Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Mahmoudou Djingui, 2008, Le pouvoir, le savoir et la richesse. Les Fulbe de Ngaoundéré face au processus de modernisation

Nagoya, Comparative Studies in Social and Human Sciences, Graduate School of Letters, Nagoya University (Islamic Africa Studies II)
Christian Seignobos
p. 230-235
Référence(s) :

Mahmoudou Djingui, 2008, Le pouvoir, le savoir et la richesse. Les Fulbe de Ngaoundéré face au processus de modernisation, Nagoya, Comparative Studies in Social and Human Sciences, Graduate School of Letters, Nagoya University (Islamic Africa Studies II), 324 p.

Texte intégral

1L’ouvrage est issu d’une thèse soutenue en 2000 à l’Université norvégienne de Tromso, qui reprend une compilation d’articles et de biographies de Djingui Mahmoudou. Ces textes interrogent la société peule de la région de Ngaoundéré (Nord du Cameroun) dans son évolution depuis la période précoloniale jusqu’à nos jours. C’est la lutte des Ful’be (sing. Pullo) pour sauvegarder leur identité et inventer des stratégies pour reproduire leur système social et maintenir leur hégémonie. Cette constante situation conflictuelle entre leurs propres valeurs culturelles et les opportunités venues d’ailleurs est analysée par Mahmoudou par le biais des transformations de leur vécu quotidien.

2L’ouvrage apparaît de prime abord un peu décousu et l’approche méthodologique fleure encore l’introduction de thèse. Une relecture plus attentive aurait également permis de redresser nombre d’expressions idiomatiques. Toutefois l’intérêt apparaît rapidement, dès le chapitre suivant où le « chercheur natif », l’auteur donc, « soumis à sa propre subjectivité » opère ses observations sur son milieu.

3La deuxième partie de l’ouvrage est une étude diachronique sur les contextes englobants, le religieux et celui, jamais très éloigné, des « activités paranormales ». Dans cette même partie, Mahmoudou s’intéresse aux changements de la société peule dans les relations hommes / femmes et dans l’adoption de nouvelles formes d’organisation de l’espace habitable. Cette étude est un modèle pour comprendre dans quelles conditions et à quel prix les sociétés africaines se modernisent.

4La troisième partie donne un cadre vivant à toutes ces transformations sociales jamais abouties, toujours en devenir, à travers des « histoires de vie ».

5Mahmoudou est un Peul de la région de Garoua qui a été enseignant au département de sociologie-anthropologie de l’Université de Ngaoundéré. Depuis 2009, il dirige le département des sciences de l’éducation à l’Ecole Normale Supérieure de Maroua. Mahmoudou est un pur produit de la coopération norvégienne, de l’université de Tromso, qui a soutenu via la Fondation Ngaoundéré-Anthropos, la jeune université de l’Adamaoua, durant la décennie 1990 et au début des années 2000. Dans ce travail, on sent l’ombre portée de son mentor, Lisbeth Holtedahl, qui a orchestré cette coopération scientifique norvégienne. Elle l’a initié au travail d’équipe sur le terrain, a cosigné quelques-uns des articles et l’a également entraîné au montage de courts métrages anthropologiques auxquels Mahmoudou fera souvent référence dans ses textes.

6Ngaoundéré-Anthropos manifestait un fort penchant pour les études de genre et plus de 50 % des bourses allouées à l’université concernaient ce thème. Il s’avère plus que présent dans les textes de Mahmoudou. Lui-même signale d’autres influences dont celles de l’historien Mohammadou Eldridge et du géographe Jean Boutrais. Ce que l’on retiendra, ce sont ses analyses sur une société, la sienne, dont il décrit les rouages avec une justesse de ton rarement égalée.

