Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Ndaywe E Nziem Isidore et Mudimbe-Boyi, Elisabeth, 2009, Images, mémoires et savoirs - Une histoire en partage avec Bogumil Koss Jewsiewicki

Paris, Karthala
Marie-Aude Fouéré
p. 243-245
Référence(s) :

Ndaywel E Nziem Isidore et Mudimbe-Boyi, Elisabeth, 2009, Images, mémoires et savoirs - Une histoire en partage avec Bogumil Koss Jewsiewicki, Paris, Karthala, 828 p.

Texte intégral

  • 1 Voir l’ouvrage fondateur de Pierre Nora (Les lieux de mémoire, 1984), qui rédige ici la préface à l (...)
  • 2 Sur l’usage du concept de « lieu de mémoire » en Afrique, voir aussi Henri Moniot, « Faire du Nora (...)
  • 3 Christine Deslaurier & Dominique Juhé-Beaulaton, Afrique, terre d’histoire. Au cœur de la recherche (...)

1Comme son sous-titre l’indique, l’ouvrage collectif Images, mémoires et savoirs est un hommage à l’historien et anthropologue Bogumil Koss Jewsiewicki. Hommage d’anciens étudiants à un enseignant passionné dont la longue carrière débute comme jeune coopérant polonais au Congo en 1968 et se poursuit à l’Université de Laval au Québec dès 1976 ; hommage de collègues et amis à un intellectuel insatiable, ouvert à différentes aires culturelles (Afrique, Europe et Amérique du Nord), à des domaines de recherche variés (l’histoire socioéconomique de l’Afrique, l’historiographie africaine et africaniste, les cultures urbaines du Congo, les mémoires populaires et les enjeux de repentance et de réparation, la construction identitaire de la jeunesse), à des approches novatrices ; hommage enfin de chercheurs qui, inspirés par sa manière d’exporter la problématique des « lieux de mémoire »1 hors de l’espace de pensées français qui l’a produit2 et de l’élargir à des objets considérés comme atypiques, travaillent sur les mémoires incorporées dans les corps, les artefacts ou les pratiques sociales et culturelles plutôt que sur les mémoires verbalisées. L’exercice de l’hommage n’est guère fréquent lorsqu’il concerne un chercheur toujours en activité, bien qu’il ne soit pas totalement inédit comme l’a montré le récent florilège paru en hommage à l’œuvre de l’historien Jean-Pierre Chrétien3. Le large panel d’historiens, d’anthropologues, de sociologues réunis ici témoignent donc de l’influence intellectuelle de Bogumil Jewsiewicki, aujourd’hui titulaire de la Chaire de recherche du Canada en histoire comparée de la mémoire à l’Université de Laval, ainsi que de l’estime et de la sympathie dont il est l’objet.

  • 4 Sur la « distorsion du classement » des encyclopédies chinoises exotisées, voir le commentaire de M (...)

2Dès l’introduction, les coordinateurs de l’ouvrage, Isidore Ndaywel è Nziem (professeur en histoire à l’Université de Kinshasa au Congo) et Elisabeth Mudimbe- Boyi (professeur de littérature à l’Université de Stanford aux États-Unis) cherchent à désamorcer les critiques qui pourraient porter sur le caractère hétéroclite de cet ensemble de textes, soulignant que la « diversité des contributions rassemblées dans ce volume n’empêche pas son unité » (p. 7). Cette unité dans la diversité, qui fait de ce recueil un ouvrage-patchwork, serait à l’image de la personnalité et du parcours intellectuel de Bogumil Jewsiewicki : varié, labile, mouvant. Une œuvre dont la marque de fabrique prend corps dans la diversité thématique et le croisement disciplinaire. Images, mémoires et savoirs, telle une encyclopédie taxinomique orientale déroutante4 où ce n’est pas la cohérence de l’agencement interne ni l’homogénéité des catégories discutées qui prime, doit donc se lire au gré des intérêts qui animent le lecteur en offrant à celui-ci la possibilité de raffermir ses savoirs ou de puiser de nouvelles inspirations. Et ce ne sont pas les thèmes qui manquent dans un ensemble qui compte 38 contributions thématiques, sans inclure la préface, l’introduction et la dernière partie de type biographique. Des dynamiques politiques et économiques du continent aux populations africaines en subalternité, de la violence au religieux, de l’iconographie populaire à l’art, de la discipline historique à la mémoire en mots, en pratiques et en musées : ce florilège de contributions, auxquelles on ne peut rendre pleinement justice en quelques lignes, abordent de nombreuses grandes thématiques des sciences sociales. Certes, les critères de classement des contributions paraissent capricieux, dans ce mélange divisé en cinq parties où les quatre parties thématiques (« Objets et regards », « Images et discours », « Territoires et identités », « Du Congo belge au Congo démocratique : une trajectoire africaine en question ») se chevauchent bien souvent. Mais l’objectif d’ensemble est manifeste : revisiter les paradigmes africanistes classiques à l’aune des postures scientifiques contemporaines ; repenser la mémoire, support d’identité, au regard des images et des objets dans lesquels elle se fixe ; enfin, évoquer les dures réalités sociopolitiques et économiques du Congo, terrain de prédilection de Bogumil Jewsiewicki, pour démêler les rapports entre passé et présent. Au sein de cet ensemble foisonnant, les textes de Catherine Coquery-Vidrovitch sur la construction de l’Etat en Afrique, de Jean-Pierre Chrétien sur les paysanneries africaines, et de Laurier Turgeon sur l’évolution des paradigmes dans l’étude de la culture matérielle, offrent des points de repère théoriques importants. Le thème de la mémoire est illustré avec originalité dans les textes de Pierre Petit et Violaine Sizaine sur les objets du quotidien à Lubumbashi et d’Alain Tirefort sur les cartes postales en Côte-d’Ivoire. L’ensemble des articles consacrés au Congo belge / République Démocratique du Congo offrent un riche panorama historique, politique et économique au cœur duquel se décline le thème la violence, comme en témoignent par exemple la contribution d’Isidore Ndaywel è Nziem sur les liens entre exploitation minière et violence politique, et celle de Kasereka Kavwahirehi sur l’idiome de l’authenticité. Enfin, s’ils paraissent en relatif décalage avec les thèmes centraux traités dans l’ouvrage, les études littéraires incluses dans ce numéro, notamment les séduisants articles de Katell Colin sur l’œuvre d’Edouard Glissant et d’Elisabeth Mudimbe-Boyi sur les textes de l’écrivaine Marie Chauvet, sont riches d’enseignement pour penser la construction des identités et des subjectivités.

