Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Micheli Ilaria, 2007, Profilo grammaticale e vocabolario della lingua kulango (Côte d’Ivoire)

Napoli, Università degli studi di Napoli « L’orientale »
Elisa Fiorio
p. 238-240
Référence(s) :

Micheli Ilaria, 2007, Profilo grammaticale e vocabolario della lingua kulango (Côte d’Ivoire), Napoli, Università degli studi di Napoli « L’orientale », 377 p.

Texte intégral

1Ilaria Micheli est une jeune ethnolinguiste italienne spécialisée en langue kulango, classée par Greenberg et Manessy comme appartenant au groupe Gur- Voltaïque. Elle a séjourné onze mois en pays kulango (sous-préfecture de Nassian et ses environs), en apprenant la langue vernaculaire qu’elle parle ainsi couramment.

  • 1 Stefan Elders († 2007) de l’Université de Bayreuth travaillait sur un projet d’étude qui devait abo (...)

2Les locuteurs de cette langue sont aujourd’hui au nombre de 219 000 en Côte- d’Ivoire, et 261 500 locuteurs au total, si l’on comprend aussi ceux qui résident dans d’autres pays. D’après l’auteur, cette langue comprend trois variétés dialectales différentes : le dialecte de Bouna1 au nord, le dialecte de Bondoukou/Tanda au sud-ouest et le dialecte de la région de Nassian, décrit dans cet ouvrage.

3Le groupe kulango occupe un territoire situé au nord-est de la Côte-d’Ivoire, entre le fleuve Volta et le Comoé, entre les parallèles 7,12° et 9,25° de latitude nord. Cette population confine au nord et au nord-est avec les Lobi, les Lorhon et les Dagara (langues Gur) ; à l’ouest avec les Djimini (langue Senoufo) ; au sud-est avec les Nafana et les Degha/Mo (langues senoufo et gurunsi méridionale), et au sud, sud-ouest avec les Abron/Anyi (langues Volta-Comoé du groupe Kwa). La présence d’une carte aurait facilité la localisation du territoire kulango et des populations limitrophes.

4Après une introduction de huit pages où l’auteur présente la méthode de terrain utilisée et l’état de la recherche sur le kulango, l’œuvre débute par la description du système phonétique de cette langue (I, p. 19-28).

  • 2 Toutes les citations extraites de l’ouvrage de I. Micheli ont été traduites en français par l’auteu (...)

5En qualité d’ethnolinguiste, l’auteur souligne l’importance de l’analyse linguistique à partir de phrases directement recueillies sur le terrain et en situation d’énonciation. Il nous explique que la grammaire présentée dans cette œuvre n’a pas été construite de façon théorique, mais qu’elle présente plutôt des choix effectuées par ‘nécessité’ de terrain. Il insiste sur le fait que l’approche du linguiste qui, d’après lui, n’a « aucune compétence active et / ou passive de la langue étudiée », se base sur « des questionnaires spécifiques et sur la traduction fournie par des informateurs ou des interprètes de textes spontanés enregistrés » (p. 14)2 ; méthodologie que l’auteur ne sous-estime pas, mais qu’il a refusé de suivre.

  • 3 Les questionnaires grammaticaux ont été tirés du tome II (version anglaise) de L. Bouquiaux /J.M.C. (...)
  • 4 Commentaire de Paulette Roulon-Doko, LLACAN (UMR 8135 du CNRS).

6Il explique alors sa propre démarche scientifique : « La connaissance de la langue m’a rendue capable de juger, avec conscience, j’espère, de la qualité des phrases que je notais et recueillais au fur et à mesure, et puisque c’est un fait que les informateurs n’étaient pas toujours cohérents dans le choix de leurs expressions, il est prudent de ne pas se contenter de leurs premières versions de phrases et récits. Au bout d’un moment, j’ai moi aussi eu recours aux questionnaires3 spécifiques, mais pas dans le but de recueillir de nouvelles données, plutôt dans le but de réordonner et rendre claire ce que j’étais en train de faire » (p. 14). Il est inquiétant qu’un chercheur même s’il maîtrise bien la pratique d’une langue qui n’est pas sa langue maternelle, se considérer comme capable de juger de la qualité des phrases dans une langue africaine où la connaissance approfondie de la culture locale joue un rôle déterminant pour saisir le sens contextuel d’un mot, d’une phrase, d’une expression linguistique, en n’oubliant pas que « le sens d’une forme linguistique est défini par la totalité de ses usages (Benveniste, 1994, p. 346) ». Chaque forme linguistique porte des messages culturellement significatifs que seuls les locuteurs natifs peuvent nous permettre de comprendre. « Ce qui peut sembler ‘incohérent’ est le plus souvent le signe d’une conception spécifique à la logique de la langue étudiée qu’il faut décoder et non traiter comme une erreur. Le locuteur natif ne commet pas d’erreurs, il manifeste la langue dans sa réalité de production4 ».

