Navigation – Plan du site

Migrations juvéniles féminines de travail en Côte-d'Ivoire

Girls’ labour migration in Côte-d'Ivoire
Mélanie Jacquemin
p. 61-86

Résumés

Cet article porte sur une forme particulière de migration juvénile interne, généralement temporaire : celle de fillettes et d’adolescentes villageoises qui partent en ville pour y travailler comme aides familiales ou « petites bonnes ». De l’Indépendance aux années 2000, les mouvements entre la région nord-est et Abidjan font ressortir trois phases temporelles correspondant à trois formes distinctes de cette migration, et aux trois modèles d’embauche qui coexistent désormais dans la capitale économique ivoirienne, entre pratiques familiales « traditionnelles » de fosterage, louage des jeunes travailleuses migrantes par leurs gardiennes, et salariat domestique juvénile. On analyse ici les raisons de cette évolution, ses dérives, l’image qu’en ont les populations rurales, ainsi que les attitudes des jeunes filles face à un phénomène qui, toujours en expansion, se transforme et produit des transformations.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En Afrique, le phénomène des migrations de travail des enfants et des jeunes reste mal connu en dépit de son ampleur et de son ancienneté (Punch, 2009 ; Lesclingand, 2011). Sans doute cette situation est-elle en train de changer, à la faveur notamment de l’intérêt croissant que lui portent, depuis une dizaine d’années, les organisations internationales, les ONG et les média. On remarque toutefois que l’attention se porte principalement sur les formes extrêmes d’exploitation des jeunes travailleurs migrants et le phénomène de traite des enfants. S’il est évident que ces pratiques graves et abusives doivent être repérées et dénoncées, il est non moins évident que mettre ainsi l’accent sur les seuls aspects négatifs et les risques qu’encourent les jeunes migrant-e-s, limite les possibilités de saisir l’ensemble des questions que posent les migrations juvéniles de travail, d’en comprendre les dimensions multiples dans leur évolution, et d’appréhender l’éventualité de conséquences positives des expériences migratoires et de travail des mineur-e-s, en termes d’apprentissage de divers savoirs, de construction de l’autonomie, voire de mobilité sociale (Hashim & Thorsen, 2011).

  • 1 Une telle évaluation pose des problèmes, les interprétations pouvant considérablement varier, en fo (...)

2L’objectif n’est pas ici d’évaluer les aspects positifs et négatifs des migrations des enfants1. À partir de données empiriques, je propose plutôt de dépasser cette construction dichotomique en examinant le phénomène d’une manière plus nuancée pour mettre en lumière la variété des expériences migratoires.

3Cet article porte sur une forme particulière de migration juvénile urbaine, généralement temporaire : celle de petites filles et d’adolescentes villageoises qui partent en ville pour y travailler comme aides familiales ou « petites bonnes ». Ce phénomène s’observe, avec certaines variantes, dans toute l’Afrique de l’Ouest ; il est ici question de la Côte-d'Ivoire, et plus particulièrement des migrations internes de petites et jeunes filles originaires du nord-est du pays vers Abidjan, la capitale économique.

  • 2 Le dernier recensement général de la population de Côte-d'Ivoire (Recensement Général de la Populat (...)

4Bien qu’il reste jusqu’à présent impossible de dire précisément combien elles sont, les jeunes travailleuses domestiques sont très nombreuses à Abidjan, on les trouve quasiment dans chaque ménage de la ville. Entre activités strictement domestiques et activités marchandes du petit commerce informel, ces filles âgées pour la plupart de 8-10 ans à 18-20 ans, travaillent quotidiennement et à plein temps dans des ménages urbains où ne réside aucun de leurs parents géniteurs. L’importance numérique de cette main-d’œuvre principalement composée de jeunes migrantes ressort dans les statistiques démographiques : la pyramide des âges d’Abidjan montre très nettement que les filles âgées de 10 à 19 ans sont en surnombre par rapport aux garçons du même âge et aux autres groupes d’âge féminins2. À l’inverse, dans les villages de Côte-d'Ivoire, l’observateur est frappé par le nombre réduit de fillettes et d’adolescentes qu’il y trouve, en comparaison notamment des garçons des mêmes tranches d’âge. Même si les jeunes garçons sont eux aussi concernés, l’émigration rurale des populations les plus jeunes touche dans l’ensemble bien davantage les filles que les garçons.

  • 3 Le phénomène est également observable depuis l’époque coloniale dans d’autres pays ouest-africains, (...)

5Le phénomène démographique de surpopulation des fillettes et des adolescentes à Abidjan n’est pas nouveau : repérable dès le premier recensement (cf. Recensement d’Abidjan 1955) et continu depuis lors, il est lié à l’histoire et à la construction économique et sociale de la ville, et particulièrement aux activités économiques des femmes dans l’informel urbain (Jacquemin, 2009). Il met en évidence l’importance et l’ancienneté des mouvements migratoires de filles villageoises envoyées et mises au travail domestique à Abidjan3. Il révèle aussi le caractère temporaire de ces migrations juvéniles féminines de travail : quand elles ont entre 16 et 20 ans, c’est-à-dire après minimum deux années d’activité en ville (et en général beaucoup plus : quatre à dix années), la plupart de ces jeunes migrantes quittent définitivement le service domestique juvénile et retournent en milieu rural, le plus souvent pour leur mariage : une grande part d’entre elles retournent dans leur village d’origine, et nombreuses sont celles qui finalement resteront y vivre. D’autres retourneront ensuite à Abidjan, ou encore partiront dans d’autres régions, soit en milieu rural soit dans de petites villes. Il existe jusqu’à présent très peu d’éléments sur les trajectoires de ces jeunes travailleuses migrantes, une fois devenues adultes. En Côte-d'Ivoire, il ne s’agit dans l’ensemble pas de migrations saisonnières de travail, à la différence notamment des filles sereer et joola au Sénégal (Delaunay, 1994 ; Pison et al., 1997) ou des filles dogon au Mali (Sauvain-Dugerdil, 2008), qui migrent en ville pour y travailler comme petites bonnes généralement selon un cycle saisonnier adapté au rythme des travaux champêtres dans leur milieu rural d’origine. En Côte-d'Ivoire toutefois, des mouvements circulatoires entre Abidjan et leur village d’origine ponctuent l’expérience migratoire des jeunes travailleuses domestiques : soit elles vont et viennent elles-mêmes, soit ce sont des membres de leur parenté (étendue) qui, basés à Abidjan ou au village, font ces trajets dans les deux sens, transférant ainsi des nouvelles et souvent quelques biens, en nature ou en argent.

6Quel sens est donné à ces pratiques de circulation juvénile par les différentes parties en présence : les parents et le milieu villageois, les groupes familiaux installés en ville, et les jeunes migrantes ou ex-jeunes migrantes elles-mêmes ? Et par la société ? Quel est l’impact économique – pour les jeunes migrantes, pour leur famille, pour les intermédiaires de placement – de cette forme particulière de migration féminine ? Quelles en sont les conséquences sur les relations familiales ? En quoi et comment cela influence-t-il les pratiques sociales ?

7C’est à travers l’exemple de la région de Bondoukou, au nord-est de la Côte-d'Ivoire, que je propose d’examiner ces questions. Bien qu’à Abidjan aujourd'hui on rencontre des petites domestiques originaires de toutes les régions et de toutes les ethnies du pays, ainsi que d’autres en provenance des pays limitrophes, la région de Bondoukou reste identifiée comme une importante zone pourvoyeuse de petites domestiques pour les ménages abidjanais.

  • 4 Soit au total 38 entretiens, réalisés avec : d’anciennes petites domestiques revenues vivre au vill (...)

8Les données présentées ici sont issues d’une série d’enquêtes qualitatives que j’ai menées, en 2000 et 2001, dans la ville de Bondoukou et dans trois villages alentour (Motiamo, Welekehi et Sogobango)4. L’objectif de cette recherche était principalement d’étudier l’organisation des filières de placement des jeunes villageoises de cette région envoyées à Abidjan pour travailler comme petites domestiques. Mais j’ai pu, sur le terrain, aborder d’autres questions relatives notamment aux liens entre le phénomène urbain des petites domestiques à Abidjan et le monde rural, et aux conséquences (sur les plans économique, social, relationnel, culturel, politique) de ces migrations juvéniles féminines sur le milieu d’origine.

9Dans une première partie, je présenterai brièvement la région de Bondoukou, ses caractéristiques socio-économiques, culturelles et démographiques, afin d’examiner les principaux facteurs de l’émigration rurale massive des filles, ainsi que le rôle économique et social que jouent ou sont censées jouer ces pratiques temporaires de mobilité juvénile. Je décrirai, dans une deuxième partie, les conditions et les modalités du départ des filles : on relève, depuis les années 1980, trois principaux modèles de placement, qui correspondent aux trois types de petites domestiques que l’on trouve dans la société abidjanaise contemporaine. Enfin, les conditions du retour au village de ces jeunes travailleuses migrantes seront exposées dans une troisième et dernière partie qui interrogera les effets de leur migration à la lumière notamment des espérances qui y étaient associées au départ. Nous verrons comment l’expérience migratoire concrète de ces jeunes villageoises influence le prolongement de cette forme de migration juvénile féminine, au niveau des pratiques mais aussi des représentations.

