Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Pradelles de Latour Charles-Henry, 2005, Rites thérapeutiques dans une société matrilinéaire. Le gèrem des Pèrè (Cameroun)

Paris, Karthala
Lucas Tchetgnia
p. 258-260
Référence(s) :

Pradelles de Latour Charles-Henry, 2005, Rites thérapeutiques dans une société matrilinéaire. Le gèrem des Pèrè (Cameroun), Paris, Karthala, 247 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage de 247 pages est le fruit d’une enquête ehtnographique de longue durée chez les Pèrè du Canton d’Almé dans la région de l’Adamaoua (Grand nord du Cameroun). Les Pèrè vivent sur le mont Guènfanlabon dans l’Adamaoua, à la frontière du Cameroun et du Nigeria. Ce peuple se caractérise principalement par son régime de filiation matrilinéaire, l’aspect acéphale de son organisation sociale, sa passion pour la dance qui clôture toutes les grandes cérémonies et sa croyance en la sorcellerie.

2Les Pèrè vivent principalement de la culture du sorgho et de l’élevage de quelques chèvres et moutons, mais aussi de la chasse (phacochère, buffle, antilope…). L’avènement de l’économie de marché et les pressions de la société consumériste les ont encouragé à intensifier et diversifier leur production agraire.

3Poussé par un vif désir d’élucider les sociétés matrilinéaires qui constituaient alors pour lui une énigme, l’auteur se rend chez les Pèrè pour la première fois en 1977. Il y retourne en 1987 et y séjourne un an. Il va plus tard effectuer deux courts séjours (1999 et 2003).

4L’ouvrage comporte quatre parties. La première traite de l’altérité dans la littérature orale. L’auteur y montre comment au travers des devinettes et des contes, les enfants pèrè sont informés sur la présence des sorciers dans la vie quotidienne. Ils sont ainsi conditionnés à perpétuer les rites magiques et curatifs relatifs à la sorcellerie.

5La deuxième partie traite des deux côtés de la parenté. On y retient que dans cette société matrilinéaire, le mariage est préférentiel avec les cousines croisées patrilatérales du sous clan du père. La notion de « même ventre » ou « mêmes entrailles » développée chez les Bamiléké et bien d’autres groupes intervient dans le système de mariage. Si un père marie son fils à sa nièce utérine, c’est parce qu’il sait très bien que la nièce a les « mêmes entrailles » que sa sœur (mère de la nièce) et par conséquent que lui. En effet, il n’a rien à redouter de sa nièce utérine comme de sa sœur parce que cette conception de la transmission du « vampirisme » et de certaines facultés de nuisance magique à travers les « mêmes entrailles » relève exclusivement de la compétence maternelle. L’on aurait alors pu en conclure que les parents utérins vivent en bonne entente, mais les choses ne sont pas si simples. Dans les procès en sorcellerie chez les Pèrè, les accusations ont souvent lieu entre oncles maternels et neveux utérins, alors que tous les deux partagent cette conception de « mêmes entrailles ».

6Fléau omniprésent dans la société pèrè, la sorcellerie est liée à la jalousie, laquelle est associée à diverses disparités sociales telles, par exemple, l’enrichissement trop rapide d’un proche, une fécondité trop visible, des récoltes abondantes… Tout élément de la vie peut faire l’objet de l’interprétation en terme de sorcellerie, que ce soit le hululement d’un hibou près d’une habitation, l’aboiement inopiné d’un chien, un objet ayant changé de place sans raison. La perception de ces faits pourtant anodins en termes d’indices et les supputations de sorcellerie qui l’accompagnent n’est pas spécifique aux Pèrè. Ce qui est aussi frappant dans l’explication des mécanismes sociaux chez les Pèrè, c’est qu’on peut être sorcier sans le savoir (p. 136).

7La troisième partie examine la complexité du gèrem sous tous les angles. Par gèrem, les Pèrè entendent des objets (cloches en fer et trompes fabriqués avec des gourdes) dotés d’un pouvoir magique, cachés dans des abris, et utilisés par les magiciens pour initier les enfants et soigner les personnes frappées d’infortunes physiques ou morales. L’on distingue trois types de gèrem : le gèrem des hommes, le gèrem des femmes, la mère du gèrem qui est hors clan et supérieur aux deux autres.

