Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Tourneux Henry, 2007, Dictionnaire peul du corps et de la santé (Diamaré, Cameroun)

Paris, Karthala / OIF
Josiane Carine Tantchou
p. 270-273
Référence(s) :

Tourneux Henry, 2007, Dictionnaire peul du corps et de la santé (Diamaré, Cameroun), Paris, Karthala / OIF, 614 p.

Texte intégral

1À l’origine, quand ils étaient confrontés à « l’autre », les anthropologues commençaient leur immersion dans la culture par l’apprentissage de la langue. Ils sont de plus en plus impliqués (particulièrement ceux dont les recherches portent sur les systèmes et les politiques de santé) dans des travaux commandités, qui ne laissent pas beaucoup de temps à l’étude d’une nouvelle langue. Les chercheurs travaillant dans le Nord du Cameroun, sont, eux, confrontés à des locuteurs bilingues du français et du fulfulde. Dans les formations sanitaires, pour prendre un exemple, si on n’a aucune difficulté à conduire des entretiens en français, on travaille avec des personnels de santé qui s’adressent à leurs clients en fulfulde. Ne pas avoir accès à ces échanges d’une très grande richesse anthropologique peut être source de frustration, frustration doublée du handicap d’être contraint de solliciter les services d’un traducteur pour conduire des entretiens avec certaines catégories d’informateurs. Le sentiment d’être enfermé dans une langue et limité par celle-ci, amène à ouvrir ce dictionnaire avec grand intérêt.

2Avec près de 1 500 entrées principales et plus de 700 sous-entrées il est le résultat de recherches menées entre 2004 et 2006. L’auteur et son équipe ont conduit des entretiens en fulfulde auprès de différentes catégories de la population : guérisseurs, personnels de santé, patients hospitalisés et « hommes et femmes du commun » (épouses, prostituées, pères de famille, etc.). On a donc un recueil de ce qu’on pourrait véritablement appeler les « savoirs populaires », en ce sens qu’il réunit les savoirs d’une population dans toute sa diversité. Quand on s’est longuement investi dans des recherches sur les systèmes de santé, on peut avoir peu à peu naïvement l’impression de « parler le même langage » que ses informateurs (patients ou personnels de santé), au point d’être progressivement portée à croire que les savoirs de la médecine moderne éclipsent les « savoirs populaires ». Ce dictionnaire en mettant en évidence l’hétérogénéité des connaissances et les convergences entre le discours des personnels de santé et les savoirs « populaires », rappellent deux notions essentielles de l’anthropologie de la maladie : la pluralité des savoirs et la coexistence de différents registres pouvant être successivement mobilisés lors d’un épisode morbide. Lorsqu’on referme l’ouvrage, qu’on a, il faut le préciser, lu et non consulté (et c’est là que réside sa principale originalité) on éprouve une profonde nostalgie et cette envie irrépressible d’un retour à une anthropologie de la maladie (école française), qui de toute évidence enrichit l’anthropologie médicale et éclaire l’anthropologie médicale appliquée. Enfin l’auteur a mentionné les traductions littérales, ce qui permet à l’anthropologue d’avoir accès au « socle » de la langue.

3Recueil de savoirs sur le corps, le dictionnaire évoque ses organes en rappelant leurs fonctions : ainsi, le cœur, est-il siège des sentiments et des intentions ; c’est en lui que se trouvent le bien et le mal, la vérité, le mensonge et l’hypocrisie. C’est lui qui « répartit le sang dans le corps humain » (p. 52). L’estomac « …sépare ce qui est bon de ce qui est mauvais » (p. 53), les reins « …château d’eau », « …filtrent le sang … » (p. 63). La rate est le « …cimetière des globules rouges… » (p. 113) alors que la langue au moyen de laquelle nous parlons, « …clarifie ce que nous disons. C’est elle qui distingue la nourriture savoureuse de la nourriture fade. C’est elle qui conduit la nourriture dans la gorge » (p. 117).

