Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Le Quellec Jean-Loïc, 2010, La Dame Blanche et l’Atlantide. Enquête sur un mythe archéologique

Paris, Editions Errance, Coll. pierres tatouées, biblio., fig
Christian Dupuy
p. 219-222
Référence(s) :

Le Quellec Jean-Loïc, 2010, La Dame Blanche et l’Atlantide. Enquête sur un mythe archéologique, Paris, Editions Errance, Coll. pierres tatouées, biblio., fig., 287 p.

Texte intégral

1Dans ce livre consacré à l’époque coloniale, Jean-Loïc Le Quellec nous montre comment un chercheur célèbre, l’abbé Henri Breuil, désireux de contribuer à la connaissance de l’histoire ancienne de l’Afrique, fut conduit à attribuer à des étrangers blancs originaires de Méditerranée, la réalisation d’une peinture d’archer dans le massif du Brandberg (Namibie) et la construction des imposants édifices du Grand Zimbabwe (ancienne Rhodésie, Zimbabwe actuel) ; ces deux évènements se trouvant ainsi liés dans sa théorie.

2Les pièces versées au dossier de l’enquête menée par Le Quellec sont abondantes et diversifiées. Elles comprennent de longues citations, des notes de voyages d’explorateurs, les correspondances de chercheurs, les biographies synthétiques de 123 personnes auxquelles l’auteur s’est intéressé à différents titres, un inventaire des romans du genre « récits de mondes perdus » avec des renvois à leur adaptation cinématographique. Tout cela est commenté, analysé et illustré par des relevés archéologiques d’époque associés aux photographies de leurs auteurs, des relevés récents destinés à être comparés aux documents anciens, des reproductions de couvertures de romans, de coupures d’articles de journaux, d’affiches de films accompagnés de photos d’acteurs prises sur les lieux de tournage.L’enquête s’ouvre sur un extrait du journal de voyage rédigé par l’explorateur allemand Reinhard Maack les 3 et 4 janvier 1918 (traduit pour la première fois en français par Le Quellec) relatant sa découverte de peintures sous un abri rocheux dans le massif du Brandberg dont il effectue un croquis au crayon noir à main levée. Ce relevé est porté à la connaissance de Breuil en 1929. La figure d’un archer marchant à grandes enjambées, tête et jambes traitées de profil, épaules de face, retient toute son attention en raison de son style jugé « académique » au regard des conventions de dessin appliquées aux représentations humaines durant l’antiquité égyptienne et grecque. En 1943, Breuil observe pour la première fois la photographie de cette figure qui se trouve peinte en blanc du bas ventre aux pieds à la différence des sujets voisins faisant plus largement appel aux ocres. Cette prédominance du blanc et, plus encore, le profil du visage que Breuil qualifie de « singulièrement beau rappelant une figure de vase grec », lui font assimiler cette œuvre à un personnage féminin de race méditerranéenne (grecque, crétoise ou égyptienne). Or, vingt-cinq ans plutôt, Maack identifiait cette « Dame Blanche » à… un homme au pénis infibulé. On peut regretter qu’aucune des photographies récentes prises par Le Quellec et présentées dans son livre ne montre sous fort agrandissement le bas ventre de l’archer. Le cliché le plus détaillé en page 34 ne permet pas de se prononcer sur la présence d’un pénis. Toutefois, de l’avis général, Maak avait raison. Quant au profil soit disant « grec » du visage, il s’avère largement interprété : la comparaison de la photographie prise par Le Quellec (p. 80) avec le relevé à l’encre que fit Breuil d’après une prise de vue d’époque (p. 220), ne laisse aucun doute. Attiré depuis 1929 par cette « Dame Blanche » du Brandberg, Breuil finit par se rendre sur le terrain en 1947 alors qu’il a 70 ans et que sa vue a beaucoup baissé. Dix nuits durant, il dort au pied de la peinture de son idylle. Suivent deux autres missions en 1948 et 1950. Toutes les peintures sont reproduites à la gouache sur papier translucide. Le relevé de la « Dame Blanche » est saisissant de précision : nez aquilin, fin sourcil souligné au trait de peinture foncée, globe oculaire délimité par des liserés de peinture blanche, poitrine légèrement proéminente de chaque côté du torse suggérant des seins peu développés (p. 70). Ces caractères ne s’observent pas sur les photographies. En 1948, plusieurs chercheurs font part à Breuil de leurs doutes quant à la fidélité de sa reproduction. Ce dernier ne tient pas compte de leur scepticisme, convaincu d’avoir raison et encouragé en ce sens par sa secrétaire Mary Boyle qui l’assiste quotidiennement dans son travail et qui, elle-même, assimile la peinture de la « Dame Blanche » à la déesse chasseresse Diane-Isis. En 1955, Breuil et sa secrétaire lui consacrent un livre dans lequel ils exposent leur théorie que résume en ces termes Le Quellec : « Breuil et sa secrétaire étaient fascinés par cette Dame Blanchequ’ils considéraient comme le témoignage d’une tradition académiquedes plus anciennes… imputable à des étrangers blancs – Phéniciens, Egyptiens, Sémites, Méditerranéens –… arrivés en Afrique australe en débarquant sur sa côte orientale. (De là) ils pénétrèrent dans l’intérieur du pays où ils exercèrent une profonde influence civilisatrice avant de disparaître mystérieusement, et les ruines du Grand Zimbabwe sont l’un des marqueurs de la route qu’ils avaient suivie » (p. 100-101). Ainsi se trouvent liés les deux événements mentionnés au début de ce compte rendu.

