Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Pouillon J. (éd.) avec A. Messaoudi, D. Rauchenberger, O. Zhiri, 2009. Léon l'Africain

Paris, IISMM/Karthala [coll. Terres et gens d’islam]
Robin Seignobos
p. 255-258
Référence(s) :

Pouillon, J. (éd.) avec A. Messaoudi, D.Rauchenberger, O.

ZHIRI, 2009. Léon l'Africain. Paris, IISMM/Karthala [coll. Terres et gens d’islam].

Texte intégral

1En mai 2003, François Pouillon, anthropologue spécialiste de l’Islam et de l’Orientalisme, a rassemblé un collège de chercheurs issus d’horizons divers à l’occasion du premier colloque consacré au célèbre géographe et voyageur al-Hasan al-Wazzân, mieux connu sous le nom de Jean-Léon l’Africain. Cette rencontre a donné lieu en 2009 à une publication, sobrement intitulée « Léon l’Africain », rassemblant une sélection de quinze contributions précédées d’une introduction de F. Pouillon et d’une courte préface de F. Hartog.

  • 1 O. ZHIRI, 1991, L'Afrique au miroir de l'Europe : fortunes de Jean-Léon l'Africain à la Renaissance(...)
  • 2 D. RAUCHENBERGER, 1999, Johannes Leo der Afrikaner. Seine Beschreibung des Raumes zwischen Nil und (...)

2L’intérêt pour Léon l’Africain semble être allé croissant depuis la publication du roman que lui a consacré en 1986 l’écrivain franco-libanais A. Maalouf. L’organisateur et éditeur reconnaît d’ailleurs, rétrospectivement, le rôle qu’a joué cette fiction dans la relance des études savantes qui ont désormais remis le personnage et son œuvre au cœur de leur propos. Ce dynamisme renouvelé a donné naissance, dans les années 1990, à des études universitaires dont celle d’O. Zhiri, dédiée à la place de l’œuvre léonienne dans la culture de la Renaissance1. Une autre avancée majeure – quoique passée un temps inaperçue – fut la publication de l’édition partielle de l’unique manuscrit conservé de la Cosmographia et Geographia de Affrica par l’érudit allemand D. Rauchenberger2. Les deux chercheurs ont d’ailleurs été associés à la réalisation et à l’encadrement scientifique de ce volume, gage évident du sérieux et de la rigueur de l’entreprise.

3Le caractère nécessairement disparate de tout ouvrage collectif trouve ici son unité dans le parti pris privilégiant les lectures de l’œuvre de Jean-Léon l’Africain à une approche biographique aussi problématique que vaine – en dépit de récents progrès consécutifs aux minutieuses enquêtes archivistiques de D. Rauchenberger.

  • 3 « Une carrière politique au service du sultan de Fès », p. 31-65.
  • 4 R. MAUNY, 1954, « Note sur les grands voyages de Leon l'Africain », Hespéris, XLI, p. 379-394.

4Le volume se divise en deux parties : la première, intitulée « Léon et son temps : utilité de la Description » réunit des contributions dédiées aux lectures critiques de l’œuvre du géographe grenadin. Celle-ci s’ouvre sur l’intervention de B. Rosenberger qui propose, à partir des indications fournies dans la Cosmographia, de reconstituer les étapes de sa carrière au service du sultanat wattâside3. Fondée sur des recoupements internes et externes, la méthodologie diffère peu de celle qu’avait employée R. Mauny pour établir la chronologie de ses voyages4, mais elle s’en distingue toutefois par ses visées. L’auteur s’efforce moins ici de retracer le parcours d’un « explorateur » avant la lettre que celui d’un serviteur de l’État.

  • 5 « Le pays des Noirs selon Léon l’Africain. Géographie mentale et logiques cartogaphiques », p. 83-1 (...)

5Passée cette concession au genre biographique, la plupart des contributions rassemblées dans la première partie s’attachent plutôt à mettre au jour les modèles et les sources du géographe et à en déceler les choix, les parti pris ou les éventuelles omissions. L’analyse minutieuse des « logiques cartographiques » qui sous-tendent le découpage de l’Afrique adopté dans la Description a ainsi permis à B. Hirsch et F.-X. Fauvelle-Aymar de deviner derrière la conception léonienne de l’Afrique une structure inspirée de la tradition idrisienne5.

  • 6 « Lecteur d’Ibn Khaldûn. Le drame de la décadence », p. 211-236.
  • 7 « Le Maghreb préislamique dans la Descrittione dell’Africa », p. 119-146.

6Le substrat culturel arabo-musulman de l’œuvre léonienne est aussi le thème de la contribution d’O. Zhiri qui s’intéresse plus particulièrement au cas d’Ibn Khaldūn dont l’influence chez Léon est manifestement plus profonde que ne le laissaient augurer les rares mentions du savant dans la Description6. Cette prégnance de la culture arabe se retrouve jusque dans son appréhension du passé préslamique de l’Afrique du Nord qui, comme le démontre F. Cresti, repose moins sur la lecture des Anciens que sur ses observations personnelles nourries de sa connaissance de l’historiographie arabe7. O. Zhiri en conclut, à raison, qu’« il est nécessaire d’enquêter sur les sources arabes de la Cosmographia pour mieux comprendre l’œuvre, au-delà de son apport à la géographie européenne de l’Afrique. » (p. 235).