Le cas de la région de Bondoukou

10La région Nord-Est est celle où les Abron, venus de l’actuel Ghana, fondèrent à la fin du XVIIème siècle le royaume du Gyaman (Terray, 1995). Postée entre savane et forêt, la ville de Bondoukou fut une cité commerciale très active, doublée d’un fort rayonnement religieux – l’ensemble de la région s’est peu à peu convertie à l’Islam. Mais l’époque coloniale a amorcé le déclin de cette cité, et le rayonnement de cette région a faibli. Placée en marge des politiques d’aménagement du territoire de l’État indépendant, mise à l’écart de l’agriculture marchande d’exportation, la région du Zanzan, attachée à la production vivrière reste aujourd'hui principalement rurale – plus de 70 % de sa population. Même si la ville de Bondoukou (75 000 habitants en 1998 : RGPH-1998) y demeure un carrefour commercial important, cette région reste relativement enclavée. Touchée de plein fouet par la crise économique généralisée qui sévit depuis les années 1980, le niveau de vie de ses habitants est l’un des plus bas de Côte-d'Ivoire (ENSEA/IRD, 2000).

11L’exode massif et durable des jeunes vers les centres urbains et les plantations du Sud constitua vite un problème crucial pour la région. Si, globalement, l’émigration masculine est plus forte que l’émigration féminine, la pyramide des âges du département de Bondoukou traduit une très nette sous-représentation des filles de moins de 20 ans, tendance particulièrement accentuée chez les 10-14 ans en milieu rural. Malgré les départs de jeunes garçons à l’adolescence, en 1998 le déficit net de filles était de 5 500 pour la tranche d’âge 0-20 ans (Ibid.), ce qui suggère l’ampleur de leurs migrations à destination d’Abidjan, où la grande majorité travaille comme domestiques.

  • 5 59% et 11% dans le primaire et le secondaire pour le département de Bondoukou (ENSEA/IRD, 2000).

12Le niveau moyen d’éducation dans la population féminine du nord-est est très faible. Le taux brut de scolarisation des filles se situe parmi les plus bas de Côte-d'Ivoire5, et celles qui vont à l’école dépassent exceptionnellement le niveau d’enseignement primaire. Cette non scolarisation ou déscolarisation accentuée des filles est conjointement liée aux difficultés économiques des parents, au manque réel de main-d’œuvre domestique et champêtre suscité par ces mêmes migrations, mais aussi aux traditions culturelles relatives notamment à l’excision et au mariage des filles.

13Dans le contexte de grave récession économique qui perdure depuis une trentaine d’années, les motifs d’ordre économiques ont tendance à prédominer. Toutefois, les enquêtes mettent en évidence la pluralité des séries explicatives et l’imbrication de plusieurs facteurs à l’origine des mouvements migratoires des jeunes villageoises vers Abidjan.

« Faire fortune pour le mariage »

14Le rôle économique et social principal attribué aux migrations urbaines de travail des filles demeure étroitement associé à leur futur mariage (et éventuellement à la cérémonie d’excision qui le précède). L’impératif de rassembler les biens nécessaires aux cérémonies (pagnes, chaussures, ustensiles de cuisine, etc.) s’impose très tôt aux familles. Or leurs ressources monétaires sont le plus souvent insuffisantes, et partir en ville offrir leurs services domestiques ressort pour les filles comme une option unique afin de gagner de quoi constituer leur trousseau. Car au moment de ces cérémonies (excision et/ou mariage), organisées concurremment au village, les filles doivent pouvoir « montrer aux yeux du monde » que leurs parents sont suffisamment « à l’aise » sur le plan matériel. La qualité de l’habillement et le contenu du trousseau des futures ou des jeunes mariées mettent en jeu l’honneur et la réputation de chaque famille.

Un gain économique immédiat

15Même si elles sont surtout (re)présentées en référence au mariage, donc à l’avenir des fillettes et adolescentes concernées, ces pratiques de migration urbaine des filles jouent par ailleurs un rôle économique direct plus ou moins décisif pour les parents restés au village : non seulement le départ de l’enfant représente toujours « une bouche de moins à nourrir », mais de plus, leur fille ou l’intermédiaire de placement (« tantie-placeuse ») leur transfèrent quelquefois des biens en nature ou en argent. Toutefois, les proportions et la fréquence de ces transferts sont très variables, si bien que les parents peuvent difficilement compter sur des remises régulières.

Se dégourdir à la ville

  • 6 L’expérience urbaine de ces très jeunes femmes peut aussi représenter un facteur de mobilité social (...)

16La migration et l’expérience de la ville sont aussi pensées (par les parents et par les filles) comme une forme d’éducation et d’apprentissage qui n’existe pas au village : apprendre le français et les usages de la ville moderne, compléter et diversifier l’apprentissage du travail domestique, notamment des pratiques culinaires, se former au petit commerce, etc. Autrement dit, cette pratique continue d’être présentée comme un des facteurs principaux de mobilité sociale, en ce qu’elle peut permettre aux filles qui ne sont pas allées à l’école ou l’ont très tôt quittée, d’acquérir des connaissances et des savoir-faire utiles à leur vie future6.

L’attraction urbaine

17Autre facteur de départ : l’attirance des jeunes filles villageoises pour Abidjan, pour la vie moderne des grandes villes, pour un type d’espace et d’activités qui n’existent pas au village. Pour certaines, l’attraction de la capitale économique relève d’une quasi fascination. Elle est surtout provoquée par les vêtements et le ‘look à la mode’ que déploient les migrant-e-s de passage ou de retour au village. Le contenu enviable du trousseau de mariage avec lequel de jeunes migrantes reviennent après plusieurs années de travail à Abidjan, ou encore les récits de faits urbains ajoutent encore au charme qu’Abidjan exerce sur certaines (très) jeunes filles.

18D’autres filles voudraient au contraire pouvoir rester au village, mais la plupart se résignent et adhèrent au projet migratoire établi par la parenté, dans l’espoir d’un mieux-être à venir.

Demande familiale… l’ombre portée du confiage

  • 7 Sur les pratiques de fosterage comme support pour accéder à une main-d’œuvre juvénile féminine dans (...)

19Tout en restant le plus souvent imposée par des contraintes d’ordre économique, la décision de migrer en ville peut aussi être prise suite à des obligations ou pressions familiales. En référence aux pratiques anciennes de circulation et de fosterage des enfants (Lallemand, 1993 ; Jacquemin, 2000) et aux relations familiales et sociales d’échange qui les encadrent, des parents villageois peuvent difficilement refuser de laisser partir leur fille quand un membre de la parenté urbaine vient la demander pour « l’aider »7 en ville.

20Cet appoint de main-d’œuvre domestique très bon marché est structurellement indispensable à l’exercice des activités rémunératrices des citadines (Vidal, 1985). Or, face à l’offre potentielle de main-d’œuvre jeune en provenance des campagnes, on assiste depuis les années 1980 à un accroissement de la demande de la part des femmes d’Abidjan, dont les activités informelles sont devenues centrales dans les stratégies de survie et de maintien des ménages urbains. Cette augmentation de la demande se répercute au niveau des villages, soit directement, soit par le biais d’intermédiaires de placement de petites domestiques.

21En ville, la situation de ces jeunes travailleuses migrantes, tout comme les effets de leur expérience migratoire (sur les plans matériel, social, relationnel et de la santé) sont diversifiés. Cette diversité sous-tend des représentations contrastées : dans les discours des différents acteurs, le phénomène d’exode rural massif des jeunes filles du Zanzan est tantôt valorisé comme facteur de mobilité sociale, tantôt déploré comme un « fléau » lié à l’aggravation de la pauvreté des habitants de cette région.

Evolution et diversification des pratiques de placement des petites domestiques

22Aujourd’hui, l’importance des migrations juvéniles féminines et les formes diverses qu’elles empruntent manifestent une évolution quantitative et qualitative des pratiques anciennes de circulation des enfants (fosterage) liées aux alliances familiales et communautaires.

  • 8 Chez les musulmans dioula de la région de Bondoukou par exemple, la circulation des enfants (filles (...)

23Jusqu’aux années 1950-1960, les transferts d’enfants étaient surtout intra-ruraux ou rayonnaient autour de la ville de Bondoukou. Après l’Indépendance (1960), le développement de la capitale ivoirienne s’accélère et les transferts d’enfants villageois à destination d’Abidjan se multiplient. Les adultes originaires du nord-est qui partent s’installer à Abidjan comme fonctionnaires, commerçant-e-s, artisan-e-s, emmènent avec eux des filles de leur famille villageoise pour assister les femmes au niveau des tâches domestiques et des petites activités marchandes. Cette pratique s’inscrit alors sans doute dans le prolongement de la tradition d’accompagnement de la jeune mariée par une (des) jeune(s) fille(s) de la parenté proche8, tout en présentant déjà quelques variantes (Etienne, 1979). En échange des services domestiques que la fille lui rend, la « tantie » d’Abidjan doit s’occuper d’elle et de son apprentissage, assurer quelques transferts aux parents villageois qui lui ont confié l’enfant et constituer le trousseau de son futur mariage.