7Ses « histoires de vie » retiennent l’attention et appellent quelques commentaires. Les quatre personnages retenus ne représentent en rien des parangons de leurs milieux sociaux respectifs, bien au contraire, ils sont tous atypiques. Ils n’en servent pas moins la compréhension de l’état de « modernisation » de la société peule de Ngaoundéré. Ces personnages, par ordre de présentation : l’alkali, le lamido, l’homme d’affaire et le marginal, ont eu le temps de roder leur biographie et la genèse de chacun en rend compte. Tous sont pauvres et refusent au départ d’être ce qu’ils sont devenus. Tous laissent entendre que l’intervention divine n’est pas étrangère à leur situation, tous affirment leur engagement religieux dans une société peule où les valeurs de l’islam n’ont jamais été autant à la hausse. Tous, enfin, sont gratifiés par l’auteur de ne pas être dénués de charisme.

8Alkali Ibrahim, le grand juge du lamidat de Ngaoundéré, dispose d’une délégation institutionnelle. Son savoir repose sur sa bibliothèque dans laquelle il se flatte de posséder nombre de livres rares. Pour lui, la détention de livres équivaut à la détention du savoir.L’alkali appartient au camp des moddi’b’be zawleeji (des vestibules) qui tiennent leurs écoles coraniques à l’ancienne et où les élèves travaillent sur des tablettes (alluwa). Il rejette à la fois les « charlatans » qui travestissent l’islam et les nouveaux venus, les « hypocrites » que sont les wahhabistes (wahhabinko’en) formés en Arabie Saoudite. Ces jeunes religieux qui se font appeler professeurs (ustaaj) montent des écoles sur le modèle de l’école formelle, avec tableaux, bancs et cahiers. Dans ces madrasa, on apprend directement l’arabe et on étudie directement les textes du Coran. Ouvertes aux nouveaux convertis, elles sont animées d’un fort prosélytisme. Mahmoudou souligne la volonté d’éviter une cassure entre les détenteurs d’une foi traditionnelle et la nouvelle vague religieuse. Cette opposition est générale dans les villes du Nord du Cameroun.

9Par la vie de l’Alkali on assiste à une confrontation sourde entre anciens et modernes. Les nouveaux venus accusent l’ancienne garde des moddi’b’b’e rien moins que d’ignorance. Alors que les « jeunes de la sunna » prétendent évaluer le savoir à la seule aune de la connaissance de l’arabe : « mieux on articule […] plus vrai est le savoir ». Le wahhabisme qui s’est mis en place dans le Nord du Cameroun dans les années 1990 induit une arabisation rapide de la société peule, dans la langue, dans le choix des noms et nombre de pratiques sociales que Mahmoudou n’a pas voulu évoquer ici… même si cela participe de la « modernisation » de la société peule.

10Pour Alkali Ibrahim, embrasser une carrière religieuse relève d’un don de Dieu fortement aidé par des antécédents familiaux de moddi’b’b’e. Même s’il a pris des cours de diction d’arabe auprès de ses jeunes concurrents, l’Alkali accepte mal que son savoir soit remis en cause. Pour lui ce savoir appartient au patrimoine peul. Jusqu’à ces deux dernières décennies dans le nord du Cameroun, s’islamiser se disait : « Il est entrée chez les Ful’be » (o naasti ful’be). Or, les wahhabistes, même s’ils restent majoritairement peuls, prêchent l’abandon de l’adéquation musulmans / Peuls. Les vieux moddi’b’be, inquiets, y voient une forme de « défoulbéisation » de l’islam. Le drame vécu par certains lettrés peuls est de ne pas être arabes, ainsi l’Alkali insiste-t-il sur l’histoire de Ukba, l’ancêtre arabe du peuple peul, reconstruction historique récente de l’Emir de Sokkoto, Bello, dans ses différentes versions. Même si ce sont les Arabes qui ont reçu la révélation, les Peuls se voient également comme un peuple missionné, ce qui explique la tentation pour certains de reconstruire l’histoire sous une forme « diopiste » (cf. Cheik Anta Diop) qui ferait remonter les Peuls aux premiers Bédouins d’Arabie, ce que n’évoque pas Mahmoudou dans son ouvrage.