  • 8 « Le manuscrit de 1526 et les cérémonies de mariage à Fès », p. 147-183.

7On retiendra également l’analyse serrée de la description des cérémonies de mariage à Fès, à laquelle se livre D. Rauchenberger8. Le recours au manuscrit inédit de 1526 lui permet de proposer une interprétation de ce passage qui diffère sensiblement de celle découlant de la lecture de la version « normalisée » par le Vénitien G.B. Ramusio, premier éditeur de la Description en 1550. C’est l’occasion pour l’auteur d’attirer à nouveau l’attention sur l’importance du manuscrit de Rome et de présenter par la même occasion ses arguments en faveur de la thèse du statut autographe du document. Quelle que soit la solution à ce dilemme philologique, le manuscrit de Rome témoigne bien de l’état du texte s’approchant le plus de l’intention de Jean-Léon, et on ne peut donc que joindre nos vœux à ceux de D. Rauchenberger qui souhaite sa publication prochaine en intégralité.

8Alors que dans la première partie de l’ouvrage le texte de Léon est plutôt envisagé au « premier degré », la seconde s’intéresse à ses « identités posthumes », autrement dit à la réception et aux usages de la Description de l’Afrique. Un colloque consacré à Léon l’Africain ne pouvait en effet se dispenser d’aborder cet aspect tant son œuvre s’est prêtée aux commentaires, aux gloses, aux remplois, voire au pillage. Les principaux jalons en avaient été posés par O. Zhiri mais force est de constater que le thème est encore loin d’être épuisé.

  • 9 « Luis del Mármol lecteur de Léon. Une appréhension espagnole de l’Afrique », p. 239- 267.

9F. Rodriguez Mediano revient tout d’abord sur le cas de l’Espagnol Luis del Mármol, longtemps accusé de n’être qu’un simple plagiaire du travail de Léon l’Africain9. Un examen plus attentif permet de réviser partiellement ce jugement et oriente le questionnement vers des directions plus productives que la simple condamnation de Mármol pour malhonnêteté intellectuelle. F. Lestringant s’intéresse quant à lui à un ensemble de citations figurant dans un contexte assez inattendu, à savoir la quatrième édition de la relation de voyage au Brésil de Jean de Léry (1599-1600). La traduction française de la Description y est en effet convoquée à plusieurs reprises pour confirmer ses assertions sur telle ou telle « singularité » brésilienne et nourrir ainsi, par « agrégation analogique », la matière d’un récit qui s’étoffe à chaque nouvelle édition.

  • 10 L. MASSIGNON, 1906, Le Maroc dans les premières années du XVIe siècle. Tableau géographique d’après (...)
  • 11 « Le Maroc dans les premières années du XVIe siècle. Tableau géographique d’après Louis Massignon » (...)
  • 12 « Une lecture réformiste de Leo Africanus. Patrimonalisation d’un renégat », p. 333-348.

10La fortune de Léon l’Africain est également envisagée dans le temps long, jusqu’à ses usages dans l’historiographie contemporaine. D. Nordman se penche sur l’étude fondatrice de L. Massignon, parue au début du XXe siècle10, en la rendant à son contexte scientifique et académique originel11. Il montre que ce tableau géographique du Maroc, fondée sur l’œuvre du Grenadin, consiste en réalité en une recomposition de la matière léonienne selon les canons positivistes de l’époque, si bien que son Maroc dans les premières années du XVIe siècle pourrait presque se lire comme une sorte d’inventaire ou d’index géographique de la partie marocaine de la Description de l’Afrique. Cette approche froide et distante diffère sensiblement de celle qu’adoptera le savant marocain Mohammed Mehdi El Hajoui, dans les années 1930, à l’occasion d’une intervention à l’Institut des hautes études marocaines. A. Roussillon y décèle en effet une tentative de réappropriation de la figure de Jean-Léon l’Africain – redevenu pour l’occasion al-Hasan al-Wazzân – qu’El Hajoui s’efforce de réintégrer au patrimoine culturel arabe et plus spécifiquement marocain12.

  • 13 « Le conte de l’amphibie et les ruses d’al-Hasan al Wazzân », p. 311-323.

