Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Holder Gilles (dir.), 2009, L’Islam, nouvel espace public en Afrique

Paris, Karthala
Julien Bondaz
p. 206-209
Référence(s) :

Holder Gilles (dir.), 2009, L’Islam, nouvel espace public en Afrique, Paris, Karthala, 308 p.

Texte intégral

  • 1 Dahou, Tarik, 2005, « L’espace public face aux apories des études africaines », Cahiers d’études af (...)
  • 2 Ils rejoignent en ce sens la démarche « relativiste et critique » revendiquée par Mohamed Kerrou au (...)
  • 3 Eisenstadt, Shmuel Noah, et Wolfgang Schuchter, 1998, « Introduction: Paths to Early Modernities. A (...)

1Le titre de l’ouvrage dirigé par Gilles Holder laisse entrevoir trois problèmes. Le premier consiste dans le recours à la notion d’espace public pour l’analyse des sociétés africaines, et fait écho aux difficultés signalées dans l’article de Tarik Dahou, à ce sujet incontournable1. Il est particulièrement appréciable de constater que les auteurs rassemblés ici sont prudents à ce sujet, et nuancent fortement, dans les contextes qu’ils étudient, la distinction entre espace public et espace privé2. Le deuxième problème annoncé par le titre réside dans l’équivalence proposée entre3une religion, l’islam, et la notion d’espace public, qui apparaît avant tout comme un concept opératoire. Autrement dit, comme le défendent plusieurs auteurs rassemblés ici, il existerait des espaces publics politiques et des espaces publics religieux. Référence est faite à ce propos à la notion de « sphère publique religieuse » développée par Shmuel Noah Eisenstadt et Wolfgang Schuchter. Or, si une réflexion théorique est proposée à ce sujet par Michèle Leclerc-Olive, la plupart des auteurs décrivent et analysent moins des espaces publics religieux que des usages religieux de l’espace public.De ce point de vue, l’approche argumentée et nuancée de Maud Saint-Lary apparaît d’autant plus importante. S’appuyant sur une étude ethnographique des rapports entre une juridiction musulmane et une chefferie traditionnelle dans un village peul du Burkina Faso, elle met à l’épreuve deux critères définitoires, selon elle, d’un espace public religieux : l’autonomie du religieux vis-à-vis du politique (qui permettrait de distinguer un espace public religieux et un espace public politique) et la diffusion de valeurs et de normes morales. Une telle posture méthodologique s’avère précieuse, et oblige à de nombreuses nuances. Elle démontre en tout cas que l’étude des usages religieux des espaces publics en Afrique (ou du moins ici, en Afrique de l’Ouest) apparaît comme un chantier particulièrement stimulant pour les chercheurs.

2Ainsi, en analysant l’émergence de la figure du prédicateur musulman au Niger, Souley Hassane insiste notamment sur les usages d’Internet dans la construction du discours religieux, et sur les manières dont il articule le local et le global. Robert Launay et Rudolph T. Ware III décrivent les stratégies déployées par les « marabouts-enseignants » sénégalais et ivoiriens pour contrôler l’éducation, tandis que Fabienne Samson Ndaw s’intéresse aux « marabouts politiques » qui luttent pour occuper l’espace public sénégalais et décrit la « concurrence religieuse » (p. 165) qui en découle. Marie-Nathalie Leblanc montre comment les jeunes arabisants de Côte-d’Ivoire investissent l’espace public par le biais d’activités associatives ou scolaires (organisation de prêches ou de débats, cours d’alphabétisation, actions caritatives ou culturelles). Enfin, dans un texte particulièrement intéressant, Gilles Holder décrit comment, au Mali, les politiques culturelles et les processus de patrimonialisation peuvent être l’occasion de brouillages entre les initiatives étatiques et les discours religieux, et plus spécifiquement entre l’organisation de festivités dans le cadre de « Tombouctou 2006 » et celle des célébrations du Maouloud. La description d’un tel brouillage, qui contredit l’idée d’un espace public religieux autonome, conduit l’auteur à mettre en évidence la complexité des stratégies des acteurs en présence, et en particulier le jeu trouble de Kadhafi. Dans ces différents exemples, les usages religieux des espaces publics sont donc observés à plusieurs niveaux : l’occupation ou le contrôle des espaces publics (de la rue ou des medias, par exemple), la moralisation de ces espaces, les stratégies et les biographies des acteurs impliqués dans ces processus.

3Tous ces phénomènes sont présentés comme des changements récents, communs aux différentes sociétés étudiées.

  • 4 Il s’agit d’une version remaniée d’un article paru en anglais en 1999 (« The Formation of an "Islam (...)