11Le lamido Alhadji Issa Maïgari, de Ngaoundéré, est un personnage que l’auteur a longtemps fréquenté et avec lequel il est manifestement en empathie. Le lamido se trouve relativement préservé par l’institution même qu’il représente. Il s’avère incontournable, moins en ville que dans les villages où il nomme des jawro’en à sa dévotion. Il demeure le commandeur des croyants. Alkali et liman sont ses obligés.

12Le lamido joue de son rôle d’intermédiaire entre les populations – appelées par Mahmoudou « le champ pénalisé » et l’administration « le pouvoir post colonial ». A ces populations, il démontre qu’il a beaucoup de poids auprès de l’administration et pour l’administration qu’il est un représentant écouté des dites populations. Si le lamido combine plusieurs registres de légitimation il doit néanmoins user d’un constant opportunisme pour ménager ses sujets et servir l’administration centrale, surtout quand les deux appartiennent à des partis politiques antagonistes (parti d’opposition UNDP, parti gouvernemental RDPC). Toutefois le lamido ne peut se maintenir qu’en fournissant de constantes preuves de loyalisme. Maître des urnes, il fait voter pour le pouvoir en place. Cela se traduit souvent par une crise de confiance entre la population et le lamido jugé trop dépendant du gouvernement.

13Le lamido Maïgari a compris que les symboles du passé et ceux de la modernité pouvaient cohabiter dans son palais. Il a modernisé son lamidat ; les textes officiels de même que les verdicts des attendus de justice sont libellés en français. Il a également réalisé qu’il pouvait tirer parti du patrimoine qu’il représentait. C’est ainsi le premier lamido qui a vu son règne médiatisé, largement aidé en cela par l’équipe de Holtedahl. Le film tourné sur lui sera même accusé d’exposer et de « désacraliser » la plus importante institution peule.

14Le lamido deviendra le maître des festivals ethniques [son lamidat est pluriethnique], des fantasias et de la culture en général. Il va accéder à des fonds du gouvernement, à l’argent de la rente du Nord et, enfin, à celui du tourisme. À la mort du lamido, Mahmoudou s’interroge sur la vitalité de cette institution à travers l’enjeu de la succession.

15Face à la multitude d’alhadji commerçants sub-égaux de Maroua et aux « vieilles familles » commerçantes de Garoua, Ngaoundéré présente un alhadji hégémonique appelé dans le texte Alhadji Babba. Mahmoudou n’ose dire son véritable nom alors même qu’il apparaît au cours du récit comme le président de Maïscam : Alhadji Abbo ! Mais la fortune de cet homme d’affaire, ses relations sur les scènes locale, nationale et internationale en font une personnalité écrasante. Il est membre du bureau politique du parti au pouvoir et on le dit proche de la présidence. Les autres commerçants de la ville le jalousent moins qu’ils ne le craignent. Ils ne l’évoquent que de façon allusive, ce dont nous avons été plusieurs fois témoin. Pourtant Alhadji Babba se présente comme un homme d’affaires débonnaire, voire populaire. Il règne sur un empire de cinq usines, autant de sociétés, qui produisent de la farine, de l’huile, des malts… et un ranch avec plusieurs milliers de têtes de bétail. Il fournit les brasseries du Cameroun , les provenderies de Yaoundé, le Pam… Alhadji Babba est le principal pourvoyeur d’emplois de la région et il rassemble autour de lui une énorme clientèle. Il reconvertit une partie de sa richesse en ressources relationnelles et ses ressources relationnelles en capital politique local et national.

16Son système de gestion répond à ses ambitions, à ses expériences passées, aux exigences de son milieu et à la notion, qui lui est bien particulière, de rentabilité. La gestion de cet empire agro-alimentaire par l’Alhadji est un peu celle d’un lamido entouré de sa faada. Son bureau, c’est son tapis, qu’il a toujours avec lui. Il y assure simultanément ses responsabilités sociales et sa charge de chef d’entreprise. C’est la combinaison d’une gestion des affaires et d’entretiens divertissants. Alhadji Babba est dominé par la méfiance, lui seul contrôle tout et cloisonne son environnement et ce jusqu’à l’ensemble de ses activités, à tel point que chacune de ses usines ignore jusqu’aux prix de vente des autres.

