Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Ugochukwu Françoise, 2009, Biafra, la déchirure. Sur les traces de la guerre civile nigériane de 1967-1970

Paris, L’Harmattan
Mathilde Annaud
p. 273-274
Référence(s) :

Ugochukwu Françoise, 2009, Biafra, la déchirure. Sur les traces de la guerre civile nigériane de 1967-1970, Paris, L’Harmattan, 214 p.

Texte intégral

1Le titre du livre de Françoise Ugochukwu ne rend pas tout à fait justice à l’optique intéressante choisie par l’auteur qui étudie ici les traces écrites et orales, locales et internationales à même de relater la mémoire d’un passé tourmenté encore vivace dans la chair et les esprits de ses victimes. Oubliée à bien des égards, la guerre du Biafra fut à la fois terrain d’enjeux géopolitiques entre la France et l’Afrique et terreau identitaire dans la construction nationale du grand pays africain qu’est le Nigeria.

2À ce titre, la préface et la chronologie présentées en début d’ouvrage s’avèrent fort utiles pour naviguer au cœur d’un sujet visiblement aussi cher à son auteur que maîtrisé par l’ethnologue qu’elle est simultanément. Si le lecteur non spécialiste de ce terrain d’études ne peut que s’en réjouir, il en vient cependant à ressentir un sentiment persistant de manque de données socioculturelles sur les ethnies concernées par le conflit, alors que le texte fourmille de détails médiatiques et littéraires qui attestent de l’excellence du travail de compilation présenté dans ces pages. La carte du pays igbo proposée en fin d’ouvrage ne suffit par ailleurs à resituer le contexte géographique global d’un pays qui brille ici par son enclave. Le livre se découpe en six chapitres agrémentés d’un épilogue et d’une bibliographie fournie. Les intitulés des deux premiers résument bien leurs contenus (« Les journalistes enquêtent » et « La guerre des radios au quotidien »), le premier étant d’accès plus aisé que le second, quelque peu touffu. Le troisième chapitre, baptisé sobrement « Deux récits de témoins » insiste sur le rôle crucial des femmes au cœur du conflit et fait écho aux témoignages du génocide rwandais relatés par d’autres pour un plus vaste public (dont celui de Jean Hatzfeld, Dans le nu de la vie, Points, 2000).

3La partie suivante, « Chanter pour survivre » recense un éventail analytique de chants guerriers et des louanges patriotes utilisés comme armes de propagande et de modélisation identitaire. Vient ensuite un exposé historique et politique (« Les Britanniques au Nigeria ») qui souligne à quel point les relations entretenues entre la Grande-Bretagne et le Nigéria depuis près de trois siècles sont essentielles pour comprendre les méandres et l’avènement de la guerre civile locale. Il aurait semblé à ce titre opportun et explicite que cet exposé figure en amont dans l’ouvrage qui souffre d’une construction quelque peu hasardeuse et souvent redondante.

4Le dernier chapitre, « Tout un passé dans une calebasse », résume et décrypte pour sa part le récit romancé et cathartique du conflit publié par l’auteur nigériane Chimanda Adichie, née sept ans après la fin de la guerre. Le style assez scolaire de Françoise Ugochukwu gagnerait certes ici comme ailleurs à plus de fluidité, bien qu’il donne néanmoins envie de découvrir la prose de l’écrivaine qui fournit le matériau à l’analyse.

5Le livre se clôt sur un épilogue en ouverture sur le futur et les recherches potentielles sur le même thème : “Le Biafra sur la toile” offre un panel contemporain de la mémoire médiatique de ce conflit toujours ancrée dans le présent virtuel. Ces quelques pages qui servent de conclusion eurent sans conteste constituées une parfaite introduction à l’ouvrage, par leur concision autant que par la mise en lumière des complexités humanitaires, économiques et politiques tissées par et au cours de cette guerre qui fut loin de n’être qu’africaine.

6Entre massacres, pogroms, charité bien ordonnée, enjeux de masses et de médias, la guerre du Biafra apparaît dans une complétude qui dépasse ses frontières historiques et géographiques. Il n’en reste pas moins dommage que cet ouvrage émouvant en bien des points et à même d’éclairer nombre d’autres conflits africains laisse par sa forme quelque peu sur sa faim.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathilde Annaud, « Ugochukwu Françoise, 2009, Biafra, la déchirure. Sur les traces de la guerre civile nigériane de 1967-1970 », Journal des africanistes, 81-1 | 2011, 273-274.

Référence électronique

Mathilde Annaud, « Ugochukwu Françoise, 2009, Biafra, la déchirure. Sur les traces de la guerre civile nigériane de 1967-1970 », Journal des africanistes [En ligne], 81-1 | 2011, mis en ligne le 12 janvier 2016, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3889

Haut de page

Auteur

Mathilde Annaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org