Navigation – Plan du site
Mélanges
Notes et documents

Informations

p. 289-301

Nouveaux membres de la société des africanistes 2009- 2010

Véronique PETIT

Née en 1965, Véronique Petit est maître de conférences à l’Université Paris Descartes et responsable de l’équipe « Migrations internationales et dynamiques sociales » de l’UMR CEPED. Docteur en démographie, diplômée de l’Université Paris V, elle a soutenu en 1996, sous la direction d’Yves Charbit, une thèse intitulée Migrations et société Dogon. En 2008, elle a passé son Habilitation à Diriger des Recherches à l’Université Paris X-Nanterre sous la direction de M. E. Cosio. Ses terrains de recherche se situent au Mali (en pays Dogon), en France et au Portugal, avec pour thèmes principaux : les trajectoires migratoires et la construction identitaire entre démographie, sociologie et anthropologie. Elle a publié en 1997 « Le va-et-vient identitaire. Migrants portugais et villages d’origine », Paris, INED, Cahier, n°140, et en 2004 (en collaboration avec M.L. Helluy des Robert), l’ouvrage Entre résistance et changement : la planification familiale en milieu rural sénégalais aux Editions L’Harmattan.

Emilie GUITARD

Emilie Guitard est née en 1983. Elle rédige une thèse de doctorat d’ethnologie intitulée Représentations et pratiques de traitement des déchets à Garoua (Nord- Cameroun) : le tas d’ordure comme « objet de pouvoir » dans le paysage urbain, sous la direction de G. Augustins du Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative (LESC) de Paris X-Nanterre, et de C. Seignobos (IRD), à l’Ecole Doctorale « milieux, cultures et sociétés du passé et du présent » de l’Université Paris-Ouest-la Défense. Monitrice-enseignante au département d’Ethnologie de l’Université Paris X-Nanterre, elle assure les TD de Licence 2 « Religions du Livre, religions autres » et de CM Master I « Anthropologie politique de l’Afrique ». Ses terrains de recherche se situent essentiellement au Nord-Cameroun et au Niger dans le cadre du CIRAD et de l’IRD.

Franck DERRIEN

Franck Derrien, né en 1976, est géographe anthropologue. Rattaché au Laboratoire Méditerranéen de Préhistoire Europe-Afrique de la MMSH d’Aix-en- Provence, il prépare un doctorat à l’Université de Provence, sous la direction de François Paris. Son sujet de thèse porte sur l’Analyse de l’occupation humaine du Sinaï central durant l’holocène. De 2004 à 2006, il a été expert géographe rattaché au Ministère des Affaires Etrangères, affecté à l’Institut de Recherche pour le Développement et détaché à l’Institut Français d’Archéologie Orientale au Caire (Egypte). Depuis 2008, il est chercheur associé au Centre d’Etudes et de Documentation Economique, Juridique et Sociale (CEDEJ) de Khartoum au Soudan.

Vincent SEDOGO

Né en 1967 à Boulsa au Burkina Faso, Vincent Sedogo est docteur en histoire africaine de Ouagadougou. Depuis mars 2006, il est attaché de recherche à l’Institut des Sciences des Sociétés (INSS) du Centre National de la Recherche Scientifique et Technologique (CNRST) de Ouagadougou. Depuis octobre 2002, il est directeur de la coopération scientifique et des relations publiques du CNRST. En 2009, il a publié « Aperçu sur l’histoire précoloniale de Bulsa, un royaume moaaga du Burkina Faso », in L’histoire des royaumes et chefferies au Burkina Faso précolonial, sous la direction de Pierre Claver Hien, et Mustapha Gomgnimbou, Edition scientifique DIST, CNRST, Burkina Faso, Ouagadougou. De 1992 à 1998, il a été enseignant d’histoire et de géographie au Lycée Saint Joseph.

Etienne Hertz NJEUNDAM

Né en 1972, Etienne Hertz Njeundam est socio-anthropologue, spécialiste des échanges économiques et sociaux, du symbolisme et de l’inter-culturalité dans les institutions et les organisations. En 2009, il a soutenu une thèse de doctorat de socio-anthropologie du développement à l’Université Paris Descartes-Sorbonne, ayant pour titre Symbolisme et matérialité dans les systèmes collectifs d’échanges marchands : les bars de Yaoundé (Cameroun). En 2003, il a acquis une formation aux pratiques de la sociologie d’intervention à l’IRESCO/CNRS. De 2003 à 2006, il est vacataire au Service des Œuvres Universitaires et chercheur acteur du collectif CASI, CRAJEP de la délégation du Ministère de la Jeunesse et des Sports de la Région de Bretagne (France). Consultant en 2008 à l’Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE/OECD), il est spécialiste de la sociologie de la consommation et de l’anthropologie des échanges marchands et non-marchands.