3Comment Breuil et sa secrétaire ont-ils pu concevoir un tel scénario ? Leur personnalité et l’état des connaissances archéologiques d’alors ne sont pas totalement étrangers à cette situation. Selon Le Quellec, l’essentiel est ailleurs.

4« Depuis le XVIIIe siècle, l’environnement que découvraient explorateurs et colons était interprété par eux à la lumière des textes classiques et bibliques, et les auteurs et aventuriers qui tenaient la bible pour référence ultime, à l’instar de Breuil et Mauch (voir ci-dessous), l’utilisaient comme une sorte d’encyclopédie où il était facile de puiser des passages susceptibles d’expliquer – à leurs yeux – bien des mystères… » (p. 105). C’est ainsi qu’en 1874, le géographe Karl Gottlieb Mauch attribue les monuments à base de blocs de granite équarris du Grand Zimbabwe situé au cœur d’une région aurifère exploitée de longue date pour son métal précieux, à des Phéniciens venus chercher en ces lieux l’or du « pays d’Ophir » d’où, selon la Bible, la reine de Saba contemporaine du roi Salomon (Xe siècle av. J.-C.) tirait sa richesse légendaire.

5Toutefois, le fait que le monde occidental ait été pétri de culture biblique ne suffit pas à expliquer le rejet des travaux de Gertrude Caton-Thompson qui démontre en 1931, à partir des données de ses fouilles archéologiques, l’origine médiévale africaine du Grand Zimbabwe. Ses conclusions (aujourd’hui largement acceptées) heurtent l’opinion coloniale largement acquise à l’idée que les Africains sont incapables de penser et donc inaptes à construire un tel complexe architectural. De fait, ceux-ci doivent être instruits, leur territoire occupé, les richesses de leur continent exploitées par des étrangers « civilisés ». Ces préjugés s’enracinent d’autant plus profondément que certains « savants », à l’instar de Mauch, de Breuil et d’autres, soutiennent qu’en des temps immémoriaux, des instructeurs méditerranéens s’étaient déjà engagés dans cette mission « civilisatrice » : des architectes phéniciens au Zimbabwe, des peintres méditerranéens de l’Antiquité classique dans le Brandberg... Ainsi la politique des colons se trouve confortée par les récits des historiens et, en retour, les récits de ces derniers plébiscités. Cette reconnaissance mutuelle, loin de favoriser les remises en cause, encourage la perpétuation du système colonial. Un autre élément alimente l’européocentrisme dont il se nourrit : le développement à partir du milieu du XIXe siècle d’un genre littéraire populaire dénommé par Le Quellec « récits de mondes perdus ». Les adaptations cinématographiques qui en sont faites, connaissent elles aussi un vif succès jusqu’aux indépendances. Plus d’un millier de ces romans sont écrits en un siècle. Le Quellec, analyses comparées à l’appui, en définit l’archétype : « les héros de ces livres, explorateurs ou archéologues, découvrent une population inconnue ayant miraculeusement survécu au milieu des dunes sahariennes ou des forêts de l’Afrique « noire »… Des documents ou inscriptions énigmatiques leur révèlent que la dite population descend d’anciens Egyptiens (cas le plus fréquent), de Phéniciens (par référence au « pays d’Ophir » et