Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Ndoye Tidiane, 2009, La société sénégalaise face au paludisme. Politiques, savoirs et acteurs

Dakar - Paris, Crepos & Karthala
Josiane Carine Tantchou et Tidiane Ndoye
p. 245-247
Référence(s) :

Ndoye Tidiane, 2009, La société sénégalaise face au paludisme. Politiques, savoirs et acteurs, Dakar - Paris, Crepos & Karthala, 312 p.

Texte intégral

1Le paludisme serait responsable d’un décès toutes les trente secondes, et dans neuf cas sur dix en Afrique subsaharienne où on enregistre chaque année un million de décès. Pourtant, la maladie reste relativement « négligée » (entre autres en terme de traitement), même si la mobilisation internationale s’est intensifiée ces dernières années. C’est cette situation, jugée paradoxale, qui a retenu l’attention de l’auteur. Tidiane Ndoye se propose d’aller au-delà des questions d’environnement, de pauvreté, d’accès aux soins, afin interroger la mise en place d’une stratégie pour maîtriser cette pathologie, en analysant le fonctionnement du système de santé, celui des groupes professionnels et les « comportements sociaux » au travail. Ndoye pose comme hypothèse générale que le succès de la prise en charge d’une pathologie comme le paludisme, relève d’une série d’interprétations des normes par les soignants, de la négociation des contraintes aux niveaux professionnel et social.

2L’étude voudrait dès lors décrire, et analyser les bricolages d’acteurs pris entre des contraintes, enjeux et stratégies à l’œuvre dans la prise en charge d’une maladie considérée comme « banale ».

3L’ouvrage est structuré en quatre parties. Dans la première partie, l’auteur présente le cadre théorique, la méthodologie employée pour le recueil des données et un développement autour des politiques de santé mises en œuvre pour lutter contre le paludisme au Sénégal. On relève ainsi trois principales périodes depuis le milieu du XXe. Tout d’abord, celle dominée par une perspective d’éradication, avec des politiques de lutte menée à grande échelle dont le constat d’échec a été officialisé dès 1969. La deuxième phase mettra l’accent sur le « contrôle », avec une priorité accordée aux mesures préventives. Avec l’apparition de résistances aux prophylaxies, commencera alors une troisième phase qui se focalisera sur les traitements, le contrôle de la sensibilité des molécules, et le développement de multi thérapies pour pallier les résistances.

4La deuxième partie de l’ouvrage s’intéresse à la prise en charge du paludisme par les populations. Nommé sibiru en Wolof, le terme « feebar » lui est souvent adjoint, pour désigner de façon générique la maladie et semble être une déformation du terme anglais fever. Mais sibiru, n’est pas simplement la réalité biologique qui est objectivée par un diagnostic clinique. Sibiru s’étend à toutes les maladies qui du point de vue des symptômes, sont comparables au paludisme. Il annonce une maladie, il constitue la porte d’entrée à travers laquelle survient l’affaiblissement du corps par les fièvres, les vomissements, les fatigues, les sueurs, les frissons, etc. Sibiru se rapporte aussi à des symptômes ordinaires, telles les douleurs qu’on cherche sous-estimer, ou un état de santé qu’on voudrait dissimuler (début de grossesse, début de maladie grave ou ayant une connotation négative au sein de la société). Sibiru désigne enfin les premiers moments d’une maladie appelée à s’aggraver. Plusieurs causes lui sont associées : les moustiques, les bains sous la pluie, l’exposition au soleil, les bains du soir, le vent, les eaux stagnantes, etc. En l’absence de tout diagnostic clinique, certains symptômes feront penser à la maladie : céphalées, fièvre, sueurs, vomissements, etc. L’auteur note alors deux formes de réaction : le fatalisme, à l’origine d’un certain attentisme ; ou l’automédication à base de comprimés et de plantes. Ndoye souligne que, dans leur quête de thérapie, les malades cherchent à éviter les structures de santé et leurs soignants, du fait d’expériences traumatisantes.

