Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Vokes Richard, 2010, Ghosts of Kanungu. Fertility, Secrecy & Exchange in the Great Lakes of East Africa

Woodbridge - Kampala, James Currey & Fountain Publishers, African Anthropology Series
Henri Médard
p. 276-278
Référence(s) :

Vokes Richard, 2010, Ghosts of Kanungu. Fertility, Secrecy & Exchange in the Great Lakes of East Africa, Woodbridge - Kampala, James Currey & Fountain Publishers, African Anthropology Series, 240 p.

Texte intégral

  • 1 CORBIN, Alain, Le Village des cannibales, Paris, Aubier, 1990, 204 p.
  • 2 Le nombre de victimes est incertain, peut être un millier ?

1D’une certaine manière cet ouvrage est un modèle. Sa démarche rappelle celle d’Alain Corbin, par exemple, dans le village des cannibales1. Son point de départ est un horrible fait divers à Kanungu (Ouganda) en mars 2000, qui a fait le tour de la planète : le plus grand « suicide » collectif d’une secte, celle du Mouvement pour la Restauration des Dix Commandements de Dieu2. À partir de là, pour éclairer cet événement précis, Richard Vokes analyse l’évolution de la société et de la religion dans le sud-ouest de l’Ouganda depuis le milieu du XIXe siècle.

2Si les nouvelles religions, les prophétismes et les millénarismes foisonnent en Afrique, c’est le premier suicide collectif de ce genre attesté sur le continent. Le phénomène est peu courant, il est vrai, à l’échelle planétaire en général. Autre originalité, mais des exemples existent, le Mouvement pour la Restauration des Dix commandements de Dieu n’émerge pas du protestantisme, mais d’un divorce avec l’église catholique.

3Cette histoire aurait pu être banale. C’est celle de la rencontre de l’ancien culte d’une divinité africaine, Nyabingi, avec le culte de la Vierge (vers 1930), puis avec l’épidémie du sida (au milieu des années 1990).

4Nyabingi est au cœur d’un culte millénariste qui, au XIXe siècle, s’oppose de manière récurrente aux monarchies des confins de l’Ouganda et du Rwanda. Autour de la déesse Nyabingi va s’articuler, jusqu’aux années 1920, une résistance farouche à la colonisation. Cet aspect a déjà attiré l’attention des spécialistes de l’Ouganda et du Rwanda. Vokes se démarque de cette littérature en insistant sur l’importance de ne pas réduire le culte de Nyabingi à sa dimension anticoloniale. Selon lui, il s’agit avant tout d’un culte de fertilité qui cherche à écarter les dangers qui menacent la reproduction de la société. Au début du XXe siècle la domination coloniale paraît, pour les Bakiga du sud-ouest de l’Ouganda, constituer un danger pour l’équilibre de leur société. Au milieu des années 1920, le culte jugé subversif est interdit et semble disparaître (les adeptes du culte sont écrasées militairement).

  • 3 WARD, Kevin, WILD-WOOD, Emma, The East African Revival, History and Legacies, Kampala, Fountain Pub (...)

5Un petit rappel sur la dimension militaire et violente associée à ce culte manque au lecteur néanmoins. Vaincus, les Bakiga se sont convertis au Christianisme. Cette région de confins n’intéresse les missionnaires que tardivement, dans les années 1920 (40 ans après le Buganda, 20 ans après le Rwanda). Vokes montre que la dynamique de conversion est très différente chez les catholiques (Pères Blancs) et chez les protestants (Church Missionary Society). Pour les protestants, dans les années 1920, le Kigezi est le berceau « du grand réveil est-africain »3. La conversion des catholiques, elle, s’opère via un glissement et un amalgame de Nyabingi à la Vierge. Le phénomène de conversion est grandement renforcé par l’essor des associations mariales (associations de chrétiens laïc qui se regroupent autour d’un culte à la Vierge). On aurait aimé savoir si la division entre les convertis protestants et catholiques correspondait également à la fracture politique de la résistance à la domination coloniale. Classiquement, en Ouganda, on s’attend en effet à voir les loyalistes se convertir au protestantisme et les vaincus soumis devenir catholiques. La réponse à ces questions attendra l’analyse des archives que Vokes n’a pas eu le temps de dépouiller, son travail reposant surtout sur de nombreux et fructueux entretiens.

