Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Stoller Paul, 2009, The Power of the Between. An Anthropological Odyssey

Chicago & London, University of Chicago Press, 201 p.
Nadine Wanono-Gauthier
p. 267-270
Référence(s) :

STOLLER Paul, 2009, The Power of the Between. An Anthropological Odyssey, Chicago & London, University of Chicago Press, 201 p.

Texte intégral

1Paul Stoller, auteur de plusieurs ouvrages tels The Cinematic Griot : the Ethnography of Jean Rouch, The Taste of Ethnographic Things, ou bien encore Sensuous Scholarship s’intéresse depuis de nombreuses années au renouvellement théorique nécessaire pour aborder la liminalité des situations rencontrées lors de nos terrains. Directement influencé par Jean Rouch, et ayant travaillé également au Niger, Stoller n’a de cesse de démontrer et d’affirmer la nécessité pour l’ethnologue d’intégrer de nouveaux fondements épistémologiques afin de pouvoir appréhender et rendre compte des multiples registres auxquels les réalités du terrain le confrontent.

2Dans cet ouvrage, The Power of the Between. An Anthropological Odyssey (Le pouvoir de l’entre-deux. Une odyssée ethnographique), Stoller présente trente années de terrain, pendant lesquelles il a forgé sa sensibilité au métier d’anthropologue en parcourant le Niger, en partageant le quotidien des vendeurs songhaïs ou hausa à New-York, et en traversant « le village des malades » où il décrit son traitement contre le cancer. Ce livre, qui regroupe plusieurs articles et chapitres d’ouvrages écrits au fil des années, nous permet de saisir tant la formation des fondements théoriques et sensibles de l’auteur que son admirable capacité à nous emmener sur les rives de terrain extrêmement divers.

3Comme il l’affirme dans l’avant-propos, l’anthropologue est toujours entre deux univers, deux langues, deux cultures, deux formes d’appréhension de la réalité ou même plus. Les anthropologues sont les passeurs de l’entre-deux. Stoller nous présente, d’une part, le pouvoir qu’a cette position d’entre-deux d’inviter au questionnement , et d’autre part la puissance et la créativité engendrée par cet univers « en marge ». Tout en questionnant notre positionnement d’anthropologue du XXIe siècle, cette étude pleine d’humour, impose la prise en compte de ces univers périphériques.

4À travers les vingt-quatre chapitres de l’ouvrage, Stoller relève le défi de nous faire parcourir ses chemins de traverses, tout en nous fournissant une analyse méticuleuse des conditions d’émission des multiples approches nécessaires à l’appréhension d’une réalité liminale, espace d’imagination créatrice.

5L’auteur expose ses premières relations, confrontations et dialogues avec les Songhaïs alors qu’il enseignait l’anglais au Niger, et son approche des théories structuralistes développées par Lévi-Strauss. Avec beaucoup de précision et d’habilité, nous sommes plongés au cœur du Laboratoire d’Anthropologie Sociale du Collège de France dans les années 1977-78, où dialoguent Suzie Bernus et Lévi- Strauss. La lecture sensible et narquoise de ce milieu que propose l’auteur associe aux fondements théoriques des écoles d’anthropologie les coutumes vestimentaires alors en usage. Le parisianisme côtoie les affrontements théoriques tout en servant de décor aux luttes de pouvoir implicites entre ces différents courants. L’auteur met habilement en perspective ces constructions théoriques avec ses rencontres insolites sur le terrain de la magie songhaï.

  • 1 Cité par Evens, Terrence in Witchcraft and Self-Craft, Archives européennes sociologiques 37, 1, p. (...)

6Après s’être plongé au cœur du structuralisme, Stoller abandonne l’idée d’une rationalité unique dont les principes universaux rendaient invisibles et insignifiantes les réalités des cultures locales et se rapproche d’Emmanuel Levinas affirmant : « La différence entre le Soi et l’Autre n’est ni relative ni réductible, nous pouvons donc l’investir de façon significative, mais nous ne pouvons pas la résoudre définitivement »1.

7La difficulté et l’intérêt de ces textes résident, d’une part, dans la confrontation du lecteur avec les souffrances de l’auteur, qui nous décrit son parcours au sein de l’unité de soins anti-cancéreux et, d’autre part, dans l’analyse méticuleuse des processus de transformation de sa pensée, révélée par l’examen attentif des différents courants théoriques appréhendés (structuralisme, poststructuralisme, relativisme, phénoménologie). Alors que les expériences se multiplient, les frontières des univers tendent à s’entrecroiser, créant un espace commun de création et d’interprétation. L’expérience de la maladie, la faiblesse physique qu’il a découvert et les manquements de la médecine occidentale face à la prise en charge du malade, ont irrémédiablement bouleversé l’approche du monde de Stoller.

