Navigation – Plan du site

Notes sur la captation de la main d’œuvre enfantine dans la région de Kayes, Mali (1904-1955)

Capturing Children Workforce in the Kayes Region, Mali (1904-1955)
Marie Rodet
p. 49-60

Résumés

Suite à la conquête coloniale du Soudan français dans la seconde moitié du XIXe siècle et avec l’abolition officielle de l’esclavage décrété en Afrique occidentale française en 1905, l’exode des anciens esclaves provoqua une restriction de la main-d’œuvre domestique et agricole pour les familles nobles propriétaires d’esclaves. Les femmes nobles en furent particulièrement affectées car leur capacité à recruter de la main-d’œuvre dans les sociétés patrilinéaires et patrilocales comme celles de la région de Kayes a toujours été limitée. Dès lors, hommes comme femmes durent de plus en plus se tourner vers leur propre lignage pour recruter des dépendants Ainsi, au XXe siècle, le développement du fosterage des enfants permit aux femmes d’acquérir de la main-d’œuvre supplémentaire, utilisant leurs propres réseaux familiaux et s’appuyant sur des formes anciennes de travail servile pour contrôler une main-d’œuvre quasiment exclusivement juvénile et féminine. Cela a permis ainsi de maintenir, dans le Mali post-abolitionniste, les hiérarchies sociales qui prévalaient jusqu’alors.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Voir en particulier : Findley et Diallo (1988), Findley (1991), Diarra et Kone (1991), Lesclingand (...)

1De nombreuses études sur la circulation de la main-d’œuvre enfantine au Mali, en particulier sur le phénomène « des petites bonnes », ont été publiées dans les vingt dernières années, mais ces études décrivent souvent ce phénomène comme récent, déclenché en particulier par les sécheresses qu’a connues le pays dans les années 1970-19801. Retracer l’histoire des migrations enfantines avant les indépendances s’avère complexe car il est difficile d’en retrouver les traces dans les archives, surtout pour les petites filles qui sont souvent mariées dès l’âge de 14 ans. Certains documents peuvent cependant nous aider à étudier ce phénomène.

  • 2 Archives nationales du Mali (ANM) Hamdallaye 5 D 2656: Recensement de la population indigène. Villa (...)

2Le cahier de recensement de Français-Kouta montre ainsi de nombreux cas d’enfants confié-e-s dans les différentes familles du village, qu’ils soient confiés aux familles de Français-Kouta alors que les parents résident ailleurs, ou que les parents résidant à Français-Kouta envoient leurs enfants dans un autre village2. Ce document atteste d’une circulation importante d’enfants entre le village de Français-Kouta et d’autres régions et montre les différentes modalités selon lesquelles ces enfants sont confié-e-s.

3On retrouve également une jurisprudence importante sur la question du fosterage des enfants dans les états des jugements du tribunal de province de Kayes dans la première moitié du vingtième siècle : en cas de divorce ou de décès du père, les mères souhaitent souvent garder leurs enfants alors que la famille paternelle les réclame. Les frères du défunt mais également les mères et les sœurs n’hésitent pas à en appeler à la justice locale pour faire valoir leurs droits de tutelle sur les enfants.

  • 3 Pour une vue d’ensemble de la situation des enfants esclaves au Soudan francais avant et juste au m (...)

4Ces affaires montrent également des tentatives régulières de manipulation des droits sur les enfants pour accroître le nombre de dépendants dans une famille (Kopytoff et Miers, 1977 : 9). Dans cet article, j’étudie la circulation et les modes de captation de la main-d’œuvre enfantine dans les sociétés post-esclavagistes de la région de Kayes (Mali). J’examine pour ce faire dans un premier temps les réseaux féminins d’acquisition de main-d’œuvre. J’analyse ensuite les frontières floues entre enfants confié-e-s/petites bonnes/enfants mis-e-s en gage qui attestent la survivance mais également la transformation des liens de servitude et de dépendance, de même que la reconfiguration de catégories telles que travail libre et non-libre dans le Soudan français post-abolitionniste3.

Des réseaux féminins d’acquisition de main-d’œuvre

5Les femmes ont toujours eu des moyens plus limités que les hommes pour acquérir de la main-d’œuvre supplémentaire (Robertson et Klein, 1983 : 13) car dans les sociétés patrilinéaires et virilocales comme celles du Haut-Sénégal, il était plus difficile pour elles de mobiliser des membres du lignage et de nouveaux clients. Les femmes mariées n’habitant pas dans leur famille, c’est leur mari qui contrôlait la main-d’œuvre familiale. L’entraide entre les femmes de la concession était certes obligatoire et organisée, mais celle-ci était limitée aux seules tâches domestiques. Les femmes ne pouvaient finalement compter que sur le travail de leurs enfants pour pallier la surcharge de travail et éventuellement sur celui des enfants confié-e-s par leur propre famille.

