-civilisé » s’identifier à lui. Si le Kola ne se conforme pas à ce que le Bantu estime être bien pour lui, il est considéré comme un animal. Parce que pour l’Ewondo ou le Ngumba, seul un animal est apte à refuser le changement. C’est ce qui transparaît de cette expression linguistique ewondo : Bekwe bene be tsit (les Pygmées sont des animaux).

42Pour les Ngumba ou les Ewondo, toute tentative d’introduire un changement visant à améliorer les conditions de vie des Bakola / Bagyeli est vouée à l’échec : Ngièl yi ngièl (un Pygmée reste un Pygmée). Les Ngumba développent à l’endroit des Pygmées une sorte d’infantilisme. Ceci se traduit par le fait que quel que soit ce qu’un Ngyeli peut avoir ou faire il n’est rien d’autre que celui qui est habitué à vivre dans la forêt. La pomme de discorde habituellement mentionnée dans les causes des conflits entre les Bantu et les Pygmées fait référence au vol. Les Bantu accusent à tort ou à raison ces derniers d’être les principaux voleurs de leurs cultures vivrières. Cela conduit fréquemment les Ngumba et les Ewondo à infliger des sévices corporels aux Bakola / Bagyeli reconnus coupables de vol. Le Pygmée est régulièrement pris à partie parce que, comme disent les Ngumba, « Les Pygmées sont de très grands voleurs » : Dzio mbpi ngièl (voler comme un Pygmée).

43Les propos des Ngumba ou ceux des Ewondo à l’endroit de leurs voisins pygmées sont emprunts d’une coloration dégradante et dévalorisante. Régulièrement le Kola est pris à partie pour faire étalage de son incompétence voire fainéantise : Diga mè ngièl nina ! (regarde-moi ce Pygmée !). Cette locution est utilisée pour marquer la différence qui existe entre Ngumba et Kola. Il arrive parfois que la même expression soit utilisée par un Ngumba pour railler son frère, ce qui conduit bien souvent à des vives altercations entre les villageois. Car traiter un Ngumba de Pygmée s’apparente souvent à une insulte très grave qui peut avoir des conséquences extrêmement dommageables par la suite.

44Face aux nombreux actes d’agression et d’intimidation dont ils sont victimes de la part de leurs voisins, les Bakola/ Bagyeli ne se positionnent aucunement en victimes résignées. Comme toute personne qui se sait acculée et menacée, ils opposent de la résistance face aux actes discriminants perpétrés à leur endroit par les non-Pygmées. Selon Scott (1985), les actions menées par de tels groupes sont des actes conscients, réalisés par des individus capables de pénétrer le tissu idéologique fabriqué par les privilégiés, et qui donnent une signification symbolique à leur résistance.

45Pour Epelboin, « les Pygmées projettent des stéréotypes de timidité et de pusillanimité, associés au statut de primitif », et cette attitude est perçue comme :

[...] une stratégie de résistance passive, qui permet aux Pygmées de ne pas donner prise à leurs interlocuteurs, de les tenir à distance, ou d’opposer une résistance à toutes formes de violence et d’assujettissement. (Epelboin 2012 : 85)

46Cette attitude de défiance des Bakola vis-à-vis des Ewondo a son origine dans l’établissement des alliances matrimoniales entre ces deux ethnies. Les Ewondo de Ngoyang prennent pour épouses des femmes au sein des familles Bakola dans les différents hameaux pygmées de la localité de Ngoyang. Pour les Bakola, la possibilité pour les uns comme les autres de prendre en mariage des femmes dans l’un comme dans l’autre camp devrait suffire pour créer un climat de bonne entente entre les différents groupes. Mais au demeurant, malgré l’existence de ces liens matrimoniaux, les Bakola sont perçus par leurs voisins comme leurs « esclaves » ou leur « propriété ». Une situation qui se traduit sur le terrain par le fait que les Ewondo posent comme condition de toute collaboration des Pygmées avec le monde extérieur qu’ils soient associés comme des intermédiaires. Il va sans dire que cela ne plaît aucunement aux Bakola, qui s’affranchissent de plus de plus de la domination écrasante des Ewondo.

  • 20 Entretien réalisé le 28 décembre 2009.

Les Ewondo, sont très bizarres. Ils épousent nos sœurs et nous aussi on épouse leurs sœurs, mais dans nos rapports quotidiens tu as toujours l’impression que nous sommes leurs esclaves ou que nous ne sommes rien à leurs yeux. Ils aiment que quand quelqu’un veut venir faire quelque chose ici chez nous que la personne puisse d’abord s’adresser à eux. Vous comprenez vous même que c’est une situation qui ne nous arrange pas20. (N. S., Chef Bakola d’un hameau de Nkouonguio/ Ngoyang ).

47À l’instar des Bakola, les Bagyeli de Bidjouka s’affirment de manière récurrente comme des personnes libres et capables de prendre en mains leur destin. Au quotidien, les Bagyeli manifestent de moins en moins un quelconque complexe d’infériorité vis-à-vis des Ngumba. Si par le passé, aller à l’école occidentale était le seul apanage des Ngumba, aujourd’hui du fait de l’action des ONG, les Bagyeli ont accès à l’éducation scolaire. Dans les différents hameaux pygmées qui sont rattachés à Bidjouka, l’on recense des individus qui sont titulaires d’un certificat d’étude primaire élémentaire (CEPE), ou de brevets de l’enseignement secondaire (BEPC). L’accès des Bakola / Bagyeli au modèle éducatif occidental a contribué avec d’autres facteurs tels que l’encadrement et le soutien des missionnaires catholiques à façonner une certaine « élite » intellectuelle. Au sein de certains campements à l’instar de celui de Bikasa-Biba (Bidjouka), on recense deux femmes bagyeli qui ont reçu une formation en soins infirmiers. À Nkouonguio (Ngoyang) nous avons enregistré une jeune fille nkola qui occupe le poste de secrétaire bureautique dans une organisation non gouvernementale basée à Yaoundé. Ces quelques cas sont considérés par les Bakola / Bagyeli comme des modèles de réussite sociale et de fierté. Dès lors, toute action discriminatoire de leurs voisins à leur endroit est perçue comme de la jalousie ou un refus manifeste de reconnaître que les Pygmées ont dorénavant voix au chapitre. Cette volonté d’affirmation transparaît dans les propos de cette femme ngyeli qui s’exprimait au sujet de la perception qu’ils ont des actes discriminatoires auxquels ils font face au quotidien.

  • 21 Entretien réalisé le 6 janvier 2010.

