Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Nicolaisen Ida, 2010, Elusive hunters: The Haddad of Kanem and the Bahr El Ghazal

Aarhus, Aarhus University Press
Catherine Baroin
p. 248-250
Référence(s) :

Nicolaisen Ida, 2010, Elusive hunters: The Haddad of Kanem and the Bahr El Ghazal, Aarhus, Aarhus University Press, 522 p.

Texte intégral

1Ida Nicolaisen, veuve de Johannes Nicolaisen, est elle-même ethnologue spécialiste de Bornéo. Elle était nouvelle venue en Afrique lorsqu’elle a accompagné son mari dans une mission de deux mois et demi au Tchad, de la mi-juillet à la fin septembre 1963, au Kanem et au Bahr El Ghazal. C’était une mission de reconnaissance chez les forgerons chasseurs de cette zone, qui dépendent des Kanembou et des Kréda.

2Ces deux groupes, les Kanembou et les Kréda, relèvent, rappelons-le, de cultures très différentes. Les Kanembou (habitants du Kanem) sont des cultivateurs, historiquement et socialement proches des Kanouri de la province et ancien royaume du Bornou, au nord-est du Nigeria. Les Kréda au contraire sont des éleveurs qui relèvent du vaste ensemble pastoral des Teda-Daza ou Toubou, qui occupent un quart du Sahara au nord du lac Tchad.

3Le projet du couple Nicolaisen était de poursuivre ultérieurement ces premières recherches auprès de populations très mal connues, mais il n’a pu aboutir pour cause d’insécurité. Près de cinquante ans plus tard, compte tenu de la rareté des informations disponibles sur ces populations de chasseurs, Ida Nicolaisen publie les notes de cette mission et nous livre un superbe ouvrage. Somptueusement édité grâce à la Fondation Carlsberg, il est aussi magnifiquement illustré de nombreuses photographies, dont beaucoup ont été prises par l’auteur lors de cette mission. Elles constituent à elles seules, aujourd’hui, des documents historiques et ethnographiques exceptionnels.

4Le travail éditorial est très soigné. L’auteur prend le soin de situer ces chasseurs tchadiens dans un contexte historique, géographique et anthropologique beaucoup plus large, en s’appuyant sur une bonne culture anthropologique et une copieuse bibliographie. Les notes de la mission en effet, en raison de sa brièveté, portent surtout sur la culture matérielle. Mais Ida Nicolaisen ne veut pas se limiter à ses propres notes et observations (et celles de feu son mari Johannes). Elle donne de ces chasseurs une présentation plus complète, en citant parfois un peu trop longuement de nombreux travaux d’auteurs anciens ou plus récents. Cette compilation est bien faite, mais ce sont les observations directes des deux voyageurs qui donnent à l’ouvrage toute sa valeur. Ces dernières sont très riches, et extrêmement précises pour ce qui concerne les objets et les techniques. Un copieux catalogue d’objets rapportés figure en fin de volume, ainsi que des index très complets et un long résumé en français (p. 465-486).

5Il ressort très clairement de cet ouvrage que les deux groupes de « chasseurs insaisissables », décrits et présentés ensemble, sont en fait extrêmement différents. Ils se distinguent, en effet, dans tous les domaines : langue, culture matérielle, mode de vie, situation sociale, mentalités, jusqu’au type de chasse pratiqué : chasse à l’arc pour les Kanembou, avec parfois des leurres (qui ornent la couverture de l’ouvrage), chasse au filet pour les Kréda. Certes, ces deux communautés partagent le même statut, celui de forgeron, mais pour autant ces « forgerons » ne travaillent pas le fer, sauf en ville. Les « forgerons » des Kanembou sont en fait des cultivateurs, relativement libres. Ils sont les seuls à pratiquer la chasse à l’arc, avec des flèches empoisonnées. Ils sont redoutés pour cette spécialité, qui leur a permis de résister aux multiples invasions dont le Kanem a été historiquement le théâtre. De ce fait, leur situation sociale lors des enquêtes était plutôt meilleure que celle des « forgerons » des Kréda, qui ne pouvaient se défendre eux-mêmes et n’avaient que leurs maîtres pour les protéger.

6Le couple Nicolaisen a en effet constaté, en 1963, que les « forgerons » des Kréda étaient strictement inféodés à leurs maîtres pasteurs qu’ils suivaient dans leurs déplacements. Les liens d’allégeance se traduisent très explicitement dans la position de la tente du « forgeron », située derrière celle de son maître. Ces « forgerons » n’ont pas accès à l’élevage. Chasseurs, cueilleurs et artisans, ils dépendent largement pour leur alimentation de la récolte des céréales sauvages. Ils pratiquent un seul type de chasse, la chasse au filet, avec divers filets selon le type d’animal chassé. Ces chasseurs, dont on ne sait s’ils existent encore (ce qui rend ce témoignage d’autant plus précieux), étaient déjà menacés à l’époque par la raréfaction de la faune et l’interdiction de la chasse au filet. L’auteur a perçu chez eux « a sense of social despair…which took the form of virtual muteness » (p. 41). Ils étaient abasourdis de l’intérêt qui leur était manifesté. Avec la même finesse, Ida Nicolaisen note aussi le contraste entre l’atmosphère amicale des campements de « forgerons » kréda, et l’ambiance très tendue des campements kréda (pp. 141-142). Elle souligne l’importance de la magie chez les chasseurs kanembou, alors que cette préoccupation est absente chez les chasseurs kréda (p. 272).