  • 4 Tout au long de cet article, je n’ai conservé que les prénoms des protagonistes dans les procès par (...)
  • 5 ANM Koulouba fonds ancien (FA) 2 M 103 : État des jugements rendus en matière civile et commerciale (...)

6Les femmes avaient donc tout intérêt à utiliser toutes les opportunités accessibles pour augmenter le nombre de leurs dépendants. Ainsi, le 8 juillet 1920, le tribunal de subdivision de Bafoulabé est saisi oralement d’une requête formulée par Séga4 au sujet de ses deux belles-sœurs qui veulent la quitter5. La plaignante expose qu’étant héritière des droits de son frère défunt, ses belles-sœurs, Dala et Kandoutou doivent venir habiter chez elle avec leurs enfants ou bien lui restituer la dot que son frère a payée lors des mariages. Dala et Kandoutou ne veulent plus habiter chez leur belle-sœur et désirent se remarier. Le tribunal, jugeant d’après la coutume, décide que Dala et Kansoutou doivent rester avec leurs enfants chez leur belle-sœur.

7Le cahier de recensement de Français-Kouta présente également le cas d’une femme, sans doute la sœur ou la fille du chef de case Toumani, mariée à Kayes qui vient en 1933 au village de Français-Kouta, y accouche d’une petite fille, puis repart en 1934 à Kayes après avoir confié l’enfant au chef de case. Une autre ligne montre que la dernière fille de Fadiouma, chef de case, et de sa femme Hawa, née en 1929, est recensée en 1934 dans un autre village du cercle, Demba Dioulé. Il arrive ainsi souvent que des enfants, des petites filles surtout, soient confié-e-s par leur mère à des parents habitant une autre localité pour les aider dans le travail domestique parce qu’une sœur n’a pas d’enfant ou bien un seul enfant ou encore une grand-mère est trop âgée et a besoin d’aide. De plus, lorsqu’une jeune fille se marie, une petite sœur ou une cousine est souvent envoyée avec elle dans la nouvelle famille pour l’aider dans les tâches ménagères au début de son mariage.

  • 6 ANM Hamdallaye 1 M 2917: Justice indigène. Plaintes et Réclamations. 1939.

8Une affaire de 1938 montre comment la garde des enfants et la question de savoir à qui ils sont confiés dans la famille, peuvent devenir, à la suite d’un divorce, un enjeu important6. Le 20 novembre 1937, un premier jugement entre Demou, demeurant à Kayes-Liberté et Malé demeurant à Kayes-Plateau avait confié, suite à leur divorce prononcé en 1936, la garde des cinq enfants, jusqu’à leur quinze ans, à la mère. Pour leur entretien, l’indemnité de charge de famille allouée par la caisse locale de retraite pour les deux plus jeunes devait être versée à la mère Demou ; le père Malé devait également verser une indemnité mensuelle de 10 francs pour chaque autre enfant, ceci jusqu’à leurs quinze ans. Mais les clauses du jugement n’ont pu être entièrement exécutées car Malé ne touchait pas encore les indemnités versées par la caisse locale de retraite. Son ex-femme demande donc lors d’un second jugement en date du 16 février 1938 que Malé lui alloue une somme d’argent pour l’entretien des trois filles les plus jeunes en attendant qu’elle puisse toucher les indemnités pour charge de famille à la place de Malé. Les débats montrent que l’enjeu principal pour les parents est d’obtenir la garde des enfants afin qu’ils travaillent pour eux. Le père déclare ainsi qu’il a entièrement payé la dot pour sa femme et qu’il a donc droit au travail de ses enfants. La dot dans les sociétés patrilinéaires inclut en effet un droit du père sur les enfants issus du mariage. Les enfants appartiennent dès lors au lignage paternel. Le père se plaint ainsi que le fils aîné (23 ans) et la fille aînée (18 ans) qui travaillent l’un à la Soudanaise, l’autre comme domestique à l’école, remettent depuis 1936 ce qu’ils gagnent à leur mère et non à lui. Il réclame donc que les trois enfants en âge de travailler lui reversent désormais leurs gains. La mère a chez elle les trois plus jeunes. Or Malé déclare également qu’il était question d’envoyer deux des filles les plus jeunes chez ses parents pour les élever, et la troisième chez sa tante qui habite Ségou. Mais la mère a refusé. Les deux filles âgées de 13 et 11 ans étaient déjà confiées à Bamako, mais la mère a profité de l’absence du père pour leur envoyer l’argent du transport et les faire venir à Kayes. La mère déclare elle-même qu’elle est fatiguée de toujours devoir comparaître devant le tribunal. Elle s’estime satisfaite si les enfants peuvent travailler à la fois pour elle et à la fois pour Malé. Elle ajoute que son ex- mari peut garder tous les enfants s’il le souhaite, à l’exception des trois dernières qui sont encore jeunes (6, 7 et 8 ans). Ces dernières déclarations confirment que la mère considère tous ses enfants, même les moins de quinze ans, à l’exception des trois plus jeunes, comme pouvant travailler, participer aux tâches domestiques et de manière générale contribuer à l’économie familiale.