Aboubakar CIRE SY

Aboubakar Ciré Sy est sociologue et gestionnaire d’ONG et de projets de développement et l’humanitaires. Il est diplômé de l’EHESS d’un Master II en sciences sociales, mention « Territoires, espaces et sociétés », avec pour titre Discrimination par la langue, exil, ghettoïsation et vie des réfugiés mauritaniens en France, et de sociologie à Paris III avec pour spécialisation les politiques sociales, le droit de la citoyenneté. Il a écrit L’apport de l’alphabétisation fonctionnelle dans la promotion féminine : le cas du PAPF de Dakar, dans le cadre d’un mémoire de maîtrise en économie appliquée. De 2006 à 2007, il est coordinateur de programmes à la World Vision au Sénégal. En 2004 et 2005, il est chargé de mission de la composante OP/PSAOP/Banque Mondiale auprès du CNCR. En 2003 à 2004, il est conseiller institutionnel à la Coopération Autrichienne pour le Développement (EWA).

Valérie GOLAZ

Née en 1973, chargée de recherche de 1ère classe à l’INED, affectée à l’UMR 196 CEPED, Paris Descartes INED-IRD, Valérie Golaz est responsable de l’équipe « Famille et solidarités » de l’UMR-CEPED et responsable du groupe de travail international ValDemo (Valorisation des données démographiques nationales). En 2002, elle a soutenu un doctorat de démographie économique à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris, intitulé Croissance démographique, pression foncière et diversification économique : une analyse biographique des stratégies de survie à Magenche (Gucha District, Kenya), sous la direction de Daniel Courgeau (Directeur de recherche, Institut National d’Etudes Démographiques). Elle a publié en 2009, un ouvrage intitulé Pression démographique et changement social au Kenya. Vivre en pays gusii à la fin du XXème siècle, Karthala-IFRA, Paris-Nairobi.

Anne FOURNIER

Née en 1955, Anne Fournier est phytoécologue à l’IRD, UMR 208 « Patrimoines locaux », IRD/MNHN Département HNS, spécialiste de la diversité biologique en savane d’Afrique de l’Ouest, dynamique des peuplements végétaux, anthropisation, pastoralisme, feu de brousse, sites sacrés naturels. Elle est titulaire d’un doctorat d’Etat en 1990 intitulé : Phénologie, croissance et production végétales dans quelques savanes d'Afrique de l'Ouest. Variation selon un gradient de sécheresse de l’Université Paris 6. De 2002-2006, elle est directrice de l’unité de recherche IRD « Aires protégées en Afrique de l’Ouest ». Depuis 2002, elle est responsable de l’UE « Gestion des Écosystèmes terrestres » du master « Écosystèmes terrestres et action de l’Homme » à Orléans. Entre autres ouvrages, elle a publié in DEVINEAU J.L., FOURNIER A., NIGNAN S., 2009, « Ordinary biodiversity in western Burkina Faso (West Africa) : what vegetation do the state forests conserve? » in Biodiversity and Conservation (on line first), et in FOURNIER A., SINSIN B. & MENSAH G.A. (éditeurs), 2007, « Quelles aires protégées pour l’Afrique de l’Ouest ? Conservation de la biodiversité et développement », Éditions de l’IRD.

Philippe DAVID

Né en 1932, Philippe David est magistrat. Diplômé de l’Ecole nationale de la France d’Outremer/ENFOM (en 1959), sa carrière s’est déroulée en Afrique en tant que coopérant, conseiller, consultant au Niger (1960-1964), au Sénégal (1966- 1978), en Côte d’Ivoire (1978-1984), au Soudan (1984-1985), en Centre Afrique et au Zaire (1985-1986), au Togo (1986-1992), etc. Il a effectué de nombreux séjours et voyages essentiellement professionnels dans 30 pays d’Afrique au sud du Sahara d’une durée variant de quelques jours à 12 ans. À chaque étape de sa carrière et à chaque pays de résidence, correspondent des recherches et des publications centrées sur l’histoire, le droit, la sociologie, la justice, les institutions, la culture, les langues et l’iconographie. En 1995, il est un des fondateurs de l’association Images et Mémoires dont il a été président de 1995 à 2009.