Les Ngumba pensent même qu’ils sont quoi ? Avant, ils étaient les seuls à aller à l’école. Aujourd’hui, les choses ont changé : nous aussi nous partons déjà à l’école. Pour moi, je pense qu’il n’y a plus rien qui nous différencie d’eux. Regardez nos maisons, vous ne voyez pas qu’elles ne sont pas différentes de celles des Bantu et je peux même dire qu’elles sont plus jolies que les leurs. Tout ce qu’ils font là pour nous dénigrer ce n’est rien d’autre que de la jalousie. Le temps où ils étaient au-dessus de nous est passé et c’est ce qu’ils refusent d’accepter21. (M V, femme ngyeli du hameau de Bikasa-Biba/Bidjouka-Samalè)

Construction d’infrastructures sociales

48Les différentes représentations dont les uns et les autres font l’objet ont leur importance dans les projets de développement. Deux projets de construction d’infrastructures sociales pour les Bakola / Bagyeli nous permettront d’en donner un aperçu. Ces deux projets sont, pour l’un, la construction en 2001 du foyer scolaire de Ngoyang par SAILD /APE (Service d’Appui aux Initiatives de Développement Local /Autopromotion des Pygmées dans leur Environnement), et pour l’autre la construction en 2008 de neuf maisons à Bidjouka, financée par les Fonds de l’ « Initiative PPTE » (Pays Pauvres Très Endettés) et réalisée par la MIPROMALO (Mission de Promotion des Matériaux Locaux).

Le foyer scolaire de Ngoyang (SAILD-APE, PPAV)

49Le projet dénommé « Appui à l’Autopromotion des Pygmées dans leur Environnement » a débuté dans l’arrondissement de Lolodorf au mois de Septembre 1994. En 2001 la construction du foyer scolaire de Ngoyang a été initiée. Dans la phase préparatoire de cette action sociale s’est tenue une réunion de concertation entre l’équipe de coordination et les leaders communautaires des populations bénéficiaires. Au cours de cette assise, il a été demandé à quelques responsables Bakola, notamment le chef Nkoro, Ngally Sadrack et d’autres leaders de faire des propositions pour favoriser la scolarisation des enfants pygmées. Cette concertation faisait apparaître que le principal obstacle auquel sont confrontés les enfants scolarisés Bakola est celui de l’accessibilité géographique. La quasi-totalité des hameaux pygmées rattachés au village Ngoyang sont en forêt. La construction d’un foyer scolaire abritant les enfants bakola scolarisés devait permettre de résoudre ce problème. De manière opérationnelle, les résolutions prises au cours des réunions de concertation entre les différentes parties prenantes prévoyaient que les pensionnaires occuperaient les locaux la semaine de classe et les apprenants avaient la latitude de retourner dans les hameaux passer le week-end avec leurs parents pour revenir le dimanche soir, à défaut le lundi matin.

50Le projet de construction du foyer avait trouvé un assentiment favorable auprès de toutes les communautés villageoises. Comme contribution, les Ngumba avaient fourni du sable, les Ewondo et les Bakola avaient apporté un appui financier. Après de nombreuses réunions d’information tenues avec toutes les populations riveraines, il fut décidé que seuls les enfants Bakola scolarisés pouvaient être admis comme pensionnaires du foyer. La photographie ci-dessous montre le bâtiment ayant abrité les filles scolarisées bakola.

Photo 1: Bâtiment à l’abandon ayant servi de foyer pour les filles bakola scolarisées.

Photo 1: Bâtiment à l’abandon ayant servi de foyer pour les filles bakola scolarisées.

© Aristide Bitouga (Ngoyang 2009).

51Le problème que pose la construction du foyer scolaire pour les enfants Bakola des campements rattachés à Ngoyang est lié à la non prise en compte des réalités locales. En effet, bien que la construction de cette infrastructure se soit faite de manière concertée avec toutes les populations riveraines (Ewondo, Ngumba et Bakola), l’on note tout de même que les doléances exprimées par les Bantu n’ont pas été prises en compte. Ces derniers ont souhaité voir leurs enfants bénéficier des mêmes avantages que ceux qui sont octroyés aux enfants Bakola, avantages parmi lesquels il y a notamment l’accès à la cantine. Des plats pour la plupart constitués de denrées peu accessibles en milieu rural (riz, sardines, poissons, etc.), et estimées prestigieuses, y sont servis quotidiennement. Cette mesure est donc jugée discriminatoire par les Bantu, pour qui leurs enfants méritent de bénéficier de cette ration alimentaire tout comme leurs camarades pygmées. Car pour de nombreux bantu interrogés à Ngoyang, les Pygmées ne sont pas les seules populations indigentes en milieu rural. Leurs enfants, bien que l’école se trouve dans le village, doivent aussi être pris en charge pour ne pas se sentir marginalisés.

52Malgré les plaintes formulées par les Bantu, la situation n’a guère évoluée. Les promoteurs du projet arguant qu’ils n’ont pas assez de moyens pour assurer la prise en charge de tous les élèves. Les enfants bantu ne sont pas confrontés au problème de déperdition scolaire comme c’est le cas avec leurs camarades bakola. Un argumentaire jugé peu convaincant au regard du faible taux de scolarisation enregistré en milieu rural camerounais. La non prise en compte des besoins exprimés par les parents bantu a favorisé l’attitude de défiance des Ewondo. Ces derniers ont dès lors commencé à faire valoir les contributions qu’ils ont apportées dans la réalisation du projet. Ils ont par ailleurs suggéré que le foyer soit fermé, puisque celui-ci ne prend pas en compte leurs revendications.

Les logements sociaux de Bidjouka (GRPS, MIPROMALO)

  • 22 CCS/PPTE : Comité Consultatif de Suivi des Projets de l’initiative « Pays Pauvres Très Endettés ».

53Le Groupe de Recherche en Santé Publique (GRPS), par la voie de son Président, introduit en 2004 une proposition de projet au CCS/ PPTE22 pour solliciter un financement afin de venir en aide aux Bagyeli de l’arrondissement de Bipindi. Il est alors question de les aider à faire face à certains problèmes auxquels ils sont confrontés et qui contribuent à les fragiliser. Ces sources de vulnérabilité sont les difficultés d’accès aux soins de santé primaires, à la scolarisation des enfants, et la construction de logements « décents ». Il ressortait de l’étude du dossier que la mise en œuvre du projet devait se faire avec les « Petites Sœurs de Jésus », implantées dans la localité depuis plusieurs décennies, et qui sont une congrégation religieuse qui travaille essentiellement dans l’assistance sociale de la communauté bagyeli.