  • 9 J’emprunte ce concept, qui recoupe une expression vernaculaire, à Claudine Vidal et Marc Le Pape qu (...)

24J’ai caractérisé ce premier modèle d’embauche comme celui de la « petite nièce »9. Entouré du symbolisme de la parenté et valorisé par le discours de la solidarité familiale, ce modèle existe encore. Ou plutôt, il coexiste encore. Car aujourd’hui, dans de très nombreux ménages abidjanais, la « petite nièce » a été remplacée par un tout autre type de petite domestique : une « petite bonne », totalement étrangère à la famille dans laquelle elle réside et travaille quotidiennement, et qui en principe est rémunérée sur la base d’un salaire mensuel. Depuis le milieu des années 1980, l’emploi de petites bonnes salariées non apparentées s’est généralisé dans les ménages d’Abidjan. Ce passage, de logiques familiales de mise au travail domestique des enfants à des logiques anonymes et plus contractuelles de salariat domestique juvénile, représente une mutation historique ; il met en évidence la constitution progressive d’un marché spécifique du service domestique juvénile en Côte-d'Ivoire (Jacquemin, 2007).

25Toutefois, la catégorie des petites bonnes salariées non apparentées à l’employeur n’est pas homogène : deux types distincts de jeunes travailleuses domestiques la composent, une distinction étroitement liée à l’âge des filles concernées. Quand le modèle salarial concerne les plus jeunes (8 à 14 ans), ces petites domestiques correspondent au type de « l’enfant louée » : une tutrice la fait venir du village, mais au lieu de la faire travailler chez elle, elle la place chez une patronne, non parente, et empoche chaque mois son salaire. Puis, au moment de son retour au village, elle remet en principe à la fille un « trousseau » en prévision de son mariage. Ce système de louage correspond au deuxième modèle d’embauche qui, contrairement au modèle de la « petite nièce », est monétarisé.

  • 10 Les biographies des petites domestiques interviewées montrent que dans leurs trajectoires (qui dure (...)

26La plupart des jeunes domestiques salariées qui ont plus de 14 ans correspondent quant à elles plutôt au type de la « petite servante directement salariée » : plus aucun lien familial n’intervient dans l’embauche de la jeune domestique, qui touche directement le salaire que l’employeur doit en principe lui verser10. Le développement de ce troisième modèle d’embauche est lié à la création, à la fin des années 1980, des premières agences informelles de placement de petites bonnes à Abidjan (Jacquemin, 2002). Depuis, la multiplication très rapide de ces agences est venue matérialiser, dans l’espace public de la capitale ivoirienne, l’autonomisation d’un marché spécifique du travail domestique juvénile.

Le départ des jeunes travailleuses migrantes du nord-est

27Ces trois types de petites domestiques coexistent de nos jours dans la capitale économique ivoirienne, même si les ménages abidjanais tendent désormais davantage à recourir aux services de petites bonnes non apparentées (« louées » ou « directement salariées ») qu’à ceux de « petites nièces ».

28Les conditions et les modalités de départ des jeunes migrantes vers Abidjan varient sensiblement en fonction du type de placement prévu initialement. Les enquêtes dans la région de Bondoukou ont permis de resituer chronologiquement l’apparition des trois modèles de placement décrits plus haut, et l’on y rencontre aujourd’hui plusieurs générations de femmes ayant vécu une expérience différenciée de cette forme de migration.

29Quel lien existe-t-il entre les parents et la personne à laquelle ils confient temporairement leur enfant pour partir à Abidjan ? Dans la majorité des cas, le transfert – temporaire et partiel – de la responsabilité de l’enfant se fait en direction d’une femme. La migration des filles du nord-est vers Abidjan est étroitement liée aux migrations urbaines antérieures des ressortissantes de cette région. Ainsi ne faut-il pas imaginer que les parents laissent partir leurs filles avec « n’importe qui » ; on ne « donne » pas sa fille à une « étrangère », ni à une miséreuse.

Le modèle familial, issu des pratiques « traditionnelles » de fosterage

30Jusqu’à la fin des années 1970, le modèle de la petite nièce a dominé. Dans le cadre des échanges et des obligations de la parenté (élargie), les parents villageois décidaient ou acceptaient de confier leurs filles à une parente (plus ou moins proche) partie s’installer à Abidjan. Le départ d’une ou quelquefois plusieurs filles était organisé lors du passage au village d’une ou plusieurs de ces « tanties » abidjanaises. Aux yeux des villageois, leur habillement, leurs manières, les cadeaux qu’elles rapportaient, attestaient la « réussite » de ces femmes en ville ; de fait, la Côte-d'Ivoire connaissait alors une période de forte croissance économique. La demande de fosterage d’une fillette venait soit des parents (« tiens, voici ta fille, il faut la prendre avec toi à Abidjan »), soit de la « tantie » elle-même qui disait assez simplement vouloir emmener sa jeune parente en ville « pour l’aider à la maison ». Généralement, on s’assurait que la fille était d’accord, et elle partait vivre et travailler chez sa tante.

31Les attentes de chaque partie n’étaient pas verbalisées, mais selon les codes implicites de la solidarité familiale, il était convenu que des obligations réciproques existaient. La fille restait plusieurs années à Abidjan et travaillait avec sa « tantie » – effectuant les tâches domestiques et souvent, la secondant dans son petit commerce –, laquelle veillait à son apprentissage et à son relatif bien être. Les nouvelles entre les parents et leur progéniture circulaient par le biais d’autres ressortissants du village qui se rendaient à Abidjan. En somme, un certain contrôle était exercé par les collectifs de parenté résidant ou circulant en ville ; le contexte de cette pratique était celui d’interrelations familiales denses, où les protagonistes se connaissaient personnellement. Pour la « tantie », ne pas remplir ses obligations de réciprocité vis-à-vis de sa « petite nièce » et de ses parents risquait de « gâter son nom », les enjeux relevant du crédit/discrédit auprès du groupe parental, de la réputation sociale mais aussi de l’imaginaire de la sorcellerie…

32Soit à la demande des parents, soit sur décision de la « tantie », la « petite nièce » rendait visite à ses parents au minimum une fois pendant la période de son placement, et généralement tous les deux à trois ans. À chaque passage de la jeune migrante au village, sa « tantie » devait s’assurer qu’elle y arrive bien habillée et, surtout, munie de cadeaux (pagnes, huile, savon, vivriers, parfois un peu d’argent) pour ses parents. Dans les villages où l’excision se pratique encore aujourd’hui, la cérémonie d’excision était une raison incontournable de retour au village des jeunes migrantes, que leur « tantie » devait alors munir d’une « valise bien remplie ». Alors âgées de 13 à 15 ans environ, les filles pouvaient ensuite rester définitivement au village en prévision de leur mariage, ou bien revenir quelque temps en ville chez leur tante : leur retour définitif aurait alors lieu au moment du mariage.

33Bien entendu, il ne s’agit aucunement de réenchanter des pratiques « traditionnelles », qui peuvent elles aussi être oppressives : dès cette époque, certaines « petites nièces » travaillaient très durement, sans toujours bénéficier de l’apprentissage en principe inhérent à cette pratique, ni repartir avec une rétribution à la hauteur de leurs espérances ou de celles de leurs parents. Même si l’on ne peut pas considérer le lien familial en soi comme la garantie d’un meilleur traitement des petites domestiques, ce modèle familial de placement assurait toutefois une certaine forme de protection aux jeunes travailleuses migrantes, dans la mesure où les « tanties » s’arrangeaient pour entretenir de bonnes relations avec l’arrière villageois, envisagé comme un lieu de ressources potentielles par rapport au « front » urbain.

34Le modèle de la « petite nièce » n’a pas disparu, mais des modalités nouvelles sont apparues et se sont développées depuis les années 1980. La transformation des pratiques est étroitement liée aux effets de la crise économique : il est devenu de plus en plus difficile, pour les « tanties » d’Abidjan, d’assurer la réciprocité attendue dans le cadre du modèle de captation des « petites nièces ». Mais dans le même temps, l’aggravation des conditions de vie en milieu rural est venue prolonger la nécessité pour les parents villageois, d’envoyer les filles travailler à Abidjan. Les stratégies migratoires des filles ont été adaptées aux modalités nouvelles de placement pour travail domestique à Abidjan.

35Il est cependant frappant de constater à quel point le modèle de la « petite nièce » et le langage de la parenté qui lui est associé continuent de dominer les représentations sociales des différentes pratiques de mise au travail domestique des jeunes migrantes, alors que les deux autres modèles (louage et salariat direct), qui tendent à le remplacer, s’éloignent très nettement de ce système familial.

Le système de louage des petites domestiques

36Ce deuxième modèle de placement émerge à la fin des années 1970, notamment à l’initiative d’Abidjanaises originaires de la région de Bondoukou.