6Dans les années 1980, l’église catholique au Kigezi est déstabilisée par le départ des missionnaires européens et leur remplacement par un clergé ougandais. En particulier les capacités de mobilisation financière des nouveaux prêtres sont bien moindres que celles des missionnaires. Les croyants sont déçus par la baisse du pouvoir de redistribution de l’église et se détournent en partie d’elle. Le paysage pentecôtiste en Ouganda est particulier. Les églises établies, catholique et anglicane, ont longtemps maintenu leur hégémonie sur le paysage religieux. C’est seulement au milieu des années 1980 que se produit une normalisation de la situation ougandaise et la multiplication des cultes de toutes sortes. Le régime de Museveni, au pouvoir à partir de 1986, encourage, pour des raisons qu’il serait trop long de développer ici, les nouvelles églises, en particulier pentecôtistes. Les visions de la Vierge se multiplient dans cette région (ce sont celles du Rwanda voisin qui ont le plus attiré l’attention).

7Le Mouvement pour la Restauration des Dix Commandements de Dieu se constitue au début des années 1990 autour d’ambitions déçues au sein du clergé catholique qui entrent en résonnance avec la charismatique et tyrannique Ceredonia Mwerinde, prophète ayant des visions de Marie. Cette dernière, pour augmenter son attraction, ré-accentue l’amalgame entre Nyabingi et la Vierge. Rapidement, l’évolution du culte mène à la rupture avec l’église catholique. Le mouvement entreprend ensuite une démarche de recrutement agressive vis-à-vis des victimes du sida et de leur entourage. Au milieu des années 1990, la mortalité liée au sida atteint son paroxysme dans cette région. C’est une époque où les traitements ne sont pas encore disponibles et où la compréhension de la maladie par la population rurale reste limitée. L’épidémie crée une grave crise au sein de la société Kiga. Elle déstabilise en particulier le mariage (ce travail constitue entre autres choses une remarquable histoire du mariage au Kigezi au XXe siècle). Les épouses de ménages polygames (pratique courante dans cette région), désespérées, affluent avec leurs enfants vers le Mouvement pour la Restauration des Dix Commandements de Dieu (la moitié des morts identifiés sont des mineurs, 72 % des adultes sont des femmes).

8Par les hasards de son recrutement initial, ce groupe est en contact, ce qui est encore nouveau à l’époque en Ouganda, avec la propagande des milieux internationaux messianiques maristes. C’est par leur intermédiaire qu’ils rencontrent le millénarisme de l’an 2000. Celui-ci rejoint, confirme et encourage les perceptions locales de catastrophe imminente. Des signes avant-coureurs semblent annoncer la fin du monde dans ces confins ougandais, outre le sida, des dérèglements climatiques provoquent la disette, puis une épidémie de paludisme d’altitude décime environ 10 % de la communauté… C’est dans ce contexte apocalyptique que le « voyage » (i.e. suicide-meurtre) est organisé. Mais en l’absence de survivants et en raison de l’étouffement de l’affaire par les autorités nationales, les sources manquent. Richard Vokes, pour pallier ce problème, effectue un détour original et éclairant vers la médecine légiste (un retour de l’anthropologie sociale vers l’anthropologie physique ?) mais le dénouement, même mieux compris, reste un mystère.

9Nous avons donc ici l’étude d’un mouvement religieux extrême, qui vient compléter la littérature maintenant énorme portant sur les christianismes africains. Sa lecture s’imposera même hors des cercles intéressés à l’Afrique.

Haut de page

Notes

1 CORBIN, Alain, Le Village des cannibales, Paris, Aubier, 1990, 204 p.

2 Le nombre de victimes est incertain, peut être un millier ?

3 WARD, Kevin, WILD-WOOD, Emma, The East African Revival, History and Legacies, Kampala, Fountain Publisher, 2010, 307 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri Médard, « Vokes Richard, 2010, Ghosts of Kanungu. Fertility, Secrecy & Exchange in the Great Lakes of East Africa », Journal des africanistes, 81-1 | 2011, 276-278.

Référence électronique

Henri Médard, « Vokes Richard, 2010, Ghosts of Kanungu. Fertility, Secrecy & Exchange in the Great Lakes of East Africa », Journal des africanistes [En ligne], 81-1 | 2011, mis en ligne le 12 janvier 2016, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3900

Haut de page

Auteur

Henri Médard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org