Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Lacombe Paul, 2009 (1889), L’évolution du mariage, tome 1

Avant- propos de François Sigaud, textes de Françoise Héritier, Martine Segalen et Jean-Luc Jamard, Paris, Ibis-Press, Coll. Résurgence
Jeanne Semin
p. 215-217
Référence(s) :

Lacombe Paul, 2009 (1889), L’évolution du mariage, tome 1, Avant- propos de François Sigaud, textes de Françoise Héritier, Martine Segalen et Jean-Luc Jamard, Paris, Ibis-Press, Coll. Résurgence, 159 p.

Texte intégral

1La collection Résurgences, dirigée par François Sigaud, propose la réédition d’un texte de Paul Lacombe, historien précurseur, dont les anthropologues redécouvrent aujourd’hui le caractère novateur notamment dans le domaine de la parenté. Son essai sur La famille dans la société romaine, étude de moralité comparée, paru en 1889, se compose de deux parties dont la première, qui nous intéresse ici, est rééditée sous le titre L’évolution de la famille. Elle consiste en l’analyse d’un éventail des comportements matrimoniaux observés par le monde, à travers des sources qui serviront également aux premiers anthropologues : Herbert Spencer, Letourneau, Bachofen, Lubbock, Morgan, Maine... Cette première partie se veut une forme d’introduction à un second texte visant à expliquer les causes du désordre qui s’introduit dans les mœurs conjugales au temps de la République romaine. Contre les convenances scientifiques de son époque, Paul Lacombe estime que la méthode comparative qu’il applique pour aborder les mœurs conjugales dans la Rome antique doit s’étendre à tous les peuples, en y incluant les barbares et les civilisations orientales.

2Au sujet du mariage, entendu ici dans un sens large comme relation sexuelle plus ou moins réitérée entre un homme et une femme, Paul Lacombe propose, avec les données de son temps, un tableau évolutif allant de la promiscuité généralisée (dont on sait aujourd’hui qu’elle n’a jamais existé dans les sociétés humaines), à la monogamie, en passant par les voies divergentes de la polyandrie et de la polygamie. Il offre des exemples précis et situés, et souvent passionnants d’organisations matrimoniales originales, et se démarque des hypothèses évolutionnistes en soulignant sans réserve la coexistence et la simultanéité de différentes formes de mariages dans une même société. En homme féministe avant l’heure, il interroge dans un deuxième chapitre le statut de la femme dans le mariage, et aborde là aussi la grande diversité des faits, du mariage par rapt, à l’amour chevaleresque, en passant par l’hétaïrisme, pour parvenir à l’égalité des époux. En étudiant de près les différents systèmes de la dot, versée par les parents de l’époux ou par ceux de l’épouse, il articule le statut de la femme mariée à sa fortune économique et sociale. Enfin dans un dernier chapitre, plus court, il s’intéresse à l’évolution de la famille vers l’indépendance des enfants et nous rappelle le règne et la brutalité légitimée en Chine comme à Rome du pater familias, puis le caractère révolutionnaire de la loi de 1792 qui en France donna aux enfants la pleine possession du fruit de leur travail et un relatif libre arbitre dans les choix de mariage.

3Le propos principal, fort original en son temps, est de montrer que ces évolutions qu’il décrit sont mues essentiellement par les forces de l’économie et de l’intérêt, les considérations religieuses et morales apparaissant comme des conséquences admises a posteriori de stratégies matérielles. L’auteur propose à ce titre une théorie de la morale en avance sur son temps et démontre que la morale n’est autre chose que « ce qu’on impose aux autres ». Dans le domaine des mœurs conjugales comme dans celui de la politique, le progrès moral est toujours quelque chose que le fort a, dans son intérêt, imposé au faible, lequel en a finalement pris son parti. Avec l’avènement de la démocratie et l’abolition des privilèges, les forces populaires finissent par imposer aux classes dominantes le respect de ces lois devenues morales. Ainsi on voit bien que l’endogamie comme la polygamie ont été plus longtemps le domaine réservé et l’orgueil des hautes sphères dans plusieurs sociétés, et que les raisons de leur abandon sont économiques et sociales avant d’être morales.

4La réédition de cette œuvre féministe aux accents tocquevilliens apporte donc un éclairage nouveau tant sur les théories morales de l’évolution sociale que sur l’anthropologie de la parenté, comme le rappellent les commentaires introductifs de Jean-Luc Jamard, Martine Ségalen et Françoise Héritier. Cette dernière, après avoir salué l’esprit caustique et iconoclaste de l’auteur, conteste à bon droit son hypothèse concernant la prohibition de l’inceste, qu’il perçoit comme la conséquence socialement admise de la pratique des dominés, contraints « à aller voir ailleurs » du fait monopole des hommes dominants sur les femmes du groupe. Paul Lacombe fait en effet l’impasse sur le problème de l’acceptation de la concurrence extérieure par les dominants des autres groupes. La prohibition de l’inceste s’accompagne forcément là encore d’une prise de conscience de l’intérêt matériel et social de l’échange, comme le démontrera magistralement Claude Lévi Strauss.

5Dans le domaine africaniste, le propos de Lacombe, mettant en lumière le rôle capital du moteur économique dans l’évolution du mariage, s’avère également d’une grande actualité à un moment où font débat les questions du statut de la femme dans le mariage polygame, de sa capacité d’action stratégique, ou, selon le terme en vogue, de leur agency, du rôle de la dot, et de la crise de masculinité qu’engendrent les crises économiques et l’implosion de l’informel féminin.

6On soulignera le caractère très accessible et agréable du texte de Paul Lacombe, non dénué d’humour, et on regrettera simplement l’absence d’une récapitulation bibliographique rappelant les sources de l’auteur, ainsi que celles citées en introduction par Jean-Luc Jamard, relatives aux éclairages contemporains dans le domaine de la parenté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jeanne Semin, « Lacombe Paul, 2009 (1889), L’évolution du mariage, tome 1 », Journal des africanistes, 81-1 | 2011, 215-217.

Référence électronique

Jeanne Semin, « Lacombe Paul, 2009 (1889), L’évolution du mariage, tome 1 », Journal des africanistes [En ligne], 81-1 | 2011, mis en ligne le 11 janvier 2016, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3820

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org