37Pour rendre service à d’autres Abidjanaises qui souhaitaient employer des petites domestiques non apparentées, des « tanties » ont alors commencé à placer des « petites nièces » chez des patronnes, non parentes, qui rétribuaient leur travail d’un salaire mensuel, versé à la « tantie-placeuse ». Très vite, la rentabilité de cette pratique nouvelle de placement est devenue évidente : en effet, seule une partie de l’argent que les « tanties-placeuses » « gagnent » sur le travail des petites domestiques est utilisée pour financer à la fois les soins minimum de leurs « protégées » pendant leur séjour à Abidjan, et l’achat des biens composant leur valise de retour ; le reste de l’argent constitue leur bénéfice, souvent confortable.

38À partir des années 1980, un nombre croissant de citadines montent au créneau de cette nouvelle pratique et organisent de véritables filières de louage de petites domestiques en provenance du nord-est. Un certain nombre de ces « tanties-placeuses » bondoukouennes sont d’ailleurs d’anciennes jeunes migrantes, ex-« petites nièces » restées ou revenues vivre à Abidjan après leur mariage, ou après avoir décidé de ne pas se marier au village… Le louage de leurs « petites sœurs » du village devient leur activité principale : pour accroître les profits qu’elles en tirent, elles multiplient le nombre de filles « louées », en élargissant les réseaux villageois où elles viennent chercher des filles. Pour construire leur réputation et parvenir à capter des filles hors de leur parentèle, les premières « tanties-placeuses » veillent, au moment de leur retour au village, à doter correctement les filles qui ont « bien travaillé » à Abidjan.

39Au niveau des villages, les parents ont vite entériné cette nouvelle pratique, qui continuait à être envisagée en référence au modèle familial. Jusqu’au milieu des années 1990, la plupart faisaient même partir leurs filles avec des femmes non apparentées, qu’ils connaissaient à peine. Ils expliquent aujourd'hui que le statut social de ces femmes, leur réputation, leur discours de « grande dame d’Abidjan » et surtout, le fait qu’elles soient originaires du même village ou de la même région leur permettaient de penser que leurs filles seraient « en de bonnes mains », ce qui d’ailleurs souligne la fluidité du concept de parenté.

40Pour parvenir à capter les filles les plus jeunes (8-11 ans), les « tanties placeuses » assurent généralement qu’elles les feront travailler chez elles et avec elles. Une fois arrivées à Abidjan, beaucoup respectent cette parole, tout au moins dans un premier temps : elles gardent les filles chez elles selon le modèle « petite nièce » pendant un à trois ans, le temps d’assurer la formation nécessaire à un placement estimé convenable. Pendant cette période intermédiaire, les filles travaillent pour leur « tantie », au niveau des tâches domestiques et, bien souvent, en participant à des petites activités commerciales. Quand, ensuite, la « tantie » place l’enfant en louage chez une patronne abidjanaise non parente, elle le fait généralement sans consulter au préalable les parents restés au village : ils l’apprendront a posteriori, soit lors d’un échange de nouvelles entre Abidjan et le village, soit carrément quand leur fille reviendra au village. En d’autres cas, les « tanties » font de fausses promesses au moment du recrutement des filles au village : elles font croire aux parents qu’elles garderont les filles chez elles, voire qu’elles les scolariseront ou les placeront en apprentissage (couture, coiffure), alors que leur projet est de les louer directement chez une patronne.

41Mais, tant que les parents reçoivent de « bonnes nouvelles » au sujet de leurs filles, tant qu’elles reviennent au village sans avoir été maltraitées, et surtout tant que les valises qu’elles rapportent à leur retour sont bien fournies, les parents villageois ferment les yeux sur les conditions que connaissent les enfants à Abidjan. En ville aussi bien qu’au village, l’aggravation des difficultés économiques depuis les années 1980 a favorisé le développement du système de louage. L’appauvrissement des villageois et l’absence d’alternatives économiques à ces migrations juvéniles soutiennent la production d’un discours fataliste de la part des parents ruraux.

42De plus, travailler dur est généralement considéré comme une forme d’apprentissage, et chacun sait que le travail effectué par les filles au village (tâches domestiques et champêtres) est aussi très difficile, d’autant plus que dans le nord-est, le phénomène d’exode rural massif des jeunes filles y réduit considérablement la force de travail disponible.

43À Abidjan, la plupart des jeunes travailleuses domestiques migrantes reproduisent ce type d’interprétations. Malgré la charge considérable de travail et ses conditions pénibles, elles sont résignées ; puisqu’elles ne faisaient « rien » au village (et parce qu’il n’y aurait rien de bon à y faire pour préparer leur avenir), elles s’efforcent de tirer le meilleur parti de leur expérience migratoire de travail.

La petite bonne directement salariée

  • 11 Le lien de causalité entre déscolarisation des filles et départ en migration est parfois ambigu : l (...)

44À partir de la fin des années 1980, hors du système de louage, on assiste dans les ménages abidjanais à l’extension de l’emploi de petites bonnes non apparentées directement salariées. Ce troisième modèle d’embauche se développe rapidement, notamment avec la multiplication des agences informelles de placement de petites bonnes à Abidjan. À côté de ces intermédiaires professionnels payants, les réseaux de connaissance, le bouche-à-oreille ou encore le porte-à-porte des filles permettent également de mettre en relation les patronnes en quête d’une petite bonne et les jeunes filles à la recherche d’un emploi ; ces diverses modalités participent à l’extension du phénomène des petites servantes salariées. Mais ce modèle d’embauche concerne rarement les filles âgées de moins de 14 ans : il s’agit d’adolescentes au travail qui, soit étaient restées jusque-là chez leurs parents, soit avaient déjà migré antérieurement à Abidjan pour y travailler selon le modèle « petite nièce » ou « enfant louée ». Dans l’ensemble, les filles qui ont plus de 13-14 ans au moment de leur première migration ont été scolarisées, mais elles ont dû ou choisi de quitter l’école, généralement à l’issue du cycle primaire (CM2), voire plus tôt. Si la déscolarisation des jeunes villageoises ressort comme un facteur déclencheur de leur migration vers Abidjan11, aujourd'hui les filles déscolarisées s’arrangent toutefois pour retarder un peu l’âge au départ et partir selon le modèle de la « petite servante salariée », afin de « gagner leur propre argent ».

45Cependant, même si les villageois-e-s savent qu’il est désormais possible pour les jeunes migrantes de travailler en ville en échange d’une rémunération monétaire directe, il faut pouvoir organiser ce nouveau type de migration pour le travail domestique : payer le transport de la fille jusqu’à Abidjan (dans les deux autres modèles, ces frais sont pris en charge par les « tanties »), et surtout avoir en ville un-e parent-e qui puisse l’héberger le temps qu’elle trouve un emploi. Ainsi, une condition indispensable au projet de migrer en ville en vue d’y travailler comme petite servante directement salariée est bien qu’un membre de la parenté urbaine accepte de jouer le rôle de tuteur/tutrice sans bénéficier personnellement des services domestiques de la jeune migrante, ni de l’argent que rapporterait son louage.

46À Abidjan, le développement des agences de placement a favorisé ce nouveau type de départ et de placement : de nombreux villageois savent que l’on peut y trouver rapidement un emploi salarié et laissent plus facilement partir les adolescentes sans l’encadrement d’une « tantie-placeuse ». Pour financer le voyage jusqu’à Abidjan, il arrive que leur migration soit organisée en deux étapes : les jeunes villageoises partent dans un premier temps chercher une place de bonne salariée à Bondoukou-ville, emploi qu’elles quittent dès qu’elles ont réuni la somme nécessaire au voyage vers Abidjan. De fait, les salaires des petites servantes sont deux à trois fois plus élevés à Abidjan qu’à Bondoukou.

« Maintenant, ce n’est plus comme avant »

47Ce leitmotiv des discours des adultes prend des significations différentes en fonction de la position que chacun occupe dans l’espace social et du rôle qu’il joue au niveau du phénomène des petites domestiques. Tenu par la plupart des villageois rencontrés dans la région de Bondoukou, ce jugement fait référence à ce qu’étaient les effets de cette forme de migration féminine temporaire « avant » (la récession), et ce qu’ils sont devenus depuis. En dépit d’une tendance que les acteurs peuvent avoir à romantiser leur expérience passée (pourtant parfois très dure elle aussi), divers relevés factuels viennent corroborer les récits signalant des différences importantes au niveau de l’expérience migratoire qu’ont connue les générations successives de jeunes migrantes. Parallèlement à l’évolution des pratiques de placement et d’embauche des petites domestiques, sont apparues des formes circulatoires plus diversifiées et plus complexes entre les jeunes travailleuses migrantes et l’arrière villageois. Quand les villageois-es (parents et anciennes petites domestiques revenues au village) considèrent aujourd'hui l’évolution des conséquences de cette pratique migratoire, l’amertume domine les discours : dans l’ensemble, on assisterait à une dégradation du statut de ces jeunes travailleuses migrantes. Les avantages économiques tirés de leur expérience en ville sont de plus en plus aléatoires, tandis que les conséquences sociales et sanitaires peuvent, plus qu’avant, se révéler désastreuses.

