Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Mallart-Guimera Lluis, 2008, El sistema mèdic d’una societat africana, Els evuzok del Camerun, Barcelona

Institut d’estudis catalans, Catedra unesco de llengues i educacio, 2 vol
Paulette Roulon-Doko
p. 235-238
Référence(s) :

Mallart-Guimera Lluis, 2008, El sistema mèdic d’una societat africana, Els evuzok del Camerun, Barcelona, Institut d’estudis catalans, Catedra unesco de llengues i educacio, 2 vol. 1200 p.

Texte intégral

  • 1 L’ouvrage étant en catalan, la citation est la traduction que j’en ai faite.

1L’auteur s’est donné comme objectif pour ces deux volumes de faire une œuvre scientifique à valeur de référence pour l’anthropologie africaine et l’ethnomédecine. De fait, Luis Mallart-Guimerà nous fait découvrir l’univers des Evuzok du Cameroun qu’il a choisi d’approcher par l’angle de leur système médical. La médecine evuzok est ici une manière de faire et de penser cette société et la connaissance de la globalité de la culture est nécessaire pour comprendre la médecine : la conception du corps, l’organisation sociale, les conceptions religieuses, la vision du monde, les systèmes rituels, monde végétal, techniques culinaires etc. Ce travail est l’aboutissement d’une recherche de 40 ans qui témoigne de l’excellence d’un travail d’ethnographie de terrain associant “deux perspectives différentes : celle de la langue et celle de l’expérience ou de la situation ethnographique1.” (p. 159). La réelle pratique de la langue ewondo (bantoue) lui permet de pratiquer une méthodologie ethnolinguistique qu’il définit… au-delà du sens, par l’attention à l’usage de tel ou tel terme dans tous ces emplois faisant apparaître la complexité sémantique de mots de cette langue. De plus, il conçoit, dit-il, toute information ethnologique comme une confidence – pas d’images ou de paroles volées (p. 23) – soulignant ainsi le respect mutuel que manifeste à chaque moment son ouvrage. Bénéficiant de l’évolution des techniques de recueil il a pu réunir de nombreux enregistrements qui constituent le fonds Guimerà déposé à la bibliothèque Eric de Dampierre à Nanterre.

2Les Evuzok du Cameroun, du clan ayòŋ comptent 5000 personnes distribuées en 4 lignages. Ils appartiennent au groupe béti et parlent une langue bantoue. Sans structures hiérarchisées ni Etat, ce sont des agriculteurs (manioc, ignames, bananes, arachides) pratiquant une culture itinérante sur une terre plutôt fertile où ils s’adonnent aussi à la chasse et à la pêche. L’introduction plus récente du cacao a entraîné un changement des structures sociales.

3Le système médical des Evuzok n’est pas un domaine autonome, mais une partie dans des systèmes symboliques plus vastes. C’est un système ouvert et pluriel car complexe pouvant intégrer d’autres systèmes de pensées et d’actions que ce soit des pratiques des ethnies voisines ou des pratiques de la médecine occidentale. Cette ouverture qui donne au malade la possibilité d’utiliser plusieurs systèmes et aussi d’intégrer dans son système des valeurs étrangères ne remet pas en cause l’unité et l’homogénéité culturelle des béti. Les apports extérieurs liés aux contacts sont pris en compte car “si le pire des maux est toujours celui qui vient de l’extérieur, le meilleur des remèdes l’est aussi”. (p. 10)

4Constatant que la maladie est un fait quotidien – les gestes quotidiens d’une mère vis-à-vis de son enfant sont aussi importants que les grands rituels – auquel correspond une pratique domestique, différente de celle du niveau lignager et du niveau du monde de la nuit, l’auteur refuse la facilité qui consiste à ne s’intéresser qu’au spécialiste reconnu comme seul détenteur d’un tel savoir. Cela lui permet de resituer celui-ci à une place ‘marginale’ i.e. hors système clanique et lignager et de prendre en compte tous les savoirs de ce domaine qu’ils soient profanes partagés par tous, spécifiques aux initiés du culte des ancêtres ou le fait de spécialistes pour d’autres. Il prend donc en compte trois espaces de référence : le monde végétal (espace physique non humain), la société (espace social et culturel) et la personne (espace individuel [corps, principes vitaux]) qui induisent dans la médecine trois niveaux : a) nosographique (identifier, nommer, classer les maladies), b) étiologie (rôle de la causalité, impact social et symbolique), c) thérapeutique (réponses curatives, recours au végétal + rituel religieux). Il souligne aussi le rôle du temps dans la maladie – toute maladie évolue, apparition de symptômes, disparition confirmant la réussite ou le ratage thérapeutique – et prend en compte la chronicité ce qui le conduit à illustrer ses propos d’études de cas et de séquences d’histoires médicales.

