Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Vigh Henrik, 2006, Navigating Terrains of War. Youth and Soldiering in Guinea-Bissau

New-York & Oxford, Berghahn Books (Methodology and History in Anthropology, vol. 13)
Françoise Ugochukwu
p. 275-276
Référence(s) :

VIGH Henrik, 2006, Navigating Terrains of War. Youth and Soldiering in Guinea-Bissau, New-York & Oxford, Berghahn Books (Methodology and History in Anthropology, vol. 13), 258 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage, bâti sur un dialogue échelonné sur seize mois, de janvier 2000 à novembre 2003, avec de jeunes miliciens pro-gouvernementaux démobilisés juste après la guerre, rend d’abord compte de leur vie au jour le jour. Pour mieux comprendre pourquoi et comment les jeunes s’engagent au sein des milices armées, l’auteur a choisi d’adopter un point de vue centré sur « un petit groupe de jeunes citadins ayant servi dans la milice Aguenta en Guinée-Bissau de 1998 à 1999 » (p. 11). Son but principal est, à partir de micro-histoires individuelles et par le biais d’une réflexion théorique illustrée de citations tirées de conversations, de chercher à percer les sentiments de ses informateurs vis-à-vis de la guerre et de l’effort de réconciliation du début des années 2000 et d’évaluer leurs chances de navigation sociale. Chacun des chapitres s’ouvre sur un extrait de ce qui semble être le journal de bord de l’auteur, auquel succède une réflexion sur les raisons de l’engagement de ces jeunes, l’impact de cette décision sur leur vie personnelle, familiale et sociale, et les difficultés rencontrées par ce groupe d’âge après-guerre.

2Le livre présente une structure chronologique, avec une approche progressive du contexte. L’auteur oppose la perception occidentale des conflits comme motivés par des idéologies, à celle qu’il découvre en Guinée-Bissau, de conflits nourris par un besoin de reconfiguration, de redistribution du pouvoir et des territoires, en même temps qu’il souligne le rôle négatif des contingents étrangers dans les guerres civiles. Il démontre le statut ambivalent de ces jeunes à la fois mûris par leur expérience et relégués au rang d’ ‘enfants’ incapables de subvenir à leurs besoins les plus élémentaires par suite de leur statut de chômeur. Il considère les possibilités de négociation dont ils disposent dans les limites imposées par le terrain politique et social, souligne le rôle capital de la famille et des réseaux d’affection dans le soutien apporté à ces jeunes menacés de ‘mort sociale’ (p. 103), et met en avant l’importance grandissante du patronage des élites dans l’ébauche de leur avenir dans un contexte d’insécurité et de pauvreté grandissantes.

3L’ouvrage bénéficie de notes abondantes et d’un index substantiel, mais c’est le choix de son optique qui lui donne sa valeur – il s’agit là d’une étude au ras du sol qui ignore délibérément la position des dirigeants sur le conflit pour donner la parole à une minorité sans voix et mettre en lumière les énormes difficultés de jeunes que le retour à une paix précaire au cœur d’une guerre en épisodes a jetés au chômage sans espoir d’accéder au statut social traditionnel d’ ‘hommes complets’ (financièrement indépendants et mariés). Le texte témoigne de l’engagement personnel de l’auteur au sein de la communauté d’expérience qu’il a rejoint. Si ses accents personnels ont du mal à percer au travers d’un texte dont il s’efforce de minimiser l’opacité en multipliant les redites annoncées par un lancinant ‘en d’autres termes’ qui revient à chaque page, il faut cependant saluer le courage d’un auteur qui a pris sur lui de prolonger sa mission sur un terrain où les armes se faisaient encore entendre, et sa patiente interrogation de jeunes gens qui s’efforçaient de « trouver un chemin à travers un déclin résultant du conflit auquel ils avaient participé » (p. 4).

4Vigh offre un sombre panorama de l’histoire de ce petit pays et des trente ans de conflits qui l’ont déchiré depuis l’indépendance en 1974, effaçant les différences entre civils et militaires. Il révèle, à travers les mots de ces jeunes, désœuvrés et marginalisés, leurs difficultés à s’insérer dans la hiérarchie sociale et à bâtir un avenir, mettant l’accent sur leurs efforts de navigation sociale et d’adaptation à un terrain social et politique en perpétuel mouvement. C’est là, en dépit de la présentation de la guerre comme un conflit fratricide sans ennemis véritables, et des quelques remarques positives des jeunes interrogés sur les changements intervenus depuis 1999, une image pessimiste, voire désespérée, de la politique africaine vue d’en bas, et d’un pays ravagé par le chômage et une pauvreté sans espoir que les jeunes semblent lier à leur couleur. Les événements qui ont agité le pays depuis la publication de l’ouvrage ont malheureusement justifié le pessimisme de l’auteur et confirmé le jugement d’un de ses informateurs selon lequel « la guerre est toujours possible » (p. 155).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Ugochukwu, « Vigh Henrik, 2006, Navigating Terrains of War. Youth and Soldiering in Guinea-Bissau », Journal des africanistes, 81-1 | 2011, 275-276.

Référence électronique

Françoise Ugochukwu, « Vigh Henrik, 2006, Navigating Terrains of War. Youth and Soldiering in Guinea-Bissau », Journal des africanistes [En ligne], 81-1 | 2011, mis en ligne le 12 janvier 2016, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3890

Haut de page

Auteur

Françoise Ugochukwu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org