Gervais COPPE

Gervais Coppé est socio-économiste et conseiller en développement. Il est intervenu dans les domaines suivants : le développement des sociétés rurales d’Afrique. Il est titulaire d’un DEA de sociologie du développement intitulé Les phénomènes d’acculturation d’un groupe peul, obtenu en 1975 et possède également un certificat de langue et civilisation peules de l’INALCO depuis 1974. Depuis 1967, il s’est concentré sur l’aménagement de l’espace pastoral, les problèmes fonciers, l’organisation économique et sociale des paysans, le suivi et l’évaluation d’opérations de développement. De 1979 à 1987, l’aide d’urgence et sa conversion en aide au développement seront ses domaines d’action. De 1983 à 1987, il s’occupe de la conception et de la réalisation de programmes de formation en milieu rural. Il s’est intéressé à la pratique de la vidéo comme technique d’enquête pour l’évaluation de projets, et a réalisé trois films (conception, tournage et montage), l’aménagement touristique dans une région de France peu équipée : le Quercy (1987 à 2000).

Gervais Coppé a également créé et pris la direction d’une Université Populaire dans le Lot (UTL-PL) depuis 2003. Il a publié un guide pratique d’auto- évaluation des programmes d’alphabétisation (collectif-édition) avec l’Agence de Coopération Culturelle et Technique-1982), et des articles sur la « Réhabilitation des éleveurs nomades sinistrés de la région de Gao (Mali) dans le cadre de la mise en place d’une économie d’oasis (1986) » et la « Situation de l’élevage dans le Gourma central : données socio-économiques-Test d’une méthode d’enquête (1987) ». Il est également l’auteur de deux films vidéo, en format Umatic, à l’intention des organismes de coopération internationale et des bailleurs de fonds : « La sécheresse est-elle prévisible ? » (19 mn-1986), « Quel avenir pour les nomades du Sahel ? » (106 mn-1986) et en format DVD, « Tessalit-Tacharane : une économie oasienne en gestation » (60 mn-2005). Il travaille actuellement sur la question de l’encadrement des communautés pastorales : le cas des nomades touaregs et peuls du Sahel, de la conquête coloniale aux conséquences des cycles de sécheresse, ainsi que l’évolution de la perception des sociétés pastorales par les systèmes administratifs successifs, et les solutions adoptées.

Christian DUPUY

Né le 28 juillet 1959 à Besançon, marié, 3 enfants, Christian Dupuy est docteur en Lettres et Sciences Humaines (Université Aix-Marseille 1), spécialiste de la Pré-Protohistoire africaine et chargé d’enseignement à l’Université tous âges à Lyon 2, à Lyon 3 et à l’Université catholique de Lyon sur le thème Civilisations africaines : art et histoire des origines à la période précoloniale.

Il est également chercheur associé au Laboratoire de Métallurgies et Cultures à l’Institut de Recherche sur les Archéomatériaux de Belfort.

De 1983 à 1996, en tant que lauréat de la Fondation de France et boursier de la Fondation Fyssen, il a effectué de nombreuses missions au cours desquelles il a fait les relevés en situation de près de mille gravures rupestres réparties sur trois stations de l'Aïr méridional (Niger), sur le versant nord-occidental de l'Adrar des Iforas (Mali). Il a mis en oeuvre des comparaisons entre l'art rupestre pré- dynastique de Haute Egypte et celui du Sahara, et fait les relevés en situation de plusieurs centaines de gravures entre Kouft et Kosseir, en tant que boursier du Ministère Français des Affaires Etrangères et du Ministère Egyptien de l'Enseignement Supérieur. Il a également effectué des sondages sur des habitats anciens et des inventaires des centres de production de céramiques dans la vallée de la Kolimbiné (Haut Sénégal, Mali), lors d’une mission financée par le Ministère de la Coopération. De 1997 à 2006, il a étudié en laboratoire les vestiges archéologiques mis au jour lors de missions.

