Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Peterson Derek, 2010, Abolition and Imperialims in Britain, Africa and the Atlantic

Athens, Ohio University Press
Henri MÉDARD
p. 253-255
Référence(s) :

Peterson Derek, 2010, Abolition and Imperialims in Britain, Africa and the Atlantic, Athens, Ohio University Press, 235 p.

Texte intégral

1De nombreuses publications sur la traite et l’esclavage ont marqué la commémoration des 200 ans de l’abolition de la traite en 1807 par la Grande Bretagne. Devant ce grand nombre de publications, il n’est pas toujours aisé de choisir. Cet ouvrage collectif est excellent pour une approche initiale. Il est issu d’une série de conférences tenues à la prestigieuse université d’Oxford pour marquer l’anniversaire de l’abolition. Il réunit le nec plus ultra des spécialistes de la question en sept chapitres.

2L’introduction de Derek Peterson est une contribution sur l’abolitionnisme et la pensée politique en Grande Bretagne et en Afrique de l’Est. Le premier chapitre, écrit par John Thornton, porte sur l’éthique politique des leaders africains et la traite atlantique ; le deuxième de Boyd Hilton sur les causes de l’abolition en 1807, le 3ème de Christopher Leslie Brown sur la place de l’Afrique dans les projets coloniaux britanniques après la perte de l’Amérique. Le 4ème de Philip Morgan revient sur le contexte de la production esclavagiste des Caraïbes au moment de l’abolition. Dans le chapitre suivant, Seymour Drescher analyse la relation entre abolitionnisme et impérialisme britannique. Puis Robin Law revient sur la relation d’un antagonisme croissant au XIXème siècle entre le droit international et la lutte contre la traite par la Grande Bretagne en Afrique de l’Ouest. Jonathan Glassman pour finir analyse le rôle à Zanzibar du discours abolitionniste britannique, dans les discours anti-esclavagistes contemporains et les violences raciales des années 1960.

3Outre leurs contributions thématiques spécifiques, ces articles permettent de faire le point rapidement sur les sens de l’abolition en Afrique, dans les Antilles ou en Grande Bretagne, dans différents groupes sociaux et à différentes époques (pendant les guerres napoléoniennes comme plus récemment durant la guerre en Irak).

4Ces contributions peuvent se diviser en deux catégories : celles sur l’Afrique de l’Est qui ouvrent de nouveaux horizons dans l’historiographie de l’abolition de cette région et les autres contributions qui reviennent sur des questions classiques et centrales de l’abolition. Ces dernières sont toujours accompagnées d’une mise au point historiographique qui permet un accès rapide à ces questions très vastes et polémiques : Pourquoi abolir la traite ? Pour des raisons économiques ? Pour des raisons religieuses ? Par intérêt ? Par vertu ? (chapitres 2 et 4) ? Quelle relation l’abolition entretient-elle avec l’impérialisme (chapitres 3, 5 et 6) ?

5En raison de ma propre spécialité, ce sont les articles de Peterson et de Glassman sur lesquels je m’arrêterai plus longuement. Peterson montre l’instrumentalisation de l’abolitionnisme en Grande Bretagne, par exemple par les activistes de la classe ouvrière contre le patronat. Il analyse ensuite les mêmes enjeux, mais en Afrique de l’Est sous domination coloniale. Il montre comment la rhétorique abolitionniste est courante dans les discours revendicatifs africains au 20ème siècle. Courante, car ce discours a une force réelle face à un pouvoir colonial britannique construit et justifié par l’engagement abolitionniste. La Grande Bretagne peine à rester impassible face aux arguments abolitionnistes de ses sujets (par exemple lors des protestations, en Ouganda, concernant les régions du Bunyoro données par la puissance coloniale au royaume rival du Buganda).

6Glassman aborde un thème similaire, à propos de Zanzibar, mais d’une façon très différente. Il part d’une constatation contemporaine. Il aborde la mémoire de l’esclavage à Zanzibar et les descriptions d’horreur meurtrière dont on abreuve les touristes. L’ancien marché aux esclaves est un passage obligé lors d’une visite de la vieille ville de Zanzibar. Les guides montrent les cachots où les esclaves mourraient étouffés, entassés les uns sur les autres par les marchands d’esclaves évidemment arabes (il s’agit des caves d’un hôpital bâti par les Britanniques longtemps après), le poteau où les esclaves noirs étaient fouettés (à l’emplacement de l’autel de l’église protestante actuelle), le lieu où les petits enfants étaient égorgés et saignés par les Arabes (les fonts baptismaux) (p. 177-179, 197-198). Ces récits et beaucoup d’autres concernant l’esclavage à Zanzibar sont fantaisistes. Glassman montre le cheminement tortueux et surprenant, remanié et enrichi en permanence, de ces représentations depuis les abolitionnistes britanniques jusqu’aux élites arabes, notamment les instituteurs coloniaux, puis de ceux-ci aux migrants du continent. Il lie, de façon convaincante, ces représentations contemporaines non à une mémoire cachée des ex-esclaves, mais aux violences raciales et aux rumeurs des années 1960.

7C’est donc un ouvrage riche, complet et accessible qui allie recherche de pointe et mises au point synthétiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri MÉDARD, « Peterson Derek, 2010, Abolition and Imperialims in Britain, Africa and the Atlantic », Journal des africanistes, 81-1 | 2011, 253-255.

Référence électronique

Henri MÉDARD, « Peterson Derek, 2010, Abolition and Imperialims in Britain, Africa and the Atlantic », Journal des africanistes [En ligne], 81-1 | 2011, mis en ligne le 12 janvier 2016, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3863

Haut de page

Auteur

Henri MÉDARD

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org