Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Saulnier Pierre, 2009, Vodun et destinée humaine

Paris, Sociétés des Missions Africaines
Michel Bonemaison
p. 262-263
Référence(s) :

Saulnier Pierre, 2009, Vodun et destinée humaine, Paris, Sociétés des Missions Africaines, 245 p.

Notes de l’auteur

En vente chez l’auteur : 25 rue des Naudières BP 36 Rézé Cedex

Texte intégral

1On situe surtout le vôdun en Haïti, où les esclaves l’ont amené avec eux et où il a gardé son nom d’origine, transcrit vaudou ; on sait moins que cette religion a été élaborée sur la Côte du Golfe de Guinée au Bénin en pays fon, adja, gun sous ce nom, et en pays yoruba (au Nigéria surtout) sous celui d’orisha. Au Brésil qui a gardé les vocables de la langue yoruba, il est à l’origine du candomblé entre autres rites. Mais qu’en est-il au Bénin ?

2L’auteur, prêtre des Missions Africaines de Lyon, y a séjourné, surtout à Porto-Novo et Adjohoun, de 1962 à 1975. Il s’y est spécialisé dans la collecte des anthroponymes de naissance, puis de ceux des personnes consacrées aux cultes vôdun, d’où il a tiré la matière de son diplôme des Hautes Etudes en Sciences Sociales en 1976, puis de son doctorat de troisième cycle avec une étude sur le vôdun Dan, intitulée « Le meurtre du vôdun Dan » en 1977.

3Dans cet ouvrage « Vôdun et destinée humaine », l’auteur se fonde sur la littérature orale, contes et mythes, avec une prédilection pour les noms individuels des personnes : ceux imposés à la naissance, et ceux reçus au moment de la consécration des initiées-consacrées à ces cultes vôdun. Le plan de l’ouvrage lui a été fourni par la dénomination des neuf jours d’un calendrier béninois. Les trois premiers portent les noms des grandes étapes de la vie humaine, « L’homme naît » (c’est l’objet de la première partie), le second, « L’homme meurt » (c’est la troisième partie), le troisième, celui de « L’homme devient vôdun » (c’est la quatrième partie). Les six jours suivants, de 4 à 9, sont disposés sur une structure binaire ; d’une part, les trois jours pairs renvoient à ce qui empêche la réalisation de la destinée humaine, soit la misère, les procès, la maladie ; d’autre part, les trois jours impairs rappellent les moyens que l’homme trouve à sa disposition pour contrer les mauvais coups du sort, soit la divination, les charmes, les sacrifices. (Ceux-ci font l’objet de la deuxième partie).L’auteur définit les divers éléments du monde invisible avec lequel la personne humaine vit quotidiennement en symbiose, soit Dieu, la mort, les morts et les ancêtres, la divination, les charmes, les différents vôdun…, à partir des termes mêmes de la langue fon-gun ; puis il précise les liens avec ce monde invisible, et la place que chacun d’entre eux occupe dans la réalisation de la destinée humaine. Les noms, imposés tant à la naissance qu’à l’initiation-consécration, sont à cet égard particulièrement instructifs : les personnes y font part de leurs sentiments à la suite des événements qu’elles vivent, sentiments de confiance et d’amour, mais aussi de méfiance, voire de colère…

4La quatrième partie, consacrée au vôdun est de loin la plus importante ; elle occupe la moitié de l’ouvrage ; après un paragraphe sur la définition du vôdun et sur l’organisation générale de ces cultes, l’auteur en présente quatre particulièrement importants dans l’Ouémé, Sakpata, qui se définit comme ‘La Terre ’, espace à la fois géographique, social et mythique ; Dan, le serpent arc-en ciel, intermédiaire universel, à la fois cosmologique, sociologique, anthropologique et biologique ; Hunvê, la fécondité et son contrôle ; enfin Lêgba, le contestataire. Ces noms de vôdun sont des termes génériques qui regroupent chacun un ensemble d’ancêtres divinisés de clans de même origine. Il est intéressant de constater ici que chaque vôdun rend compte de besoins existentiels, sociaux ou personnels : Sakpata, la cohésion sociale, mais aussi la beauté ; Dan, la volonté de la personne d’assumer sa destinée, y compris par le meurtre du vôdun ; Hunvê, le contrôle de la fécondité ; Lêgba, le jeu à l’intérieur des relations sociales… Ce ‘panthéon’ ne constitue donc pas une nébuleuse d’entités indifférenciées ; chacune a une définition, une fonction individuelle et/ou sociale, des attributs et symboles bien précis. Cela méritait d’être montré, pour rendre compte de la cohésion des éléments de cet univers dans leur diversité.

5Cet essai permet aussi d’indiquer le sens de certains changements que ces cultes ont subis au gré des migrations successives depuis le Bénin, jusqu’en Haïti et au Brésil, et aussi jusqu’en Argentine, et en Europe. Un ouvrage donc pour faire le point. Un glossaire de quelque 160 noms de la langue fon-gun et quelques-uns du yoruba complète utilement cette présentation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Bonemaison, « Saulnier Pierre, 2009, Vodun et destinée humaine », Journal des africanistes, 81-1 | 2011, 262-263.

Référence électronique

Michel Bonemaison, « Saulnier Pierre, 2009, Vodun et destinée humaine », Journal des africanistes [En ligne], 81-1 | 2011, mis en ligne le 12 janvier 2016, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3875

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org