Tilman MUSCH

Titulaire d’une thèse en ethnologie et en anthropologie sur l’espace sibérien et mongol en 2007 à l’INALCO, Tilman Musch est chercheur dans le projet « nouveaux enjeux dans l’espace saharo-sahélien » (NESS; directeur André Bourgeot) de la fondation Maison des Sciences de l’Homme. Il est également chercheur au CDRI/CNRS, sur le nomadisme, les sociétés et les religions dans l’espace turco-mongol et sibérien (directeur André Bourgeot). Tilman Musch effectue des recherches à N’guigmi sur le foncier pastoral et l’exploitation pétrolière, financées par la fondation Fyssen. Depuis 2006, il effectue des travaux au Niger sur les questions du foncier, des conflits sur les marchés à bétail, et s’intéresse à l’ethnobotanique et à la médecine vétérinaire traditionnelle. Des recherches, de 2006 à 2008, en milieu touareg, peul et haussa, ont été financées avec une bourse « Aires culturelles » du Ministère de l’Education Nationale. Au début 2008, il a également effectué des recherches au Nigeria septentrional sur les migrations de pasteurs nomades et les marchés à bétail, avec une bourse de l’IFRA du Nigeria. Son attention s’est portée sur les conceptions de l’espace des nomades bouriates et mongols en incluant des comparaisons avec des sociétés nomades d’Afrique (Touaregs, Peul, Tubu). Son travail se base notamment sur un corpus de textes oraux (chants, devinettes.)

Caroline ROBION-BRUNNER

Née le 11 mars 1975 à Aix-en-Provence, Caroline Robion-Brunner est post- doctorante au Centre d’Etudes des Mondes Africains de l’Université d’Aix-en- Provence et chercheuse associée au Département d’Anthropologie de l’Université de Genève.

Archéologue, elle a publié sa thèse en 2008 intitulé Vers une histoire de la production du fer sur le plateau de Bandiagara (pays dogon, Mali) durant les empires précoloniaux : Peuplements des forgerons et traditions sidérurgiques, Genève. Ses directeurs de thèse étaient le professeur Eric Huysecom et le professeur Alain Gallay. En 2000, elle publie une Etude des Objets en alliage cuivreux de la collection Desplagn, Paris, Université de Paris I-Sorbonne. Elle vient de publier en 2010 un nouvel ouvrage : Peuplements des forgerons et traditions sidérurgiques : Vers une histoire de la production du fer sur le plateau de Bandiagara (pays dogon, Mali) durant les empires précoloniaux, Francfort.

Icir DI MURO

Italienne, née en mai 1982, Ici Di Muro est titulaire depuis 2010 d’un doctorat de recherche en ethnologie et anthropologie culturelle de l’université de Siena (Italie), intitulé Le pouvoir des femmes bassari du Sénégal oriental en relation avec le monde visible et invisible des esprits. Elle a publié en janvier 2009, "La realtà nascosta. Spiriti bassarì in Senegal Sud-Orientale e Guinea nord-Occidentale” dans le livre de Roberto Beneduce intitulé Poteri e Identità in africa Subsahariana ; et en Septembre 2008 “Immigrazione e lavoro nei mercati di quartiere” dans le livre Generazioni a Confronto. Cette publication a été financée par le Centre Interculturel de Turin. Icir Di Muro a fait partie d’un projet d’assistance psychologique et anthropologique aux mineurs sénégalais à la prison Ferrante Aporti de Turin. Elle a également mené des recherches sur la deuxième génération d'origine étrangère en rapport avec la représentation que l'Italie a envers les jeunes « moitiés » nés ou grandis en Italie, et a aussi mis en évidence les implications existentielles de leur situation de double altérité, caractérisée par une identité précaire entre le pays d'origine et l’Italie, et entre le passé et le présent. Icir Di Muro a occupé la fonction de bibliothécaire universitaire au département d'anthropologie et au département des sciences orientales de la faculté de lettre et philosophie de Turin et travaille actuellement à la librairie du Musée National du Cinéma de Turin.

Actes de la société pour l’année 2010

Séance du 14 janvier 2010

Lecture et adoption du procès-verbal de la séance du 10 décembre 2009.

Présentation et élection de trois nouveaux membres : Aboubakar Ciré Cy (parrainé par Véronique Petit et Catherine Baroin) ; Valérie Golaz (parrainée par Elisée Coulibaly et Jean-Pierre Chrétien) ; Anne Fournier (parrainée par Catherine Baroin et Jean Boutrais).

Conférence de Raymond Verdier :

« Puissances de la Nature et Justices de l’Invisible chez les Kabiyé du Nord Togo ». (avec projection d’extraits de films).

