Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Kane Oumar, 2010, L’organisation des télécommunications au Sénégal. Entre gouvernance et régulation

Dakar - Paris, AfriMap Karthala & Crepos
Elieth P. Eyébiyi
p. 211-212
Référence(s) :

Kane Oumar, 2010, L’organisation des télécommunications au Sénégal. Entre gouvernance et régulation, Dakar - Paris, AfriMap Karthala & Crepos, 207 p.

Texte intégral

  • 1 Bayart, J.F., 1985, « L’énonciation du politique », Revue française de science politique 35, 3, jui (...)

1Arguant de ce que le secteur des télécommunications a été séparé de l’activité sociale par une logique de « fétichisation » de la technique propre à la recherche contemporaine en communication et dont il y aurait lieu de se méfier (p. 12), Oumar Kane veut interroger de façon critique la régulation des télécommunications au Sénégal. L’auteur rappelle avant tout la confusion conceptuelle entre réglementation, déréglementation, dérégulation et régulation. La régulation des télécommunications par l’Etat sénégalais s’inscrit dans le cadre élargi de la reproduction sociale des rapports de production et connait donc, au sens de la nouvelle économie publique, l’existence de défaillances du marché et d’une « asymétrie informationnelle » entre le régulateur et les acteurs régulés (p. 14). Du fait de ces défaillances, la régulation se trouve justifiée mais est menacée d’être capturée par certains acteurs au détriment d’autres, si ses objectifs sont trop nombreux et non hiérarchisés (p. 15). Les trois objectifs de la régulation sont l’efficience productive, l’efficience allocative et la redistribution de la richesse. Au plan conceptuel, Kane s’inscrit de fait dans la mouvance analytique de l’Etat postcolonial et convoque le paradigme de l’énonciation du politique (Bayart, 1985)1 pour problématiser les rapports changeants de la gouvernementalité entre l’Etat et les autres acteurs.

2Avant d’interroger la dynamique des réformes engagées au plan international, Kane historicise le processus de la régulation des télécommunications au Sénégal et l’inscrit dans le contexte postcolonial. Il révèle que l’initiative de la libéralisation puis de la privatisation du secteur des télécommunications a été inspirée en Afrique par des acteurs externes désireux de capturer un secteur éminemment productif de richesse. Le cadre global de la gouvernance tracé, l’auteur aborde en seconde partie une étude de cas. Il y effectue une archéologie de l’organisation des télécommunications et montre que le mode d’organisation à l’époque coloniale répondait à un triple besoin : administrer le territoire depuis la Métropole, exploiter des ressources naturelles, pacifier les territoires (p. 28). L’unité discursive sur les bienfaits de la privatisation telle que vécue dans le Sénégal contemporain, et par extrapolation dans d’autres pays de la sous-région, participe d’un « agenda de la communauté épistémique de la gouvernance globale qui opère aux fins de promouvoir une hégémonie par le partage de valeurs communes et la légitimation de l’ordre économique en voie de construction » (p. 183). D’ailleurs, le succès de la privatisation au Sénégal a servi de référent à plusieurs pays de la sous-région pour enclencher ou appeler à la liquidation de leurs sociétés historiques de télécommunications. Or, bien avant de vendre, le Sénégal a pris plusieurs mesures pour confortablement installer son opérateur historique et le rendre assez compétitif.

3La rareté des ressources constitue également un prétexte privilégié saisi par l’Etat pour légitimer l’intervention publique dans un secteur libéralisé comme l’est celui des télécommunications au Sénégal. La captation de la « rente de rareté » (p. 135) dans ce secteur apparaît alors fondamentale et au cœur des processus de régulation publique. Au nom des contraintes sécuritaires, des ressources générées et de la volonté politique de contrôler les radios émettant à destination du grand public, l’Etat a justifié son besoin de contrôler le lucratif sous-secteur de l’allocation des fréquences et relégué aux oubliettes la régulation du monde IP. La rente des télécommunications constitue de fait un point de fixation pour l’Etat Ouest africain et le régulateur reste un « acteur politique » dont l’intervention « est encadrée et structurée par le cadre législatif défini par le politique » (p. 174). Réguler pour le compte de l’Etat un secteur où l’Etat est lui-même actionnaire d’au moins un opérateur – l’historique – pose entre autres le problème éthique du rôle de l’Etat dans la régulation d’un secteur où son dirigisme contraste avec les promesses de déréglementation et met à mal l’indépendance et la légitimité du régulateur.

4La gouvernance transnationale des télécommunications priorise la libéralisation de l’environnement réglementaire (p. 183) dans le cadre global d’une économie libéralisée dont la catéchèse est professée par le néolibéralisme mondial. Ce dernier procède à la fois à l’aide d’un discours sur la promotion des technologies nouvelles et surtout d’une idéologie politique et économique consacrée par le paradigme de l’ « accès à l’universel » ; ou encore du discours sur le droit et la justice, pour justifier la nécessité de combler le fossé numérique. La régulation est devenue un instrument politique aux mains de l’Etat pour non seulement contrôler un secteur éminemment lucratif mais aussi et surtout garder la bride sur le cou du régulateur (p. 177).

5Étudiant L’organisation des télécommunications au Sénégal, à travers les modes de gouvernance pratique du secteur, Oumar Kane livre ici une économie politique de la régulation des télécommunications et éclaire les enjeux qui président à sa conduite. Dans un livre fluide et aisé à lire, l’auteur a le mérite de mettre au grand jour un acteur discret, mais déterminant que l’on semble souvent oublier dans les questions des télécommunications, l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Il dénoue les ficelles réelles de la gestion des télécommunications au Sénégal et se rend maître d’une analyse qui vaut, à de rares détails près, pour la sous-région ouest-africaine ; étant entendu que la plupart des autres pays se sont inspirés du modèle de régulation sénégalais reconnu comme « efficace », tout au moins de façon globale.

Haut de page

Notes

1 Bayart, J.F., 1985, « L’énonciation du politique », Revue française de science politique 35, 3, juin 1985, p. 343-373.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elieth P. Eyébiyi, « Kane Oumar, 2010, L’organisation des télécommunications au Sénégal. Entre gouvernance et régulation », Journal des africanistes, 81-1 | 2011, 211-212.

Référence électronique

Elieth P. Eyébiyi, « Kane Oumar, 2010, L’organisation des télécommunications au Sénégal. Entre gouvernance et régulation », Journal des africanistes [En ligne], 81-1 | 2011, mis en ligne le 11 janvier 2016, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3812

Haut de page

Auteur

Elieth P. Eyébiyi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org