Conditions et images du retour des jeunes migrantes au village

48Les récits rétrospectifs d’anciennes jeunes migrantes mettent en évidence cette dégradation de statut : les familles villageoises constatent, depuis les années 1990, une détérioration importante des effets économiques et sociaux de la migration des filles pour travail domestique à Abidjan. Pourtant, l’aggravation des conditions de vie dans les villages a pour effet de perpétuer les décisions de partir travailler en ville. Mais de plus en plus, les parents s’efforcent de trouver des moyens pour limiter les effets négatifs du séjour de leurs filles en ville, et retenir les plus jeunes au village. Parfois à l’encontre des envies des filles elles-mêmes…

Une « détérioration à distance »

49Pendant la durée de ce séjour, les échanges directs entre les filles et leurs parents sont très peu nombreux : d’une part, il est rare que les parents aient les moyens de se rendre à Abidjan (de nombreux villageois du nord-est n’y sont jamais allés) et d’autre part, les filles retournent peu souvent au village, pour des raisons principalement financières (j’ai par exemple rencontré à Abidjan des petites domestiques qui n’étaient jamais retournées au village depuis sept ans). Cependant, des échanges indirects de nouvelles ont lieu, le plus souvent par l’intermédiaire de personnes du réseau de parenté ou de connaissance qui circulent entre le village et la ville. C’est de cette manière que dans certaines situations extrêmes (maladie grave du père ou de la mère de l’enfant, décès) ou bien en prévision des cérémonies d’initiation, les parents villageois font savoir qu’ils souhaitent que leur fille rentre, temporairement, au village.

  • 12 De mes enquêtes, il ressort que c’est toujours à leur mère (biologique ou sociale) restée au villag (...)

50C’est également par le biais de ces intermédiaires que certaines petites bonnes directement salariées transmettent à leur maman villageoise12 de petits « cadeaux » (en nature ou en argent) financés sur leurs maigres revenus. Au niveau du village, les femmes utilisent ces sommes (souvent modiques : dans les meilleurs cas, 5 000 à 10 000 F CFA reçus tous les deux à trois mois) principalement pour des frais médicaux ou des dépenses sociales, pour investir dans de petites activités rémunératrices et parfois pour assurer le maintien d’un-e cadet-te à l’école.

51En revanche, concernant les jeunes travailleuses migrantes placées sous l’autorité d’une « tantie » (« petites nièces » et « enfants louées »), tous les témoignages indiquent une diminution importante des transferts pendant le séjour des filles en ville. Les parents villageois affirment comprendre les motifs économiques de cette restriction, mais c’est aussi pour faire face à cette détérioration des échanges qu’ils tentent de mettre en place de nouvelles stratégies visant à éviter le départ des plus jeunes. Et plus encore qu’autrefois, c’est sur le contenu de la valise avec laquelle leurs filles reviendront qu’ils fondent leurs espérances.

Réalité des conditions de retour au village des jeunes migrantes

Le contenu de la « valise »

52Sur le plan matériel, les parents villageois évaluent la réussite du séjour de leur fille en ville en découvrant le contenu du bagage avec lequel elle revient. Même si, au moment du départ vers Abidjan, les attentes à ce sujet ne sont jamais précisément exprimées, des codes implicites ont été progressivement établis, en référence aux biens que les générations précédentes de migrantes ont rapportés (rappelons ici que le trousseau est exposé publiquement le jour du mariage). Les valises bien garnies avec lesquelles certaines (rares) jeunes filles reviennent encore d’Abidjan aujourd'hui alimentent les représentations de ce qu’est la rétribution « normale » (c’est-à-dire minimale) du travail des jeunes migrantes pendant leur séjour en ville. Etonnamment, la durée du séjour à Abidjan n’influence que très peu cette évaluation : en moyenne, c’est seulement si la fille est restée travailler en ville moins de deux à trois ans que l’on admet la « normalité » d’un contenu moindre. En revanche, personne n’a la naïveté de croire que le remplissage de la valise sera proportionnel au nombre d’années de travail : si c’est le cas, on se réjouira que la fille ait eu de la chance ; sinon, tant qu’une rétribution jugée acceptable lui a été procurée, on contiendra sa déception.

  • 13 Un « complet » se compose des trois pièces de pagne utiles à la confection d’une tenue complète ; i (...)
  • 14 En revanche, si une « tantie-placeuse » n’ayant aucun lien de parenté avec les villageois qui lui o (...)

53Or, bien des personnes interviewées dans les villages du nord-est (des mères et des pères d’ex-petites domestiques, d’anciennes migrantes revenues vivre au village, divers membres de la communauté villageoise (apparentés ou non à des ex-migrantes), et même certaines « tanties- placeuses » considérant quant à elles tenir correctement leur rôle vis-à-vis des petites domestiques qu’elles placent à Abidjan insistent sur le fait que depuis les années 1990, un nombre croissant de jeunes filles reviennent au village quasiment les mains vides, pourtant après plusieurs années de travail à Abidjan. Les pratiques des « tanties-placeuses » de la parenté élargie sont en ce sens particulièrement décriées quant à leurs abus. Personne en effet n’est dupe des profits que leur rapporte le système de louage de petites domestiques. Mais le fait que certaines de ces « tanties » ne remettent aux jeunes migrantes de retour qu’un ou deux complets de pagnes13 (voire rien du tout parfois), alors que pendant plusieurs années, elles ont encaissé le salaire des filles, voilà qui n’inspirait que du dégoût à leur sujet. Et ce d’autant plus qu’il est généralement impossible de réclamer une quelconque réparation : même lorsqu’ils sont très distendus, les liens de parenté qui existent entre les « tanties-placeuse » et les parents empêchent ces derniers de réclamer quoi que ce soit : « c’est ma tante, qu’est-ce que je peux dire ? », « c’est ma grande sœur, je ne peux rien faire »… En outre, ces femmes trouvent toujours à se justifier en rejetant la faute sur les filles elles- mêmes et leur prétendu « mauvais comportement » : « Mais ta fille est faignante, elle ne travaille pas bien », « elle est trop impolie, elle m’a créé tous les problèmes », etc. Même si, de leur côté, les filles expliquent à leurs parents ce qu’il en est, leur parole ne peut être confrontée à celle de leur « tantie ». De plus, la position économique et sociale des parents est bien trop précaire, comparée à celle des « tanties » d’Abidjan ; le principe de réciprocité s’en trouve faussé et là encore, aucune réclamation n’est possible. S’il n’y a pas de confrontation ouverte ni de réparation envisageable, les relations entre ces groupes de parenté s’en trouvent néanmoins durablement dégradées. Autant que possible, les parents ne confieront plus de filles à cette placeuse, désormais identifiée comme une femme « méchante »14.

Maltraitance des filles, grossesses non désirées et sida

Quand ma fille est revenue, elle avait encore des cicatrices partout sur son corps. La femme chez qui elle travaillait à Abidjan, elle la frappait tous les jours... et aussi, elle l’insultait tout le temps. Quand elle demandait à l’autre femme [la « tantie- placeuse », ancienne co-villageoise du père de la jeune migrante] de partir, toujours elle a refusé, parce que elle, son problème, c’était seulement de venir chercher l’argent de ma fille [le salaire]. Vraiment, ma fille a trop souffert. Et moi, je ne savais pas. Toutes ces femmes là profitent de nos enfants, et nous, on ne sait pas, on ne peut rien faire. Donc maintenant en tout cas, moi je ne fais plus partir mes filles comme ça, c’est fini. Ma dernière fille, c’est seulement chez ma petite sœur, même père même mère, que j’ai accepté qu’elle parte. Et ma sœur a trouvé une bonne patronne pour elle, elle n’a pas de problème. Mais avant, ma petite sœur était au village, donc à Abidjan, on n’avait aucun parent qu’on connaît pour envoyer nos enfants.
(Entretien avec Néné, à Sogobango, 2 avril 2000)

54Tous les villageois connaissent aujourd'hui dans leur entourage des histoires abominables de petites domestiques qui, à Abidjan, ont souffert de mauvais traitements caractérisés de la part de leurs employeurs : conditions déplorables de travail, violences verbales et physiques, privation de repas, voire abus sexuels de la part des hommes de la maison ou du voisinage. Selon eux, le fait déterminant dans de telles situations, c’est que la femme à laquelle ils ont confié leur enfant n’a pas joué son rôle de tutrice : elle aurait dû intervenir, c’est-à-dire trouver à la jeune travailleuse migrante une autre patronne, moins « méchante ». Car s’il est admis que peu de migrantes ont la « chance » de tomber sur une « bonne patronne » la première fois, il est néanmoins attendu que la personne à laquelle les parents ont temporairement délégué leur autorité parentale, assure à leur fille une protection minimale, tout particulièrement vis-à-vis des plus jeunes.

  • 15 Le plus souvent, cet « écart de conduite » leur vaut un renvoi immédiat au village et la tutrice d’ (...)