17Toutefois la biographie occulte quelque peu les soutiens qu’Alhadji Babba a trouvé auprès des Européens depuis ses débuts de « pauvre », d’abord comme chauffeur-ambulancier d’un médecin, puis auprès du directeur de la Hollando de Garoua, dans un commerce de sucre au Tchad… Contrairement à la rumeur il ne s’est pas enrichi en entrant dans le premier cercle du pouvoir sous le président Ahidjo, mais en devenant en 1980 importateur de riz, de sucre et thé et aussi par le biais de trafic de devises avec le Nigeria. Il crée en 1985 Maïscam avec des Portugais d’Angola, proches du pouvoir lusitanien, et un agronome comme Costa, qui restera associé à sa réussite.

18Dans le Nord du Cameroun tout enrichissement manifeste, toute réussite sociale sont consacrées par des pèlerinages à la Mecque et la construction de mosquées. Alhadji Babba ne déroge pas à la règle et s’est même montré pour la région un grand évergète. Il a aidé son parti dans ses manifestations, le lamido dans ses constructions, il a financé de nombreuses fêtes religieuses, des fêtes du bétail pour flatter l’identité peule et y inviter personnalités et ambassadeurs… et aussi, bien évidemment, des équipes de football. Sans s’afficher dans un courant religieux, il professe néanmoins une grande religiosité. On le présente toutefois plus comme quelqu’un qui possède un anndal, autrement dit des connaissances occultes. Au vu de sa réussite, comment pourrait-il en être autrement ?

19À la lecture de ce qui précède, on comprend que la proposition de Holtedahl de faire un film sur lui et sa réussite, alors qu’il vit dans le secret, cloisonne ses services et masques ses programmes… l’ait laissé perplexe… Il a fini par accepter le projet, pour l’instrumentaliser. Il s’est assuré de garder constamment le contrôle, depuis le tournage, esquivant certains rendez-vous, transformant les séances de prises de vue en démonstrations d’autorité devant sa faada. Le film n’a pas abouti, il s’y est opposé. Mahmoudou avoue avoir été écarté des interviews. Il a dû se rabattre sur les témoignages de tiers et les rushes du film. Cette biographie chaotique a été vécue comme un échec du « chercheur natif ». Elle n’en présente pas moins une étude de cas pertinente de l’un de ces nouveaux entrepreneurs africains.

20La dernière histoire de vie concerne un Mbororo Jaafun (Peul nomade), mais Ndoudi est un Mbororo très particulier puisque lépreux. Il a été pris en main par le Père H. Bocquené, à Djohong dans la Mbéré, comme informateur dans la recherche d’une meilleure connaissance de la société mbororo. Il enseigne l’écriture à Ndoudi et met à sa disposition machine à écrire et magnétophone afin qu’il puisse, au cours de ses périples collecter des données sur sa propre culture. Le Père Bocquené va faire de lui un super informateur. Les missions se l’arrachent pour qu’il vienne commenter la vie des siens. Il sera de tous les colloques de la Mission fraternelle luthérienne de Jos au Nigeria. Il aura ses entrées à la radio (Sawru linnjiila) de la Mission luthérienne de Ngaoundéré. Individu prolixe, conteur, comédien, Ndoudi anime de nombreuses émissions.

21L’ouvrage écrit avec le Père Bocquené, « Moi un Mbororo, Ndoudi Oumarou, peul nomade du Cameroun », connaît un réel succès, qui lui assure désormais une assise sociale. À l’époque, peu de Mbororo sont entrés dans la scolarisation et Ndoudi représente la perle rare. Il devient le porte-parole autoproclamé des Mbororo et, de façon subsidiaire, des lépreux. Il accède à des sources de revenus par le biais des associations pour les lépreux et aussi différentes prestations auprès de chercheurs expatriés. Il va devenir le pygmalion d’une dizaine de chercheurs norvégiens et allemands. Il en sera l’interprète, l’informateur, l’ami et se pliera à autant de thèmes de recherche, sur sa communauté, son quartier Bali, dont il s’était fait le chroniqueur.

