Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Magnavita Sonja, Lassina Kote, Peter Breunig & A. Oumarou IDE, (éds), 2009, Crossraods / Carrefour Sahel. Cultural and Technological Developments in First Millenium BC /AD West Africa. Développements culturels et technologiques pendant le premier millénaire BC / AD dans l’Afrique de l’Ouest, Journal of African Archaology Monograph Series 2

Frankfurt am Main, Africana Magma Verlag
Alain Marliac
p. 227-230
Référence(s) :

Magnavita Sonja, Lassina KotE, Peter Breunig & A. Oumarou IDE, (éds), 2009, Crossraods / Carrefour Sahel. Cultural and Technological Developments in First Millenium BC /AD West Africa. Développements culturels et technologiques pendant le premier millénaire BC / AD dans l’Afrique de l’Ouest, Journal of African Archaology Monograph Series 2, Frankfurt am Main, Africana Magma Verlag, 264 p.

Texte intégral

  • 1 Et cela d’autant que deux contributions traitant de la partie Sud-Ouest du bassin du lac Tchad ne f (...)
  • 2 Dire que ces thèmes sont directly related to the modern world (Préface) me semble exagéré sauf à pa (...)

1Beau papier, belles illustrations – certaines inutiles (p. 31, 35, 39) –, et titre ambigu expliqué dans la Préface : cet ouvrage rassemble diverses études de sites archéologiques du Ier millénaire avant le Christ (en anglais BC) au Ier millénaire après le Christ (AD) localisés dans la bande sahélienne qui s’étend au sud du Sahara, avec nombre d’exceptions tant spatiales – bien plus au Sud, dans la bande soudanienne (Breunig, Kuba, Ndah, Kiénon-Kaboré, Holl), ou très au Nord (Vallette et al.) – que temporelles. Ces exceptions auraient pu donner l’idée aux éditeurs scientifiques d’étendre le propos au Cameroun du Nord au Tchad central et au nord de la RCA, pays qui relèvent de la même bande sahélienne et soudano- sahélienne et dont l’absence est préjudiciable au thème affiché1. Mais cet ouvrage est plus la publication des Actes d’un colloque (à Ouagadougou au Burkina Faso en 2008) qu’un ouvrage de réflexion sur le thème du titre. Par ailleurs, les articles sur la préhistoire du Burkina Faso sont au nombre de 9 sur les 19 que compte le livre. Les autres concernent le Sénégal, la Mauritanie, la Côte d’Ivoire, le Bénin, le Ghana, le Nigéria, le Niger, plus une région du Cameroun (les Mandara). Tous apportent du nouveau à différents titres et l’ensemble – oubliées les déclarations mirobolantes (Cf. Notes 2 et 5) – rassemble des ouvertures neuves et fort intéressantes sur l’archéologie de l’Afrique de l’Ouest, si négligée depuis des décennies. Il est donc très satisfaisant, dans une conjoncture économiquement et politiquement défavorable, de voir paraître de nombreux travaux archéologiques récents sur cette région à propos de la période envisagée, pertinente pour comprendre les débuts de la néolithisation, des sédentarisations / urbanisations, des échanges transsahariens / intérieurs et de la métallurgie, thèmes importants de l’Histoire de l’Afrique noire en général2. Il est encourageant aussi de voir paraître à cette occasion nombre de nos confrères africains qui travaillent avec courage dans des conditions très peu faciles.

2Les références des auteurs (statuts, adresses postales, courriels) auraient été les très bienvenues.

  • 3 Mais cette ‘bande’ se prolonge bien au-delà vers l’Est, origine probable de bien des peuples du Sah (...)

3Les articles sont de contenus très disparates et inégaux, d’où peut-être l’idée du titre ‘Crossroads/Carrefour’, que tente d’expliquer une introduction qui n’entraîne aucune cohérence de l’ouvrage sauf sous l’angle de la période et de l’étendue : la bande sahélienne du Sénégal au Nigéria3. Les résultats souvent fort intéressants sont à juger – dans les limites du thème – à deux niveaux de pertinence : localement puis régionalement.

  • 4 Culture située bien au Sud du Sahel et connue depuis les travaux de Fagg et Tylecote à Taruga (mili (...)
  • 5 Mais dire que le changement décrit est le point de départ de l’émergence des empires africains 2000 (...)
  • 6 Rappelons à cet auteur (p. 19) que des matériaux clastiques et polissables existent dans le bassin (...)