5La troisième partie de l’ouvrage apporte quelques éclairages quant à ces expériences traumatisantes, en analysant les interactions entre les malades et les prestataires de soins, au sein des structures de santé. Il note que ces interactions marquées par des rapports de pouvoir très inégaux, sont teintés de tensions et de violence. Une des causes majeures serait le temps d’attente des patients, à toutes les étapes de leur trajectoire au sein des services de santé. Ce temps d’attente serait lui- même la résultante du manque de ponctualité, de l’absentéisme des soignants, auxquels se joignent d’autres facteurs (visites des amis collègues et connaissances, passe-droits, achats de divers produits, etc.). Un autre point de tension concerne l’interprétation de leurs symptômes par les patients. On rencontre rarement, indique l’auteur, un malade qui n’a pas une idée, voire une conviction quant à ce qui lui arrive. De la sorte, dès que les signes les plus fréquents apparaissent, elles parlent de Sibiru. Ainsi, arrivent-elles à l’hôpital avec la conviction d’être atteintes de ce mal, ce qui tend à agacer certains praticiens. La tension patients-prestataires est enfin due à l’implication des soignants les moins qualifiés dans la prise en charge des patients. Ne disposant pas nécessairement d’arguments pour expliquer leurs pratiques, ceux-ci adopteraient en guise de stratégie d’autoprotection une mise à l’écart des malades, instituant une distance qui ne permet pas d’évaluer leur niveau de compétence. Pourtant, les malades ont leurs idées à propos de ce que doit être une bonne structure de santé et un bon soignant. Il s’agit d’un ensemble d’expectatives par rapport à des actes de soins (avec le toucher, l’utilisation d’outils de diagnostics, etc.), à des explications de la maladie, à des conseils. Or, la standardisation des prescriptions en matière de paludisme induit une routinisation des procédures. On débouche alors sur des situations d’incompréhensions pouvant raviver les tensions, entraîner une mauvaise interprétation des recommandations des soignants, des mauvaises prises de médicaments, rechutes, etc.

  • 1 Massé, R., 1995, Culture et santé publique : les contributions de l’anthropologie à la prévention e (...)

6La dernière partie de l’ouvrage examine les logiques déployées par les acteurs face à des politiques de santé changeantes. L’auteur y confronte les soignants aux normes et innovations liées aux protocoles de prise en charge des patients. Il relève que ces innovations ne sont nullement instituées au sein d’une « cruche vide », reprenant ici l’expression de R. Massé (1995)1, qui n’attend que de les recevoir. Les conservatismes du milieu, les réalités intrinsèques dues à son histoire, son évolution, ses insuffisances actuelles, rendent les changements difficiles. L’auteur nous présente des soignants négociant les normes au quotidien, en s’en éloignant souvent au point de franchir les limites de ce qui est acceptable (le brancardier qui effectue des prélèvements de sang par exemple). Parce qu’il est banalisé, le paludisme illustrerait, d’après T. Ndoye ces écarts aux normes, tout en offrant des grilles d’explications à la « légitimation » de tels écarts.

  • 2 Crozier, M. & E. Friedberg, 1977, L’acteur et le système, Paris, Seuil.

7Le travail de Tidiane Ndoye constitue une contribution supplémentaire à l’analyse, sinon des systèmes de santé en Afrique subsaharienne, du moins des interactions entre soignants et soignés, selon une problématique privilégiant les logiques d’acteurs et donc largement inspirée de Crozier et Friedberg (1977)2. L’originalité de la démarche tient au choix du paludisme comme objet empirique, pour procéder à l’analyse, perspective encore insuffisamment traité par les sciences sociales en France, mais déjà largement abordé par les auteurs anglo-saxons. Cependant, les analyses proposées embrassent le plus souvent le système de santé dans sa globalité. Si cela permet de relever des éléments contextuels importants, l’objet paludisme, lui, se dissout. Le choix de s’intéresser aux acteurs pour arriver à comprendre entre autres, les raisons de la « banalisation » de paludisme reste pertinent. Sauf qu’au terme de la lecture de l’ouvrage, la question reste posée : comment expliquer la « banalisation paradoxale » de ce tueur en série, pour employer les termes de l’auteur ? Le chantier est donc encore ouvert, tant du côté des soignants, que de celui des patients, et on attend toujours une analyse articulant les éléments historiques, les évolutions macros et micros locales, pour affiner les réflexions et approfondir les grilles d’analyses.

Haut de page

Notes

1 Massé, R., 1995, Culture et santé publique : les contributions de l’anthropologie à la prévention et à la promotion de la santé, Montréal, Gaëtan Morin.

2 Crozier, M. & E. Friedberg, 1977, L’acteur et le système, Paris, Seuil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Josiane Carine Tantchou et Tidiane Ndoye, « Ndoye Tidiane, 2009, La société sénégalaise face au paludisme. Politiques, savoirs et acteurs », Journal des africanistes, 81-1 | 2011, 245-247.

Référence électronique

Josiane Carine Tantchou et Tidiane Ndoye, « Ndoye Tidiane, 2009, La société sénégalaise face au paludisme. Politiques, savoirs et acteurs », Journal des africanistes [En ligne], 81-1 | 2011, mis en ligne le 11 janvier 2016, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3851

Haut de page

Auteurs

Josiane Carine Tantchou

Articles du même auteur

Tidiane Ndoye

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org