Sont intervenus : Blaise Bayili, Jean Benoit, Roland Colin, Alfred Schwartz, Jeanne-Françoise Vincent, Françoise Le Guennec-Coppens, Elisée Coulibaly.

Séance du 11 février 2010

Lecture et adoption du procès-verbal de la séance du 14 janvier 2010. Conférence de Maud Gauquelin :

« God Must Be a Boogie Man ! Entre charia et expansionnisme évangélique : le dilemme religieux au Nigéria ».

Sont intervenus : Alfred Schwartz, Jean Boutrais, Marie-José Tubiana, Elisée Coulibaly, Frémont, Suzanne Lallemand.

Séance du 11 mars 2010

Lecture et adoption du procès-verbal de la séance du 11 février 2010. Conférence d'Henri Médard (en remplacement de Jean-Pierre Chrétien) :

« L’esclavage au Buganda (Ouganda), genre, assimilation et résistance ».

Sont intervenus : Jean-Christophe Huet, Michèle Dacher, Charles Becker, Elisée Coulibaly, Claude-Hélène Perrot, Mati Banga.

Séance du 1er avril 2010

Lecture et adoption du procès-verbal de la séance du 11 mars 2010. Présentation et élection d’un nouveau membre : Philippe David (parrainé par

Alfred Schartz et Bernard Dumont). Conférence d’Alfred Adler :

« Comparaison entre les rites de la fête des prémices chez les Ashanti de Kumasi (Odwira) et chez les Swazi (Ncwala) ».

Sont intervenus : Maud Gauquelin, Claude-Hélène Perrot, Alfred Schwartz, Suzanne Ruelland.

Séance du 20 mai 2010

Lecture et adoption du procès-verbal de la séance du 1er avril 2010.

Présentation et élection de cinq nouveaux membres : Gervais Coppé (parrainé par Eric Guignard et Cécile de Rouville) ; Christian Dupuy (parrainé par Elisée Coulibaly et Michèle Cros) ; Tilma Musch (parrainé par André Bourgeot et Catherine Baroin) ; Caroline Robion-Brunner (parrainée par Elisée Coulibaly et Catherine Baroun) ; Icir Di Muro (parrainée par Monique Gessain et Marie-Paule Ferry).

Conférence de Françoise Le Guennec-Coppens : « L’identité swahili ».

Sont intervenus Cécile de Rouville, Alfred Schwartz, Phillipe David, Bernard Dumont, Fatima Boyer, Michèle Dacher, Alain Bilot, Jeanne-Françoise Vincent, Chantal Reine Adelaïde, Emilie Podevin, Monique Gessain, Line Skenazi, Frédéric Jenny, Berthe Fournel, Olivia Perrin Andriamirifetoa, Ghemmour Mohamed, Yves Moatty, Elisée Coulibaly.

Séance 10 juin 2010 - Assemblée générale

L’Assemblée générale de la Société des Africanistes s’est tenue le 10 juin 2010 à 17h dans la salle de cinéma du musée du Quai Branly, sous la présidence d’Elisée Coulibaly.

Après la lecture et l’adoption du procès-verbal de la séance du 20 mai 2010, la Secrétaire générale, Françoise Le Guennec-Coppens, donne lecture du rapport d’activité et invite la Trésorière, Anne-Marie Benezech à présenter le rapport financier. Ces deux rapports sont approuvés à l’unanimité par l’Assemblée. Paulette Roulon, Directrice de rédaction du Journal des Africanistes présente le numéro 80 fasc.1/2 qui doit paraître prochainement. Il comprend notamment un dossier tiré du dernier colloque Isola, réseau international d’étude de la littérature orale africaine.

Ensuite le Président, Elisée Coulibaly, fait part du projet d’un colloque organisé par la Société en novembre 2011 et dont le titre serait : « Evolution des regards scientifiques sur l’Afrique depuis les indépendances ». Il suggère également l’idée d’attribuer chaque année un prix de la Société des Africanistes à un étudiant. Le projet de colloque est approuvé à l’unanimité, tandis que celui de l’attribution d’un prix de la Société fait l’objet de 4 votes contre.

Serge Bahuchet, Professeur au Museum National d’Histoire Naturelle, présente ensuite sa conférence : « Que se passe-t-il dans la forêt du bassin congolais au début du 21ème siècle ? » Sont intervenus : Suzanne Lallemand, Philippe Laburthe-Tolra, Luc Pecquet, Alain Bilot, Jean-Pierre Chauveau, Berthe Fournel, Yves Monino, Elisée Coulibaly, Line Eskenazi, Jean-Victor Benoit.