  • 7 Entretien Kidira (Sénégal) : Fatoumata GAKOU. 21/11/2003.

9Certains enfants ont pu également être confiés alors que leurs parents migraient, comme le montre un témoignage oral recueilli à Kidira en 2003. Fatoumata Gakou est née au début des années 1940 à Diagadiary près de Kidira7. Elle est née dans ce village parce que ses parents venaient régulièrement dans la région pour faire la culture de l’arachide. Son père est né à Darasam, cercle de Kayes et sa mère à Koutioubé, village frontière entre le Sénégal et le Mali. Ses parents allaient régulièrement à Kidira pour cultiver l’arachide chez l’oncle de son père qui mettait un champ à leur disposition. Elle raconte que toute la région le long du chemin de fer était réputée pour la culture de l’arachide. À l’époque, il y avait plus d’opportunités de gagner de l’argent au Sénégal qu’au Mali, et la région sénégalaise du Bundu étant proche, il était plus facile d’y migrer. C’est la raison pour laquelle elle est née au Sénégal. Quand elle était encore très petite, ses parents partirent en Côte d’Ivoire à Abidjan. L’argent que son père avait gagné en travaillant à la carrière de ballast près de Kidira lui avait permis de payer le voyage pour la Côte d’Ivoire. C’est par l’intermédiaire d’habitants du village de Tafassiriga, village à proximité de Koutioubé, qui partaient régulièrement en Côte d’Ivoire que son père, qui était marabout, a obtenu des informations sur les opportunités de travail là-bas. Son père y est parti une première fois en 1942 pour y faire du commerce, puis sa femme l’a rejoint. La mère de Fatoumata faisait le commerce des pagnes qu’elle teignait avec l’indigo. Fatoumata, elle-même, n’est jamais partie en Côte- d’Ivoire, mais elle a été confiée à sa grand-mère à Mandjoundakha au Sénégal chez qui elle est restée jusqu’à son mariage avec un habitant de Kidira. Sa mère est revenue une seule fois la voir avant son divorce (ses parents ont divorcé quand Fatoumata avait 12 ans). Elle est rentrée ensuite de Côte d’Ivoire et s’est remariée à Yaféra au Sénégal puis a divorcé une seconde fois et s’est installée définitivement à Koutioubé dans sa famille. Sa mère a continué le commerce des pagnes dans la région jusqu’à son décès au début des années 1970. Son père, resté en Côte d’Ivoire, a fini par rentrer dans les années 1970. Fatoumata n’a donc quasiment jamais vécu avec ses parents et ne les a revus régulièrement qu’à partir du moment où ils sont rentrés de Côte-d’Ivoire. Elle a principalement grandi dans la maison de sa grand-mère.

10Tous ces exemples montrent comment le système des enfants confié-e-s et la circulation des enfants entre région d’origine et région d’immigration s’avère une institution ancienne très précieuse pour l’économie familiale. Ce système a toujours permis à certaines familles, et en particulier aux femmes, d’acquérir de nouveaux dépendants, en majorité des petites filles, et donc d’étendre leur main-d’œuvre domestique et agricole. Les enfants ne sont pas ici seulement considérés comme des « apprentis-adultes », mais ce sont surtout des membres de la famille à qui sont assignés des tâches spécifiques devant contribuer à l’économie familiale (Iliffe, 1987 : 185 ; Lord, 2011 : 90).

Une mise en parallèle intéressante

  • 8 Sur une étude attestant dans le Libéria contemporain les frontières floues entre domestiques et enf (...)

11Les enfants confié-e-s sont dans certains cas un moyen pour les parents d’alléger les charges de la famille. De ce fait, la frontière entre enfants confié-e-s/petites bonnes/enfants mis-e-s en gage s’avère parfois floue8. Des études plus récentes sur les migrations des femmes de la région de Kayes, et en particulier des jeunes filles, les « petites bonnes », montrent que ces migrations seraient plutôt le fait de familles pauvres au statut social peu élevé (Findley et Diallo, 1995 : 282-283), peut-être d’origine servile.