7En dépit de ces excellents passages, le manque d’une familiarité longue avec le terrain, lié à la rapidité de l’enquête, a entraîné quelques erreurs qu’il y a lieu de souligner. On lit ainsi, p. 179: « Kreda women make beautiful milch bowls of coiled basketry ». Les femmes kréda utilisent, certes, ces récipients de vannerie spiralée-cousue, mais il est probable qu’elles ne les confectionnent pas elles- mêmes. Cet artisanat, à ma connaissance, est réservé aux femmes de « forgerons ».

8Une autre erreur plus gênante (p. 193) est reprise d’un ouvrage de Kronenberg (Die Teda von Tibesti, 1958). Selon ce dernier, au Tibesti les forgerons musiciens accompagnent leur chant d’un tambour appelé kidi (chien). L’assertion est renforcée, d’après Kronenberg, par l’idée que les forgerons du Tibesti chercheraient çà et là leur nourriture, comme des chiens. Or ce sont deux mots différents qui désignent le tambour et le chien. Ils diffèrent par les tons, la langue des Toubou étant une langue à tons comme semble l’ignorer Kronenberg. D’ailleurs même dans nos langues d’Europe, l’homonymie n’implique pas la synonymie, et il fallait être plus circonspect avant de faire un tel rapprochement. À défaut de connaître la prononciation de ces mots, Ida Nicolaisen aurait pu se référer aux travaux de Monique Brandily, ethnomusicologue spécialiste du Tibesti qu’elle cite dans sa bibliographie, et qui n’a jamais fait un tel rapprochement. Autre source qu’elle aurait pu consulter, le Dictionnaire Ethnographique Teda de Charles Le Cœur, où ces deux mots sont orthographiés différemment (1950, p. 123-124). Il s’agit d’un détail certes, mais il est d’autant plus regrettable que cette confusion alimente encore davantage le mépris dont les « forgerons » sont l’objet.

9Mentionnons une autre erreur liée également à la méconnaissance de la langue : Ida Nicolaisen donne des indications extrêmement précises sur le montage de la tente de nattes, ce qui est très appréciable, mais elle se trompe sur le sens du mot yegé. Celui-ci désigne la tente et non la natte. Par exemple l’expression yegé tcheredé (p. 312) désigne l’arrière de la tente, et non la natte arrière. Le nom de la natte est kowe chez les Daza, koowe au Tibesti selon Le Cœur (1950, p. 125).

10Une petite incohérence, pour finir, apparaît p. 179 où il est indiqué : « milking is never left to the Haddad », alors que la photographie en vis-à-vis, p. 178, montre un jeune « forgeron » en train de traire. Que faut-il croire, la photographie ou le texte ?

11Ces petits détails, toutefois, sont peu de chose au regard de la qualité générale de l’ouvrage et de son agrément. Il comble un grand vide dans la connaissance des populations de cette région du bassin tchadien, et décrit certains modes de vie qui ont probablement disparu aujourd’hui. Il regorge de descriptions minutieuses et d’informations précieuses. On y sent l’expérience vécue, qui débouche ici et là sur des évocations poétiques. Ida Nicolaisen exprime avec sensibilité le plaisir de voyager à dos de chameau, à travers les pâturages verdoyants et la « vibrant life » du Kanem, au milieu des acacias en fleur et de l’« exuberant bird wildlife » (p. 45). Certains passages sonnent avec une particulière justesse, comme celui où elle décrit son moment préféré de la journée chez les Kréda. C’est la fin de l’après-midi, lorsque la chaleur diminue, et que le campement s’anime avant la nuit (p. 297). Le lecteur qui a connu le charme de la vie pastorale au Sahel est saisi de nostalgie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Baroin, « Nicolaisen Ida, 2010, Elusive hunters: The Haddad of Kanem and the Bahr El Ghazal », Journal des africanistes, 81-1 | 2011, 248-250.

Référence électronique

Catherine Baroin, « Nicolaisen Ida, 2010, Elusive hunters: The Haddad of Kanem and the Bahr El Ghazal », Journal des africanistes [En ligne], 81-1 | 2011, mis en ligne le 11 janvier 2016, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3855

Haut de page

Auteur

Catherine Baroin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org