Séance du 12 Novembre 2010

Lecture et adoption du procès-verbal de la séance du 10 juin 2010.

Présentation et élection d’un nouveau membre : Bony Guiblehon (parrainé par Alfred Schartz et Claude-Hélène Perrot).

Conférence d’Yves Monino : « Des Congolais en Colombie : le Palenque de San Basilio, un village marron ».

Sont intervenus : Line Eskenazi, Alfred Schwartz, Sami Tchak, René Collignon, Nenkamu Luyindula.

Séance du 2 décembre 2010

Lecture et adoption du procès-verbal de la séance du 12 novembre. Conférence de Judith Hayem : « Que penser de la situation politique en Afrique du Sud aujourd’hui ».

Sont intervenus : Philippe Laburthe-Tolra, Françoise Le Guennec-Coppens, Suzanne Lallemand, Nicolas Monteillet, Sophie Proust, Berthe Fournel, Eric Ovono, Line Eskenazi, Elisée Coulibaly.

Assemblée Générale – 10 Juin 2010

Rapport d’activité

C’est la première année que le Conseil d’Administration et le Bureau ont assuré un exercice complet (celui allant de juin 2009 à Juin 2010).

Dans ce rapport d’activité, seront exposés, tout d’abord, ce qui a été réalisé pendant cette année, et ensuite, les projets que nous espérons voir aboutir à plus ou moins long terme.

Ce qui a été réalisé :

Les séances mensuelles

Nous avons donné 8 conférences entre le mois de novembre 2009 et juin 2010 (c'est-à-dire aujourd’hui) :

Le 12 novembre 2009 – Mustapha DIOP :

« Mutations foncières chez les Peuls du Fouta Djalon en Guinée ».

10 décembre 2009 – Christian GRATALOUP :

« Des marges du système-ancien Monde à l’invention de l’Afrique par les Européens ».

14 janvier 2010 –Raymond VERDIER :

« Puissances de la Nature et Justices de l’Invisible chez les Kabiyé du Nord Togo ».

11 février 2010 – Maud GAUQUELIN :

« God Must Be A Boogie Man ! Entre charia et expansionnisme évangélique : le dilemme religieux au Nigéria ».

11 mars 2010 – Henri MEDARD :

« L’esclavage au Buganda (Ouganda), genre, assimilation et résistance ».

1er avril 2010 – Alfred ADLER :

« Comparaison entre les rites de la fêtes des prémices chez les Ashanti de Kumasi (Odawa) et chez les Swazi (Ncwula) ».

20 mai 2010 – Françoise LE GUENNEC-COPPENS :

« L’identité swahili ».

10 juin 2010 – Assemblée Générale : Serge BAHUCHET :

« Que se passe-t-il dans la forêt du bassin congolais au début du 21ème siècle ? »

Les dates des prochaines conférences sont déjà arrêtées, et nous avons déjà trois conférenciers qui ont répondu favorablement à nos demandes. Il reste cependant des dates disponibles et nous serions très heureux si vous vouliez intervenir.

A l’occasion de ces séances nous avons accueilli 10 nouveaux membres :

– Etienne HERTZ-NJEUNDAM (parrainé par M. Lafay et V. Petit).

– Aboubakar Ciré SY (parrainé par V. Petit et C. Baroin).

– Valérie GOLAZ (parrainée par E. Coulibaly et J.-P. Chrétien).

– Anne FOURNIER (parrainée par C. Baroin et J. Boutrais).

– Philippe DAVID (parrainé par A. Schwartz et B. Dumont).

– Gervais COPPE (parrainé par E. Guignard et C. de Rouville).

– Christian DUPUY (parrainé par E. Coulibaly et M. Cros).

– Tilman MUSCH (parrainé par A. Bourgeot et C. Baroin).

– Caroline ROBION-BRUNNER (parrainée par E. Coulibaly et C. Baroin).

– Icir DI MURO (parrainée par M. Gessain et M.-P. Ferry).