12Peut-on en déduire que le développement du phénomène des « petites bonnes » serait une conséquence directe de l’évolution du système de l’esclavage domestique suite au décret du 12 décembre 1905 abolissant l’esclavage en Afrique occidentale française ? L’état de mes recherches ne me permet pas de répondre par un « oui » définitif à cette question. Cependant, plusieurs éléments permettent d’émettre des hypothèses allant dans ce sens.

13Avec la fin de l’esclavage et le départ des esclaves, les familles nobles voient leur main-d’œuvre domestique et agricole nettement diminuer. Les femmes sont particulièrement affectées par cette perte de main-d’œuvre (White, 1999 : 98). Les hommes et les femmes sont désormais de plus en plus obligés de se tourner vers leur lignage pour recruter des dépendants. Le système des enfants confié-e-s a toujours existé, mais celui-ci semble prendre une nouvelle dimension avec le besoin accru de main-d’œuvre domestique provoqué par la fin de l’esclavage. Le développement et le renforcement du système via les réseaux familiaux de migration permettent de compenser cette perte de main-d’œuvre. Les femmes ont donc recours au réseau familial pour acquérir de la main-d’œuvre grâce notamment à la migration des petites filles, des « petites bonnes ». Il est possible que la famille confie dans ce cadre des enfants des anciens esclaves demeurés dans la famille.

  • 9 Centre des Archives d’Outre-mer (CAOM), fonds du Gouvernement général d’Afrique occidentale françai (...)
  • 10 CAOM GGAOF FA mf 2 G 4/13 : Rapports politiques mensuels. Cercle de Kayes. Mai et juin 1904.
  • 11 Sur des situations similaires au Sénégal, voir BA (2009) et MOITT (2011).

14De plus, la fin officielle de l’esclavage n’a pas signifié la fin de la circulation et du trafic des enfants esclaves, circulation encouragée parfois indirectement par l’administration coloniale. Ainsi, les mineurs « libérés » ont souvent été confiés à des artisans ou à des traitants en vue d’un apprentissage et beaucoup furent exploités par leurs patrons ; quant aux petites filles, elles furent placées comme servantes dans des familles de traitants9, ou auprès des chefs de village de liberté. En 1904, deux anciennes petites captives élèves de l’école religieuse de Dinguira s’enfuirent de cet établissement et vinrent se présenter à Kayes en se plaignant des mauvais traitements qu’elles subissaient. Ces enfants sont finalement confiées au chef du village de liberté puis mises sous la surveillance d’une femme Wolof10. Il est cependant peu probable que leur condition ait réellement changé. Les petites filles d’origine servile sont officiellement devenues des « petites bonnes », mais sont, dans les faits, simplement restées ce qu’elles étaient déjà, de la main-d’œuvre domestique quasiment gratuite et souvent maltraitée11.

  • 12 CAOM GGAOF fonds moderne (FM) mf 15 G 34 : Inspection des affaires administratives. Inspection du c (...)
  • 13 Id., Tortures au Soudan, La Flèche Outre-Mer et L’A.O.F., édition des 26 septembre et 12 novembre 1 (...)

15En 1931, dans le cercle de Nioro, une petite fille est « confiée » par son père à une commerçante de Nioro12. Lors de l’enquête, la commerçante présente un « papier du Commandant ». Ce papier datant d’août 1930 et signé du commandant du cercle est une déclaration de mariage entre la petite fille, âgée alors de quatre ans au plus, et le neveu de la femme, âgé de cinquante ans. Il est possible que le commandant de cercle ait signé le papier sans vérifier l’âge des « époux ». La petite fille, n’ayant plus ni père ni mère, est finalement confiée par l’administration, en accord avec les chefs de canton et de village, à un notable du village, chez qui, comme on peut l’imaginer, elle continua à faire la « petite bonne ». Cette enquête a été lancée à la suite de la parution de deux articles dénonçant une résurgence, apparemment encouragée par l’administration, de la mise en gage des enfants dans le cercle de Nioro13. L’affaire de Nioro montre également quelques analogies entre le système des enfants confié-e-s et la mise en gage des enfants dans les périodes difficiles.

16Le système des enfants confié-e-s et des « petites bonnes », pour alléger la charge de la famille, n’est en effet pas sans rappeler le système de la mise en gage. Un débiteur, souvent d’une famille pauvre, de condition sociale peu élevée ou d’origine servile, remet à son créancier une personne de sa famille en garantie, en général une petite fille, qui travaille pour le créancier jusqu’au remboursement intégral de sa dette. Les petites filles étaient les personnes qui avaient le plus de chance d’être mises en gage car si le débiteur ne pouvait rembourser la dette, le créancier ou quelqu’un de sa famille pouvait épouser la jeune fille en contrepartie. Les créanciers étant souvent les personnes les plus riches de la région, les relations de mise en gage tendaient à correspondre aux divisions sociales de la société (Falola et Lovejoy, 1994b : 6). Le phénomène de mise en gage est donc intimement lié, entre autre, aux questions de contrôle de la force de travail, de relations de genre, de division sociale de la société et de clientélisme.