55En ce qui concerne les filles pubères, un rôle de surveillance est en outre attendu des « tanties » qui en sont responsables à Abidjan : elles devraient en principe s’efforcer de contrôler les sorties des jeunes filles, et tout particulièrement de celles qui n’ont pas encore passé les rites d’initiation, afin d’éviter à la fille et à ses parents le déshonneur que provoque le retour au village d’une fille en grossesse. Il semble au contraire que depuis le milieu des années 1990, le nombre de jeunes migrantes qui reviennent enceintes au village augmente. Seul « fruit » de leur expérience migratoire15, ces grossesses précoces et non désirées sont souvent compliquées par des tentatives d’avortement clandestin, qui mettent gravement en danger la vie des jeunes filles.

  • 16 Entretiens avec Mme Kouakou, AIBEF de Bondoukou, 4 avril 2000 & 10 mai 2001 ; avec le père Bardelli (...)
  • 17 Entretiens avec M. Affi, CTA-CHR de Bondoukou, 4 avril 2000 ; avec Amadi & Kossia, Welekehi, 11 mai (...)

56Enfin, de nombreuses jeunes travailleuses domestiques prennent aujourd'hui le chemin du retour au village pour y mourir du sida. Diverses sources indiquent qu’une proportion importante de jeunes migrantes reviennent « très malades » de leur séjour en ville16. Dans les villages de la région de Bondoukou à la fin des années 1990, on signalait une forte augmentation du nombre de décès de très jeunes femmes ; infectées par le VIH, la plupart d’entre elles étaient d’anciennes migrantes parties très jeunes travailler comme domestiques à Abidjan17.

De nouvelles pratiques migratoires pour les petites domestiques ?

Recul de l’âge au départ et resserrement des liens de parenté

57Etant donné la possibilité, désormais bien connue jusque dans les villages, d’obtenir en ville un emploi directement salarié, on observe que ce modèle d’embauche est aujourd'hui privilégié, aussi bien de la part des parents que des filles elles-mêmes. De sorte que bien des villageois attendent désormais que leurs filles aient au minimum 13-14 ans pour les laisser partir travailler à Abidjan comme « petites servantes directement salariées ».

  • 18 Cf. la notion de moral economy développée par James Scott (1977) quant au principe d’un pacte impli (...)

58Ou bien, lorsque c’est une fillette qu’ils consentent à laisser partir, les parents affirment qu’ils ne confient désormais leurs filles qu’à des parentes proches installées à Abidjan. En décidant de resserrer ainsi le lien de parenté entre la jeune migrante et sa tutrice, ils pensent augmenter ses chances de vivre une expérience migratoire favorable sur le plan économique, et davantage contrôlée sur les plans social et sanitaire, l’idée étant qu’en raison des intérêts communs avec les proches parents restés au village, cette parente d’Abidjan ne pourra se soustraire à ses obligations familiales de réciprocité18.

  • 19 Entretiens avec Doumbia, Welekehi, 5 avril 2000 ; avec Djenebou, Motiamo, 11 mai 2001 ; avec Mme Ko (...)

59Par ailleurs, quelques cas m’ont été rapportés où les parents (plutôt la mère) décident d’accompagner eux-mêmes leur fille à Abidjan chez une parente qui, de facto, devient sa tutrice19. Pour les parents, le but de cette démarche est de montrer qu’il sera éventuellement possible de revenir par la suite prendre soi-même des nouvelles de son enfant, contrôler les conditions de son placement et surtout, de sa rémunération.

Retenir les filles au village

60Dans les villages du nord-est, une grande proportion des filles qui seraient en âge de partir travailler en ville ont des mamans qui, anciennes petites domestiques à Abidjan, gardent un souvenir douloureux de leur expérience migratoire : la plupart de ces femmes refusent de faire partir leurs enfants.

61Depuis la fin des années 1990, la mise en place de groupements de femmes en coopératives vivrières ou artisanales (GVC), l’amélioration de l’accès des femmes aux micro-crédits, les revenus que procure l’expansion de la culture de l’anacarde, ainsi que les efforts du gouvernement ivoirien et de l’UNICEF pour promouvoir la scolarisation féminine dans le nord du pays, soutiennent cette volonté de garder les filles au village, notamment les plus jeunes. Des associations et des ONG multiplient également les actions de sensibilisation concernant les nombreux problèmes liés au phénomène de la migration des petites domestiques.

62Cependant, malgré quelques améliorations au niveau économique, les collectifs de parenté villageois éprouvent bien des difficultés à freiner les flux migratoires des filles vers Abidjan. En dépit des désillusions que les conditions réelles de retour de certaines migrantes ne manquent pas de susciter, de nombreux parents villageois se disent « obligés » de continuer à faire partir leurs filles, mais seulement dans certaines conditions, qu’ils se représentent comme plus favorables.

  • 20 Entretiens avec Doumbia, Welekehi, 5 avril 2000 ; avec Yvette, AIBEF de Bondoukou, 14 mai 2001.
  • 21 Plusieurs Abidjanaises commerçantes originaires de la région de Bondoukou ont en effet témoigné avo (...)

63D’autres familles villageoises assuraient que, tant que leurs ressources socio-économiques le leur permettraient, elles s’opposeraient désormais au départ des filles en ville. Cependant, les jeunes filles elles-mêmes sont rarement d’accord avec cette nouvelle position des parents. Quelques cas de fugues d’adolescentes, qui contournent ainsi l’interdiction parentale de partir « faire bonne » à Abidjan, m’ont été relatés20. Les parents restés sans nouvelles des filles plusieurs mois après leur départ, pensent que les « fugueuses » vont à Bondoukou, où elles s’arrangent pour partir avec des commerçantes d’Abidjan auxquelles elles remboursent ensuite les frais du voyage sur leurs premiers salaires21. Même si au-delà du projet de travailler en ville, il peut également s’agir de fuir d’autres problèmes inhérents à la famille (et que les parents ne m’ont pas évoqués), se manifeste clairement ici de la part des jeunes filles d’origine rurale, un désir d’autonomie par rapport aux pratiques et aux activités villageoises ; la migration urbaine représente pour elles une source de changement important non seulement vis-à-vis de la famille et des règles coutumières, mais également en ce qui concerne leurs comportements matrimoniaux (Lesclingand, 2004).

Conclusion

64De l’Indépendance jusqu’au milieu des années 1980, la migration temporaire des jeunes filles de régions rurales qui partaient travailler comme petites domestiques à Abidjan constituait une pratique que les différentes générations en présence au village valorisaient comme facteur de mobilité sociale, associée non seulement à un relatif succès en termes économiques, mais également à l’apprentissage d’autres savoir-faire et savoir-être (Moran, 1992 ; Viti, 2005), ainsi qu’à la reconnaissance, par les parents et les pairs, d’une plus grande maturité liée à l’éloignement du foyer parental et à l’environnement urbain. Cette forme de migration était alors représentée comme un fondement de l’identité sociale des femmes de la région de Bondoukou. Mais cette pratique a connu d’importantes transformations au cours des trente dernières années, notamment sous les effets de la crise économique grave et prolongée. Les conditions et les modalités de placement on évolué, l’impact économique de cette forme de migration est devenu très aléatoire, et les rapports sociaux qui l’encadrent ont dû être ajustés.

65Aujourd’hui, les effets sociaux de ces migrations juvéniles de travail paraissent plus souvent désastreux qu’avantageux. À tel point que depuis la fin des années 1990, les autorités locales cherchent à freiner l’exode rural des filles, en concentrant leurs efforts sur les moyens d’améliorer les taux et la durée de la scolarisation féminine. Mais face au prolongement des contraintes économiques dans cette région, les actions déployées restent jusqu’à présent insuffisantes pour constituer une alternative réellement efficace aux décisions migratoires des familles ou des filles elles-mêmes. Pour ces dernières, et en dépit des difficultés et des risques qui y sont associés, l’expérience urbaine de travail représente un facteur d’émancipation familiale, et leur ouvre toujours des perspectives de mobilité sociale qui n’existent pas au village. Les jeunes migrantes font ainsi preuve d’une grande lucidité sur le contexte socio-économique précaire et les opportunités très limitées présentes dans le nord-est, et leur perception de la migration en termes positifs nous renseigne davantage sur les choix qu’elles et leurs parents font face à de telles contraintes, que sur les choix qu’ils et elles feraient en d’autres circonstances. De plus, les risques et les dangers encourus ou vécus ne sont pas perçus comme spécifiques à la migration des enfants : les situations de vulnérabilité des jeunes migrantes sont plutôt présentées comme liées aux risques inhérents à toute expérience migratoire.