8L’auteur dévoile dans cette partie la complexité des rites pratiqués chez les Pèrè dont le plus important et le plus prestigieux, l’initiation de jeunes garçons, est une des principales activités du gèrem. Outre le gèrem et le bois de justice, d’autres magies existent comme le komi, magie utilisée pour remédier aux maladies du mil et aux naissances des enfants par le siège, le tourbillon de vent, et la foudre qui a la particularité d’être plus forte et plus rapide que les autres magies.

9La quatrième partie évoque une conception mosaïque du monde. L’auteur y analyse les différents éléments qui rythment la vie sociale chez les Pèrè, rites initiatiques et curatifs qui ont pour dessein de socialiser les membres du groupe aux rôles sociaux qui leur échoit, guérir des maladies imputées à la sorcellerie, réparer la malédiction, conjurer le mauvais sort, purifier, chasser hors du village vers la brousse.

10L’ouvrage de Charles-Henry Pradelles de Latour est intéressant à plusieurs égards. Le matériau collecté est d’une densité et d’une richesse qui force l’admiration. Des qualités humaines remarquables de l’auteur et son savoir-faire lui ont permis de se faire accepter très rapidement par les Pèrè. Il a su très vite gagner leur confiance pour obtenir des informations auxquelles un étranger ne saurait avoir accès.

  • 1 VEYNE P., 1983, Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ? Essai sur l’imagination constituante, Paris, (...)

11Au-delà de l’aspect magique du gèrem, l’auteur rend compte de la complexité de la croyance en la sorcellerie et soulève la question centrale du statut de nos croyances, question si chère à Paul Veyne (1983)1. Il montre aussi comment en situation, les hommes s’arrangent avec les impératifs des rites, quitte à ne plus paraître crédibles. L’auteur explique que l’efficience du gèrem réside moins dans son aspect magique que du statut particulier qui le relie au système de parenté. Dans cette société matrilinéaire, le gèrem a un rôle séparateur. Il sépare les sexes ; celui des hommes est transmis en ligne agnatique de père en fils, celui des femmes est hérité en ligne utérine de mère à fille ou de grand-mère paternelle à la fille du fils lorsqu’une femme n’a pas de fille. L’auteur montre aussi comment guérir ne se réduit pas simplement à l’élimination du mal, mais à la réinsertion dans les différences parentales qui étayent l’ordre social.

12Cet ouvrage pêche souvent par une présentation extrêmement détaillée des faits observés. Le lecteur se perd parfois dans une description trop dense des pratiques. L’utilisation abondante des mots pèrè demande un grand effort de concentration que ne permet pas toujours le va-et-vient entre la lecture et le glossaire en annexe. On peut toutefois aussi regretter certaines maladresses, comme (p. 81) :« Si dans les pays occidentaux, tout citoyen est un tant soit peu sociologue de par sa formation scolaire et politique, dans les sociétés traditionnelles, ce n’est cas la cas. Personne ne raisonne sur les droits et les institutions. De ce fait, les Pèrè n’ont pas franchement conscience d’appartenir à une société matrilinéaire ». Cette assertion fait des acteurs des sociétés traditionnelles des individus incapables de questionner les normes, le mode d’organisation de leur société, et de réfléchir sur les activités auxquelles ils participent.

13Ces quelques réserves ne remettent aucunement en question l’immense richesse et l’excellente qualité de ce travail de terrain.

Haut de page

Notes

1 VEYNE P., 1983, Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ? Essai sur l’imagination constituante, Paris, Seuil, « Essais », 169 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lucas Tchetgnia, « Pradelles de Latour Charles-Henry, 2005, Rites thérapeutiques dans une société matrilinéaire. Le gèrem des Pèrè (Cameroun) », Journal des africanistes, 81-1 | 2011, 258-260.

Référence électronique

Lucas Tchetgnia, « Pradelles de Latour Charles-Henry, 2005, Rites thérapeutiques dans une société matrilinéaire. Le gèrem des Pèrè (Cameroun) », Journal des africanistes [En ligne], 81-1 | 2011, mis en ligne le 12 janvier 2016, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3868

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org