54Le hameau de Binzambo, à une dizaine de kilomètres du village Bidjouka, a été retenu dans le cadre de la mise en œuvre du projet. Grâce à la construction de ces maisons, les Bagyeli qui y sont installés vont dorénavant se retrouver au bord de la route qui relie Bidjouka à Bipindi. À titre d’information, notons que les Bagyeli de Binzambo appartiennent au clan Samalè. Comme nous l’avons relevé précédemment, l’amitié que se vouent deux chefs de famille (pygmée et bantu) a très souvent été à l’origine de l’établissement des relations inter-ethniques. Dans le cas présent, les Pygmées des campements de Bizambo 1 et 2 entretiennent des « rapports de correspondance » avec les Ngumba du clan Samalè. Cette précision étant faite, l’on comprend pourquoi les Pygmées bénéficiaires se sont rapprochés des Ngumba de leur « clan d’adoption » pour solliciter l’obtention d’une parcelle de terre sur laquelle leurs maisons seraient construites.

55Après négociation entre les différents acteurs, un site fut retenu pour la construction des logements. L’acquisition de ce terrain s’est faite moyennant le versement d’une compensation financière au propriétaire Ngumba / Samalè. Cette somme d’argent a été pourvue par les « Petites Sœurs de Jésus » de Bipindi.

56La construction des maisons achevées, il avait été organisé une séance de rétrocession des maisons aux différents bénéficiaires. La photographie ci-dessous montre quelques-unes des maisons qui ont été construites pour les Bagyeli à Bikasa-Biba/ Bidjouka.

Photo 2 : Logements sociaux de Bidjouka.

Photo 2 : Logements sociaux de Bidjouka.

© Aristide Bitouga (Bidjouka 2010).

57Le projet visait autant que faire se peut à recaser les Bagyeli qui avaient décidés de quitter les campements de Binzambo 1 et 2 pour venir s’installer à Bikasa-Biba / Bidjouka. C’est la raison pour laquelle hormis les huit maisons les promoteurs décidèrent d’ajouter un auvent à l’entrée du hameau. Cette bâtisse occupe une place importante dans la société pygmée parce qu’elle joue deux rôles. Elle sert de « case de repos » pour les membres de la communauté et fait office également de « case à palabres » dans la résolution des conflits entre les individus résidents dans le hameau (Dounias 1987).

  • 23 Le formulaire du certificat d’abandon de droits coutumiers doit être rempli et signé par le vendeur (...)

58Si le projet dans sa mise en œuvre apparaît comme une réussite en termes de relations et d’efficacité, quelques aspects méritent d’être relevés pour situer les causes du conflit. Le versement de la somme d’argent au ngumba en guise de compensation n’a pas aboutie à la délivrance d’un certificat d’abandon des droits coutumiers23. Or c’est une pièce importante dans les procédures de vente des terres au Cameroun. C’est elle qui autorise l’ayant droit à entamer l’immatriculation de son lopin de terre. Sa non obtention par les promoteurs (GRPS et les Petites Sœurs de Jésus) du projet est considérée comme une faille qui est devenue par la suite un handicap de poids dans l’occupation pacifique de l’espace par les Bagyeli. En effet, malgré le fait que le bantu impliqué dans l’acquisition du terrain ait perçu de l’argent, d’après les Bagyeli interrogés, son emprise sur le lopin de terre n’a pas cessée : il continue à faire valoir ses droits sur le site, et il a interdit aux Pygmées de cultiver aux abords de leurs cases. La raison évoquée pour justifier cette dernière interdiction tient à ce que la mise en terre des cultures vivrières telles que le bananier-plantain ou le macabo empiète sur ses terres.

59Par ailleurs, l’on note que le projet n’a pas pris en compte la construction des lieux d’aisance (latrines). Un « oubli » qui dans un premier temps n’a pas posé de problème aux Bagyeli. Ils ont opté pour la défécation à l’air libre (forêt). Cette pratique n’a pas été sans conséquences sur la cohabitation avec les populations bantu environnantes. Celles-ci ont commencé à se plaindre de l’insalubrité ainsi que de la pollution de leur environnement immédiat. Face à cette situation, les Bagyeli ont pris conscience de la nécessité de disposer de latrines à proximité de leurs habitations. Il fallait donc creuser des fosses. Mais ils ont été stoppés dans leur élan par leurs voisins bantu estimant qu’ils allaient au-delà des limites de leur parcelle de terrain. Interdits dans un premier temps de pratiquer l’agriculture aux abords de leurs cases, par la suite sommer de ne pas construire de latrines, toutes ces situations ont contribué à exacerber les Bagyeli qui ont décidé d’outrepasser toutes ces interdictions. Cet ensemble a contribué à la survenue d’un climat délétère entre ces différentes communautés.

Le « local24 », un enjeu stratégique

  • 24 Selon Appadurai (1996 : 18), cité par Robillard, le local est une intervention permanente. Ce sont (...)

60Si pour un certain nombre d’auteurs, le Développement entant que processus a une portée globale (Colin 1985, Legouté 2001), il n’en demeure pas moins vrai que sa mise en œuvre ne saurait se faire sans la prise en compte du « local ». De ce point de vue nous pensons que le climat conflictuel qui a prévalu au lendemain de la construction des infrastructures sociales pour les Bakola/ Bagyeli est lié à deux principaux facteurs. D’une part, on note la faible prise en compte des « situations locales » par les développeurs (ONG) ; d’autre part, la fragile relation qui existe entre la problématique du foncier et les axes d’intervention des ONG en milieu rural.

« Situations locales » et ONG

61Que l’on soit à Bidjouka ou à Ngoyang, les Ewondo et les Ngumba apprécient peu l’action des ONG sur le terrain. La principale raison évoquée tient au fait que les Bantu pensent que les Pygmées ne vivent pas seuls dans les villages où ils sont installés : il y a des personnes nécessiteuses ou indigentes chez les non-pygmées comme chez les Bakola / Bagyeli, aussi les ONG pourraient-elles envisager de mener leurs activités en prenant en compte l’impécuniosité des autres communautés qui cohabitent avec les Pygmées.

62Si, pour les Bantu, les actions des ONG sur le terrain ne doivent pas être orientées uniquement à l’endroit des Bakola/ Bagyeli, on peut penser que l’action des développeurs n’a pas pris pas en compte les réalités locales. En effet, la quotidienneté des relations entre les différents acteurs dans les villages investigués montre une certaine complexité dans les rapports de cohabitation. Toute intervention extérieure qui ne prend pas en compte les préoccupations des différentes parties est une source potentielle de rejet par la partie qui se considère lésée ou ignorée dans le processus.