66Finalement, on connaît aujourd'hui encore bien mal les effets de l’expérience migratoire des petites domestiques sur leurs trajectoires de femmes. Une fois achevés cette expérience et ce statut de travail liés à leur jeune âge, certaines réussissent un peu mieux que d’autres : à monter un petit commerce ; à créer une activité rémunératrice en milieu rural ; à faire un « bon mariage » ou à « réussir » leur célibat ; à protéger leur santé reproductive en surmontant les risques sanitaires, liés notamment au sida ou aux avortements ; à réguler leur fécondité ; à scolariser leurs enfants, y compris leurs filles ; à éviter que ces dernières partent trop jeunes travailler comme petites domestiques, ou du moins à leur assurer les conditions d’un « bon placement », c’est-à-dire non exploité, et garantissant un minimum de réciprocité… De nouvelles perspectives de recherche s’ouvrent en ce sens (Rodet, 2009 ; Hertrich & Lesclingand, 2010), elles méritent d’être poursuivies car la question du devenir de ces ex-jeunes travailleuses migrantes est d’importance, notamment pour saisir et comprendre les causes explicatives des itinéraires divergents.

67­

Haut de page

Bibliographie

­

Delaunay, V., 1994, Le travail des fillettes en Afrique sub-saharienne – La condition des jeunes migrantes sereer à Dakar, Colloque international L’enfant exploité – Mise au travail et prolétarisation. Paris, 24-26 nov. 1994, CEA/CEPED/ORSTOM : 3-10.

Delaunay, V. et C. Enel, 2009, Les migrations saisonnières féminines : le cas des jeunes bonnes à Dakar, in J. Vallin (éd.), Du genre et de l’Afrique. Hommage à Thérèse Locoh, Paris, INED : 389-402.

ENSEA/IRD, 2000, L’Économie locale de Bondoukou (Côte-d’Ivoire). Comptes, acteurs et dynamismes de l’économie locale, Abidjan, République de Côte- d’Ivoire, Ministère de l’Intérieur et de la décentralisation, Commission européenne.

Etienne, M., 1979, Maternité sociale, rapports d’adoption et pouvoir des femmes chez les Baoulé (Côte d’Ivoire), L’Homme, XIX (3-4) : 63-108.

Hashim, I. and D. THORSEN, 2011, Child Migration in Africa. London / Uppsala, Zed Books / Nordiska Afrikainstitutet.

Hertrich V. et M. Lesclingand, 2007, Formalisation des unions et contrôle intergénérationnel. Une étude de cas au Mali, in P. Antoine (éd.), Les relations intergénérationnelles en Afrique. Approche plurielle. Paris, Ceped: 143-166.

—, 2010, Adolescent migration in rural Africa: a challenge to gender and inter- generational relationships? Evidence from Mali, communication présentée au séminaire international de l’UIESP, Youth Migration and Transitions to Adulthood in Developing Countries, Rio de Janeiro (Brésil), 8-10 décembre 2010.

Jacquemin, M., 2000, Petites nièces et petites bonnes, le travail des fillettes en milieu urbain de Côte-d'Ivoire, Journal des Africanistes, 70 (1-2) : 105-122.

—, 2002, Travail domestique et travail des enfants, le cas d’Abidjan (Côte- d'Ivoire), Revue Tiers Monde, XLIII (170) : 307-326.

—, 2007, Sociologie du service domestique juvénile : ‘‘petites nièces’’ et ‘‘petites bonnes’’ à Abidjan. Thèse de doctorat de sociologie, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales/Centre d’Etudes africaines, Paris.

—, 2009, Petites nièces et petites bonnes à Abidjan. Les mutations de la domesticité juvénile, Travail, genre et sociétés, n° 22 : 53-74.

—, à paraître, Petites bonnes d’Abidjan. Sociologie des filles en service domestique. Paris, Karthala.

Jacquemin M. et B. Schlemmer (éds), 2011, Les enfants hors l’école, Cahiers de la Recherche sur l’Education et les Savoirs, n° 10 – mars 2011.

Lallemand, S., 1993, La circulation des enfants en société traditionnelle, Paris, L’Harmattan.

Lambert, M. C., 1999, Have Jola Women Found a Way to Resist Patriarchy with Commodities? (Senegal, West Africa), Political and Legal Anthropology Review, vol. 22, n° 1: 85-93.

—, 2007, Politics, patriarchy, and the new traditions: understanding female migration among the Jola (Senegal, West Africa), in H.P. Hahn and G. Klute, (eds.), Cultures of Migration. African Perspectives. Berlin, Lit Verlag : 129- 148.

Lesclingand, M., 2004, Nouvelles stratégies migratoires des jeunes femmes rurales au Mali : de la valorisation individuelle à une reconnaissance sociale, Sociétés contemporaines, n° 55 : 21-42.

—, 2011, Migrations des jeunes filles au Mali : exploitation ou émancipation ?, Travail, genre et sociétés, 25, 2011/1: 23-40.

Linares O. F., 2003, Going to the City ... and Coming Back? Turnaround Migration among the Jola of Senegal, Africa, vol. 73.

Moran, M. H., 1992, Civilized Servants: Child Fosterage and Training for Status among the Glebo of Liberia, in K. T. Hansen (éd.), African Encounters with Domesticity. New Brunswick: Rutgers University Press: 98-115.

Ouedraogo J.-B., 1995, The Girls of Nyovuuru. Dagara Female Labour Migrations to Bobo-Dioulasso, in J. Baker & T. Aina (éds.), The migration experience in Africa. Uppsala, Nordiska Afrikainstitutet : 269-288.

Pison, G. et C. Enel, 2005, Le passage à l’âge adulte et la constitution de la famille : évolutions récentes à Mlomp (Sénégal), in K. Vignikin & P. Vimard (dir.), Familles au Nord, familles au Sud. Louvain-la-Neuve, Academia- Bruylant : 155-177.

Pison, G., E. Lagarde et C. Enel, 1997, Comportements sexuels, migrations saisonnières et risques d’infection par le VIH et les MST. Etude des changements en zone rurale au Sénégal, in ORSTOM et ANRS (éds.), Le Sida en Afrique. Recherches en sciences de l’homme et de la société. Paris, ANRS/ORSTOM : 17-22.

Punch, S., 2009, Moving for a better life: To stay or to go?, in D. Kassem, L. Murphy & E. Taylor (eds), Key Issues on Childhood and Youth Studies. London, Routledge : 202-215.

Recensement d’Abidjan 1955, 1960. Abidjan, Direction de la Statistique et des Études Économiques et Démographiques.

Recensement Général de la Population et de l’Habitat 1998, 2001. Abidjan, République de Côte-d’Ivoire, Institut National de la Statistique, Bureau Technique Permanent du Recensement.

Rodet M., 2009, Les migrantes ignorées du Haut-Sénégal (1900-1946). Paris, Karthala.

—, (à paraître), Under the Guise of Guardianship and Marriage”: Mobilizing Juvenile and Female Labor in the Aftermath of Slavery in Kayes, French Soudan, 1900-1939, in B. N. Lawrance and R. L. Roberts (eds), Trafficking Women and Children in Colonial and Postcolonial Africa: Historical, Contemporary, and Comparative Perspectives, Athens, Ohio University Press.

Sauvain-Dugerdil, C., D. Dougnon, et S. Diop, La mobilité est-elle le moteur de la transition culturelle ? Étude micro-démographique du Sarnyéré Dogon (Mali)’’, in Démographie et Cultures (Actes du colloque de Québec, 2008), Association Internationale des Démographes de Langue Française : 1083-1101.

Scott, J., 1977, The Moral Economy of the Peasant: Rebellion and Subsistence in Southeast Asia, Yale University Press.

Terray, E., 1995, Une histoire du royaume abron du Gyaman. Des origines à la conquête coloniale. Paris, Karthala.

Thorsen, D., 2007, Junior-senior linkages. Youngsters’ perceptions of migration in rural Burkina Faso, in H.P. Hahn and G. Klute (éds.), Cultures of Migration. African Perspectives. Berlin, Lit Verlag : 175-199.

Vidal, C., 1985, L’artisanat féminin et la restauration populaire à Abidjan, in J. Bisilliat (éd.), Femmes et politiques alimentaires. Paris, Orstom : 548-556.

Haut de page

Annexe

Carte 1. La Côte d’Ivoire administrative

Haut de page

Notes

1 Une telle évaluation pose des problèmes, les interprétations pouvant considérablement varier, en fonction notamment des contextes sociaux d’origine et de destination des jeunes migrant-e-s, mais aussi du point de vue retenu : celui des enfants migrants ou des parents, de la mère ou du père, d’un membre de la parenté ou d’un observateur situé en milieu urbain ou rural, etc. Il n’est pas non plus assuré qu’une telle évaluation puisse avoir un sens dans une posture de recherche, en principe dégagée d’une vision morale et normative.

2 Le dernier recensement général de la population de Côte-d'Ivoire (Recensement Général de la Population et de l’Habitat 1998, 2001) met en évidence cette sur-représentation des filles de 10 à 19 ans à Abidjan : le rapport de masculinité est de 95,9 pour le groupe d’âge 5-9 ans ; 79,1 pour les 10-14 ans ; 71,6 pour les 15-19 ans ; la proportion hommes-femmes se rééquilibre ensuite, avec un rapport de masculinité de 98,9 pour les 20-24 ans.