  • 5 Christine Deslaurier, « Intinéraire bio-bibliographique d’un historien », in C. Deslaurier & D. Juh (...)

3Si, dans la cinquième et dernière partie de l’ouvrage (« Bogumil Koss Jewsiewicki : l’homme et l’œuvre »), la contribution de Martin Kalulambi Pongo retrace brillamment l’itinéraire intellectuel de Jewiewicki en le replaçant dans celui des grands paradigmes qui traversent les sciences sociales, on regrette l’absence d’une authentique bio-bibliographie qui, à l’image de ce que l’on trouve sous la plume de l’historienne Christine Deslaurier5 dans le mélange en l’honneur de Jean-Pierre Chrétien, aurait conjugué la présentation de l’itinéraire de recherche de Bogumil Jewsiewicki à une bibliographie aussi exhaustive que possible récapitulant ses publications abondantes. Curieux, le lecteur aurait aussi aimé savoir avec plus de précision quels liens attachaient chacun des contributeurs à Bogumil Jewsiewicki. Enfin, on note avec regret que plusieurs traductions manquent de soin, parfois au point de gêner la compréhension, et l’on aurait souhaité que la maison d’édition se montre plus soucieuse d’offrir des textes sans coquilles – elles abondent par endroit, même dans les noms propres – et à la typographie impeccable. Malgré ce manque de soin dans l’édition, et malgré des textes d’inégale facture, on se laisse agréablement surprendre par un ouvrage riche contenant un nombre important de textes solides qui offrent matière à penser.

Haut de page

Notes

1 Voir l’ouvrage fondateur de Pierre Nora (Les lieux de mémoire, 1984), qui rédige ici la préface à l’ouvrage.

2 Sur l’usage du concept de « lieu de mémoire » en Afrique, voir aussi Henri Moniot, « Faire du Nora sous les tropiques ? », in J.-P. Chrétien & J.-L. Triaud, Histoire d’Afrique. Les enjeux de mémoire, Paris, Karthala, 1999, p. 13-26.

3 Christine Deslaurier & Dominique Juhé-Beaulaton, Afrique, terre d’histoire. Au cœur de la recherche avec Jean-Pierre Chrétien, Paris, Karthala, 2007.

4 Sur la « distorsion du classement » des encyclopédies chinoises exotisées, voir le commentaire de Michel Foucault dans Les mots et les choses. Une archéologie des sciences humaines, Paris, Gallimard, 1966, p. 7-11 du texte de Jorge Luis Borges, « La langue analytique de John Wilkins », Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1993 [1942].

5 Christine Deslaurier, « Intinéraire bio-bibliographique d’un historien », in C. Deslaurier & D. Juhé-Beaulaton, op. cit., p. 643-679.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Aude Fouéré, « Ndaywe E Nziem Isidore et Mudimbe-Boyi, Elisabeth, 2009, Images, mémoires et savoirs - Une histoire en partage avec Bogumil Koss Jewsiewicki », Journal des africanistes, 81-1 | 2011, 243-245.

Référence électronique

Marie-Aude Fouéré, « Ndaywe E Nziem Isidore et Mudimbe-Boyi, Elisabeth, 2009, Images, mémoires et savoirs - Une histoire en partage avec Bogumil Koss Jewsiewicki », Journal des africanistes [En ligne], 81-1 | 2011, mis en ligne le 11 janvier 2016, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3848

Haut de page

Auteur

Marie-Aude Fouéré

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org