4Le dictionnaire traite de la genèse de la vie. On apprend qu’avant leur naissance, les enfants se trouvent « du côté du père ». C’est donc lui qui « amène l’enfant chez la femme » comparée à « un sac qui prend et garde » (p. 98). L’importance des règles est mentionnée : « toute femme à qui Dieu ne refuse pas d’avoir des enfants, a des règles. Ces règles proviennent du corps de la femme. Ensuite, si elle s’unit à un homme, le sperme de l’homme pénètre dans l’utérus, le sang de la femme sort également. C’est cela qui sera à l’origine de l’enfant. Lorsque la femme a ses règles, l’utérus s’ouvre, le sperme de l’homme y entre, mais, si elle n’a pas de règles, l’utérus ne s’ouvre pas. S’il ne s’ouvre pas, le sperme de l’homme ne trouvera pas de passage pour entrer dans l’utérus » (p. 286). Les règles servent aussi d’indicateur en cas de grossesse gémellaire : « si une femme s’unit à un homme après avoir eu ses règles, elle sera enceinte. Si elle est enceinte d’un seul enfant, elle n’aura plus de règles jusqu’à l’accouchement. Mais en cas de grossesse gémellaire, après avoir eu ses règles et s’être unie à un homme, au bout d’un mois, elle aura de nouveau ses règles pour un autre enfant, c’est ce qui fait qu’elle comprend rapidement qu’elle aura des jumeaux » (p. 88). Le jour et la position pendant la relation sexuelle peuvent avoir un impact négatif sur le cours de la grossesse et la personnalité de l’enfant à venir : « si un homme a des relations sexuelles avec sa femme un mercredi et que par hasard elle tombe enceinte, elle mettra au monde un enfant paresseux, voleur ou assassin. Quand homme couche avec une femme et que ses jambes ne sont pas placées toutes les deux de la même façon,…, si (la femme) tombe enceinte, elle avortera. Ou bien, s’il a “s’il a fait son besoin et a terminé” et qu’il se couche sur elle, si elle tombe enceinte, elle avortera » (p. 440). Les expressions employées pour rendre compte des autres issues d’une grossesse méritent un approfondissement : on parle d’un « enfant qui s’est gâté avant d’être mis au monde » pour évoquer un mort-né macéré (p. 38) ; on dira que « son ventre s’est versé, s’est gâté » pour une femme qui a fait une fausse couche (p. 428) ; on parlera enfin d’une « grossesse qui a quitté la route » pour désigner une grossesse extra-utérine (p. 429).

5Alors qu’en français on attrape une maladie, en fulfulde, c’est la maladie qui vous attrape. Deux grandes catégories de maladies sont identifiées : « nyawu marngu gildi » et « nyawu bilaa gildi », maladies avec « vers » et maladies sans « vers ». « Il n’existe personne qui n’ait pas de vers… Il y aura toujours des vers dans le corps, seulement, ils peuvent cesser de faire mal, car s’il n’y a plus du tout de vers dans l’organisme, la personne meurt » (p. 342). On distingue plusieurs types de vers associés ou à l’origine de maladies spécifiques : le ver de la poitrine / région épigastrique : « lorsque vous souffrez de l’asthme, il y a un ver qui vous a attaqué au cœur ». Le ver du lait : « On dit que le fait de trop boire de lait frais donne des vers, non que ce lait contienne lui-même des vers, mais c’est l’excédent de lait dans le corps qui se transforme en vers » (p. 347). Le ver de la tête qui produit notamment la morve, etc. Il serait intéressant de situer ces « vers » par rapport au caayoori que l’auteur définit comme « une affection interne généralisée et non localisée. Elle est censée se déplacer en permanence dans le corps et aller causer des maux localisés (maux de dents, maux d’oreilles, maux de gorge, furoncles, etc.) Sa caractéristique principale est une sensation de chaleur et de douleur localisée dans tel ou tel organe ou dans telle ou telle partie du corps (interne ou externe). Le froid excessif aussi bien que la chaleur excessive font sortir le « caayoori » de son repaire » (p. 69). Tout le monde a le caayoori et « il n’y a pas d’endroit où le caayoori ne fasse mal… il n’y a pas d’endroit où il n’aille se loger ». Le froid excessif aussi bien que la chaleur excessive, le port de lourdes charges font sortir le caayoori qui apparaît à la surface externe du corps sous forme de furoncle. Il est à l’origine du cancer : « ce que tu entends appeler « cancer », c’est le caayoori ». Lorsqu’il a gonflé, qu’il a fait émerger le bourbillon et qu’il a fait du pus, on le perce, et le pus sort. Mais à l’hôpital, on fait des piqûres, on donne un médicament et il se disperse. Une fois qu’il s’est dispersé dans le corps, c’est cela qui cause le cancer ». Entité nosologique qui aurait d’après l’auteur été « répandu » dans le cadre de la biomédecine, le cancer est comparé à une termitière : « si vous la détruisez, le lendemain elle est réédifiée » (p. 218). Ses causes sont diverses : consommation régulière de « arge », boisson alcoolisée, qui « cuira le foie et le fera pourrir ». L’agression provoquée par le passage du très chaud au très froid : « si par exemple vous buvez du café brûlant et qu’il arrive que cela vous cause une brûlure (interne), puisque vous buviez de l’eau (froide) immédiatement après, c’est cela qui cause le cancer. Vous savez que si vous vous êtes brûlé à la main ou à la jambe et que vous versez dessus de l’eau, cela va faire partir la peau. C’est la même chose dans l’estomac ». Une différence est établie entre les différents types de cancer, principalement celui du foie, « qui n’est pas une plaie comme le cancer de l’estomac mais une brûlure ou dessèchement du foie » cela expliquerait par ailleurs son incurabilité (p. 219).

