Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Lydon Ghislaine, 2009, On Trans-Saharan Trails. Islamic Law, Trade Networks, and Cross-Cultural Exchange in Nineteenth-Century Western Africa

Cambridge, Cambridge University Press
Claude Arditi
p. 224-226
Référence(s) :

Lydon Ghislaine, 2009, On Trans-Saharan Trails. Islamic Law, Trade Networks, and Cross-Cultural Exchange in Nineteenth-Century Western Africa, Cambridge, Cambridge University Press, 468 p.

Texte intégral

  • 1 The Unrevaling of a Neglected Source: A Report on Women in Francophone West Africa in the 1930s. Ca (...)

1Ghislaine Lydon, qui est historienne de l’Afrique de l’Ouest, s’est fait connaître en France en 1997 par un excellent article consacré au rapport rédigé par Denise Savineau à la demande du Gouverneur de Coppet sur la condition des femmes africaines avant la seconde guerre mondiale1.

2Le livre qu’elle nous propose est une version remaniée d’une thèse soutenue à l’Université de Michigan après de nombreuses années de recherche. Il est consacré à l’histoire et à l’organisation du commerce transsaharien en Afrique de l’Ouest à partir de données recueillies, principalement, en Mauritanie. Lydon analyse les dynamiques internes d’un réseau marchand « Berbère » de la région de Wad Nun qui s’est spécialisé dans le commerce caravanier au XIXème siècle. À partir de l’examen des contrats commerciaux, de la correspondance, des fatwas et surtout d’entretiens avec d’anciens commerçants, l’auteur montre de manière très convaincante comment ces derniers ont su utiliser leur connaissance de l’arabe écrit et comment ils eurent, en cas de besoin, à consulter des spécialistes du droit musulman pour réguler leurs activités commerciales à longue distance. Le rôle des femmes et leurs stratégies pour participer à ce commerce sont aussi étudiés.

3La perspective « continentale » adoptée par Lydon a l’immense avantage de montrer que le Sahara n’a jamais constitué une barrière infranchissable entre l’Afrique du Nord et l’Afrique dite subsaharienne mais que bien au contraire des liens commerciaux, religieux, etc. existaient depuis longtemps entre ces parties du continent.

4L’objectif principal de Lydon est de comprendre comment un commerce transsaharien a pu émerger et se développer dans un milieu aride tel que le Sahara dans lequel aucun État n’était implanté et aucune monnaie ne régulait les échanges. C’est en mettant l’accent sur les mécanismes institutionnels tels que le droit, la religion et la pratique de l’arabe d’une part et l’organisation des réseaux marchands, de l’autre, que l’auteur conduit sa démonstration. Elle montre qu’au XIXème siècle les flux du commerce transsaharien ont connu une forte augmentation liée au développement du commerce maritime en provenance d’Europe. Les armes à feu et le papier sont les marchandises qui ont, à cette époque, transformé l’organisation des caravanes qui traversaient le désert. À la veille de la colonisation, d’importants changements se produisirent : des commerçants de Wad Nun s’embarquèrent sur des bateaux européens avec des marchandises, d’autres partirent dans le bassin arachidier sénégalais pour louer leurs dromadaires pour le transport des récoltes, d’autres enfin, renoncèrent à leur mode de vie traditionnel pour s’installer comme grossistes et détaillants dans les localités qui se développaient dans le nouveau contexte colonial. L’introduction du télégraphe et du franc CFA favorisèrent l’émergence d’une économie coloniale dans laquelle le dromadaire fut peu à peu remplacé par le camion. Pourtant, le commerce transsaharien ne disparut pas avant la fin des années 1950 et des caravanes se rendent encore de nos jours dans les oasis enclavées et dans les salines du Sahara.

5Le commerce à longue distance à travers le Sahara a été l’apanage de certains groupes humains qui se sont spécialisés dans cette activité. Celle-ci n’a pu se développer que parce qu’il existait des réseaux marchands qui ont collaboré et ont instauré des relations de confiance. Ainsi, les Tikna, les Awlad Bu al-Siba et les Juifs de Goulimine constituaient un réseau dont l’unité était fondée sur une commune appartenance à la région de Wad Nun. Les deux premiers groupes devinrent des caravaniers professionnels, tandis que les derniers se cantonnèrent au rôle de financiers, situation que l’on retrouve dans d’autres parties du Sahara. Des relations commerciales ont pu être entretenues avec des partenaires aussi différents que des marchands européens sur la côte Atlantique, les habitants des oasis et de simples paysans et citadins.

6Les membres d’un même réseau marchand collaboraient de diverses manières : ils partageaient des informations économiques, étaient engagés dans des relations de confiance à travers le crédit et devaient affronter ensemble les aléas et les risques de toute nature qui sont inhérents à ces activités. Le fait de partager une même culture, caractérisée par des règles commerciales, éthiques, et légales leur permettait de réduire les coûts de leurs transactions et de parvenir à dominer les fluctuations de prix et les incertitudes des marchés. C’est grâce à ces étroites relations que des conjonctures économiques défavorables ont pu être traversées et que les activités commerciales ont pu perdurer.

7Les femmes ont aussi joué un rôle dans ces réseaux marchands. Bien que condamnées par leur culture à se cantonner à des activités n’impliquant pas de grands déplacements, elles exercèrent pourtant leurs activités à travers des intermédiaires pendant que leurs maris étaient partis en voyage et des veuves continuèrent parfois leur négoce après leur mort. Les femmes impliquées dans le commerce étaient plus émancipées que les autres et certaines d’entre elles telles que les Masna participèrent activement aux activités caravanières. Lydon insiste sur le fait que les travaux consacrés au commerce (en majeure partie par des hommes) ont souvent ignoré le rôle joué par les femmes. Leurs activités commerciales qui font pourtant l’objet de plus en plus de travaux ne sauraient pourtant masquer le fait qu’elles occupent en général une position subalterne dans le commerce, car la liberté de se déplacer à longue distance et pendant longtemps n’intervient pour elles que tardivement dans leur vie, le plus souvent en relation avec la ménopause qui marque la fin de leur activité procréatrice.