4La contribution de Valette et al.– quoique intéressante – est hors thème. Les contributions de P. Breunig, C. Magnavita, Ishaya D. et Adebayo O. nous découvrent combien les plaines bordières sud-ouest du lac Tchad sont riches en vestiges et quelles hypothèses nouvelles peuvent être avancées sur une période courant du Ier millénaire BC (donc après la culture de Gajiganna I et II) au début du Ier millénaire AD : arrivée de la métallurgie du fer, augmentation des populations, circonvallations de sites, variabilité des occupations et des objets, etc. L’étude parallèle réalisée dans la région de Nok4 apparaît comme un rajout fort intéressant certes mais hors thème. Les connaissances apportées sont importantes et neuves quoique parfois inégales et conjecturables, emballées dans des discussions / propositions / conclusions socio-économiques trop générales, mais parfois excitantes5. Certaines phrases du premier auteur6, P. Breunig, portent à réfléchir. Ainsi : Ethnographic evidence and considerations just based on common sense have no validity unless proven by archaeological means (p. 23) me semble un renversement théorique intéressant car l’archéologie ne ‘prouve’ quelque chose que par ce qu’elle est une anthropologie de vestiges / traces : elle n’a pas de sens autrement.

5La contribution d’A. Holl est un compte-rendu de fouilles d’un fourneau de fonte du fer de la région de la courbe du Mouhoun au Burkina Faso, plus quelques réflexions sur les problèmes de datations de l’âge du fer en Afrique. L’auteur – informé par les fondeurs actuels – attribue aux anciens fondeurs l’utilisation des vents dominants (harmattan), à la saison donnée, dans l’entretien du fourneau. L’analogie ethnographique / ethnographic evidence enjambe ici presque 2000 ans !

6La contribution de L. Koté fait un bref état des lieux des découvertes et de la législation au Burkina Faso en soulignant l’incohérence institutionnelle qui autorise les fouilles et l’absence de suivi des opérations destructrices du patrimoine. Un petit paragraphe rappelle la dépendance du Burkina Faso pour le financement des recherches, mais oublie sa dépendance intellectuelle envers le monde moderne !

7La contribution de S. Magnavita est le compte-rendu de prospections et fouilles à Kissi au Burkina Faso. Elles révèlent là aussi toutes sortes de traits culturels (perles, épée, poignard, etc.) désignant (en l’attente d’autres fouilles) Kissi comme point terminal d’échanges trans-sahariens anciens probablement pré- islamiques.

8La contribution de P. Robertshaw, S. Magnavita, M. Wood, E. Melchiorre, R. Popelka-Filcoff et M.D. Glascock utilise les analyses approfondies des perles de verre de Kissi, dans un cadre continental. Toutes viennent d’Asie mineure sauf peut-être deux.

  • 7 L’impression a, hélas, modifié les couleurs choisies par les auteurs dans leurs graphiques.

9La contribution de Th. Fenn, D. Killick, J. Chesley, S. Magnavita et J. Ruiz donne des analyses des objets métalliques exhumés à Kissi dans les tombes. Elles montrent qu’au Ier millénaire AD le contact existait entre l’Afrique du Nord romaine – elle-même recevant des métaux de plus loin – et l’Afrique de l’Ouest7.

10La contribution de R. Kuba nous emporte au sud du Sahel à propos des échanges le long du Moyen Niger aux VIIIe-IXe siècles AD et plus tard. Un commerce préislamique (or, kola) est révélé par des indices linguistiques, historiques à confirmer par l’archéologie.

11La contribution de O.A. Idé traite du fer au Niger méridional (Mékrou), moins ancien que les sites du Niger Oriental qui fournit les dates les plus reculées d’Afrique subsaharienne.

12La contribution de J.-M. Fabre illustre les résultats de recherche sur la métallurgie du fer dans la région de Markoye (Burkina Faso). L’hypothèse d’un échange transsaharien Sahel-monde musulman vers le IIe millénaire AD est proposée.

13La contribution de D. Ndah nous emmène hors du Sahel au Bénin pour faire le point sur les recherches dans l’Atakora où, outre des collectes paléolithiques in situ, un peuplement de l’Age du Fer est attesté aux VIIe et Xe siècles AD.

  • 8 Indigenous cosmology permeates all aspects of human life in Africa (p. 193) pourrait se dire de n’i (...)
  • 9 En anglais : symbolic reservoir.

14La contribution de B. Kankpeyeng et S. Nkumbaan expose d’anciens tombeaux au Komaland du Nord-Ghana datés du XIIe siècle AD8. Des cercles de pierres et de nombreuses figurines en céramique y ont été trouvés et l’auteur fait appel à la théorie du “réservoir de symboles”9 régional pour expliquer les similarités avec d’autres sites africains (Nigeria, Jenné…).

15La contribution de S. McEachern est une réflexion ambigüe sur la situation sociopolitique des peuples au pourtour des Mandaras-Nord, à la jointure du IIe millénaire AD à proximité d’Etats comme le Kanem-Bornou, le Baguirmi, puis le royaume du Mandara.

  • 10 Pour ce qui est de la réflexion sur la relation archéologie-histoire, tout spécialement en Afrique (...)

16La contribution de C. Pelzer, M. Czerniewicz et L. Petit traite du site hu-beero (mare d’Oursi au Burkina Faso), daté entre le XIe et le XIIe siècles10 bien conservé et exhibant une poterie unique dans la région.