aux mines du roi Salomon mentionnés dans la Bible dont il a été question ci-dessus à propos du Grand Zimbabwe), de Carthaginois, de Grecs, de Romains ou encore d’Atlantes (descendants du peuple supposé avoir occupé « l’île Atlantide » avant son engloutissement comme le rapporte Platon ; un autre monde perdu à l’instar de celui « d’Ophir »). Le contraste entre les blancs cultivés membres de cette population et les sauvages noirs primitifs qui les entourent est maximal. Lorsque le système politique est décrit, c’est le plus souvent pour en faire une société matriarcale, et/ou dominée par une prêtresse, vierge ou reine blanche semi divine ou même éternelle – bref : une Dame Blanche” » (extraits des pages 146 et 158-159 rapprochés ici artificiellement). Breuil et sa secrétaire ne pouvaient ignorer ces romans. Leur perception de la peinture de l’archer du Brandberg aurait-elle été influencée par ce genre de littérature ? Pour Le Quellec, « il ne fait guère de doute qu’il faille considérer le livre de la « Dame Blanchecomme un véritable roman scientifiqueet le dernier des grands récits de monde perdu” » (p. 194).

6Le dossier de la « Dame Blanche » montre combien le contexte colonial a contribué à brouiller les frontières entre archéologie, littérature, textes antiques et biblique. D’autres travaux menés en dehors de l’Afrique australe et présentés par Le Quellec témoignent de l’étendue du phénomène et de sa prégnance. C’est ainsi qu’en 1913 Leo Frobenius fut conduit à identifier les têtes humaines en terre cuite d’Ife (Nigeria) dont le style évoquait à ses yeux des portraits grecs, à des œuvres d’Atlantes. Une passerelle du même genre est encore dressée en 1957 dans un article de Paris-Match intitulé « Ici un méhariste a trouvé l’Atlantide » relatant les premières découvertes d’œuvres rupestres au Sahara par Charles Brenans… Ces « romans scientifiques » ainsi que les nomme Le Quellec furent très en vogue durant toute la période coloniale. Les raisons de leur succès se dévoilent au fil des pages et des illustrations.

7Au terme de son enquête, l’auteur ne peut s’empêcher de rebondir sur une question dans la veine de ses travaux et qui naturellement le titille : existe-t-il de nos jours des mythes orientant subrepticement les discours actuels des historiens et des préhistoriens ? Ne pouvant y répondre faute du recul temporel nécessaire à une telle analyse, Le Quellec s’adresse en quelque sorte aux historiographes et mythologues de demain, les appelant ainsi à réfléchir sur notre époque et notre relation à l’Afrique d’hier et d’aujourd’hui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Dupuy, « Le Quellec Jean-Loïc, 2010, La Dame Blanche et l’Atlantide. Enquête sur un mythe archéologique », Journal des africanistes, 81-1 | 2011, 219-222.

Référence électronique

Christian Dupuy, « Le Quellec Jean-Loïc, 2010, La Dame Blanche et l’Atlantide. Enquête sur un mythe archéologique », Journal des africanistes [En ligne], 81-1 | 2011, mis en ligne le 11 janvier 2016, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3825

Haut de page

Auteur

Christian Dupuy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org