6Exemple d’une maladie qui n’est pas causée par des vers, « koros », traduit par blennorragie, gonococcie, encore appelé “maladie des femmes” parce que celles-ci seraient à l’origine de sa propagation. « Ce qui provoque la gonococcie, c’est l’adultère avec une personne qui l’a. Parfois, si quelqu’un s’unit à une femme même en bonne santé, quand il descend, il se couche sur le dos et le sperme qui reste retourne dans son corps, puis lui donne la gonococcie… Lorsque le sperme retourne dans son corps, il ne rentre pas dans son compartiment, il va rester ailleurs, puis, il se décompose. Cette décomposition se développe, puis coule et se transforme en gonococcie » (p. 239). Un travail approfondi permettrait certainement d’établir une classification de maladies qui tiendrait compte de l’existence d’entités nosologiques appartenant aux deux catégories, comme cille-naange, « urine qui brûle comme le soleil », que l’auteur traduit par : cystite, infection urinaire, bilharziose urinaire.

7Si ce dictionnaire ouvre des pistes de recherches et de réflexions qui pourraient être menées dans la perspective d’une anthropologie de la maladie, il apporte également des éléments pouvant alimenter une réflexion et des problématiques de recherche sur des questions en rapport avec une anthropologie médicale qui s’intéresserait aux savoirs « professionnels ». Des extraits d’entretiens menés avec les personnels de santé sur le VIH/sida montrent l’importance et la nécessité d’une telle réflexion. « … Si c’est une diarrhée sida, nous trouvons les « germes » (œufs) de sida dans les selles du patient. Le sida, nous savons que cela ne se soigne pas » (infirmier, p. 67). « La maladie du sida a des germes qui pénètrent dans le sang et “gâtent” le sang. Les médecins appellent “virus”. Si un homme a des relations sexuelles avec une femme qui a le sida, ou si c’est l’homme qui l’a, alors elle/il contamine l’autre. Parfois, lorsque quelqu’un a le sida ou qu’on le rase, dès que l’on rase une autre personne avec ce rasoir, elle le sida la saisira. Si une femme enceinte a le sida, celui-ci contaminera l’enfant lors de l’accouchement. Au moment d’accoucher, on donne à la femme divers médicaments à avaler. Si elle les prend, il se peut parfois que l’enfant échappe à la contamination et que la maladie ne l’affecte pas. Mais, d’après nos consultations, sur quatre nouveau-nés, un seul sortira indemne. Parfois si l’on veut que l’enfant échappe (à la contamination), on opère la mère et on le fait sortir. Si l’on fait ainsi, (l’enfant) échappera au sida » (médecin, p. 77). « … Si quelqu’un n’aime pas trop les relations sexuelles avec des personnes de l’extérieur, le sida ne se manifestera pas chez lui/elle avant sept ans, même s’il/elle a les « vers/germes » du sida en lui/elle » (infirmier, p. 81). Confrontée à ces données, cette anthropologie médicale centrée sur les savoirs s’orienterait progressivement vers une anthropologie appliquée. Celle-ci identifierait les lacunes et les insuffisances de ces savoirs « professionnels » ; en employant les méthodes d’une recherche participative, elle proposerait des façons de combler ces lacunes.

8Ce dictionnaire est enfin riche d’euphémismes d’un intérêt certain. Ainsi évoquera-t-on « l’anus tranchant » d’un enfant qui use trop rapidement ses fonds de culotte (p. 46). On « respirera par le bas » (p. 143), indisposant ses voisins et on sera gêné par un « retour de la main » (p. 214), qui n’était pas attendu. On se souviendra qu’un « médicament mort » (p. 266) est un médicament périmé, ou qu’ « osama » (p. 394) – d’Oussama ben Laden – est une drogue consommée par les conducteurs de motos-taxis. On se rappellera pour finir qu’un enfant est nécessairement un garçon (ainsi entendra-t-on dire : « j’ai deux enfants et une fille ») et que la rougeole est encore « la maladie de l’administration » (p. 294).

9Dans ce compte rendu nous avons repris des entrées du dictionnaire que nous avons associées à des thèmes classiques de l’anthropologie de la maladie ; nous avons ensuite proposé une orientation possible pour une anthropologie médicale et montré comment ceci pouvait déboucher sur une anthropologie médicale appliquée. Nous avons souhaité, en adoptant ce plan, rappeler l’utilité et la nécessité d’une anthropologie de la maladie et la remettre à l’ordre du jour de la recherche en santé. Nous rappelons toutefois qu’il s’agit d’un dictionnaire, donc d’une ouverture pour des développements et des approfondissements ultérieurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Josiane Carine Tantchou, « Tourneux Henry, 2007, Dictionnaire peul du corps et de la santé (Diamaré, Cameroun) », Journal des africanistes, 81-1 | 2011, 270-273.

Référence électronique

Josiane Carine Tantchou, « Tourneux Henry, 2007, Dictionnaire peul du corps et de la santé (Diamaré, Cameroun) », Journal des africanistes [En ligne], 81-1 | 2011, mis en ligne le 12 janvier 2016, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3887

Haut de page

Auteur

Josiane Carine Tantchou

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org