5La durée de ses enquêtes depuis 1963 jusqu’à 2006 lui a permis de suivre l’évolution du système, et de constater la disparition des guérisseurs ngeŋgaŋ, l’apparition d’une nouvelle forme de sorcellerie, le développement de rites de possession ainsi que la création d’un dispensaire puis d’un hôpital.

6L’ouvrage se compose de deux volumes. Le premier comporte 5 parties. La première traite, une fois définies les notions de religion, magie, sorcellerie et leurs implications dans le champ de la médecine, du contexte du système médical des evuzok selon 3 aspects : a) espace individuel (corps), b) espace socio-culturel (vision du monde), c) espace physique (végétal). L’organisation linguistique de l’univers végétal n’utilise pas le terme générique de « plante » mais retient ceux d’« arbre », d’« herbe » ; de « liane ligneuse », de « liane herbacée » , et aussi des termes spécifiques tels « Musa paradisiaca », « Raphia », « champignons », etc. Il existe des classes d’arbres à côté d’éléments seuls. La catégorisation retenue est différente de celle de la botanique. Les plantes sont organisées en « clans » ayoŋ. Les arbres d’une même famille sont frères, la classification se faisant sur des critères techniques et non morphologiques ou botaniques. De nombreux noms composés sont formés sur les éléments : mâle, femelle, autochtone, importé, de couleur claire ou sombre, cultivé, sauvage... Il y a d’autres tendances classificatoires, mais pas de volonté de systématique (p. 197). Ce qui me semble être une observation fondamentale partagée largement par d’autres populations d’Afrique centrale.

7La seconde traite des composantes de la maladie en tant que donnée organique, symbolique et sociale et en présente la nosologie (décrire, nommer la maladie, catégorisation). Tandis qu’en français « maladie » vient de « mal » ce n’est pas le cas en ewondo où le terme akoŋ « maladie » réfère à l’épaississement des humeurs, à une solidification. Il n’y a pas de distinction nette entre maladie et symptômes. L’auteur ne cherche jamais à traduire une maladie par un équivalent de la médecine européenne. Le point de vue evuzok est descriptif, associant désordre organique ou fonctionnel à un symptôme. L’auteur souligne qu’il ne relève pas d’une superstition mais est bien toujours fondé sur une observation minutieuse et structurée selon une logique propre (p. 235). “Les Evuzok ont élaboré un discours sur la maladie basé, comme je l’ai dit, sur leur réalité biophysique indépendamment de toute considération d’ordre social, magique ou religieuse.” (p. 259) Le premier rôle de la thérapie est de faire diminuer les symptômes observés et les agents les provoquant. La catégorisation étiologique vient ensuite qui combine une entité physique et une causalité socio-symbolique. Les Evuzok distinguent les maladies simples ou autochtones sans incidence magique ou sociale qui ne mettent pas en péril l’ordre social, des maladies de la nuit qui peuvent avoir plusieurs causes toujours en relation avec le rôle de l’evu. (élément dont la présence est liée à la sorcellerie). Pour ces maladies nocturnes, il existe une relation de nécessité entre les symptômes d’une maladie donnée et une interprétation causale particulière. Le passage d’une maladie naturelle à un événement de désordre social ou symbolique est tout d’abord pensé par le malade lui-même, puis confirmé ou infirmé par le spécialiste.

8Les parties suivantes traitent des structures thérapeutiques. La troisième est consacrée à la médecine de jour sous la responsabilité des familles. Il s’agit du niveau domestique et quotidien de la fabrication des médicaments et d’une présentation de leur efficacité thérapeutique (odeurs, saveurs, etc.). Une importante place est donnée à l’usage des plantes dont l’écorce, les feuilles, la sève et les sucs sont utilisés selon des techniques qui reproduisent les techniques culinaires : macération, torréfaction et cuisson. L’auteur présente également les qualités sensibles des plantes, faisant une analyse très fine de la couleur, des odeurs, du goût des végétaux ainsi que des sensations tactiles qu’il produisent.

