Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Korieh C.J. & Ezeonu I (éds), 2010, Remembering Biafra. Narrative, History, and Memory of the Nigeria-Biafra War

Glassboro - Owerri, Goldline & Jacob Publishers
Françoise Ugochukwu
p. 214-215
Référence(s) :

Korieh C.J. & Ezeonu I (éds), 2010, Remembering Biafra. Narrative, History, and Memory of the Nigeria-Biafra War, Glassboro - Owerri, Goldline & Jacob Publishers, 212 p.

Texte intégral

1Les communications rassemblées dans ce volume ont d’abord été présentées à un colloque sur la guerre du Biafra tenu aux États-Unis en septembre 2009, prouvant que, quarante ans après, ce conflit continue à retenir l’attention des chercheurs. La question du génocide, parfois contestée, est ici abordée ouvertement, photos des massacres de 1966 à l’appui. La carte présentée en introduction a le mérite de montrer clairement la façon dont les troupes fédérales ont dès le début de la guerre pris en tenaille le territoire biafrais. Pour les quatorze auteurs, tous igbo sauf un, il s’agissait bien là d’un génocide « conçu, planifié et exécuté avec le soutien des dirigeants de l’État » (p. 3), et ils citent à l’appui de leurs dires le rapport de la commission internationale d’enquête sur les crimes et génocides.

2L’ouvrage propose un regard neuf sur des sujets habituellement laissés de côté : les chants de guerre, le sort des femmes, les relations entre les Igbo de l’Est et du Midwest, la situation des populations dans les zones reconquises et la question des enfants-soldats. Les auteurs lèvent le voile avec franchise sur des sujets tabous comme la conscription forcée et les dissensions au sein du Biafra. Alors que le Biafra est communément considéré comme une cause igbo, l’ouvrage rappelle également la présence des minorités ethniques au Biafra, représentées ici par Saro- Wiwa (qui enseignait à Nsukka en 1967), reconnaît la contribution des missionnaires et des ONG, et souligne que les Igbo eux-mêmes n’ont pas tous soutenu la cause biafraise. Le livre souligne le rôle du pétrole dans la guerre tout en rappelant qu’aujourd’hui, dans un pays politiquement dominé par le nord, 98 % du revenu national provient encore de nappes de pétrole situées dans le sud-est.

3Le premier chapitre se penche plus particulièrement sur la poésie, offrant une redéfinition du patriotisme et remettant en question l’image traditionnelle du soldat mourant pour sa patrie, « pour un honneur dont il ne fera pas l’expérience et pour une qualité de vie dont il ne jouira pas » (p. 28). Le livre souligne le fait que la guerre du Biafra est la seule à avoir produit un large corpus de romans historiques nés d’expériences individuelles et collectives, qui constituent un témoignage unique, dû pour l’essentiel à des écrivains igbo qui ont vécu la guerre de l’intérieur – un fait unique en Afrique. Le second roman d’Adichie, en particulier, domine les quatre premiers chapitres. Quant au chapitre 5, il offre l’occasion de découvrir une épopée igbo quasi inconnue : Eke Une, présentée ici comme une histoire voilée de la guerre.

4Les auteurs mettent enfin en lumière l’échec du programme ‘des trois R’ : « réconciliation, reconstruction, réintégration », proclamé en 1970 par le gouvernement fédéral et appliqué sans enthousiasme, et démontrent qu’après la reddition biafraise, la guerre s’est poursuivie sur le terrain politique, marginalisant les anciens Biafrais qui ne semblent pas avoir jamais été réintégrés dans la fédération. Le titre du 3e chapitre, « exhumer le fantôme d’un présent troublé », résume cet effort de mise à jour de traumatismes habituellement cachés. C’est l’un des buts de l’ouvrage de contribuer au travail de clarification, de débroussaillage requis, du fait qu’« un peuple ne peut progresser que s’il a une solide compréhension de son histoire » (p. 59). Les auteurs insistent sur le rôle que l’éducation nationale aura à jouer dans la résolution des problèmes et dans la construction d’une paix durable, et proposent des solutions : « transparence, justice, égalité, et la pratique d’un vrai fédéralisme qui décentralise le gouvernement » (p. 35). Les quelques répétitions qu’on trouve d’un chapitre à l’autre sous la plume de différents auteurs ne font que mettre en évidence les pensées qui dominent la réflexion actuelle sur le conflit. Pour eux, en définitive, « la question centrale posée aux relations entre ethnies depuis la fin de la guerre est celle de la place des Igbo au sein de la fédération » (p. 182), et la réflexion sur cette question se poursuivra dans le dernier chapitre. Il s’agit là d’un livre résolument tourné vers l’avenir et qui cherche à tirer les leçons de la guerre avec une remarquable honnêteté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Ugochukwu, « Korieh C.J. & Ezeonu I (éds), 2010, Remembering Biafra. Narrative, History, and Memory of the Nigeria-Biafra War », Journal des africanistes, 81-1 | 2011, 214-215.

Référence électronique

Françoise Ugochukwu, « Korieh C.J. & Ezeonu I (éds), 2010, Remembering Biafra. Narrative, History, and Memory of the Nigeria-Biafra War », Journal des africanistes [En ligne], 81-1 | 2011, mis en ligne le 11 janvier 2016, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3818

Haut de page

Auteur

Françoise Ugochukwu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org