63En règle générale, la mise en œuvre des projets de développement par les ONG en milieu communautaire devrait s’inscrire dans une approche intégrative, c’est-à-dire qu’elle devrait intégrer le fait que le développement est un processus à la fois social et humain. En effet, le développement est un processus qui se réalise dans les changements de structures sociales et vise l’amélioration des conditions de vie des populations. Il doit combiner des changements sociaux et mentaux des bénéficiaires. Or, tel semble n’avoir pas été le cas dans la réalisation des différents plans sociaux qui font l’objet de notre réflexion. Les Bakola/ Bagyeli ont été considérés par les différents développeurs comme des communautés isolées, c’est-à-dire qui n’entretiennent pas de rapports de cohabitation et de complémentarité avec leurs voisins non pygmées. Il s’agit là d’une erreur qui est régulièrement commise par certains acteurs extérieurs lorsqu’il s’agit de mener des actions en direction des Pygmées. Ce constat est résumé dans ces propos de Winkelmolen :

  • 25 Cité par Bigombe Logo 2006, voir supra.

Certaines institutions qui interviennent en milieu pygmée aujourd’hui commettent deux principales erreurs : l’assimilation des Pygmées aux Bantu et le non approfondissement des connaissances sur les Pygmées. (Winkelmolen, 199625)

64Les interventions des ONG en direction des Bakola/ Bagyeli ne peuvent se faire sans la maîtrise de la complexité des relations qui existent entre Pygmées et Bantu. Pour Bouki (2010), les Pygmées sont confrontés à leur propre histoire. Celle-ci se caractérise par la sécularité et la complexité des relations que les Pygmées entretiennent avec leurs voisins non-Pygmées. Ce contexte historique constitue un véritable goulot d’étranglement dans leur intégration au développement. À ce propos, l’auteur affirme :

Les difficultés d’adaptation de ce peuple condamné à cohabiter avec les Bantous depuis leur sédentarisation constituent une épine dorsale de schémas de développement élaborés par les politiques. (Bouki, 2010)

65De l’argumentaire qui précède, on note que les actions de développement à l’endroit des Pygmées en général et des Bakola / Bagyeli en particulier commandent aux développeurs une combinaison d’approches. C’est-à-dire, une orientation stratégique qui privilégie à la fois l’approche intégrative et l’approche inclusive. Le processus d’inclusion sociale n’a pas constituée une piste qui aurait permis d’assurer la sauvegarde de l’équilibre social entre les acteurs en compétition autour de la construction des infrastructures sociales dans les villages de Bidjouka et de Ngoyang. On peut également penser que la durabilité ainsi que la pérennisation des différents projets de développement n’ont pas été prises en compte dans les phases de conception des différents projets.

66En effet, la « situation locale » qui prévaut dans les rapports de cohabitation entre les Bakola / Bagyeli et leurs voisins impose aux intervenants extérieurs de privilégier des approches qui prennent compte des intérêts mutuels des différents groupes sociaux. Car, la qualité des relations ainsi que le climat social qui caractérisent les rapports de cohabitation Bantu-Bakola / Bagyeli dépendent en majeure partie de la convergence des intérêts entre ces acteurs autour de la mise en œuvre des projets de développement. Lorsqu’une intervention extérieure n’est pas profitable aux Bantu ou que celle-ci vise à remettre en cause leur « prétendue supériorité » sur les Pygmées qu’ils considèrent comme leurs « biens », on assiste à des actes de sabotage voire des attitudes dépréciatives à l’endroit des ONG. Pour illustrer cette attitude dépréciative et de dénigrement des Bantu au sujet des actions menées sur le terrain par les ONG, un Ewondo de Ngoyang soutient :

C’est vous les ONG et tous ces gens qui viennent de Yaoundé qui amenez le désordre dans ce village. Comment les Pygmées pourront-ils encore nous respecter ? Vous donnez trop d’importance à ces Pygmées. Pour quels résultats ? Je ne sais pas. Regardez seulement comment ils entretiennent les vêtements que vous leur offrez ! Un Pygmée reste un Pygmée. Même si tu l’amènes en Europe, quand il reviendra ; il va retourner en brousse continuer à chasser le rat palmiste. Pourquoi vous ne faites pas ces choses aux gens qui en ont vraiment besoin ? Vous énervez ! (O, J, homme Ewondo du village Ngoyang)

67En guise de conclusion partielle, nous pouvons affirmer que les actions des ONG dont les Ngumba et les Ewondo ne tirent pas profit créent chez ces derniers des jalousies, du mécontentement et de la frustration. Des lors, l’approche unidirectionnelle qui a été privilégié par les développeurs a contribué à exacerber les tensions qui existent dans la cohabitation entre ces communautés voisines. Il est très difficile pour les Bantu de voir que les « moins que rien » d’hier soient aujourd’hui logés à meilleure enseigne qu’eux, les « maîtres-civilisateurs ».

Foncier et axes d’intervention des ONG en milieu rural

68La confiscation et l’appropriation des terres par les Bantu font partie des causes récurrentes des conflits qui jalonnent les rapports de cohabitation entre ces communautés territorialement voisines. Que l’on soit à Bidjouka ou à Ngoyang, la réalité est la même. Les Pygmées se plaignent de ne pas bénéficier d’un accès privilégié au foncier pour pouvoir exercer leurs activités socioculturelles. Sur la question de l’accès au foncier, nous tenons d’un kola ce propos :

  • 26 Entretien réalisé le 28 décembre 2009

Les Ewondo disent que tout ça ce sont leurs terres. Ils disent que nous les Pygmées nous devons quitter d’ici et que le terrain leur revient26. (N. S., Chef Bakola d’un hameau de Nkouonguio/ Ngoyang)

69Cette situation est d’autant plus complexe qu’au Cameroun l’on note qu’il y a une cohabitation entre deux corps de normes (traditionnelles et modernes) pour réguler la question foncière. Le pluralisme de droits, de normes, de représentations culturelles et de stratégies d’accès à la terre sont l’expression de la complexité qui caractérise l’accès au foncier sur le plan juridique. Cette situation renvoie à une problématique centrale qui porte sur « la coexistence entre les systèmes coutumiers et officiels de tenure foncière ainsi qu’à celle de la transmission des droits fonciers » (Diaw et Njomkap 1998).

  • 27 N. J., leader Kola, entretien réalisé le 05 janvier 2010.

70Pour comprendre la complexité qui caractérise l’accès des Bakola / Bagyeli au foncier, nous interrogeons leur historiographie ainsi que le processus de leur sédentarisation. En effet, leur mode de vie actuel (sédentarisme) s’inscrit dans un long cheminement qui a été amorcé depuis les années 1960. La présence d’habitations bakola / bagyeli aux abords des routes carrossables marque le début de leur sédentarisation. Ces derniers avaient vécu en forêt jusqu’avant la période post-coloniale du Cameroun. Dès 1960, et dans l’optique d’assurer le contrôle sur toutes ses populations, l’État naissant met en place des politiques de recasement. Celles-ci ont été mises en œuvre sans le consentement des populations concernées. C’est ainsi que, d’après un informateur Kola, « les Pygmées furent sommés de quitter les forêts pour venir s’installer aux abords des routes27 ». Face à cette situation, les Bakola / Bagyeli de manière progressive empruntèrent la voie de la semi-sédentarisation. Car, bien qu’installées dans des villages, ils gardèrent un lien très étroit avec leur territoire forestier.