  • 14 Sur cette question : Archives nationales du Sénégal (ANS) GGAOF FM 2 K 11(26) : Situation politique (...)
  • 15 ANS GGAOF FM K 113(26) : Lettre n° 36 AP/2. A/s. Aspect actuel du travail servile en AOF. Gouverneu (...)
  • 16 CAOM fonds ministériel, Affaires politiques (Affpol) 541 : Lettre n° 16 AP/2. A/s. Mise en gage des (...)
  • 17 Sur cette question : Caom Affpol 541, ANS GGAOF (FM) 2 K 11(26) et 2 K 12(26). Voir également DE BE (...)

17La mise en gage d’un enfant était un moyen commun dans l’Afrique précoloniale et coloniale de mobiliser de la main-d’œuvre et de garantir un crédit (Falola et Lovejoy, 1994 : 1-2). Le pouvoir colonial a eu tendance à assimiler mise en gage et esclavage, en particulier sous la pression de l’Église catholique14. L’attitude de l’administration du Soudan français a souvent été ambiguë quant à ce phénomène. Certains gouverneurs ont essayé d’y voir une sorte de « contrat primitif » où toutes les personnes en cause étaient consentantes15. Mais, de manière générale, l’administration, derrière la justification de ne pas s’immiscer dans les coutumes indigènes, a limité tant que possible son intervention dans ce domaine. Comme la plupart des personnes mises en gage étaient des femmes, une tentative de réforme aurait obligé l’administration à toucher à la question de l’autorité familiale, des structures familiales et du droit coutumier en matière de mariage (Klein et Roberts, 1994 : 306)16. Mais lorsque la pression de l’opinion publique métropolitaine devint trop forte, l’administration fut obligée en traitant la question de la mise en gage des personnes, de régler également la question des mariages forcées, les deux questions ayant été soulevées dans le cadre d’une affaire de « vente de femmes » dans le cercle de Ouahigouya par Mgr Thévenoud, vicaire apostolique de Ouagadougou, en 1934, soutenu en France par le sénateur Gautherot17.

  • 18 Dans les faits, les circonstances font parfois que la mise en gage aboutit à une mise en esclavage. (...)

18La mise en gage se distingue en principe nettement de l’esclavage car c’est un état temporaire et non une condition qui se transmet (Clark, 1999b : 95). C’est le contrat de mise en gage de la personne et non la personne elle- même qui est la propriété directe du créancier18. De plus, dans le cas de la mise en gage, la personne reste au sein du lignage d’origine et le remboursement de la dette permet de la « libérer » à tout moment (Klein et Roberts, 1994 : 306).

19Le travail effectué par la personne mise en gage représente les intérêts de la dette et couvre ses frais d’entretien mais ne permet pas de diminuer la dette. Ce système peut mener à de nombreuses contestations car le créditeur peut finalement décider de prendre en compte l’inflation de la dette, surtout dans les périodes difficiles, et de demander ainsi, en plus du remboursement de la dette, le remboursement des frais d’entretien de la personne mise en gage.

  • 19 ANM 2 M 123 : État des jugements rendus en matière civile et commerciale par le tribunal de provinc (...)
  • 20 Cette hypothèse est développée dans Rodet (2012).
  • 21 D’après mes informateurs dans la région de Kayes, il semblerait que cette pratique ait perduré, en (...)

20Il est intéressant de remarquer qu’entre décembre 1911 et mars 1912, le tribunal de province de Kayes traite un nombre anormalement élevé d’affaires de tutelle, plus d’une dizaine, où le demandeur ou la demanderesse réclame la tutelle de ses enfants et le défendeur ou la défenderesse demande en échange le remboursement des frais d’entretien des enfants concerné-e-s19. Il est possible que ces affaires concernent des anciens esclaves qui réclament leurs enfants aux anciens maîtres20. Il n’est malheureusement pas toujours précisé dans quelles conditions l’enfant ou les enfants ont été « confié-e-s ». Mais on peut également supposer que certains enfants aient été confié-e-s afin d’alléger les charges des familles, la région de Kayes connaissant dans les quinze premières années du siècle de graves crises alimentaires (Rodet, 2009 : 87-100). Clark note que ses informateurs oraux lui ont indiqué à plusieurs reprises dans différents endroits du Bundu que pendant la grande famine de 1913-1914, de nombreux enfants avaient été mis en gage en échange de nourriture et d’argent pour pouvoir acheter des denrées et payer l’impôt (Clark, 1999a : 209)21.