9La quatrième est consacrée à la médecine de jour sous la responsabilité des lignages, lorsqu’il apparaît que la maladie correspondant à un événement social demande une réponse rituelle. Un même terme désigne alors la maladie et son rituel. Le rituel est une réponse à ‘qui cause le mal ?’ Sont particulièrement ciblés le sang, le sperme, le lait et les rapports sexuels. Plusieurs rites sont précisément détaillés.

10La cinquième partie est consacrée à la médecine de nuit où règne l’evu sous la responsabilité des guérisseurs ngeŋgaŋ. Elle traite de la sorcellerie dont l’auteur rappelle qu’elle a toujours à la base un conflit social. Le statut du ngeŋgaŋ relève d’un caractère plus individuel qui ne met pas en cause le groupe, mais cherche à stoper une maladie pour protéger le groupe. Le ngeŋgaŋ traditionnel a une position intermédiaire entre les ‘innocents’ initiés au culte des ancêtres et les sorciers (+evu), entre jour/nuit et ordre/désordre. On lui attribue de grands pouvoirs. Il a un statut de contre sorcier agissant contre les sorciers dans leur monde de la nuit mais il n’ pas de statut réel dans la société (jour), par contre il est le personnage clef en référence à l’evu. Enfin il a des objets spécifiques dits byaŋ pour pratiquer sa médecine.

11Le second volume comporte deux parties. La première rassemble des documents pharmacologiques (300 recettes de remèdes transcrits de l’ewondo). S’il n’y a pas d’écriture traditionnelle, le savoir acquis peut cependant être noté par l’écrit. L’auteur présente en particulier les remèdes d’un guérisseur à partir des notes que ce dernier a lui-même écrit. La seconde partie présente des documents ethnobotaniques sous la forme d’un dictionnaire de 400 entrées, avec, pour chaque plante, le nom ewondo, l’identification scientifique, la localisation, la description locale, les usages culinaires, techniques, thérapeutiques et rituels ainsi que des indications taxonomiques et des références à la littérature orale. Ici le point de vue est toujours celui des Evuzok (exprimé en ewondo et traduit). Enfin l’auteur signale que les déterminations scientifiques des plantes proviennent des études existant sur la région et pas d’un herbier particulier.

  • 2 On peut également lire du même auteur en français : MALLART GUIMERA, Lluis : La Forêt de nos Ancêtr (...)

12Ces quelques lignes ne peuvent rendre la richesse de ces deux volumes ni la finesse de l’analyse de Llui Mallart-Guimerà qui atteind magistralement son but, en produisant un ouvrage qui fera référence tant en anthropologie africaine qu’en ethnomédecine. J’espère seulement qu’elle inciteront le lecteur à s’y plonger pour découvrir par lui-même la richesse de l’univers evuzok2.

Haut de page

Notes

1 L’ouvrage étant en catalan, la citation est la traduction que j’en ai faite.

2 On peut également lire du même auteur en français : MALLART GUIMERA, Lluis : La Forêt de nos Ancêtres. I. Le Système Médical des Evuzok du Cameroun. II. Le Savoir botanique des Evuzok 2003, Musée Royal de l'Afrique Centrale, Tervuren, collection « Annales Sciences Humaines », vol. 167, 2 tomes, préface de Viviane BAEKE, dessins de Jacqueline Renard, 511 p., bibliographie, index.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paulette Roulon-Doko, « Mallart-Guimera Lluis, 2008, El sistema mèdic d’una societat africana, Els evuzok del Camerun, Barcelona », Journal des africanistes, 81-1 | 2011, 235-238.

Référence électronique

Paulette Roulon-Doko, « Mallart-Guimera Lluis, 2008, El sistema mèdic d’una societat africana, Els evuzok del Camerun, Barcelona », Journal des africanistes [En ligne], 81-1 | 2011, mis en ligne le 11 janvier 2016, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3840

Haut de page

Auteur

Paulette Roulon-Doko

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org