3 Le phénomène est également observable depuis l’époque coloniale dans d’autres pays ouest-africains, notamment au Sénégal, chez les Joolas de Casamance (Pison & Enel, 2005 ; Lambert, 1999 ; 2007 ; Linares, 2003) et les Sereer de la région de Fatick (Delaunay & Enel, 2009), ainsi qu’au Burkina Faso chez les Dagara (Ouedraogo, 1995).

4 Soit au total 38 entretiens, réalisés avec : d’anciennes petites domestiques revenues vivre au village après leur(s) expérience(s) de travail à Abidjan ; des petites bonnes de passage chez leurs parents pendant plusieurs semaines pour y être initiées et excisées, qui devaient ensuite repartir travailler à Abidjan ; des parents (mères, pères, tantes) de filles en position de travail (plusieurs de ces femmes avaient d’ailleurs elles-mêmes été petites domestiques à Abidjan des années plus tôt) ; des « tanties-placeuses », à la ‘‘retraite’’ ou toujours en activité ; des chefs coutumiers, des notables, plusieurs responsables administratifs ou d’associations, ainsi qu’un journaliste (correspondant régional de deux grands quotidiens nationaux) ; enfin, des chauffeurs de la ligne Bondoukou-Abidjan qui acheminent ou avaient dans le passé acheminé des jeunes filles pour le compte de placeuses professionnelles.

5 59% et 11% dans le primaire et le secondaire pour le département de Bondoukou (ENSEA/IRD, 2000).

6 L’expérience urbaine de ces très jeunes femmes peut aussi représenter un facteur de mobilité sociale au niveau matrimonial, en augmentant par exemple leurs chances de faire un « bon mariage », voire en leur ouvrant la possibilité de choisir en ville leur futur conjoint… En l’absence de données précises, il est difficile de développer davantage cette question pour la Côte-d'Ivoire. Pour le Mali, on se référera aux travaux de Véronique Hertrich et de Marie Lesclingand (2007) qui ont étudié l’impact des migrations juvéniles sur le mariage, dans un contexte rural où ni la scolarisation (des filles) ni les effets sociaux de la crise économique ne ressortent comme déterminants principaux des changements matrimoniaux contemporains.

7 Sur les pratiques de fosterage comme support pour accéder à une main-d’œuvre juvénile féminine dans un contexte de changements socio-économiques importants suite à l’abolition de l’esclavage dans la région de Kayes au Mali, voir Marie Rodet (à paraître).

8 Chez les musulmans dioula de la région de Bondoukou par exemple, la circulation des enfants (filles et garçons) était étroitement associée à leurs pratiques matrimoniales. Ainsi la coutume des bara tché et des bara mousso perdurait-elle encore dans les années 2000: lorsqu’un homme prépare son mariage, l’une de ses sœurs est promue comme bara tché de sa future épouse, laquelle devient automatiquement bara mousso de sa belle-sœur. Ces « confidentes » ont pour attributions mutuelles de préparer leur nouvelle alliée pour la nuit nuptiale, de s’entraider au moment de leur(s) accouchement(s), d’intervenir pour la résolution des problèmes et palabres entre les conjoints, enfin de se soutenir en cas de veuvage. Le premier enfant que chacune d’elles met au monde après cette alliance est en principe « donné » à l’autre ; l’enfant est élevé par cette tante, qu’il appelle « maman » et qui joue véritablement ce rôle.

9 J’emprunte ce concept, qui recoupe une expression vernaculaire, à Claudine Vidal et Marc Le Pape qui l’ont utilisé dans leurs recherches pour désigner les jeunes aides familiales domestiques. Qu’elles soient ou non des nièces au sens de la parenté, elles sont surnommées comme telles. Ainsi, le terme « petites nièces », s’il suggère toujours l’existence d’un lien de proximité – ne saurait toutefois systématiquement désigner la réalité de ce lien précis de parenté : il peut en effet aussi bien s’agir d’une nièce que d’une petite sœur, d’une cousine ou de la fille d’un(e) ami(e) de l’un des membres du ménage urbain récipiendaire, ou simplement d’une enfant originaire du même village.

10 Les biographies des petites domestiques interviewées montrent que dans leurs trajectoires (qui durent de trois à cinq ou six ans le plus souvent, au maximum dix à treize ans pour celles qui ont commencé très jeunes), plusieurs statuts d’emploi peuvent, ou non, se succéder. S’il y a d’ailleurs très couramment succession de ces statuts, il n’y a cependant aucune loi d’évolution systématique dans la « carrière » de ces jeunes travailleuses migrantes. Lorsqu’ils ont lieu, les passages d’un statut à l’autre sont fortement corrélés à l’âge : si la distinction entre fillette et jeune fille (c’est-à-dire, en ville, avant et après la puberté, soit autour de 13-14 ans) est un critère déterminant pour le passage au statut de « petite servante salariée », on rencontre également des « petites nièces » âgées de plus de 15 ans.

11 Le lien de causalité entre déscolarisation des filles et départ en migration est parfois ambigu : le retrait de l’école peut aussi ressortir comme la conséquence des stratégies économiques familiales, voire d’un projet personnellement formulé par les filles (Jacquemin & Schlemmer, 2011). Cependant, dans les enquêtes que j’ai menées, le maintien des filles à l’école jusqu’à l’issue du cycle d’enseignement primaire était globalement perçu avec une priorité d’intérêt, « tant que cela est possible », par rapport à la migration de travail. Sur ce point, des différences sensibles s’observent toutefois selon les catégories sociales, ainsi que selon la place des enfants dans la fratrie, variables qui nécessiteraient d’être précisées par un complément d’enquêtes.

12 De mes enquêtes, il ressort que c’est toujours à leur mère (biologique ou sociale) restée au village que les jeunes travailleuses migrantes qui le peuvent, envoient des remises, en nature ou argent. Dans ses enquêtes au Burkina Faso, l’anthropologue Dorte Thorsen (comm. pers.) a pu observer que c’est également à leur mère villageoise que les jeunes migrantes originaires du pays bisa et travaillant comme domestiques à Ouagadougou ou à Abidjan, envoient cadeaux et argent.

13 Un « complet » se compose des trois pièces de pagne utiles à la confection d’une tenue complète ; il existe différentes qualités de tissu, que les villageois-es savent parfaitement évaluer.

14 En revanche, si une « tantie-placeuse » n’ayant aucun lien de parenté avec les villageois qui lui ont confié leur fille, tire profit du travail de la jeune migrante à Abidjan au point de ne rien (ou si peu) lui donner en retour, elle prend le risque d’être conduite en justice par les parents de l’enfant ainsi surexploitée. Le fait semble assez rare, mais quelques cas m’ont été rapportés où, devant le juge, les parents villageois avaient pu obtenir de la « fausse tantie » incriminée le versement d’une somme d’argent assez importante, en guise de réparation des abus commis (entretiens avec Madou, 5 avril 2000 ; avec Amadi et Kossia, 11 mai 2001 ; avec M. Dié, 4 avril 2000). Pour des cas d’abus extrêmes commis à l’encontre de très jeunes filles, des « tanties-loueuses » auraient par ailleurs été condamnées à des peines de prison (entretien avec Me Divignac, juge au Tribunal de Bondoukou, 3 avril 2000).

15 Le plus souvent, cet « écart de conduite » leur vaut un renvoi immédiat au village et la tutrice d’Abidjan les punit en ne leur donnant rien…

16 Entretiens avec Mme Kouakou, AIBEF de Bondoukou, 4 avril 2000 & 10 mai 2001 ; avec le père Bardelli, paroisse Ste Odile de Bondoukou, 15 mai 2001.

17 Entretiens avec M. Affi, CTA-CHR de Bondoukou, 4 avril 2000 ; avec Amadi & Kossia, Welekehi, 11 mai 2011 ; avec Oumi, Sogobango, 12 mai 2001.

18 Cf. la notion de moral economy développée par James Scott (1977) quant au principe d’un pacte implicite de respect des obligations.

19 Entretiens avec Doumbia, Welekehi, 5 avril 2000 ; avec Djenebou, Motiamo, 11 mai 2001 ; avec Mme Koffi, AIBEF de Bondoukou, 15 mai 2001.

20 Entretiens avec Doumbia, Welekehi, 5 avril 2000 ; avec Yvette, AIBEF de Bondoukou, 14 mai 2001.

21 Plusieurs Abidjanaises commerçantes originaires de la région de Bondoukou ont en effet témoigné avoir participé ou assisté à ce type de pratiques ; je n’ai en revanche pas eu l’occasion d’interroger des « fugueuses ».

Haut de page

Table des illustrations

URL http://africanistes.revues.org/docannexe/image/3919/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 301k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mélanie Jacquemin, « Migrations juvéniles féminines de travail en Côte-d'Ivoire », Journal des africanistes, 81-2 | 2011, 61-86.

Référence électronique

Mélanie Jacquemin, « Migrations juvéniles féminines de travail en Côte-d'Ivoire », Journal des africanistes [En ligne], 81-2 | 2011, mis en ligne le 12 janvier 2016, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3919

Haut de page

Auteur

Mélanie Jacquemin

Sociologue, post-doctorante à l’INED, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org