11Loin de verser dans ce type de récupération « identitaire », N. Zemon Davis propose une approche originale d’al-Wazzân/Jean-Léon en reconnaissant en lui un avatar du « trickster », ce joueur de tour que l’on retrouve dans tant de contes populaires13. Elle s’appuie pour ce faire sur l’histoire de l’« oiseau amphibie », rapportée en préambule de la Cosmographia et Geographia de Affrica, dans lequel il est question d’un volatile qui profite de sa capacité à vivre aussi bien dans l’eau que sur terre pour échapper à l’impôt des deux royaumes. Il est vrai que Léon présente explicitement ce conte comme une sorte de parabole renvoyant à son statut ambigu d’émigré andalou et d’« Africain ». Mais à trop insister sur cet aspect, en faisant ainsi de Léon un personnage non seulement double mais duplice ne risque-t- on pas de l’enfermer dans les contours étroits d’un archétype romanesque et mythique ? C’est d’ailleurs l’un des reproches adressés à l’historienne par D.

  • 14 Paru en français sous le titre de Léon l’Africain. Un voyageur entre deux mondes, 2007, Paris, Payo (...)
  • 15 « Notes sur les Trickster Travels de Natalie Zemon Davis », p. 325-331 (il s’agit d’une reproductio (...)

12Rauchenberger dans sa recension des Trickster travels – l’essai de biographie que N. Zemon Davis a consacré à Léon14 – insérée à la suite de cet article15.

13C’est au même D. Rauchenberger que l’on doit l’adjonction à cet ensemble, déjà copieux, d’utiles annexes : un « essai de chronologie critique » (p. 373-383), qui s’appuie sur ses récentes trouvailles archivistiques, ainsi qu’un excursus de quelques pages dans lequel il défend l’hypothèse selon laquelle l’humaniste anonyme portraituré par Sebastiano del Piombo (reproduit en couverture) serait en réalité l’exilé grenadin (p. 365-371).

14On aurait pu craindre qu’une approche collective de l’œuvre de Léon l’Africain n’offre au final qu’une image kaléidoscopique du personnage, mais tel n’est pas le cas. Bien au contraire, ces éclairages multiples contribuent davantage à cerner la figure nébuleuse et insaisissable de Léon l’Africain que bien des spéculations sur l’une ou l’autre des nombreuses zones d’ombre de sa biographie.

15On pourrait toujours déplorer que tel ou tel aspect n’ait pas reçu un traitement plus consistant. Il est vrai que l’Égypte, à laquelle Jean-Léon a pourtant consacré une part non négligeable de son récit, est bien peu représentée dans le volume et que les autres œuvres de Léon (notamment son recueil de biographies) appelaient peut-être une attention plus soutenue. On aurait tort cependant de voir dans ces quelques observations l’expression d’un quelconque reproche. Il s’agit là d’un souhait, celui que les études sur Léon l’Africain se poursuivent et empruntent les voies ouvertes dans ce remarquable recueil.

Haut de page

Notes

1 O. ZHIRI, 1991, L'Afrique au miroir de l'Europe : fortunes de Jean-Léon l'Africain à la Renaissance, Genève, Droz.

2 D. RAUCHENBERGER, 1999, Johannes Leo der Afrikaner. Seine Beschreibung des Raumes zwischen Nil und Niger nach dem Urtext, Harrassowitz [Orientalia Biblica et Christiana 13].

3 « Une carrière politique au service du sultan de Fès », p. 31-65.

4 R. MAUNY, 1954, « Note sur les grands voyages de Leon l'Africain », Hespéris, XLI, p. 379-394.

5 « Le pays des Noirs selon Léon l’Africain. Géographie mentale et logiques cartogaphiques », p. 83-102.

6 « Lecteur d’Ibn Khaldûn. Le drame de la décadence », p. 211-236.

7 « Le Maghreb préislamique dans la Descrittione dell’Africa », p. 119-146.

8 « Le manuscrit de 1526 et les cérémonies de mariage à Fès », p. 147-183.

9 « Luis del Mármol lecteur de Léon. Une appréhension espagnole de l’Afrique », p. 239- 267.

10 L. MASSIGNON, 1906, Le Maroc dans les premières années du XVIe siècle. Tableau géographique d’après Léon l’Africain, Alger, Jourdan.

11 « Le Maroc dans les premières années du XVIe siècle. Tableau géographique d’après Louis Massignon », p. 289-309.

12 « Une lecture réformiste de Leo Africanus. Patrimonalisation d’un renégat », p. 333-348.

13 « Le conte de l’amphibie et les ruses d’al-Hasan al Wazzân », p. 311-323.

14 Paru en français sous le titre de Léon l’Africain. Un voyageur entre deux mondes, 2007, Paris, Payot.

15 « Notes sur les Trickster Travels de Natalie Zemon Davis », p. 325-331 (il s’agit d’une reproduction de la recension déjà publiée dans Studia Islamica, 102-103, 2006 p. 244-249).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Robin Seignobos, « Pouillon J. (éd.) avec A. Messaoudi, D. Rauchenberger, O. Zhiri, 2009. Léon l'Africain », Journal des africanistes, 81-1 | 2011, 255-258.

Référence électronique

Robin Seignobos, « Pouillon J. (éd.) avec A. Messaoudi, D. Rauchenberger, O. Zhiri, 2009. Léon l'Africain », Journal des africanistes [En ligne], 81-1 | 2011, mis en ligne le 12 janvier 2016, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3865

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org