71La présence des Pygmées au sein des villages bantu est donc une émanation des politiques gouvernementales. Dès lors, l’accès au foncier pour ces communautés nouvellement installées devenait une préoccupation qu’il fallait prendre en compte. Pour se loger, se nourrir, voire mener leurs activités socioculturelles, ces derniers avaient, en effet, besoin de disposer d’un capital foncier. Mais cette préoccupation n’a pas été prise en compte à ce stade de l’expérimentation de leur sédentarisation à travers leur cohabitation avec les Bantu. Or, l’accès au foncier est un gage de paix et d’harmonie pour les différentes communautés qui partagent un même espace de vie. En effet, d’après Antang :

La terre confère au peuple le pouvoir social, culturel, économique et politique. Sa disposition [la capacité à pouvoir en disposer] confère une certaine autonomie au possesseur. (Antang 2010 : 30)

72En sédentarisant les Bakola / Bagyeli, aucune disposition n’a été prise pour assurer et garantir leur accès à la terre pour pouvoir en disposer et en jouir pleinement. Cette situation de non droit a fait le lit à la gestion sans partage des Bantu sur le patrimoine foncier.

73Les terres en zone forestière ont toujours fait l’objet d’une gestion collective, et elles se transmettent par héritage, prêt à courte durée ou don sans compensation. Cependant, depuis bientôt deux décennies, la terre, les forêts et les ressources naturelles, font l’objet d’enjeux multiples. Cette nouvelle situation provient de la ligne du tracé de l’oléoduc pipeline Tchad-Cameroun qui traverse les arrondissements de Lolodorf et de Bipindi, l’implantation des compagnies forestières et minières, l’extension des complexes agro-industriels et la forte anthropisation des espaces forestiers à des fins agricoles. L’analyse des représentations culturelles autour du foncier au sein des villages de Bidjouka et de Ngoyang est un indicateur qui permet de mieux comprendre les modes de raisonnements, les conduites et les façons d’agir des Ngumba et des Ewondo. Notons que chez ces derniers, la terre fait partie des éléments essentiels de l’organisation et du fonctionnement de la société. L’accès et le contrôle de la terre sont des droits inaliénables dans les sociétés forestières camerounaises en général et ngumba / ewondo en particulier. La terre a un caractère sacré : « Source de vie, pouvoir magique, le sol joue un rôle central dans le jeu des forces spirituelles et des interactions » (Munkner et al. 1996). En partageant cette réalité, les membres d’un groupe ou d’une communauté sont animés par des représentations sociales communes.

74Les préalables devant garantir un accès équitable au foncier n’ayant pas été définis, le processus qui a progressivement conduit à la sédentarisation des Bakola/ Bagyeli, dans leurs différentes localités d’implantation, est porteur de tensions sociales. Cette situation, de notre point de vue, est un facteur qui empêche le développement social et politique des Pygmées. Aussi la maîtrise et la compréhension de ce contexte devraient-elles sous-tendre la mise en œuvre des interventions par les développeurs. Cela n’a pas été le cas lors de la construction des infrastructures sociales pour les Bakola / Bagyeli dans les localités de Bidjouka et de Ngoyang. Il n’y a pas eu de consultations par rapport au choix des sites sur lesquels devaient être réalisés ces projets.

75Le problème du foncier dans le cadre de la mise en œuvre des projets de développement dans le contexte qui est le nôtre est très complexe. En effet, l’accès équitable à la terre pour la réalisation des activités socioculturelles par les Bakola / Bagyeli dans les différentes localités où ils sont implantés n’est en réalité qu’un trompe-l’œil. Lorsque les Bantu et les Pygmées sont mis en compétition pour la redistribution des redevances forestières, ou d’autres compensations financières comme ce fut le cas lors du passage de l’oléoduc (pipeline Tchad-Cameroun), les Bantu se sont positionnés comme les propriétaires incontestés du patrimoine foncier, par conséquent comme les seuls bénéficiaires. Cette position des Ngumba et des Ewondo n’est pas toujours très bien perçue par les ONG, qui ainsi paraissent faire l’impasse sur le fait que l’espace est soumis à des dynamiques locales. Un projet de développement met toujours en jeu du territoire ou des spatialités ; il est, aussi, un « objet géographique ». Comme le souligne Lévy (1994), qui met au cœur de la réflexion le triptyque territoire / acteur / développement, il faut s’intéresser à la dimension spatiale des sociétés : privilégier une action volontaire et organisée autorisant un « agir ensemble » et un « vivre ensemble ».

76Selon Pascail (2005 : 67), très souvent certains acteurs affirment une supériorité sociale, occupent l’espace ou le territoire comme autant de « citadelles imprenables ». Il en est de même des dynamiques à l’intérieur des sociétés qui les conduisent vers une certaine évolution marquée par la domination de certains groupes sur d’autres. Cette domination se traduit dans les faits par des situations où l’on passe du simple exercice du pouvoir à l’appropriation du pouvoir. Cette situation a comme conséquence la confiscation du territoire par ceux qui exercent le pouvoir et qui les conduit à protéger cet espace et à refuser de le partager avec d’autres groupes. La préservation et la protection des terres par les Bantu est l’un des enjeux majeurs des nombreux conflits qui émaillent depuis deux décennies les rapports de cohabitation entre ces communautés territorialement voisines (Bitouga 2011). Sur la question de l’accès au foncier par les Bakola un responsable de l’ONG GRAD-PRP souligne :

  • 28 Entretien réalisé le 28 décembre 2009.

La question foncière est un problème très sérieux entre les Bantu et les Pygmées. Les Ewondo sont allés jusqu’à dire que comme les ONG soutiennent les Pygmées dans tout ce qu’ils font, les ONG doivent leur donner de l’argent pour leur terrain sur lequel est construit le foyer. La raison évoquée par ceux-ci vient du fait qu’ils disent que ce sont eux qui ont donné les terres aux Pygmées pour que ceux-ci puissent s’y installer. Les Bantu affirment avoir été abusés parce que, disent-ils : « Nous croyions que les Pygmées étaient juste là pour quelques temps et qu’après ils devaient retourner en forêt. » C’est la raison pour laquelle ils ont demandé au SAILD de les payer pour leurs terres qu’ils avaient cédées aux Pygmées28. (MPF, Responsable GRAD-PRP)

77Nous retenons de cet axe de discussion que les ONG qui interviennent dans l’environnement pygmée devraient prendre en compte la dimension culturelle du milieu notamment, l’historiographie de l’occupation de l’espace et le mode de gestion du foncier. Le développement doit en passer par le repérage d’un système de valeurs, de croyances, de représentations qui agissent comme des filtres pour la mise en place des actions sur le territoire.