17La contribution de M. Sall tente d’interpréter les céramiques archéologiques de la vallée du Sénégal en comparaison avec les poteries actuelles. L’auteur parle de témoignages (lesquels ?). La complexité des peuplements (déjà ceux connus par l’Histoire) s’allie à la vaste gamme des possibilités techniques et décoratives céramiques et à l’insuffisance des collectes pour rendre impossible des affiliations culturelles nettes entre les différents corpus aussi bien ethnographiques qu’archéologiques.

18La contribution de T.H. Kiénon-Kaboré nous emmène en Côte-d’Ivoire pour faire un état des potentialités archéologiques de ce pays pour ce qui est de la métallurgie du fer. Elles sont très importantes.

19La contribution de H.P. Hahn porte enfin l’accent – à partir d’une réflexion sur la métallurgie du fer – sur le problème des conflits / associations de savoirs à l’œuvre dans l’étude des objets et technique du passé : les savoirs indigènes inconnus, connus et les savoirs des chercheurs modernes.

20La contribution de L. Simporé souhaite relier la fondation du royaume de Wogdogo (site de Ouagadougou au Burkina Faso) à la métallurgie du fer. En fait, il décrit la technique de réduction déductible de l’observation et étude des vestiges recouvrés.

21Dernier état des connaissances sur l’archéologie de l’Afrique de l’Ouest, même si incomplet, cet ouvrage est capital aussi bien pour les professionnels (historiens comme archéologues), les enseignants, les bons vulgarisateurs, que pour les peuples africains concernés.

Haut de page

Notes

1 Et cela d’autant que deux contributions traitant de la partie Sud-Ouest du bassin du lac Tchad ne font quasiment AUCUNE référence précise à des travaux réalisés dans la partie Sud du même bassin (Logone, Mandara, Diamaré, Haute-Bénoué) depuis trente ans et publiées. Cf. e.g. les travaux de N. David, A. Marliac, G. Quéchon, O. Langlois, M. Delneuf ; et pour les paléoenvironnements à l’holocène final, les recherches de J. Maley.

2 Dire que ces thèmes sont directly related to the modern world (Préface) me semble exagéré sauf à parler du thème de la fabrication des histoires des peuples d’Afrique, thème qui soulève d’autres problèmes théoriques et politiques de pluridisciplinarité, évoqués mais non traités dans cet ouvrage (p. 213). Ils sont par ailleurs escamotés la plupart du temps. Cf. cependant Hahn, p. 247.

3 Mais cette ‘bande’ se prolonge bien au-delà vers l’Est, origine probable de bien des peuples du Sahel oriental (Cf. Tourneux et Woin, 2010).

4 Culture située bien au Sud du Sahel et connue depuis les travaux de Fagg et Tylecote à Taruga (milieu et fin du Ier millénaire BC).

5 Mais dire que le changement décrit est le point de départ de l’émergence des empires africains 2000 ans plus tard, c’est comme dire que les civilisations celtiques des IVe -Ve siècles BC en France furent le point de départ du royaume de France des XVIIe-XVIIIe siècles !

6 Rappelons à cet auteur (p. 19) que des matériaux clastiques et polissables existent dans le bassin du lac Tchad. Par ex. : les ‘roches vertes’ du rebord est du massif des Mandara.

7 L’impression a, hélas, modifié les couleurs choisies par les auteurs dans leurs graphiques.

8 Indigenous cosmology permeates all aspects of human life in Africa (p. 193) pourrait se dire de n’importe quel peuple (qu’il s’en rende compte ou non) que cette cosmologie soit moderne, prémoderne ou antimoderne.

9 En anglais : symbolic reservoir.

10 Pour ce qui est de la réflexion sur la relation archéologie-histoire, tout spécialement en Afrique subsaharienne, les auteurs ne citent pas toutes les références pertinentes publiées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Marliac, « Magnavita Sonja, Lassina Kote, Peter Breunig & A. Oumarou IDE, (éds), 2009, Crossraods / Carrefour Sahel. Cultural and Technological Developments in First Millenium BC /AD West Africa. Développements culturels et technologiques pendant le premier millénaire BC / AD dans l’Afrique de l’Ouest, Journal of African Archaology Monograph Series 2 », Journal des africanistes, 81-1 | 2011, 227-230.

Référence électronique

Alain Marliac, « Magnavita Sonja, Lassina Kote, Peter Breunig & A. Oumarou IDE, (éds), 2009, Crossraods / Carrefour Sahel. Cultural and Technological Developments in First Millenium BC /AD West Africa. Développements culturels et technologiques pendant le premier millénaire BC / AD dans l’Afrique de l’Ouest, Journal of African Archaology Monograph Series 2 », Journal des africanistes [En ligne], 81-1 | 2011, mis en ligne le 11 janvier 2016, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3833

Haut de page

Auteur

Alain Marliac

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org