7L’auteur traite ensuite, dans l’ordre : II « Le substantif et la morphologie nominal » (p. 29-71) ; III « Le verbe et la morphologie verbale » (p. 72-98) ; IV « La syntaxe de la phrase simple » (p. 99-121) ; V « la syntaxe de la période » (p. 121-132) ; viennent ensuite, en Appendice A « liste complète des genres des substantifs Kulango » (p. 133-146) ; en Appendice B « Langue en contact et emprunts dans le Kulango de Nassian » (p. 147-148) ; en Appendice C « Le système onomastique Kulango » (p. 149-152) ; enfin le chapitre VI Bibliographie (p. 153-156). Comme l’auteur a tenu à nous signaler dans son introduction que « cette grammaire est une première description simple et accessible même pour un non-spécialiste de la langue kulango » (p. 14), il me parait important de signaler qu’un mot-à-mot plus rigoureux aurai rendu plus aisé la compréhension de certaines phrases et leur analyse grammaticale. Enfin, il arrive souvent de trouver l’explication d’un élément de la phrase citée en exemple trop loin dans le paragraphe ou même dans le paragraphe suivant.

8Pour conclure, un dictionnaire Kulango-Français (p. 157-377) clôture ce travail. Il regroupe plus de 1 400 entrées, dont 800 ont été recueillies par les pères missionnaires de la Società delle Missioni Africane (SMA) qui, depuis quinze ans, travaillent dans le pays kulango. Naturellement, comme le souligne l’auteur, toutes ces données ont été soigneusement vérifiées sur le terrain et ensuite « élargies quantitativement que qualitativement » (p. 16). Si l’on peut regretter qu’il n’y ait pas une traduction italienne, il est important de signaler que ce dictionnaire est en Kulango-Français par une « demande explicite des pères missionnaires » (p. 16) et qu’il conserve, comme tout le reste du travail, les conventions graphiques adoptées par les pères missionnaires de la zone. Ces conventions diffèrent un peu de l’API Afrique (D. Westermann). Comme le souligne l’auteur, ce choix a été fait pour en rendre plus aisée la lecture par les missionnaires et les Kulango alphabétisés, déjà habitués à cette graphie originale. Mais, l’auteur reconnaît que ce choix entraîne l’absence de notation des tons distinctifs (trois en Kulango) sur le sujet et le verbe kulango ; tons distinctifs qui seront, par contre, bien signalés sur les sujets et les verbes des phrases citées en exemple dans la grammaire.

9Ce travail est, dans l’ensemble, une première présentation linguistique pour tous ceux qui seront amenés à approcher, d’une façon ou d’une autre, une langue à tradition orale comme le Kulango.

Haut de page

Notes

1 Stefan Elders († 2007) de l’Université de Bayreuth travaillait sur un projet d’étude qui devait aboutir à une description du Kulango de Bouna.

2 Toutes les citations extraites de l’ouvrage de I. Micheli ont été traduites en français par l’auteur du compte-rendu.

3 Les questionnaires grammaticaux ont été tirés du tome II (version anglaise) de L. Bouquiaux /J.M.C. Thomas, 1992, Studying and Describing Unwritten Languages, Dallas, Summer Institute of Linguistics.

4 Commentaire de Paulette Roulon-Doko, LLACAN (UMR 8135 du CNRS).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elisa Fiorio, « Micheli Ilaria, 2007, Profilo grammaticale e vocabolario della lingua kulango (Côte d’Ivoire) », Journal des africanistes, 81-1 | 2011, 238-240.

Référence électronique

Elisa Fiorio, « Micheli Ilaria, 2007, Profilo grammaticale e vocabolario della lingua kulango (Côte d’Ivoire) », Journal des africanistes [En ligne], 81-1 | 2011, mis en ligne le 11 janvier 2016, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3842

Haut de page

Auteur

Elisa Fiorio

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org