  • 22 ANM 2 M 103 : État des jugements rendus en matière civile et commerciale par le tribunal de provinc (...)

21Les parents tentent ensuite de les récupérer, mais n’arrivent pas toujours à se mettre d’accord avec les créditeurs sur le remboursement de la dette. Les parents les amènent donc devant le tribunal de cercle pour résoudre l’affaire. Mady vient réclamer en mars 1907 au tribunal de province de Bafoulabé sa sœur habitant chez Fallahi22. Il expose au tribunal que sa mère ne pouvant payer son impôt a eu recours autrefois à Fallahi et lui a confié sa petite fille à garder. Depuis, l’enfant est restée à la charge de celui-ci. Le tribunal décide que la jeune fille sera rendue à sa famille mais Mady devra payer deux pièces de guinée, un fusil et 100 francs pour la nourriture et les six années d’entretien de la petite.

  • 23 ANM 2 M 123 : État des jugements rendus en matière civile et commerciale par le tribunal de provinc (...)
  • 24 ANM 2 M 123 : État des jugements rendus en matière civile et commerciale par le tribunal de provinc (...)

22Les enfants peuvent également être « confié-e-s » alors que les parents migrent pour trouver du travail afin de faire face aux récoltes déficitaires. Ainsi en mars 1911, Yougo réclame ses enfants qui ont été confiés pendant son absence à Doma. Le tribunal lui permet de récupérer ses enfants23. Le 25 janvier 1912, Toumani vient réclamer devant le tribunal de province de Kayes ses quatre enfants confiés à Diango pendant son absence24. Diango accepte de les rendre si celui-ci rembourse les dépenses qu’il a faites pour les nourrir et les vêtir pendant quatre ans. Le père obtient de récupérer ses enfants, mais doit payer au défenseur 200 francs pour l’entretien des enfants. Le père paie immédiatement 50 francs et obtient un délai de quatre mois pour les 150 francs restants.

Conclusion

23Ces exemples montrent que les frontières entre enfants confié-e-s / « petites bonnes » / enfants mis-e-s en gage deviennent très floues dans les périodes de crise alimentaire. Ces systèmes permettent tous, chacun à leur manière, un contrôle social de la circulation de la main-d’œuvre enfantine dans la région de Kayes. Ils ont surtout permis, malgré la fin officielle de l’esclavage, d’assurer la reproduction et la continuité des hiérarchies sociales en termes de contrôle de la main-d’œuvre domestique.

Haut de page

Bibliographie

Clark, A. F., 1994a, Internal Migrations and Population Movements in the Upper Senegal Valley (West Africa), 1890-1920, Canadian Journal of African Studies 29:3, pp. 399-420.

Clark, A. F., 1994b, Slavery and its Demise in the Upper Senegal Valley, West Africa, 1890-1920, Slavery and Abolition 15:1 (April), pp. 51-71.

Ba, D. C., 2009, France colonial charitable et Enfance indigène affranchie. Une altérité conflictuelle mal assume, 1848-1905, Historiens et Géographes du Sénégal, n° 8, L’esclavage et ses traites en Afrique, discours mémoiels et saviors interdits, pp. 46-57.

DE Benoist, J.-R., 1987, Église et pouvoir colonial au Soudan Français. Les relations entre les administrateurs et les missionnaires catholiques dans la Boucle du Niger, de 1885 à 1945, Paris, Karthala.

Castle, S. et A. Diarra, 2003, The international migration of young malians: tradition, necessity or rite of passage, Research report, London, London School of Hygiene and Tropical Medicine.

Coe, C., 2010, Domestic Violence and Child Circulation in Southeastern Gold Coast, 1905-1928, in E. Burrill, R. Roberts et E. Thornberry (éds.), Domestic Violence and the Law in Colonial and Postcolonial Africa, Athens, Ohio University Press.

Falola, T. et P. E. Lovejoy, 1994, Pawnship in Historical Perspective, in T. Falola et P. E. Lovejoy (éds.), Pawnship in Africa, Debt Bondage in Historical Perspective, Oxford, Westview Press, pp. 1-26.

Findley, S. E., 1991, Les femmes et les enfants dominant le nouveau type de migrant, Pop Sahel, n° 16, pp. 19-28.

Findley, S. E. et A. Diallo, 1988, Foster Children: Links Between Urban and Rural Families, in Proceedings of The African Population Conference, vol. 2, Liège, International Union for the Scientific Study of Population.

