Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Prestholdt Jeremy, 2008, Domesticating the World: African Cosumerism and the Genealogies of Globalization

Berkeley - Los Angeles - London, University of California Press
Henri MÉDARD
p. 260-261
Référence(s) :

Prestholdt Jeremy, 2008, Domesticating the World: African Cosumerism and the Genealogies of Globalization, Berkeley - Los Angeles - London, University of California Press, 273 p.

Texte intégral

1Ce livre aborde le rôle et l’usage des objets occidentaux importés, adoptés par les Africains de l’Est. Ce travail décousu (beaucoup de chapitres ont déjà été publiés sous forme d’articles) est influencé par les études postcoloniales, mais est construit sur une véritable réflexion concernant les sources et leur usage minutieux (en particulier les sources américaines et britanniques). Surprenante au premier abord, la passion des Anjouanais (Comores, chapitre 1) pour tout ce qui est anglais est particulièrement bien abordée. L’auteur décrit la stratégie sociale et géopolitique de ces modes. Il en montre aussi l’efficacité durant le XVIIIème et une bonne partie du XIXème siècle. L’usage d’objets, de noms, de titres, de modes alimentaires (le rosbif), l’apprentissage de l’anglais (un quasi-bilinguisme dans certain cas !) procure à une petite élite comorienne la sympathie, une position dominante dans les échanges et l’appui britannique. Mais pour compliquer le tableau, il montre aussi (chapitres 4 et 6) comment l’usage d’objets occidentaux par les élites zanzibarites, dans le contexte différent de la fin du XIXème siècle, échoue à établir la respectabilité nécessaire pour échapper à l’impérialisme. Les temps ont changé et les emprunts sont vus comme ridicules et non plus comme amusants mais sympathiques. Ils sont devenus aux yeux des Britanniques, un signe de l’abâtardissement de peuples avilis par le métissage, incapables d’accéder à la modernité.

2La réflexion sur l’idéologie raciale britannique portant sur les demi-civilisés est également un des apports de ce travail (chapitre 5 et 6). Les spécialistes de l’Afrique sont plus habitués aux stéréotypes et mythes européens sur les primitifs ou éventuellement sur le mythe hamitique. Ici, Prestholdt dirige le regard sur les « demi-civilisés ». Il éclaire ainsi comment les emprunts à l’occident et leur assimilation locale dérangent les catégories occidentales et leur vaut le mépris et non la sympathie des Britanniques.

3L’aspect le plus riche de l’ouvrage est la réflexion autour d’un type de drap de coton blanc, baptisé en Afrique de l’est merikani (chapitre 3). Ce tissu tire sa racine d’’Amérique’. Il y est produit, à Salem Massachusetts, jusqu’à la guerre civile américaine, puis il est supplanté par des imitations de Bombay. Ce textile constitue la principale importation de la région au XIXème siècle. Prestholdt est là au mieux de son approche. Elle combine histoire sociale et histoire économique, l’étude des symboles et l’étude quantitative. Suivant des flux d’objets à travers le monde, il dépasse les frontières géographiques et ouvre le regard sur un monde globalisé. Le drap change de sens, d’usage et est transformé au cours des différentes étapes. Prestholdt aborde ainsi les échanges non seulement en Afrique de l’Est, mais aussi à Salem ou Bombay. Sa démonstration concernant le rôle clef du marché zanzibarite dans la mécanisation de l’industrie textile indienne et américaine est fascinante. Un livre donc à lire, mais par chapitre plutôt que d’une traite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri MÉDARD, « Prestholdt Jeremy, 2008, Domesticating the World: African Cosumerism and the Genealogies of Globalization », Journal des africanistes, 81-1 | 2011, 260-261.

Référence électronique

Henri MÉDARD, « Prestholdt Jeremy, 2008, Domesticating the World: African Cosumerism and the Genealogies of Globalization », Journal des africanistes [En ligne], 81-1 | 2011, mis en ligne le 12 janvier 2016, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3871

Haut de page

Auteur

Henri MÉDARD

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org