Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Mommersteeg Geert, 2009, Dans la cité des marabouts. Djenné, Mali

Brinon-sur-Sauldre, Ed. Grandvaux
Catherine Vaudour
p. 240-242
Référence(s) :

Mommersteeg Geert, 2009, Dans la cité des marabouts. Djenné, Mali, Brinon-sur-Sauldre, Ed. Grandvaux, 212 p. (Traduction française, revue et complétée, de la parution en néerlandais, 1998).

Texte intégral

1Dans la préface, l’anthropologue Constant Hamès rappelle qu’il y a très peu d’enquêtes et d’études sur les marabouts et en particulier sur leurs pratiques occultes. La pratique du "maraboutage" consistant à élaborer des amulettes et avoir recours à la divination devient un centre d’intérêt pour l’anthropologue Geert Mommersteeg quand il arrive en mission à Djenné en 1985. De fait, si « l’Islam est le même partout (…), le maraboutage c’est autre chose. Pour cela, l’endroit idéal c’est Djenné », comme lui précise son assistant et interprète Songhay Boubacar (p. 36). Le terme “maraboutage” est employé par l’auteur qui communique en français à Djenné.

2La ville de Djenné est caractérisée par son architecture de terre argileuse et sa grande mosquée. Elle a été un ancien centre traditionnel de l’enseignement islamique. Après l’indépendance du Mali (1960), Djenné n’a pas eu un essor économique et démographique comme d’autres villes ce qui expliquerait que le mouvement réformateur de l’Islam de la Wahhabiya d’Arabie Saoudite ne s’y est pas propagé.

3Le terme « marabout » qui se dit alfa en songhay , môdibo en peul , karamogo ou môri en bamana et môri en bozo , langues parlées à Djenné, désigne selon l’auteur un « homme de loi, enseignant, lettré », et toutes ces dénominations ont, précise-t-il, une « origine arabe » (p. 43).

4On distingue deux sortes de marabouts. Il y a ceux dont on dit qu’ils ont la "clarté" – bayanu, terme songhay dérivé de bayân signifiant « dévoiler ce qui est flou »–, reconnus et respectés par la collectivité, car ils contribuent au maintien de son épanouissement en enseignant le « chemin de Dieu » dans les écoles coraniques. L’apprentissage s’effectue en récitant et en recopiant sans faute les « paroles sacrées » (p. 57). En effet, « Il faut d’abord comprendre ce que signifie la religion, comment suivre le chemin de Dieu avant de chercher à comprendre le sens du Coran » (p. 61). Et il y a ceux qui possèdent le « secret » (siri) des connaissances : ils répondent à des motivations personnelles, et ils savent comment « demander à Dieu » pour satisfaire les requêtes de leurs clients au moyen d’amulettes et de la divination.

5La création d’une amulette nécessite une bonne connaissance des versets du Coran, de la numérologie (calcul de la valeur numérique des mots choisis) et du « bon moment » en utilisant les « heures planètes » adéquates. Le pouvoir de l’amulette réside dans l’usage de l’écriture coranique. L’écrit de l’amulette peut être un verset entier ou un seul mot. Il existe des mots spéciaux comme les quatre-vingt-dix-neuf noms de Dieu qui possèdent des pouvoirs particuliers. Mommersteeg recense trois dénominations d’amulettes en songhay qui correspondent à des besoins différents : alhidjaba, amulette protectrice pour les personnes et leurs habitats ; yer koy narey, signifiant « demander à Dieu », utilisée pour la guérison ou la réalisation d’un vœu et dabari, « préparer (un stratagème) » – jeter un sort par exemple. En ce qui concerne la divination, les marabouts se servent d’un « tableau de la géomancie » nommé turabu en songhay – dans la traduction française, l’emploi d’un « tableau géomantique » aurait été préférable à celui de « tableau de la géomancie » utilisé par l’auteur. Le terme turabu est dérivé du mot arabe turâb, « poussière, terre ou sol », car à l’origine la divination est une « écriture dans le sable » (khatt al- raml en arabe). Pour connaître le destin d’une personne, le marabout utilise le nom de celle-ci et celui de sa mère (ou à défaut celui d’ève). La valeur numérique des lettres des deux noms est ainsi calculée et divisée par douze. Le nombre qui en résulte renvoie à l’un des douze signes du zodiaque appelé buruj en arabe. L’apprentissage de ces pratiques est très long et tenu secret. Dans la religion islamique, le recours à la divination et à la magie est répréhensible car « Dieu seul connaît l’avenir », néanmoins, si la fabrication des amulettes et la magie thérapeutique définie comme protection spirituelle ruqya en arabe sont tolérées, « (…) la légitimité de la fabrication des amulettes a toujours été et reste, aujourd’hui encore, source de débat » (p. 125). Pour les Wahhabites, le port de l’amulette est strictement interdit.

6Les pratiques de type bayanu qui concernent l’enseignement du Coran s’effectuent le jour et celles de type siri, relatives aux amulettes et à la divination, la nuit. D’après l’auteur, la plupart des marabouts ont intégré les connaissances inhérentes à la polarité bayanu – siri et dans l’usage de ces pratiques, il semble difficile de les séparer car elles se « mêlent et se côtoient ». Dans les deux cas, le Coran y joue un rôle fondamental.

7Il est impossible de chiffrer le nombre de marabouts à Djenné car beaucoup d’hommes (il n’y a pas de femmes marabouts) ont des connaissances dans ce domaine. L’auteur s’en explique en soulignant : « Il n’existe pas de critères précis pour distinguer les “vrais marabouts” des autres » (p. 47). La pratique du « maraboutage » peut se révéler très lucrative.

8Les enquêtes de Mommersteeg ont débuté en 1985, son épilogue s’achève par un retour à Djenné en 2007, le temps d’une génération sépare ces deux dates et le constat de mutations semble inévitable...

9Le rythme et l’écriture de Mommersteeg confèrent un ton fluide et plaisant à la lecture de son livre. Ses recherches apportent un éclairage sur les pratiques occultes des marabouts qui, par principe, sont censées rester cachées. On mesure donc la difficulté à recueillir des données dans ce domaine et Mommersteeg évoque ses frustrations de n’avoir pas eu de témoignages sur l’enseignement et la transmission des pratiques secrètes de type siri. Dans ce sens, son récit favorise une réflexion sur l’expérience du terrain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Vaudour, « Mommersteeg Geert, 2009, Dans la cité des marabouts. Djenné, Mali », Journal des africanistes, 81-1 | 2011, 240-242.

Référence électronique

Catherine Vaudour, « Mommersteeg Geert, 2009, Dans la cité des marabouts. Djenné, Mali », Journal des africanistes [En ligne], 81-1 | 2011, mis en ligne le 11 janvier 2016, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3844

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org