8Son terrain à New-York, avec les vendeurs nigériens, maliens gambiens, lui permet de réexaminer la posture de l’anthropologue, aux prises avec ce qu’il appelle la transnationalité, tant au niveau des artefacts vendus que de la reconfiguration des liens familiaux du fait de la situation économique et politique de ces vendeurs africains. Nous le suivons pas à pas lorsqu’il devient écrivain public auprès de ces jeunes fraîchement arrivés sur le sol américain et qu’il découvre les méandres des liens commerciaux et relationnels établis au fil des années entre la famille restée au pays, la production de nouveaux artefacts, et les circuits de contrefaçons. Un peu comme une boîte de Pandore, le lecteur découvre les multiples facettes de ces situations de transition où les classifications préétablies ne sont plus opérationnelles.

9Stoller introduit alors la notion d’anthropologie sensuelle, où les sens reprendraient toutes leurs places et où l’anthropologue saurait voir, sentir et entendre, comme son ami Sorko Djibo le lui demandait lors de ses premiers terrains.

  • 2 Merleau Ponty, Phénoménologie de la perception, Paris, Collection « Bibliothèque des Idées », Editi (...)

10Un des aspects essentiels de l’ethnographie sensuelle, pour tenter d’appréhender les liens multiples et complexes qui existent entre la perception, les manifestations du pouvoir et l’expérience de terrain, tient en une nécessité posée en termes d’ épistémologie incarnée basée sur la construction d’une expérience guidée par les sens. Cette incarnation s’oppose aux théories cartésiennes où le corps et l’esprit sont séparés, et Stoller s’appuie sur les réflexions de Merleau Ponty autour de la corporalité de la conscience et de l’intentionnalité corporelle2, tout en rappelant l’opposition de Bourdieu et de Levi-Strauss à cette notion de conscience incarnée qu’ils considéraient beaucoup trop subjective et hors du contexte historique. L’auteur questionne ces derniers arguments comme des repères relevant justement de la sphère de la normalisation, de la linéarité, de la pérennité conceptuelle, précisément mis en circulation pour nous distancier de nos expériences de terrain trop « échevelées » pour reprendre une terminologie relevant de la sensualité.

  • 3 Bernard Eme, Université des sciences et technologies de Lille, Clersé et Lise, inPostures assignées (...)

11Le livre de Paul Stoller a pour qualité essentielle de questionner vigoureusement les fondements mêmes de notre position d’ethnologue confronté à des terrains en complètes transformations politiques, religieuses, économiques, sociales dans le moment même où nous nous devons, comme à l’accoutumée, de nous interroger sur la pertinence de nos outils conceptuels pour en rendre compte. Les réflexions de Stoller font écho à l’intervention de Bernard Eme, sur la notion de talvera, « vieux mot de la culture occitane qui désigne, aux deux bouts d’un champ, cet espace-lisière dont le lieu propre, non cultivé ou cultivé autrement, permet une multiplicité d’usages, de conduites et de pratiques souvent illisibles depuis le centre cultivé du champ »3.

12Si, par moments, le lecteur peut avoir l’impression d’être déjà familier avec ces thèmes et ces oppositions conceptuelles et théoriques, la valeur de cette odyssée ethnographique réside surtout dans cette volonté qu’à l’auteur de nous inciter à prendre en compte les multiples aspects de la société que nous traversons et qui nous traverse afin d’apporter un témoignage singulier sur la vie menée depuis ces bords, lisières, frontières, marges que nous sommes de plus en plus nombreux à parcourir.

Haut de page

Notes

1 Cité par Evens, Terrence in Witchcraft and Self-Craft, Archives européennes sociologiques 37, 1, p. 23-46.

2 Merleau Ponty, Phénoménologie de la perception, Paris, Collection « Bibliothèque des Idées », Editions Gallimard, 1945.

3 Bernard Eme, Université des sciences et technologies de Lille, Clersé et Lise, inPostures assignées et usages revendiqués de la talvera. Numéro spécial du Journal des Anthropologues (à paraître).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nadine Wanono-Gauthier, « Stoller Paul, 2009, The Power of the Between. An Anthropological Odyssey », Journal des africanistes, 81-1 | 2011, 267-270.

Référence électronique

Nadine Wanono-Gauthier, « Stoller Paul, 2009, The Power of the Between. An Anthropological Odyssey », Journal des africanistes [En ligne], 81-1 | 2011, mis en ligne le 12 janvier 2016, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3884

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org