Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Ogunleye F, Africa through the Eye of the Video Camera|Onuzulike U. Nollywood Video Film – Nigerian Movies as Indigenous Voiceaul M. & Austen R. Viewing African Cinema in the Twenty-First Century – Art Films and the Nollywood Video Revolution

Manzini (Swaziland), Academic Publisher|Saarbrücken, VDM Verlag|Athens, Ohio University Press
Françoise Ugochukwu
p. 251-253
Référence(s) :

Ogunleye F. (ed), 2008, Africa through the Eye of the Video Camera, Manzini (Swaziland), Academic Publisher, 283 p.

Onuzulike U. 2010, Nollywood Video Film – Nigerian Movies as Indigenous Voice, Saarbrücken, VDM Verlag, 126 p.

Şaul M. & Austen R. (eds), 2010, Viewing African Cinema in the Twenty-First CenturyArt Films and the Nollywood Video Revolution, Athens, Ohio University Press, 248 p.

Texte intégral

1Les trois ouvrages présentés ici rendent bien compte, à la fois du foisonnement de la production cinématographique nigériane, de l’intérêt grandissant dont elle bénéficie de la part des chercheurs, et de son enracinement populaire. Leurs auteurs, nigérians et américains, sont eux aussi représentatifs d’une communauté de chercheurs venus d’horizons divers.

2Ogunleye, qui avait déjà dirigé un premier ouvrage, African Video Film Today (2003) sur le sujet, poursuit ici sa réflexion sur certains aspects de la question (la présentation de la femme dans ces films, la spécificité des films yorubas) tout en ouvrant largement l’éventail des sujets d’étude, en examinant l’impact des vidéo films nigérians sur l’ensemble du continent africain – Afrique occidentale, orientale et australe – balayant le continent du Sénégal au Zimbabwe. Ce second ouvrage, qui rappelle le triple rôle des films – divertir, enseigner et conscientiser – explore ici, de plus, des aspects encore peu étudiés, touchant au droit, au marketing, à l’éthique et à la relation entre film, littérature et enseignement universitaire au Nigeria. La grande variété des champs de recherche des auteurs, de l’enseignement des langues aux beaux-arts et au journalisme, du théâtre à la danse et à la santé publique, permet la rencontre de compétences rarement rassemblées. À remarquer, l’inclusion d’un chapitre sur un thème nouveau pour Nollywood, « pornographie ou chorégraphie », témoignant de l’évolution du genre.

3Onuzulike, doctorant à l’université d’Howard, signe ici son premier ouvrage, version remaniée de son mémoire de maîtrisefondé sur un terrain effectué en 2007. On pardonnera à ce travail, destiné à un public de non-spécialistes qu’il invite à la découverte de cette industrie, un certain nombre de défauts liés à ce niveau de recherche : une organisation parfois maladroite, des répétitions, et un certain manque de profondeur illustré par le corpus utilisé, limité à cinq vidéo-films, largement cités mais jamais analysés en détail, et à quatre entretiens enregistrés en mars 2006 auprès d’acteurs et d’un étudiant ghanéen. Il rappelle les circonstances dans lesquelles le vidéo-film est né et s’est développé et cherche à démontrer l’importance de ces films dans la diffusion des cultures nigérianes, illustrées par la langue, les valeurs, les croyances, les objets et les rituels. Il attire par ailleurs l’attention de ses lecteurs sur l’impact de ces films dans le renforcement d’un sentiment identitaire et l’émergence d’une culture hybride parmi les communautés diasporiques. En fin d’ouvrage, la reproduction d’une lettre adressée par un directeur de vidéo-films au ministre nigérian de l’information révèle l’exploitation dont cette production se trouve parfois victime – ici la publication en 2009, sous le titre de Nollywood, d’un ouvrage de photos prêtant à controverse, œuvre d’un journaliste sud-africain, Pieter Hugo. Pour Onuzulike, les films nigérians sont l’un des aspects les plus visibles de l’émergence d’une industrie africaine de la culture.