Conclusion

78À travers cette étude de cas qui a porté sur la compréhension des conflits qui prévalent dans les rapports de cohabitation entre les Bakola / Bagyeli et leurs voisins Ngumba et Ewondo, nous n’avons aucunement la prétention d’envisager une généralisation des résultats issus de cette recherche. Nous pensons avoir amené quelques données nouvelles qui contribueront à une meilleure compréhension des conflits intercommunautaires entre les Pygmées et les Bantu. Nous avons tout au long de notre démarche fait un effort de mettre en perspective les données collectées sur le terrain avec celles qui sont disponibles à l’échelle sous-régionale.

79Les Bakola / Bagyeli comme tous les autres peuples pygmées entretiennent des relations de réciprocité avec leurs voisins non-pygmées. Ces peuples échangent réciproquement des biens et des services. D’une part, les Pygmées prélèvent les produits de la forêt et commercent avec les villageois. D’autre part, ils apportent leurs concours à la réalisation des travaux domestiques et champêtres chez leurs voisins. En contrepartie, ils jouissent de la protection de leurs « partenaires traditionnels ». Toutefois, l’on note que ces relations de coexistence sont de manière lancinante teintées de conflits. Ceux-ci, qu’ils soient ouverts ou larvés alimentent le quotidien de ces communautés territorialement voisines.

80En outre, l’on observe également que l’attitude paternaliste des Ngumba à l’endroit des Bagyeli et la volonté de subordination des Bakola par les Ewondo sont des conditions qui ne garantissent pas une cohabitation pacifi entre ces ethnies. Ces attitudes sont apparues comme sources de tension et ne favorisent pas la mise en œuvre des projets de développement dans les hameaux pygmées. En effet, il est ressorti que la construction des infrastructures sociales pour les Bakola / Bagyeli par des ONG a eu comme incidence majeure l’exacerbation d’un climat conflictuel entre ces groupes ethniques.

81Au-delà des causes manifestes des conflits qui ont été étudiés à Bidjouka et à Ngoyang, l’étude a permis de relever que la non prise en compte des « réalités locales » par les ONG est porteuse de tension entre les Bakola / Bagyeli et les Bantu. En décidant d’orienter leurs interventions sur le terrain uniquement en direction des Bakola / Bagyeli, ces agents développeurs contribuent à faire naître des positions virulentes et engagées ainsi que de la jalousie chez les Ngumba et les Ewondo. Les Bantu se sentent marginalisés, délaissés et peu pris en compte par les ONG. La conséquence immédiate est la mise en place des stratégies d’intimidation ainsi que de mécanismes d’accaparement des retombées des différents projets dont les Bakola/ Bagyeli sont les principaux bénéficiaires.

82Nous l’avons vu, la question du foncier a été très peu prise en compte par les ONG. Or, ce facteur est apparu comme le point phare de revendication des Bantu pour justifier leur attitude défavorable à l’égard des ONG. Dès lors, la mise en œuvre des projets de développement dans un contexte similaire à celui de cette recherche suggère la connaissance et la compréhension de la dimension culturelle du milieu notamment, l’historiographie de l’occupation de l’espace par les acteurs ainsi que le mode de gestion du foncier qui structure le fonctionnement de ces sociétés. En définitive, le développement en tant que processus a une portée certes globale, mais devrait prendre en compte les « situations locales » dans sa mise en œuvre. De ce fait, tous les facteurs et tous les acteurs, qu’ils soient passifs ou actifs doivent être concernés. Une simple information des populations ne saurait être suffisante ; et l’implication des acteurs qui sont en interrelation dans l’arène ne peut plus se résumer à la réalisation des activités définies à l’avance par les intervenants extérieurs. Nous pensons dès lors que les actions qui devraient être menées par les ONG en milieu communautaire doivent s’inscrire dans une approche intégrative et inclusive, c’est-à-dire, prendre en compte le fait que le développement est à la fois social et humain.

Haut de page

Bibliographie

Abega Séverin Cécile, Bigombe Logo Patrice (éd.), 2006, La marginalisation des Pygmées d’Afrique centrale, Paris et Saint-Geosmes Maisonneuve et Larose & Afredit.

Antang Yamo, 2010, Les Pygmées d’Afrique centrale dans l’étau de la déforestation et de la privatisation de l’espace : quelle chance de survie ?, Enjeux-Bulletin d’Analyses Géopolitiques pour l’Afrique Centrale (Yaoundé) : Exclusions en Afrique Centrale 44 : 26-33.

Appadurai Arjun, 1996, Modernity at Large Cultural Dimensions of Globalization, Minneapolis, University of Minnesota Press.

Bahuchet Serge, 1991, Les Pygmées d’aujourd’hui en Afrique centrale, Journal des Africanistes 61 (1) : 5-35.

— 1993, L’invention des Pygmées, Cahiers d’études africaines 33 (1) : 153-181.

— 1992, Dans la forêt d’Afrique centrale ; les Pygmées Aka et Baka, Paris, Peeters-SELAF.

— 2012, Pygmées ou « pygmées » ? Quelques étapes pour une meilleure compréhension du complexe des communautés sylvestres d’Afrique Centrale, Journal des Africanistes 82 (1-2) : 5-14.

Bailey Frederick George, 1969, Strategems and Spoils. A social anthropology of politics, Oxford : Basil Blackwell.

Balandier Georges (dir.), 1968, Dictionnaire des civilisations africaines, Paris, Fernand Hazan.

— 1982, Sociologie actuelle de l’Afrique Noire, Paris, PUF.

— 2004 [1971], Sens et puissance : les dynamiques sociales, Paris, PUF.

Bierschenk Thomas, Sardan Olivier (de), 1997, Locals powers and a distant state in rural Central African Republic, Journal of Modern African Studies 35 (3) : 441-468.

Bigombe Logo Patrice, 2006, Repenser les approches et responsabiliser les Pygmées, document Activités scientifiques de la FPAE. La société camerounaise[1ère éd. in Mutations, août 2004 : Les Pygmées et les programmes de développement au Cameroun, repenser les approches et responsabiliser les Pygmées, Centre pour l’environnement et le développement, Rapport de la quatrième édition du Libandi célébré à Miatta (Djoum)].

Bitouga Bernard Aristide, 2011, Construction des infrastructures sociales pour les Bakola/Bagyeli : contribution à une ethno-anthropologie du conflit, Mémoire de Master 2, Université de Yaoundé I.

Bouki Théophile, 2010, Les forêts communautaires au Sud-Cameroun, un modèle d’application du développement durable à l’échelle villageoise ? Thèse de Doctorat en Sociologie au LADYSS/CNRS Université Paris 10 Nanterre.

