Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Simonis Francis, 2010, L’Afrique soudanaise au Moyen Âge. Le temps des grands empires (Ghana, Mali, Songhaï)

Marseille, ScérEn-CRDP, Académie d’Aix-Marseille
Catherine Coquery-Vidrovitch
p. 263-265
Référence(s) :

Simonis Francis, 2010, L’Afrique soudanaise au Moyen Âge. Le temps des grands empires (Ghana, Mali, Songhaï), Marseille, ScérEn-CRDP, Académie d’Aix-Marseille, 199 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage était nécessaire et remplit son office de fournir aux enseignants de collège (et au-delà) les éléments de connaissance indispensables à la question d’histoire désormais introduite dans les programmes de la classe de cinquième. Un lexique de huit pages précise le sens d’un certain nombre de termes africains. La bibliographie de cinq pages est bien à jour, notamment en ouvrages d’auteurs africains francophones qui ont largement étudié ces questions et sont trop souvent négligés par leurs collègues français. Il y a peu de titres en anglais, ce qui est légitime à ce niveau, même si l’auteur signale que, face au silence français actuel sur cette période, c’est en anglais que sont aujourd’hui publiés les ouvrages les plus intéressants (p. 24).

2La seconde moitié de l’ouvrage est composée d’extraits de textes d’époque ou d’historiens contemporains brièvement mais utilement commentés, dont un nombre important d’auteurs arabes ou portugais traduits, instrument précieux pour l’enseignant. Il y a quelques bonnes cartes de situation, très lisibles, simples et précises, et des illustrations de qualité.

  • 1 Oral Tradition as History, Londres, James Currey, 1985.

3Les 80 premières pages sont un condensé d’histoire, très à jour, conçu comme le livre du maître. La première partie, consacrée aux sources disponibles périodisées (écrites en arabe, orales, archéologiques), est à la fois informative et critique, donc remarquable. Sont en particulier précisés et datés les apports de chacun des chroniqueurs arabes, étrangers comme autochtones. La chronologie des recherches, à l’époque coloniale et depuis les indépendances, y compris les tendances actuelles, explique aussi en partie les éventuelles contradictions entre messages successifs. Un léger regret : que la référence à l’ouvrage fondateur sur les sources orales de Jan Vansina (1961) ne soit pas complétée par sa révision critique de 19851, alors que l’auteur fait par ailleurs état des prudences nécessaires. Il montre avec finesse à quel point ce qu’on appelait naguère « la Tradition » a toujours été vivante et donc mouvante et est aujourd’hui artistiquement modernisée par les nouvelles générations. Il illustre son propos par une critique approfondie de la « charte du Manden », qui a tendance à être présentée comme prémonitoire, dès le Moyen Âge africain, de la démocratie. La charte aurait été édictée au Mali ancien, selon des sources dont il démontre la fragilité, en 1222 ou 1236. Il a raison d’en démonter la « fabrication », mais il aurait dû en commenter les facteurs explicatifs : je crains en effet que son énergie à insister sur la question dès le début de l’ouvrage ne confirme l’enseignant français peu informé dans la conviction trop répandue que les travaux africains sont par nature douteux, ce qui est loin d’être le cas, ni spécifique ; la critique aurait gagné à être comparée à d’autres, par exemple les interprétations européennes connotées par le contexte colonial : le legs de l’administrateur Delafosse (sur l’origine des Peuls par exemple) mériterait un traitement aussi sévère, mutatis mutandis, que les interprétations de Djibril Tamsir Niane. De même, il exagère en affirmant que les procédures de classement au patrimoine culturel de l’UNESCO « ne reposent sur aucun élément scientifique, mais dépendent au contraire de considérations purement politiques (p. 31-32, souligné par CCV) » : c’est vrai, mais en partie seulement.

4Il s’agit en somme d’une façon de présenter les choses : tout ce qu’il écrit est juste. Mais son souci de « remettre les pendules à l’heure » en commençant chaque fois par présenter la façon dont les faits ont été déformés, pour des raisons nationales ou politiques, donne involontairement à son texte une tonalité plus dubitative, voire négative, que nécessaire. J’aurais parfois préféré qu’il annonce d’abord les conclusions auxquelles il se rallie, quitte à expliquer ensuite la difficulté d’y parvenir en raison de l’histoire longue d’un jeu parfois pervers des forces en présence.

  • 2 Voir à ce propos C. Coquery-Vidrovitch, Petite histoire de l’Afrique. L’Afrique au sud du Sahara de (...)

5C’est surtout dans les quelques pages consacrées à la succession événementielle de chacun des trois royaumes (suivies heureusement de pages thématiques sur la société, les esclaves, l’or, la vie culturelle) que la lecture devient parfois un peu difficile, malgré la clarté d’ensemble de l’exposé : l’enseignant peu informé risque d’être quelque peu écrasé par la succession des noms, des dynasties ou des batailles, notamment à propos du Mali. L’auteur a raison de consacrer des développements séparés à chacun des trois royaumes, puisque l’enseignant ne doit en choisir qu’un. Il aurait pu néanmoins faire allusion, au moins sur la question de l’or, au Monomotapa (autre choix offert aux enseignants), tant le parallélisme est évident entre le rôle mondial de l’or du Soudan vers le monde méditerranéen (puis atlantique) et celui de l’or du Zimbabwe vers l’Océan Indien2. Surtout, là encore, il aurait mieux valu chaque fois annoncer clairement l’objet du développement de façon ramassée, quitte à donner ensuite les précisions événementielles indispensables.

  • 3 Pierre Boilley et Jean-Pierre Chrétien, Histoire de l’Afrique ancienne : VIIIe--XVIe (de la conquêt (...)

6N’attachons pas trop d’importance à ces critiques mineures de présentation : cet ouvrage informé et référencié n’a pas d’équivalent ; il apporte des compléments considérables au court livret conçu par ses collègues de l’Université Paris-1, qui serait davantage destiné, notamment par la qualité de ses illustrations, aux élèves eux-mêmes qu’à leurs enseignants3.

Haut de page

Notes

1 Oral Tradition as History, Londres, James Currey, 1985.

2 Voir à ce propos C. Coquery-Vidrovitch, Petite histoire de l’Afrique. L’Afrique au sud du Sahara de la préhistoire à nos jours, Paris, La Découverte, 2010, chapitres 5 et 6.

3 Pierre Boilley et Jean-Pierre Chrétien, Histoire de l’Afrique ancienne : VIIIe--XVIe (de la conquête arabe aux navigations portugaises), La Documentation Française, coll. La Documentation Photographique, 2010, 63 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Coquery-Vidrovitch, « Simonis Francis, 2010, L’Afrique soudanaise au Moyen Âge. Le temps des grands empires (Ghana, Mali, Songhaï) », Journal des africanistes, 81-1 | 2011, 263-265.

Référence électronique

Catherine Coquery-Vidrovitch, « Simonis Francis, 2010, L’Afrique soudanaise au Moyen Âge. Le temps des grands empires (Ghana, Mali, Songhaï) », Journal des africanistes [En ligne], 81-1 | 2011, mis en ligne le 12 janvier 2016, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3878

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org