4Şaul et Austen, s’ils se sont également intéressés aux relations entre les films ghanéens et nigérians et à l’exportation des films nigérians vers l’Afrique orientale, avec deux chapitres en seconde partie sur leur impact et leurs adaptations en Tanzanie, ont commencé par considérer ce qu’ils appellent le ‘problème’ de Nollywood, avant de comparer la production nigériane à celle des pays francophones, dominée par le festival panafricain du cinéma et de la télévision (FESPACO) régulièrement tenu à Ouagadougou. Ce travail rassemble deux univers longtemps séparés : ceux des cinémas francophones, tournant autour du FESPACO, et des films anglophones à vocation plus commerciale, produits au Nigeria et baptisés du nom de Nollywood. L’ouvrage rappelle lui aussi, brièvement, l’origine et l’évolution de ces deux types de cinéma, offre une réflexion sur les effets de la censure sur les films en milieu hausa et note l’exportation de Nollywood en Afrique orientale et aux États-Unis. Les auteurs considèrent également la réception de ces films – à noter l’étude des chants et de leur audience (chapitre 7) et soulignent qu’en cinq ans, la critique universitaire a énormément progressé, passant de l’indifférence et du mépris initiaux à une reconnaissance de l’importance de ce cinéma né dans la rue ; elle a aujourd’hui produit onze ouvrages, quatre revues spécialisées et plus de 300 articles publiés. À souligner : la spécificité du traitement du crime dans les films nigérians, l’extraordinaire diffusion des films nigérians, aujourd’hui connus dans bon nombre de pays, et la place qu’ils tiennent dans la diffusion des cultures de la fédération. Comme l’écrit Okome, l’un des quatorze collaborateurs de cet ouvrage (p. 34), Nollywood fait aussi la fierté des Nigérians parce qu’il donne la réplique à ses détracteurs en fournissant la preuve de la créativité tant nigériane qu’africaine. L’ouvrage est agrémenté de quelques photos en noir et blanc prises sur le terrain. Le chapitre 12, qui traite du retour de la Mercedes dans les films, de Sembene Ousmane à Kenneth Nnebue, démontre la place grandissante de la voiture au centre des films, rappel que l’accumulation des biens matériels est loin de toujours garantir la rigueur morale et cache souvent la corruption. Les auteurs retracent encore le développement d’une industrie cinématographique originale au nord du Nigeria, héritière des épopées et autres genres oraux, mais qui a su trouver son langage et son esthétique en s’adaptant en milieu musulman. Ils montrent le traitement des attentes de l’audience et de ses préférences esthétiques et morales dans un contexte économique difficile, et rendent compte de l’impact des films nigérians en Afrique de l’Est où se côtoient transcriptions et re-médiations intraculturelles et interculturelles, solutions originales au problème de la barrière linguistique. Ce faisant, ils prouvent que « les vidéo-films igbo sont aujourd’hui les plus populaires des productions de Nollywood » (p. 206) et que le modèle nigérian est non seulement exportable mais exporté avec succès, grâce à ses mélodies, ses histoires inspirées du quotidien et le talent de ses artistes.

5Les deux ouvrages écrits en collaboration – ceux d’Ogunleye et de Şaul –, diffèrent cependant fondamentalement par le choix de leurs collaborateurs : tandis que les deux universitaires américains rassemblaient des spécialistes du genre (Haynes, Meyer, Krings, Okome), occidentaux pour la plupart, Ogunleye a donné une voix à des universitaires en majorité nigérians ou en poste au Nigeria. On a là deux approches très différentes dont les regards croisés viennent enrichir la recherche sur Nollywood, présenté comme « le dialecte du pauvre » (Şaul & Austen, p. 37), un « objet esthétique » (ibidem, p. 35), un concurrent sérieux pour les films ghanéens et un instrument d’éducation populaire et d’instruction civique. L’image qui émerge de ces études est celle d’une production cinématographique en pleine expansion, indépendante, libérée des canons occidentaux, résolument tournée vers un public africain et diasporique, qui poursuit un agenda démocratique sous l’œil exercé d’un public passionné et fait du Nigeria le modèle de l’Afrique en matière de cinéma.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Ugochukwu, « Ogunleye F, Africa through the Eye of the Video Camera|Onuzulike U. Nollywood Video Film – Nigerian Movies as Indigenous Voiceaul M. & Austen R. Viewing African Cinema in the Twenty-First Century – Art Films and the Nollywood Video Revolution », Journal des africanistes, 81-1 | 2011, 251-253.

Référence électronique

Françoise Ugochukwu, « Ogunleye F, Africa through the Eye of the Video Camera|Onuzulike U. Nollywood Video Film – Nigerian Movies as Indigenous Voiceaul M. & Austen R. Viewing African Cinema in the Twenty-First Century – Art Films and the Nollywood Video Revolution », Journal des africanistes [En ligne], 81-1 | 2011, mis en ligne le 12 janvier 2016, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3859

Haut de page

Auteur

Françoise Ugochukwu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org