Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Sissao Alain Joseph (dir.), 2009, Oralité et écriture : la littérature écrite face aux défis de la parole traditionnelle

Ouagadougou - Paris, Ed. Dist, Centre National de la Recherche et Technologique (CNRST) & Agence Universitaire de la Francophonie (AUF)
Bernard Mouralis
p. 265-267
Référence(s) :

Sissao Alain Joseph (dir.), 2009, Oralité et écriture : la littérature écrite face aux défis de la parole traditionnelle, Ouagadougou - Paris, Ed. Dist, Centre National de la Recherche et Technologique (CNRST) & Agence Universitaire de la Francophonie (AUF), 207 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage dont Alain Joseph Sissao a été le maître d’œuvre est l’aboutissement d’une collaboration entre le groupe « Oralité/Ecriture » du réseau « Littérature d’enfance » de l’Agence Universitaire de la Francophonie et le Centre National de la Recherche Scientifique et Technologique du Burkina Faso. Il est constitué par un ensemble de treize contributions regroupées en deux grandes parties : 1) « Textes oraux : musique, image et oralité » (p. 21-108) ; 2) « Ecriture et oralité » (p. 109-196). À quoi, s’ajoute une série de bio-bibliographies des auteurs (p. 197-205).

2Sur le plan technique, l’ouvrage présente quelques inconvénients. Parmi ceux- ci, on relève un certain nombre de coquilles qui parfois gênent la lecture, surtout quand elles portent sur des noms propres. D’autre part, les références bibliographiques ne sont pas toujours facilement utilisables, dans la mesure où elles figurent à la fin de chaque article, alors qu’il aurait été préférable de les placer en fin d’ouvrage. De plus, un index des noms propres et des notions aurait été très utile.

3La première partie de l’ouvrage réunit des contributions qui apportent, chacune à sa façon selon des angles d’attaque divers, un éclairage sur les caractéristiques et le statut de l’oralité. Ainsi, Julia Ogier-Guindo étudie les « enjeux » de la collecte des textes oraux traditionnels en mettant en parallèle l’épopée bambara du Mali et les discours cérémoniels a’jië en Nouvelle Calédonie.

4Elle montre à cette occasion deux attitudes très différentes face à ces textes du patrimoine littéraire et national : alors que les griots maliens acceptent que l’épopée soit diffusée conjointement en bambara et en français, les détenteurs du discours a’jië manifestent une méfiance à l’égard de l’écriture qui les priverait d’un contrôle sur ces textes. Mais, en même temps, ces détenteurs se rendent compte que l’écriture est susceptible de fixer « sous la forme d’un texte définitif, durable et indiscutable » (p. 32) le droit de tel ou tel clan sur la terre. D’où, un rapport très ambivalent à l’écrit.

5De leur côté, Gabriel Kuitche Fonkou et Clément Dili Palaï tentent de cerner l’incidence que l’oral peut avoir sur la créativité littéraire. Le premier le fait en prenant comme exemple son recueil de poèmes en langue ngembà, Shyfi / Chants du cœur (Yaoundé, SIL, 2003) ; le second en s’appuyant sur un certain nombre de textes du Nord-Cameroun, écrits et publiés dans des langues nationales. Sur ce plan, on voit que cette notion de « créativité » est loin d’être évidente et l’on en vient en particulier à se demander quel est le facteur qui a le plus d’influence : la langue apprise et pratiquée d’abord sous sa forme orale ou les textes littéraires produits dans cette langue, sous une forme orale ou sous une forme écrite ?

6C’est à cette question que répond Ludovic Obiang dans l’étude qu’il consacre à l’œuvre du poète gabonais Pierre-Claver Zeng Ebome, qui a écrit à la fois en fang et en français, et dont il étudie les « deux visages » (p. 67). Cette étude fouillée, qui relève à la fois de la sociolinguistique, de la psychologie et de la poétique, fait apparaître des phénomènes complexes et notamment une capacité beaucoup plus grande de distance dans les textes en fang : « Au contraire des textes fang dont le contenu sémantique est lié à une complexité générique manifeste, les textes en français présentent une intentionnalité idéologique ouverte, conséquence de leur unicité formelle et générique » (p. 69).

