Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Le Quellec Jean-Loïc, François-Xavier Fauvelle-Aymar, et François Bon, 2009, Vols de vaches à Christol Cave. Histoire critique d’une image rupestre d’Afrique du Sud

Paris, Publications de la Sorbonne
Lilyan Kesteloot
p. 222-223
Référence(s) :

Le Quellec, Jean-Loïc, François-Xavier Fauvelle-Aymar, et François Bon, 2009, Vols de vaches à Christol Cave. Histoire critique d’une image rupestre d’Afrique du Sud, Paris, Publications de la Sorbonne, 175 p.

Texte intégral

1L’étude de cette peinture rupestre d’Afrique du Sud est exemplaire de l’incidence du regard (ou de la personnalité, ou des hypothèses préalables) du chercheur sur l’objet étranger décrit (peinture, technique, rite, ou encore tout autre document).

2L’objectif des auteurs en effet n’est pas de présenter cette peinture connue depuis plus d’un siècle, et reproduite mainte fois, comme paradigme de l’art rupestre d’Afrique australe. Mais d’en vérifier, ou d’en revoir l’interprétation qui en fut faite par nombre d’archéologues qui l’ont observée et analysée.

3En effet, la découverte fut faite par un Français Frédéric Christol, missionnaire protestant de 1833 à 1882 dans une région proche de la frontière entre le Lesotho et l’État sud-africain. Cette grotte fut encore visitée par Georges W. Stow géologue des 1867, puis par Hermann Dieterlen en 1906 pour le compte de l’abbé Breuil. Ce dernier y vint en personne en 1929 presque en même temps que Frobenius le célèbre ethnologue allemand ; ce pendant que d’autres scientifiques, comme Clarence Van Riet Lowe, Dorothea Bleek, Helen Tongue, Bert Woodhouse et Agnès Schulz, sans compter nos trois chercheurs actuels, se succédèrent sur le site de « Christol Cave ».

4C’est sur la localisation de cette grotte que s’interrogent d’abord ces derniers. En effet, le site a un nom afrikaans, Venters Rock, qui remplaça un nom néerlandais, Lammerberg Drieft, c’est-à-dire : Mont des Lamentations. Ce nom se trouve sur les premières cartes du XIXe siècle, et fut rayé en même temps que les implantations Sothos, lorsqu’en 1854 le souverain du Lesotho fut contraint d’abandonner ces territoires au bénéfice de l’État sud-africain. Comme le fut plus tard le fameux royaume des Ngunis-Zoulous.

5Cette fresque murale représente une bataille. La conquête de l’Afrique australe, lente et difficile, fut elle-même ponctuée de nombreuses batailles. Mais las ! Ce n’est pas un combat de ce type que représente la fresque, mais « un vol de vaches, par les Buschmens (petits hommes rouges) et que les Matabele, ou Zoulous (grands noirs) poursuivent pour les reprendre ».

6Telle en tout cas fut l’interprétation qu’en donnèrent les visiteurs successifs (et savants) de la Christol Cave, souvent sans même se soucier d’expliquer leurs arguments. En effet, qui sont les voleurs et qui sont les volés ? On affirme comme une évidence que les Buschmens, chasseurs-cueilleurs, ne pouvaient être que les voleurs des vaches appartenant aux Zoulous, pasteurs-agriculteurs. Vision évolutionniste, remarquent nos chercheurs d’aujourd’hui, fondée sur des a priori scientifiques, puisqu’il fut longtemps entendu que les peuples les plus primitifs (Pygmées, Buschmens, Hottentots, etc.) le cédèrent à des peuples qui savaient cultiver la terre et domestiquer les animaux. Supériorité des techniques. Des armes aussi : sagaie et grands boucliers des Zoulous contre les petites flèches des Bushmens. Et sans doute aussi, en filigrane, que les Européens supérieurs en armes et en techniques à leur tour... Quant aux Buschmens, ils ont presque disparus.

7Dès lors, nos archéologues se lancent dans une véritable exploration du palimpseste qui constitue cette peinture rupestre considérée en Afrique du Sud comme « historique » et symbolisant les événements du siècle passé.

8C’est que dans l’état actuel, cette peinture est en vérité à peine visible. Et l’on apprend comment les « visiteurs » l’ont mouillée pour prendre des clichés et des empreintes, comment ils l’ont mutilée en détachant des fragments de la roche et les envoyant aux musées de Berlin, de Paris, de Londres. Tout le travail va donc consister à comparer les relevés faits par les différents archéologues, et à reconstituer peu à peu, avec le secours de plusieurs logiciels, l’image originale telle qu’a dû la voir F. Christol. Mieux même, puisque Christol n’a pas tout mis sur son relevé, et les méthodes modernes révèlent des détails, des éléments absents du « panneau princeps ». Travail exemplaire en tout cas de ce qu’on peut faire avec la technologie d’aujourd’hui.

9Quant à l’interprétation... c’est plus douteux. L’hypothèse de nos auteurs renversait l’interprétation de leurs prédécesseurs : n’était-ce pas plutôt ces grands noirs bien armés qui s’en allaient voler les troupeaux des Buschmens ? Impossible ? Eh non ! À l’analyse, on a découvert des Sani (types de Buschmen) locaux pratiquant l’élevage. D’autre part, ce même XIXe siècle est bien celui où les Zoulous ont conquis nombre de leurs voisins, dont les Sothos sur le territoire de qui se trouve la grotte. La peinture témoigne d’une bataille, mais ce n’est peut-être pas celle que l’on croit !

10En tout cas la preuve est faite que le regard du chercheur n’est jamais objectif, et qu’une autre lecture peut être faite de cette célèbre peinture... et sans doute de beaucoup d’autres données ethnologiques gisant dans les monographies spécialisées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lilyan Kesteloot, « Le Quellec Jean-Loïc, François-Xavier Fauvelle-Aymar, et François Bon, 2009, Vols de vaches à Christol Cave. Histoire critique d’une image rupestre d’Afrique du Sud », Journal des africanistes, 81-1 | 2011, 222-223.

Référence électronique

Lilyan Kesteloot, « Le Quellec Jean-Loïc, François-Xavier Fauvelle-Aymar, et François Bon, 2009, Vols de vaches à Christol Cave. Histoire critique d’une image rupestre d’Afrique du Sud », Journal des africanistes [En ligne], 81-1 | 2011, mis en ligne le 11 janvier 2016, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3827

Haut de page

Auteur

Lilyan Kesteloot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org