Les nouveaux membres sont peu nombreux, mais compte tenu de leur appartenance à des disciplines différentes, ils renforcent l’image de pluridiscipli- narité de notre Société. Signalons que c’est Maud Gauquelin qui a été chargée de s’occuper de toutes ces nouvelles candidatures. Nous la remercions pour son travail. Nous aimerions que ces nouveaux candidats se fassent connaître et participent un peu plus aux activités de la Société. Nous allons essayer de les solliciter pour faire des conférences par exemple... un bon moyen de les connaître eux et leurs travaux.

Les séances de cinéma

Grâce au programme, établi par le Comité du film, coordonné par Anne-Marie Bézénech, les séances du Cinéma des Africanistes ont eu lieu le mercredi une fois par mois depuis octobre 2009. Ouvertes au public, elles rencontrent de plus en plus de succès. La séance du 8 avril 2010, en particulier, a réuni un public nombreux (80 personnes).

Il y a eu 9 séances :

14 octobre 2009 : « Le silence des gorilles » 4 novembre : « Le galop de Ouedraogo »

16 décembre : « Le roi ne meurt jamais » 20 janvier : « La mare aux miracles »

17 février : « Dakar terminus » et « affaires de femmes » 17 mars : « Saudade à Dakar »

7 avril : « La femme porte l’Afrique »

12 mai : « vents de sable, femmes de roc » 9 juin : « Inagina l’ultime maison du fer »

Il est cependant regrettable que les séances de cinéma soient si peu fréquentées par les membres de la Société. La cause vient peut-être du fait qu’elles ont lieu le mercredi et en milieu d’après-midi ?

La lettre électronique

Comme vous avez pu le constater, la lettre électronique paraît très régulièrement grâce au travail commun et assidu de Marina Lafay et de Charles Becker.

Vous avez pu constater que la lettre a été améliorée dans sa forme et qu’elle est devenue plus attrayante (publication de photos par exemple), elle a également été améliorée sur le fond grâce à la sélection et la qualité des informations qui y sont publiées. Nous le devons à Marina et à Charles qui vont eux-mêmes à la pêche aux informations. Nous vous demandons donc de les aider en nous envoyant des informations sur vos publications, les séminaires ou colloques ou toute autre manifestation scientifique qui sont organisés dans vos laboratoires, ou dont vous avez entendu parler.

En tout état de cause, cette lettre est de plus en plus appréciée si on en juge par le nombre de mails d’encouragements et de compliments qui arrivent à la Société. De même, de plus en plus de personnes, extérieures à la Société, nous demandent de les inscrire sur nos listes pour recevoir cette lettre. Ce succès est bien sûr à mettre au crédit de Marina Lafay et de Charles Becker.

Le Journal des Africanistes

Le numéro du Journal des Africanistes n° 79 (fasc. 1 et 2) est paru avec quelque retard. Mais c’est un gros volume puisque les deux fascicules font à eux deux près de 800 pages.

On comprendra que cela représente un important travail compte tenu que, sans secrétariat de rédaction, les membres du comité de rédaction doivent prendre en charge toutes les étapes de la fabrication d’un numéro allant du formatage au prêt à clicher. Il est regrettable que la tentative de collaboration entre Paulette Roulon et Charles Becker n’ait pu aboutir.

Le numéro du Journal des Africanistes n° 80 devrait paraître prochainement. Il comprend notamment un dossier tiré du dernier colloque Isola, réseau international d’étude de la littérature orale africaine.

La gestion des stocks

Ce problème récurrent depuis plusieurs années a enfin été réglé grâce à la constance, voire la pugnacité d’Anne-Marie Benezech. L’ensemble des stocks est maintenant entreposé dans une entreprise « la Génilloise » située en Indre et Loire. L’éloignement de Paris peut paraître important, mais de fait, nous pouvons rapatrier facilement et rapidement les numéros (ou même des collections complètes) selon les demandes puisque cette entreprise à une navette hebdomadaire vers Paris.

Ce qui est en cours de réalisation :

Le site web

Il a été envisagé de mettre en place un nouveau site, propre à la Société. Dans ce but, Marina a suivi, en septembre 2009, un stage à l’Université d’été de l’édition électronique de Marseille.

Sur ce nouveau site, l’annuaire des membres sera mis jour à l’aide d’un questionnaire que nous avons préparé et que nous allons envoyer incessamment aux membres de la Société. Nous voulons aussi améliorer la page d’accueil du site en la rendant plus esthétique et, d’une manière générale, rendre le site plus séduisant en y introduisant par exemples des photos, des documents iconographiques.