8Il est indispensable pour mener à bien une telle recherche, insiste Lydon, d’avoir d’une part une connaissance intime de l’histoire des familles commerçantes qui ne peut s’acquérir qu’en recueillant oralement de nombreuses données et, de l’autre, d’avoir accès aux sources écrites en arabe qui sont souvent conservées dans les familles. Seuls quelques rares historiens, tels que Pascon pour le Maroc et Bjorkelo pour le Soudan, ont, d’après elle, combiné ces deux approches.

9Des relations de confiance sont indispensables à la réussite des activités commerciales. Quels sont leurs traits caractéristiques, comment fonctionnent-elles et comment peut-on les entretenir dans un espace aussi vaste ? Lydon insiste à juste titre sur le rôle fondamental joué dans ces sociétés musulmanes par la pratique de la lecture et de l’écriture de l’arabe qui a rendu possible la tenue d’une comptabilité, l’envoi de lettres, la signature de contrats etc. dans le cadre de ce qu’elle appelle « a paper economy » structurée par des pratiques légales fondées sur le droit musulman. Bien que relations de confiance et foi musulmane soient intrinsèquement liées, les Juifs qui sont aussi des « gens du Livre » participaient à ce système. Dans un tel contexte les institutions musulmanes et leurs représentants que sont les qadis et les muftis jouent un rôle régulateur. En cas de différent commercial ou de conflit lié à l’héritage, il était fait appel à eux de telle manière que les membres des réseaux marchands de Wad Nun pouvaient par exemple en référer au qadi de Tishit. Cependant Lydon montre bien qu’il existait des limites à la valeur attribuée aux documents écrits, car ceux-ci ne pouvaient en cas de conflit avoir valeur de preuves, celles-ci devant être avant tout constituées de témoignages oraux.

10Le fonctionnement d’une économie caravanière repose sur la participation d’un grand nombre de gens : des financiers, des caravaniers, de la main-d’œuvre servile, ainsi que des familles sédentaires. L’ensemble du système est fondé sur le crédit octroyé par des financiers, mais il est indispensable pour son expansion que de nouvelles sources de financement puissent être trouvées. Fournir du crédit à plusieurs commerçants constitue aussi dans un milieu aléatoire comme le Sahara une manière de minimiser le risque de perdre son capital. Le réseau marchand de Wad Nun a la particularité de regrouper des Juifs et des Musulmans et d’entretenir des liens avec d’autres réseaux marchands et des populations locales. La collaboration judéo-musulmane a duré pendant plusieurs siècles et a permis au réseau d’avoir accès à des marchandises européennes arrivant au port marocain de Essaouira. Cette division du travail convenait parfaitement aux Juifs de Goulimine qui ne s’aventuraient plus au Sahara depuis qu’au XVème siècle avait eu lieu un massacre à Tombouctou. Les commerçants de Wad Nun développèrent aussi des liens avec la population des localités de Mauritanie dans lesquelles ils s’installèrent, ainsi qu’au Sénégal et au Mali.

11Les commerçants du réseau de Wad Nun exportaient de la poudre d’or, de l’ivoire, des plumes d’autruche en Europe et des tissus et des épices en Afrique du Nord. Ils importaient d’Europe du sucre, du thé, des tissus et des armes à feu ainsi que des théières, des tapis et des objets religieux tels que des livres et des chapelets du Maroc. Lydon insiste sur le fait que ces courants d’échanges religieux, culturels, et intellectuels ont été à l’origine de changements sociaux importants dans différents domaines. Ainsi chez les Tikna, elle signale que le couscous, les pâtisseries et le tajin ont été introduits. L’adoption du thé et du rituel qui accompagne sa préparation constitue aussi un changement important dans les habitudes alimentaires (que buvait-on auparavant ?, sans doute du café comme dans d’autres parties du Sahara). Lydon remarque que ces changements n’ont pas seulement concerné les modes de consommation ou des marqueurs d’identité, mais également la pratique de langues telles que le songhay, le bambara ou le wolof ou des fonctions telles que celles de griot ou encore des formes architecturales. En résumé le commerce transsaharien a, comme l’avait déjà remarqué Delafosse, bien plus véhiculé des idées que des marchandises.

12Le livre de G. Lydon est d’une grande richesse dont il est difficile de rendre compte dans une recension. Il contient des cartes, un glossaire, une abondante bibliographie et d’utiles annexes.

Haut de page

Notes

1 The Unrevaling of a Neglected Source: A Report on Women in Francophone West Africa in the 1930s. Cahiers d’études africaines, 147, 1997, p. 555-584. Ce rapport a depuis fait l’objet d’une publication : Denise Savineau, La famille en A.O.F. Condition de la femme, Paris, L’Harmattan, 2007, 185 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Arditi, « Lydon Ghislaine, 2009, On Trans-Saharan Trails. Islamic Law, Trade Networks, and Cross-Cultural Exchange in Nineteenth-Century Western Africa », Journal des africanistes, 81-1 | 2011, 224-226.

Référence électronique

Claude Arditi, « Lydon Ghislaine, 2009, On Trans-Saharan Trails. Islamic Law, Trade Networks, and Cross-Cultural Exchange in Nineteenth-Century Western Africa », Journal des africanistes [En ligne], 81-1 | 2011, mis en ligne le 16 janvier 2016, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3830

Haut de page

Auteur

Claude Arditi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org