Colin Roland, 1985, Interaction dynamique des acteurs et des facteurs dans une stratégie du développement endogène : théories et pratiques, Paris, Document UNESCO, Division de l’étude du Développement.

Crozier Michel, FriedBerg Herbert, 1977, L’acteur et le système, Paris, Éditions du Seuil.

Dahrendorf Ralf Gustav, 1959, Class and Class Conflict in Industrial Society, Stanford, Stanford University Press.

Debos Marielle, Goheneix Alice, 2005, Les ONG et la fabrique de l’ « opinion publique internationale », Raisons politiques 3 (19) : 63-80.

Diaw Chimere Mariteuw, Njomkap Jean-Claude, 1998, La terre et le Droit. Une anthropologie institutionnelle de la tenure coutumière, de la jurisprudence et du droit foncier chez les peuples bantou et pygmées du Cameroun méridional forestier, Document de travail, Yaoundé, Inades-Formation-Cameroun.

Dounias Edmond, 1987, Ethnoécologie et alimentation des Pygmées Bagyeli-Sud-Cameroun, Le Havre, ISTOM, Rapport de stage, 83 p., multigraph.

Epelboin Alain, 2012, Fierté et « pygmitude » : racismes et discriminations positives, Journal des Africanistes 82 (1-2) : 73-106.

Giolitto Pierre, 2006, Histoire de l’école. Maîtres et écoliers de Charlemagne à Jules Ferry, Paris, Imago.

Gluckman Max 1940, Analyse d’une situation sociale dans le Zoulouland moderne, Études Bantue 14 : 1-30.

— 1956, Custom and conflict in Africa; London, Blackwell.

Joiris Daou Véronique, 1998, La chasse, la chance, le chant. Aspect du système rituel des Baka du Cameroun, Thèse de doctorat, Université libre de Bruxelles.

— 1992, Entre le village et la forêt ; place des femmes Bakola et Baka dans des sociétés en voie de sédentarisation, in Florence Pinton, Mireille Lecarme et Jeanne Bisillat (éd.), Relations de genre et développement, femmes et sociétés, Paris, ORSTOM : 125-148.

— 2003, The framework of Central African hunter-gatherers and neighbouring societies, African Study Monographs, Suppl. 28: 57-79.

Keck Margaret, Sikkink Kathryn, 1998, Activists beyond borders: Advocacy networks in international politics, Ithaca, (New York), Cornell University Press.

Laburthe-Tolra Philippe 1981, Les seigneurs de la forêt. Essai sur le passé historique, l’organisation sociale et les normes éthiques des anciens Béti du Cameroun, Paris, Karthala.

LegoutÉ Jean Ronald, 2001, Définir le développement : historique et dimensions d’un concept plurivoque, Economie politique internationale, Cahier de recherche 1 (1), Montréal, Université du Québec : 1-43.

Levy Jacques, 1994, L’espace légitime. Sur la dimension géographique de la fonction politique, Paris, Les Presses de Sciences Po.

Lewis Jerome, 2002, Forest hunter-gatherers and their world: a study of the Mbendjele Yaka Pygmies of Congo-Brazzaville and their secular and religious activities and representations, PhD, London School of Economics and Political Science.

Loung Jean-Félix, 1959, Les Pygmées de la forêt de Mill. Un groupe de Pygmées camerounais en voie de sédentarisation, Les Cahiers d’Outre-Mer 48 : 362-379.

Lussault Michel, 2009, De la lutte des classes à la lutte des places, Paris, Grasset « Mondes vécus ».

Manga NdJie Henriette, 2009, Les Pygmées face à l’école et à l’État : Les Baka de l’Est du Cameroun, Paris, L’Harmattan.

Menard Olivier (éd.), 2005, Le Conflit, Paris, L’Harmattan (Logiques Sociales). Munkner Hans, Okoth Ogendo, Kirk Michael, 1996, Droits et régimes fonciers. Les régimes fonciers en Afrique : droits d’usage collectifs ou propriété individuelle ? Quelques réflexions sur la réforme des régimes fonciers et la gestion des ressources. Législation et institutions dans le Sahel : le cas du Niger, Agriculture et Développement Rural : 2-3.

Ngima Mawoung Godefroy, 1993, Le système alimentaire des groupes pygmées Bakola de la Région de Campo (Sud-ouest du Cameroun), Thèse de doctorat, Université Paris V.

— 2001, The relationship between the Bakola and the Bantu peoples of the coastal regions of Cameroon and their perception of commercial forest exploitation, African Study Monographs, suppl. 26: 209-235.

Pascail Laurent, 2005, Les conflits interpersonnels dans les organisations : Blocages ou dynamiques ?, in Olivier Menard. (éd.), Le Conflit, Paris, L’Harmattan : 63-73.

Robillard Marine, 2010, Pygmées Baka et voisins dans la tourmente des politiques environnementales en Afrique Centrale, Thèse, Muséum national d’histoire naturelle, Paris.

— 2012, De la nécessité d’étudier les relations interethniques pour appréhender la dynamique du changement : le cas des Baka et des Fang-Mvè de Minvoul (Gabon), Journal des Africanistes 82 (1-2) : 137-166.

Robillard Marine, BAhuChet Serge, 2012, Les Pygmées et les autres : terminologie, catégorisation et politique, Journal des Africanistes 82 (1-2) : 15-54.

Sardan (De) Olivier, 2003, L’enquête socio-anthropologique de terrain : synthèse méthodologique et recommandations à usage des étudiants, Études et Travaux 13.

Scott James, 1985, Weapons of the weak : everyday form of peasant resistance, New Haven, Yale University Press.

Turner Tajfel, 1979, An integrative theory of intergroup conflict, in S. Worchel, W. Austin (eds.), The social psychology of intergroup relations, Pacific Grove, CA/Brooks/Cole.

Terashima Hideaki, 1986, Hunting life of thee Bambote: An anthropological study of hunter-gatherers in a wooded savanna, Senri Ethnological Studies 6: 223-268. Wright Robin, 1988,Anthropological presuppositions of indigenous advocacy, Annual Review of Anthropology 17: 365-390.

Zelao Alawadi, Meyanga Tongo Yves, 2010, Les Pygmées de l’Afriquecentrale entre marginalisation sociale complexe et déclassement institutionnel : quelques illustrations à partir des Pygmées du Cameroun, Enjeux-Bulletin d’Analyses Géopolitiques pour l’Afrique Centrale (Yaoundé) : Exclusions en Afrique Centrale 44 : 12-19.

La Constitution de la République du Cameroun, 2008, Les Éditions de l’Imprimerie Nationale.

La Déclaration Universelle des droits des Peuples Autochtones, disponible sur : http://www.un.org/esa/socdev/unpfii/documents/faq_drips_fr.pdf Consulté le 16 mars 2012.