4Dans l’évaluation d’un tel changement réside le troisième problème apparent dès le titre de l’ouvrage : l’idée d’une nouveauté du caractère religieux des usages qui sont faits des espaces publics africains. La mise en perspective historique est de ce point de vue indispensable, au-delà des nécessaires réflexions sur le temps long de l’Islam développées ici par Jean-Louis Triaud. Le caractère pluridisciplinaire des textes présentés ici s’avère donc particulièrement pertinent. De ce point de vue, le texte de Robert Launay et Benjamin F. Soares est assez révélateur4. Les deux auteurs situent l’émergence d’une « sphère islamique » en Afrique Occidentale Française dans « l’économie politique » de la période coloniale. Ils rapprochent ce phénomène de l’apparition d’une « sphère publique bourgeoise » dans l’Europe du XVIIIème siècle, et donc leur analyse de celle d’Habermas (p. 65), mais montrent que, plus qu’une islamisation des espaces publics, le processus historique est plutôt celui d’une politisation du domaine religieux qui dépasse le cadre duel du privé et du public (échappant ainsi à l’entendement des autorités coloniales de l’époque). La biographie croisée qu’ils proposent de Cheikh Ahmadou Bamba et de Cheikh Hamallah s’avère particulièrement éloquente à ce sujet.

5La vie de Cheikh Ahmadou Bamba est également au cœur des enjeux étudiés par Jean-Pierre Dozon, autour de la célébration des deux prières que le fondateur de la confrérie mouride fit le jour de son procès, le 5 septembre 1895, à Saint-Louis du Sénégal. Ce kureel des deux raakas est un cas particulièrement frappant d’invention d’une tradition religieuse, puisqu’il fut initié en 1976 pour des motifs non seulement religieux, mais aussi politiques. Dozon montre en effet comment l’épisode de la vie du Cheikh ainsi commémoré est étroitement lié à la ville de Saint-Louis et à la période coloniale. Nous assistons ainsi selon lui à une « réactualisation mouride de l’histoire sénégalaise » (p. 235), c’est-à-dire moins à un usage religieux de l’espace public qu’à un usage politique du religieux qui conduit à redéfinir les espaces publics (volonté de renommer la place Faidherbe à Saint-Louis, en place Cheikh Ahmadou Bamba, par exemple).

  • 5 Voir notamment Holder, Gilles, 2004, « La cité comme statut politique. Places publiques, pratiques (...)

6Au final donc, la variété des exemples traités ici et la densité de la plupart des analyses proposées témoignent bien de la portée heuristique des études concernant les espaces publics ouest africains, à laquelle Gilles Holder nous avait d’ailleurs déjà habitués5. Les trois problèmes signalés, ceux de la distinction entre public et privé, de la conceptualisation d’un espace public religieux et de l’historicité des processus d’islamisation de l’espace public, trouvent ici des pistes de réponse diverses. Certes, il apparaît bien souvent que, derrière ou en lieu et place des relations entre Islam et espace public, c’est avant tout la question des rapports entre Islam et politique qui est soulevée. Et il semble parfois illusoire de distinguer des espaces publics religieux et d’autres qui seraient politiques, tant dans les analyses qui en sont faites les domaines du religieux et du politique ne cessent d’être convoqués ensemble. Mais une telle distinction s’avère tout à fait opératoire, lorsqu’il s’agit de rendre intelligibles les glissements historiques et les stratégies d’acteurs qui définissent les espaces publics ouest africains, pour en mieux comprendre les usages actuels.

Haut de page

Notes

1 Dahou, Tarik, 2005, « L’espace public face aux apories des études africaines », Cahiers d’études africaines, 178, p. 327-349.

2 Ils rejoignent en ce sens la démarche « relativiste et critique » revendiquée par Mohamed Kerrou au sujet de l’application de cette distinction dans le contexte islamique. Voir, bien que la mention de cette référence soit discrète dans l’ouvrage qui nous intéresse ici, Mohamed Kerrou (dir.), Public et privé en Islam. Espaces, autorités et libertés, Paris, Maisonneuve et Larose, 2002.

3 Eisenstadt, Shmuel Noah, et Wolfgang Schuchter, 1998, « Introduction: Paths to Early Modernities. A Comparative View », Daedalus, 127, 3, p. 1-18; voir aussi Hoexter, Miriam, Shmuel Noah Eisenstadt et Nehemia Levtzion (dir.), 2002, The Public Sphere in Muslim Societies, New York, State University of New York Press.

4 Il s’agit d’une version remaniée d’un article paru en anglais en 1999 (« The Formation of an "Islamic Sphere" in French Colonial West Africa », Economy and Society, 28, 4, 1999, p. 497-519).

5 Voir notamment Holder, Gilles, 2004, « La cité comme statut politique. Places publiques, pratiques d’assemblées et citoyenneté au Mali », Journal des africanistes, 74, 1-2, p. 56-95.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Bondaz, « Holder Gilles (dir.), 2009, L’Islam, nouvel espace public en Afrique », Journal des africanistes, 81-1 | 2011, 206-209.

Référence électronique

Julien Bondaz, « Holder Gilles (dir.), 2009, L’Islam, nouvel espace public en Afrique », Journal des africanistes [En ligne], 81-1 | 2011, mis en ligne le 11 janvier 2016, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3806

Haut de page

Auteur

Julien Bondaz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org