Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Morgen Curt von, 2009, À travers le Cameroun du sud au nord. Voyages et explorations dans l’arrière-pays de 1889 à 1891, Tome I et II

Paris, L’Harmattan, Coll. Racines du présent, Traduction, présentation, commentaires bibliographie et index de Philippe Laburthe- Tolra
Catherine Baroin
p. 242-243
Référence(s) :

Morgen Curt von, 2009, A travers le Cameroun du sud au nord. Voyages et explorations dans l’arrière-pays de 1889 à 1891, Tome I et II, Paris, L’Harmattan, Coll. Racines du présent, Traduction, présentation, commentaires bibliographie et index de Philippe Laburthe- Tolra, 375 p. et 216 p.

Texte intégral

1C’était sans conteste œuvre utile que d’avoir traduit et publié en français ce vieux récit de voyage du Lieutenant allemand Curt von Morgen, publié il y a plus d’un siècle en allemand. Mais ce que le traducteur Philippe Laburthe-Tolra et l’éditeur L’Harmattan s’abstiennent bien d’indiquer, c’est que l’édition française de ce texte n’est pas nouvelle. C’est la troisième, et il est d’autant plus choquant qu’ils ne l’aient pas mentionné que ce volume est un simple reprint du même livre publié au Cameroun en 1972 par les Archives d’Histoire et de Sociologie de Yaoundé. De l’édition originale, seule manque l’excellente carte en fin de volume. Elle était pourtant indispensable pour un ouvrage de cette nature, et elle est d’ailleurs mentionnée dans le texte de cette nouvelle édition. Mais comme elle est de grande dimension dans l’ouvrage de 1972, l’éditeur l’a jugée sans doute trop onéreuse à reproduire. Cette réédition ne mentionne pas davantage une seconde version antérieure du récit de Morgen, beaucoup plus détaillée, parue en 1982 à Paris aux éditions Serge Fleury (Publications de la Sorbonne). Le texte en est plus long, mais le titre est le même, et un minimum d’honnêteté intellectuelle aurait impliqué de la signaler également.

2Quoi qu’il en soit, il reste que le témoignage de Morgen est d’autant plus précieux qu’il fut le premier européen à s’enfoncer dans l’arrière-pays camerounais depuis Douala jusque vers l’Adamaoua, avant de redescendre vers la côte via la Bénoué et le Niger. De ce périple impressionnant, il narre les difficultés et livre à l’état brut ses observations, ses réflexions. Apparaissent souvent aussi ses préjugés face aux autochtones, mais c’est l’état d’esprit d’une époque qu’il traduit ainsi, car il ne manque pas à l’occasion d’en dénoncer certains.

  • 1 Sahlins, Marshall, 1974, Stone Age Economics, London, Tavistock.

3La nature africaine, surtout, suscite son émerveillement, avec sa flore luxuriante et sa faune extraordinairement riche. Tout pousse à merveille, et quelques mois de culture sur des espaces limités suffisent pour se nourrir toute l’année : à cet égard les descriptions de Morgen renvoient à l’âge d’abondance évoqué par Sahlins1. Dans la nature sauvage, ce ne sont qu’hippopotames et éléphants innombrables dont les effectifs pourtant, comme le pressent l’auteur, sont voués à décliner avec la diffusion des armes à feu. Le commerce de l’ivoire est omniprésent. L’auteur, qui apprécie en chemin les possibilités d’exploitation qu’offre ce pays de cocagne et qui s’intéresse donc aussi à l’ivoire, dont il reçoit d’importants cadeaux, en souligne les fortes différences de prix le long des routes commerciales. Ces prix sont plus élevés, bien entendu, à mesure qu’on s’éloigne des lieux de production et que les voies de communication deviennent plus faciles. Ce commerce, comme celui des autres denrées, est déjà largement monopolisé par des communautés de marchands haoussa implantées auprès des chefferies.

4Face à ces diverses chefferies et principautés guerrières, animistes au sud, musulmanes au nord, qu’il trouve sur sa route et décrit, le Blanc s’impose moins par son indéniable courage que par la supériorité de ses armes. Elle stupéfie ses adversaires et lui occasionne des amitiés très tactiques. Car le monde qu’il traverse est avant tout un monde guerrier, où chacun s’occupe d’abord à dominer son ou ses voisins. L’auteur termine son ouvrage par un bilan des diverses richesses offertes par le pays et du parti que l’Allemagne pourrait en tirer. Ce témoignage historique est d’un indéniable intérêt. Mais on ne peut qu’inviter le lecteur à consulter plutôt les versions antérieures de 1972 ou de 1982, car la déplorable qualité du papier choisi par ce dernier éditeur a fortement mis à mal la beauté des dessins des premières éditions.

Haut de page

Notes

1 Sahlins, Marshall, 1974, Stone Age Economics, London, Tavistock.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Baroin, « Morgen Curt von, 2009, À travers le Cameroun du sud au nord. Voyages et explorations dans l’arrière-pays de 1889 à 1891, Tome I et II », Journal des africanistes, 81-1 | 2011, 242-243.

Référence électronique

Catherine Baroin, « Morgen Curt von, 2009, À travers le Cameroun du sud au nord. Voyages et explorations dans l’arrière-pays de 1889 à 1891, Tome I et II », Journal des africanistes [En ligne], 81-1 | 2011, mis en ligne le 11 janvier 2016, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3846

Haut de page

Auteur

Catherine Baroin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org