Haut de page

Notes

1 Les Bakola/Bagyeli sont l’un des trois principaux groupes de Pygmées du Cameroun. Ils sont localisés dans la région côtière. Nous conserverons ces noms et cette orthographe pour la suite de notre étude. Ngyeli au singulier et Ba-Gyeli au pluriel. C’est ce nom qu’ils se donnent eux-mêmes au Sud, dans la zone de Kribi, alors que leurs frères du Nord, zone de Lolodorf, se nomment Ba-Kola (sg. Kola).

2 Relation asymétrique (Robillard 2012 : 139), de clientélisme, de patronage ou de propriété (Ngima 2001).

3 Informations recueillies au cours de l’entretien réalisé avec M L, le 06 février 2011.

4 Information recueillie au cours des entretiens menés avec les Ewondo de Ngoyang.

5 Colin (1985) les nomme : « facteurs de développement » ; il s’agit notamment des facteurs technologiques, économiques, politiques, familiaux, de ceux qui sont constitutifs de la personne et des facteurs idéologiques (Colin, 1985 : 8-9).

6 CBCS : Cameroon Biodiversity Conservation Society ; FEDEC : Fondation pour l’Environnement et le Développement au Cameroun ; FONDAF : Foyer Notre-Dame de la Forêt ; GRAD PRP : Groupe de Recherche et d’Action pour le Développement des Populations Rurales et Pygmées ; RAPID : Réseau d’Action Participative aux Initiatives de Développement.

7 Les principaux hameaux pygmées qui sont rattachés au village Bidjouka sont Bingambilli, Binzambo, Maschouer-Maschouer, Namasambi et Yandiboto.

8 Les principaux hameaux pygmées qui sont rattachés au village Ngoyang sont Matsindi I et II, Mimbiti I et II, Fuer Ngier et Nkouonguio.

9 Les données sociodémographiques contenues dans ce travail sont tirées des résultats du dernier Recensement Général de la Population et de l’Habitat réalisé au Cameroun en 2005.

10 Ce terme nouveau dans le champ de l’anthropologie, emprunté à Robillard et Bahuchet (2012 :16), peut se traduire par « plaidoyer ». Il désigne des ONG dont l’activité principale est d’attirer l’attention et de mobiliser l’opinion nationale et internationale sur des problèmes relevant des droits de l’Homme ou liés à l’environnement (Debos et Goheneix 2005, Keck et Sikkink 1998, Wright 1988).

11 « Pygmée (s) » renvoie au nom et « pygmée(s) » à l’adjectif invariable en genre.

12 Les traits physiques des Pygmées classiquement décrits font ressortir : leur petit gabarit, une pigmentation assez claire, une bouche large et des lèvres étroites.

13 Bien évidemment la notion de conflit était déjà au cœur du paradigme marxiste. Mais divers auteurs extérieurs à cette tradition ont mis en évidence l’importance des conflits, comme Dahrendorf (1959), en macrosociologie, Crozier (1964) en sociologie des organisations.

14 Le conflit est déjà un thème d’un des premiers ouvrages de Gluckman (1940), mais prend plus d’importance dans ses publications ultérieures, comme celle de 1956.

15 Somalomo est une localité qui se situe entre Messamena (Est) et Zoatelé (Sud) du Cameroun.

16 Le descriptif de l’histoire migratoire des Ngumba de Bidjouka a été obtenu après l’exploitation des données issues de l’entretien réalisé avec M L, le 06 février 2011 à Bidjouka-Oranger.

17 Cité par Bigombe Logo (2006 : 6-7), qui précise simplement : Winkelmolen Bretin, 1996, Appui au développement des Pygmées. Recherches sur une approche spécifique, communication au colloque de Leiden, pp.3-4.

18 Exemples du nom de l’esclave dans les langues d’ethnies en contact avec les Bakola/Bagyeli dans les arrondissements de Bipindi et Lolodorf : Ngumba-Mabi (luě), Ewondo-Fang (o.lô : A72, Vincent et Bouquiaux 1985 : 98-99) et Basa-Bakoko (libi).

19 Dans les propos qui suivent, les différents noms ethniques ne visent pas à essentialiser les appartenances ; elles servent effectivement de références, sans inférer bien sûr, pour nous, des qualités propres à chacun (groupes et personnes).

20 Entretien réalisé le 28 décembre 2009.

21 Entretien réalisé le 6 janvier 2010.

22 CCS/PPTE : Comité Consultatif de Suivi des Projets de l’initiative « Pays Pauvres Très Endettés ».

23 Le formulaire du certificat d’abandon de droits coutumiers doit être rempli et signé par le vendeur, l’acquéreur de la parcelle et par deux témoins de chacune des parties, avant d’être soumis à la signature du chef de la chefferie de 3e degré dans le ressort duquel est située la parcelle.

24 Selon Appadurai (1996 : 18), cité par Robillard, le local est une intervention permanente. Ce sont en effet les groupes qui produisent leur local dans un contexte déterminé et non la pesanteur d’un territoire qui façonne le groupe (Marine Robillard 2010 : 143).

25 Cité par Bigombe Logo 2006, voir supra.

26 Entretien réalisé le 28 décembre 2009

27 N. J., leader Kola, entretien réalisé le 05 janvier 2010.

28 Entretien réalisé le 28 décembre 2009.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1: Localités couvertes par l’enquête.
Crédits Source : Carte proposée par NGIMA (2001) et modifiée par BITOUGA 2013.
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/4010/img-1.png
Fichier image/png, 231k
Titre Photo 1: Bâtiment à l’abandon ayant servi de foyer pour les filles bakola scolarisées.
Crédits © Aristide Bitouga (Ngoyang 2009).
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/4010/img-2.png
Fichier image/png, 232k
Titre Photo 2 : Logements sociaux de Bidjouka.
Crédits © Aristide Bitouga (Bidjouka 2010).
URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/4010/img-3.png
Fichier image/png, 301k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ngumba and Ewondo et Bernard Aristide Bitouga, « Projets de développement et réactivation des conflits entre les Pygmées Bakola/Bagyeli et leurs voisins Ngumba et Ewondo », Journal des africanistes, 84-2 | 2014, 124-136.

Référence électronique

Ngumba and Ewondo et Bernard Aristide Bitouga, « Projets de développement et réactivation des conflits entre les Pygmées Bakola/Bagyeli et leurs voisins Ngumba et Ewondo », Journal des africanistes [En ligne], 84-2 | 2014, mis en ligne le 01 février 2016, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/4010

Haut de page

Auteurs

Ngumba and Ewondo

Bernard Aristide Bitouga

DÉPARTEMENT D’ANTHROPOLOGIE, UNIVERSITÉ DE YAOUNDÉ I

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org