Findley, S. E. et A. Diallo, 1995, Interactions Between Household Structure and Female Migration in Rural Mali, in P. MAKINWA et A.-M. JENSEN (éds.), Women's Position and Demographic Change in Sub- Saharan Africa, Liège, International Union for the Scientific Study of Population, pp. 271-289.

Getz, T., 2011, British Magistrates and Unfree Children in Early Colonial Gold Coast, 1874-1899, in G. Campbell, G., S. Miers et J. Miller (éds.), Child slaves in the modern world, Athens, Ohio University Press, pp. 157-172.

Iliffe, J., 1987, The African Poor: A History, Cambridge, Cambridge University Press.

Klein, M. A. et R. Roberts, 1994, The Resurgence of Pawning in French West Africa during the Depression of the 1930s, in T. Falola et P. E. Lovejoy (éds.), Pawnship in Africa: Debt Bondage in Historical Perspective, Oxford, Westview Press, pp. 303-20.

Klein, M. A., 2011, Children and Slavery in the Western Sudan, in G. Campbell, G., S. Miers et J. Miller (éds.), Child slaves in the modern world, Athens, Ohio University Press, pp. 124-139.

Kopytoff, I. et S. Miers, 1977, African “Slavery” as an Institution of Marginality, in S. MIERS et I. Kopytoff (éds.), Slavery in Africa. Historical and Antropological Perspectives, Madison, The University of Wisconsin Press, pp. 3-81.

Lesclingand, M., 2004, Nouvelles stratégies migratoires des jeunes femmes rurales au Mali : de la valorisation individuelle à une reconnaissance sociale, Sociétés Contemporaines, n° 55, pp. 21-42

Lord, J., 2011, Child Labor in the Gold Coast: The Economics of Work, Education, and the Family in Late-Colonial African Childhoods, c. 1940- 57, Journal of the History of Childhood and Youth, vol. 4, n° 1, pp. 86- 115.

Moitt, B., 2011, Slavery and Guardenship in Postemancipation Senegal. Colonial Legislation and Minors in Tutelle, 1848-1905, in G. CAMPBELL, G., S. MIERS et J. Miller (éds.), Child slaves in the modern world, Athens, Ohio University Press, pp. 140-156.

Moran, M. H., 1992, Civilized Servants: Child Fosterage and Training for Status among the Glebo of Liberia, in K. Tranberg Hansen (éd.), African Encounters with Domesticity, New Brunswick, Rutgers University Press, pp. 98-115.

Robertson, C. C. et M. A. Klein, 1983, Women’s Importance in African Slave Systems, in C. C. Robertson et M. A. Klein (éds.), Women and Slavery in Africa, Madison, The University Press of Wisconsin, pp. 3-25.

Rodet M., 2009, Les migrantes ignorées du Haut-Sénégal (1900-1946), Paris, Karthala.

Rodet, M. (2012), “Under the Guise of Guardianship and Marriage”: Mobilizing Juvenile and Female Labor in the Aftermath of Slavery in Kayes, French Soudan, 1900-1939, in B. N. Lawrance et R. L. Roberts (éds.), Slavery’s Wake: law and the Experience of Women and Children in Africa Athens, Ohio University Press.

White, F. E., 1999, Women in West and West-Central Africa, in I. Berger et F. E. White (éds.), Women in Sub-Saharan Africa, Restoring Women to History, Bloomington & Indianapolis, Indiana University Press, pp. 63-129.

Haut de page

Notes

1 Voir en particulier : Findley et Diallo (1988), Findley (1991), Diarra et Kone (1991), Lesclingand (2004). Une exception cependant : Castle et Diarra (2003) qui évoquent les migrations dues à la famine depuis le début du XXè siècle.

2 Archives nationales du Mali (ANM) Hamdallaye 5 D 2656: Recensement de la population indigène. Village de Français-Kouta. Cercle de Bafoulabé. 1930.

3 Pour une vue d’ensemble de la situation des enfants esclaves au Soudan francais avant et juste au moment de l’abolition, voir KLEIN (2011). A titre comparatif, voir également GETZ (2011) pour la Gold Coast.

4 Tout au long de cet article, je n’ai conservé que les prénoms des protagonistes dans les procès par souci de protection des données personnelles.

5 ANM Koulouba fonds ancien (FA) 2 M 103 : État des jugements rendus en matière civile et commerciale par le tribunal de province de Bafoulabé. Juillet 1920.