22À cette trop visible fréquentation des chrétiens et expatriés, qui lui assure une rente, Ndoudi doit donner le change en exprimant fortement son attachement à l’islam, pour ne pas être soupçonné d’être un sectateur des Missions, ce qui dans la ville de Ngaoundéré l’aurait ostracisé. Il occupe parallèlement les métiers de tailleur, de tradipraticien, toutes occupations entrecoupées de périodes d’ivrognerie tapageuse. La vie de Ndoudi n’en est pas moins révélatrice des sociétés qu’il a fréquentées et de l’interprétation qu’il en a faite. Mais à travers sa rhétorique sur les Mbororo opprimés, c’est sa société qu’il donne à lire. Est-il pour autant un guide pour les Mbororo. Rien n’est moins sûr.

23Lui qui avait depuis longtemps rompu avec le monde de la transhumance, il ne voyait l’avenir des Mbororo qu’à travers leur sédentarisation et la scolarisation. C’est aussi précisément ce que veulent les Ful’be afin de récupérer les « Peuls de brousse » dans le giron « islamo-peul », alors qu’ils s’y étaient jusqu’alors refusés. Il n’y aurait pas d’autre horizon pour les Mbororo que de devenir Uyaajo (peul de village). Ndoudi a manqué d’une véritable vision pour « son peuple ». Les Mbororo de la Mbéré, quant à eux, se montrent très réservés sur la personnalité de Ndoudi, ses « frères » n’ayant été pour lui qu’un faire-valoir.

24Fort de sa double victimisation, mbororo lépreux, et de ses postures de comédien, il s’autorisait toutes les libertés de conduite, ne pouvant être jugé par personne. On peut s’interroger : qui était réellement Ndoudi ? À la place ou en complément de Ndoudi, nous aurions aimé entendre les personnages du film tourné par Holtedahl « Ce qu’ils apprendront vaut-il ce qu’ils oublieront ? », sur la paupérisation des Mbororo, devenus simples bergers, agriculteurs, tradipraticiens ?

25Ndoudi pose la question du vedettariat, qui intéresse également les trois autres personnages de biographies qui s’accompagnent chacune d’un film. On pouvait difficilement entrer dans des projets « d’histoires de vie » sans flatter l’ego des intéressés, puis avec le temps entretenir une intimité plus poussée avec les personnages. Le lamido, par exemple, devait être invité à Tromso… l’équipe de Holtedahl, de moins en moins neutre, devenait participante de ces « histoires de vie ». Encore eût-il fallu à la façon de Lewis dans et après « Les enfants Sanchez » mieux exposer les implications intéressées de ces acteurs extérieurs.Selon Mahmoudou, chacun de ces personnages a suivi une stratégie de légitimation de son statut, chacun a inventé sa modernité dans une démarche somme toute classique de « re-contextualisation » des nouveaux repères, en fonction de valeurs locales jamais reniées. Djingui Mahmoudou nous a proposé un état des lieux de la société peule de Ngaoundéré au début du XXIe siècle, qui devrait rester une référence dans le cadre des études peules, mais pas uniquement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Seignobos, « Mahmoudou Djingui, 2008, Le pouvoir, le savoir et la richesse. Les Fulbe de Ngaoundéré face au processus de modernisation », Journal des africanistes, 81-1 | 2011, 230-235.

Référence électronique

Christian Seignobos, « Mahmoudou Djingui, 2008, Le pouvoir, le savoir et la richesse. Les Fulbe de Ngaoundéré face au processus de modernisation », Journal des africanistes [En ligne], 81-1 | 2011, mis en ligne le 11 janvier 2016, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3838

Haut de page

Auteur

Christian Seignobos

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org