7Nadège Mézié et Jean Foucault abordent quant à eux un autre problème que l’on pourrait formuler par la question : où y a-t-il de l’oral ? La première étudie le cas du lobo haïtien, sorte d’affrontement verbal qui naît lorsque quelqu’un dans le groupe social a, par son comportement ou ses propos, produit une rupture qui vient perturber « le cours réglé des choses ». (p. 98). L’auteure décrit le phénomène de façon précise, avec de nombreux exemples, et elle s’interroge sur sa nature et son statut. Bien entendu, nous avons affaire ici d’abord à un processus de résolution des conflits, qui implique une certaine gestion de l’espace et une définition de l’autre comme interlocuteur (p. 101-102). Mais, en même temps, on peut se demander si le lobo ne doit pas être considéré par le chercheur, en raison de son caractère codé, comme une forme d’expression théâtrale : « Le lobo est le lieu à la croisée du corps, du langage, de l’autre et des règles de la société. Dans une mise en scène exaspérée, endeuillée, enflammée, à la limite du baroque se jouent les capacités orales de la société » (p. 107). Jean Foucault aborde lui aussi la même question, mais en tentant de cerner cette présence de l’oral dans une sorte d’en-deçà de l’écriture lorsque ce qui va devenir le texte de l’écrivain n’a encore qu’une réalité mentale.

8Le fil conducteur de la deuxième partie de l’ouvrage est constitué par la question de la place que l’oralité occupe dans le texte littéraire écrit. Dans cette perspective, on retiendra d’abord deux articles qui envisagent cette question sous l’angle de la communication littéraire. Dominique Verdoni examine l’histoire de la littérature écrite en langue corse et, à cette occasion, elle trace une intéressante typologie des attitudes et distingue ainsi : a) l’ « oraliture », qui pourrait être identifiée comme « une transcription des manifestations de l’oralité », avec la « présence de données ethnographiques abondantes » (p. 123) ; b) la résistance à l’assimilation qui offre alors une « expression littéraire plus ‘militante’ voire conflictuelle » (ibid.) ; c) « une troisième stratégie d’écriture […] tente de mettre en œuvre le potentiel créatif par la mise en place du système ‘Littérature’« . (ibid.). Denis Douyon aborde, lui, une question d’un autre type en essayant de voir pourquoi, en dehors de l’exception notable de Massa Makan Diabaté et Moussa Konaté, les griots ont été peu attirés par l’expression littéraire écrite, quand ils ne manifestent à l’égard de celle-ci une franche hostilité.

9Cette présence de l’oralité est étudiée dans les textes de deux écrivains de premier plan. Ainsi, Samira Douider replace l’œuvre de Kourouma dans le cadre plus général de la littérature négro-africaine et rappelle les ruptures introduites par le romancier. Alain J. Sissao, quant à lui, analyse le conflit linguistique dans Allah n’est pas obligé et montre en particulier l’utilisation que Kourouma fait des différents genres oraux : « [Ecriture et oralité] fusionnent pour donner une archi écriture dont l’ancrage africain permet de situer les indices dans la veine de la tradition orale. » (p. 171). Cette analyse pourra être comparée à celle que Omer Massoumou consacre à Verre cassé et Mémoires de porc-épic d’Alain Mabanckou. Massoumou, à la différence de Sissao, préfère mettre l’accent sur les formes respectives de la narration dans la littérature orale et dans la littérature écrite et cette option le conduit à souligner notamment la tentative opérée par le romancier pour réaliser en fait quelque chose qui n’est, peut-être, ni de l’oral ni de l’écrit : « Dire en écrivant devient ainsi l’enjeu de la nécessaire parole écrite dans une société en mutation » (p. 177). Ces trois contributions pourront être rapprochées de celle que Lila Medjahed consacre à « l’écriture ironique algérienne contemporaine » (p. 131-143) en prenant ses exemples dans les textes des écrivains « en exil ». L’auteur insiste sur la dimension « carnavalesque » et « parodique » de ces textes, mais il aurait été souhaitable qu’elle se livre davantage au commentaire de ces textes et qu’elle les mette en situation.

10Ainsi, comme on le voit, cet ouvrage pourra retenir l’attention de toutes celles et tous ceux qui s’intéressent à la question de la relation entre oralité et écriture. On conviendra cependant que les contributions présentées sont d’intérêt très inégal et pas toujours suffisamment informées. Ainsi, pour ne retenir qu’un seul exemple, il est dommage qu’aucune référence n’ait été faite à l’ouvrage d’Albert Gandonou, Le roman ouest-africain de langue française. Etude de langue et de style (Paris, Karthala, 2002, 360 p), qui a considérablement renouvelé l’étude de l’oral chez Kourouma en montrant que ce dernier, comme l’avait fait Céline en son temps dans Voyage au bout de la nuit, avait en réalité produit une simulation très écrite de l’oral.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Mouralis, « Sissao Alain Joseph (dir.), 2009, Oralité et écriture : la littérature écrite face aux défis de la parole traditionnelle », Journal des africanistes, 81-1 | 2011, 265-267.

Référence électronique

Bernard Mouralis, « Sissao Alain Joseph (dir.), 2009, Oralité et écriture : la littérature écrite face aux défis de la parole traditionnelle », Journal des africanistes [En ligne], 81-1 | 2011, mis en ligne le 12 janvier 2016, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3881

Haut de page

Auteur

Bernard Mouralis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org