6 ANM Hamdallaye 1 M 2917: Justice indigène. Plaintes et Réclamations. 1939.

7 Entretien Kidira (Sénégal) : Fatoumata GAKOU. 21/11/2003.

8 Sur une étude attestant dans le Libéria contemporain les frontières floues entre domestiques et enfants confié-e-s, voir MORAN (1992). A titre comparatif, voir également COE (2010) et GETZ (2011) sur le floue des frontière entre fosterage et mise en gage, et entre travail des enfants et esclavage domestique à l’heure de l’abolition et dans le Ghana colonial.

9 Centre des Archives d’Outre-mer (CAOM), fonds du Gouvernement général d’Afrique occidentale française (GGAOF), FA, microfilm (mf), fonds ancien (FA) 17 G 160 : Lettre N° 1841 AP/2. A/s. Action administrative en faveur des femmes indigènes en AOF. Gouvernement général p.i. AOF à ministre des Colonies. 5 septembre 1938.

10 CAOM GGAOF FA mf 2 G 4/13 : Rapports politiques mensuels. Cercle de Kayes. Mai et juin 1904.

11 Sur des situations similaires au Sénégal, voir BA (2009) et MOITT (2011).

12 CAOM GGAOF fonds moderne (FM) mf 15 G 34 : Inspection des affaires administratives. Inspection du cercle de Nioro. Soudan français. Décembre 1936.

13 Id., Tortures au Soudan, La Flèche Outre-Mer et L’A.O.F., édition des 26 septembre et 12 novembre 1936.

14 Sur cette question : Archives nationales du Sénégal (ANS) GGAOF FM 2 K 11(26) : Situation politique générale dans le cercle de Ouahigouya (1932-1933) ; dénonciations par Mgr THEVENOUD contre le fait de traite et la mise en gage des personnes au Soudan et en Cote d’Ivoire. Circulaire, correspondance, rapport. 1932-1936.

15 ANS GGAOF FM K 113(26) : Lettre n° 36 AP/2. A/s. Aspect actuel du travail servile en AOF. Gouverneur général AOF Brevie à ministre des Colonies. 15 janvier 1932. Le gouverneur Brevie tenta ainsi d’émettre une circulaire qui inviterait les gouverneurs des colonies « à substituer à cette coutume incompatible avec l’esprit de nos institutions, des contrats de travail adaptés à la mentalité indigène, mais présentant, notamment du point de vue social, toutes les garanties désirables. » Mais ce projet ne semble pas avoir abouti. ANS GGAOF FM 2 K 9(26).

16 CAOM fonds ministériel, Affaires politiques (Affpol) 541 : Lettre n° 16 AP/2. A/s. Mise en gage des personnes pour sûreté d’une dette. Gouverneur général AOF Brevie à ministre des Colonies. 22 janvier 1936.

17 Sur cette question : Caom Affpol 541, ANS GGAOF (FM) 2 K 11(26) et 2 K 12(26). Voir également DE BENOIST (1987).

18 Dans les faits, les circonstances font parfois que la mise en gage aboutit à une mise en esclavage. Sur ce phénomène, voir Falola et Lovejoy (1994 : 4-6).

19 ANM 2 M 123 : État des jugements rendus en matière civile et commerciale par le tribunal de province de Kayes. 4ème trimestre 1911 et 1er trimestre 1912.

20 Cette hypothèse est développée dans Rodet (2012).

21 D’après mes informateurs dans la région de Kayes, il semblerait que cette pratique ait perduré, en temps de crise, jusque dans les années 1940. Entretiens Bokédiambi (Mali) : Kani Coulibaly, 25/01/2009 et Malé Kanoute 19/02/2010 ; entretien Bangassi-Nangou (Mali) : Soma Diakite, 16/02/2010 ; entretien Bramabougou (Mali) : Abraham Sangare, 18/02/2010.

22 ANM 2 M 103 : État des jugements rendus en matière civile et commerciale par le tribunal de province de Bafoulabé. 1er trimestre 1907.

23 ANM 2 M 123 : État des jugements rendus en matière civile et commerciale par le tribunal de province de Kayes. 1er trimestre 1911.

24 ANM 2 M 123 : État des jugements rendus en matière civile et commerciale par le tribunal de province de Kayes. 1er trimestre 1912.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Rodet, « Notes sur la captation de la main d’œuvre enfantine dans la région de Kayes, Mali (1904-1955) », Journal des africanistes, 81-2 | 2011, 49-60.

Référence électronique

Marie Rodet, « Notes sur la captation de la main d’œuvre enfantine dans la région de Kayes, Mali (1904-1955) », Journal des africanistes [En ligne], 81-2 | 2011, mis en ligne le 12 janvier 2016, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3905

Haut de page

Auteur

Marie Rodet

Historienne, Lecturer in the History of Africa, History Department, SOAS (University of London)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org