Marina Lafay continuera la mise en ligne des numéros anciens du Journal ainsi que celle des nouveaux sur ‘Revue.org’. Dans ce but Maud Gauquelin et Marina Lafay ont suivi la même formation que Benoit Hazard avait suivie précédemment.

Revue.org

La mise en ligne des derniers numéros sur et par Revues.org a été retardée car les documents numériques n’ont pas encore été remis à Marina Lafay par Paulette Roulon-Doko. Au cours du dernier Conseil d’Administration, Paulette Roulon a proposé de mettre les documents souhaités à disposition sur un site sur lequel la personne qui se chargera de la mise en ligne pourra les télécharger. En attendant, Anne-Marie Dauphin s’est chargée de récupérer les bons dossiers des n°77 (1-2) et 78 pour les transmettre à Marina afin que nous soyons à jour.

Modifications des statuts

Nous avons considéré que certains articles des statuts étaient soient trop compliqués ou trop imprécis ou non-conformes à la législation actuelle ou encore qu’ils ne permettaient pas toujours de répondre à certaines situations dans le fonctionnement de la Société. Nous avons donc formé un Comité, dont Alain Bilot est le responsable. Ce Comité s’est déjà réuni mais doit encore se réunir pour une dernière mise au point des modifications qui seront soumises en Assemblée extraordinaire.

Projet colloque

Après discussion, l’intitulé retenu pour ce colloque est « Evolution des regards scientifiques sur l’Afrique depuis les indépendances ». Il pourra comprendre divers ateliers sur les pouvoirs, la famille, les lieux de production des connaissances, etc. La proposition de Roland Colin de former trois Comités (d’honneur, scientifique, d’organisation) est retenue. Catherine Baroin souligne que le plus urgent est de désigner un Comité scientifique pour qu’il rédige au plus vite l’appel à communications. Ce Comité se compose d’Elisée Coulibaly, Roland Colin, Suzanne Lallemand, Christian Seignobos, Paulette Roulon-Doko, Yves Monino, Brice Ahounou et Luc Pecquet. Le Président Elisée Coulibaly, qui avait convoqué le Comité scientifique le 8 juin à 17 h pour rédiger l’appel à communications, invite chacun à lui adresser, dès maintenant, des éléments pour la rédaction de ce texte.

Le financement du colloque est ensuite discuté, pour lequel la Société dispose de fonds suffisants. Toutefois il faudra faire appel à des subventions à l’extérieur pour financer, par exemple, le voyage de collègues africains. Roland Colin a des suggestions à formuler sur ce point mais c’est au Comité d’organisation du colloque qu’il appartiendra d’étudier la question. Ce Comité sera désigné ultérieurement.

********

Pour terminer, je voudrais signaler que nous avons fonctionné uniquement sur le bénévolat, excepté un emploi de quelques heures par semaine pour aider A. M. Benezech, notre trésorière, puisque le trésorier adjoint désigné a démissionné.

De plus, deux de nos bénévoles, les plus actives et les plus efficaces (et aussi les plus jeunes), Marina et Maud, ont dû ralentir leur travail à la Société. Toutes les deux ont en effet une même priorité : travailler, puisque ni l’une ni l’autre n’ont de poste. De plus Maud doit impérativement finir sa thèse. Nous espérons que l’indisponibilité de cette dernière n’est que provisoire et qu’elle pourra revenir bientôt. On lui souhaite bon courage pour terminer sa thèse. De son côté, Marina continue malgré tout de remplir certaines de ses fonctions (et pas les moindres) puisque c’est elle qui vous envoie les rappels pour nos conférences et les séances de cinéma et surtout continu de s’occuper (avec Charles Becker) de la lettre informatique et aussi du site web et de la mise en ligne sur ‘Revue.org’ de la revue.

Il n’en reste pas moins qu’aussi bien au niveau de la trésorerie que de l’administration de la Société nous aurions bien besoin de bonnes volontés. Nous faisons appel aux amateurs.

Pour conclure, je dirais que, pour la retraitée que je suis, l’année a été très active. Mais je ne le regrette pas car, si tous les membres du Bureau ont beaucoup travaillé, cela a toujours été dans la bonne humeur, la connivence et la complicité…en dépit de certains aléa.

Françoise Le Guennec-Coppens

Secrétaire Générale

Rapport Financier Juin 2009-Mai 2010

Image 10000201000002EB0000029E0FB249AA.png

  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org