Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Heusch Luc de, 2006, La transe et ses entours. La sorcellerie, l’amour fou, saint Jean de la Croix, etc.,

Bruxelles, Éditions Complexe
Philippe Laburthe-Tolra
p. 205-206
Référence(s) :

Heusch Luc de, 2006, La transe et ses entours. La sorcellerie, l’amour fou, saint Jean de la Croix, etc., Bruxelles, Éditions Complexe, 242 p.

Texte intégral

1Le fond du sujet est l’expérience de la transe, à rapprocher de l’amour, thème quasi-absent de l’anthropologie sociale. L’auteur met en œuvre et actualise une très riche érudition, qui rend difficile le compte-rendu d’un parcours sinueux agissant lui-même comme une sorte de philtre enivrant.

2L’extase mystique, obtenue par la solitude et le silence du virtuose religieux musulman ou chrétien, fait contraste avec le déploiement du corps dans les cultes de possessions africains : les Dieux possèdent, comme une monture ou comme une épouse, l’être dont ils s’emparent, et qui s’exprime alors par ses cris, ses chants, sa danse. Chants et danse constitueraient ainsi le premier art (face au silence de l’art rupestre).

3Gilbert Rouget a observé chez les Fon une phase de dépossession des novices, un état de grâce calme comme dans un ailleurs, et pour finir une possession paroxystique fiévreuse, qui s’achève par une sorte d’évanouissement. Y aurait-il là une part de théâtre et de jeu qui suppose un public ? Thérèse d’Avila ne distingue-t- elle pas aussi dans l’extase l’union calme et le “ravissement” ?

4À cette démarche s’opposerait celle du chamane, qui prend les devants et part en quête du tout autre... Hyperactif en chemin, le chamane effectue un voyage dont il pourra conter les étapes.

5Mais l’opposition n’est pas si nette. Pour Leiris, le culte des zar d’Éthiopie consiste d’abord à imiter des ancêtres, puis la conscience s’oblitère, annule la lucidité, plonge dans l’inconscient : le possédé n’est plus que transparence du dieu et reste amnésique.

6Le désir de Dieu dans les termes de l’amour sexuel est symétrique du désir de dominer le dieu pour se l’asservir : c’est ce qui se précise en particulier dans la sorcellerie, ou dans la culture d’un don charismatique. Mais l’expérience de l’amour fou emporte tout, et Luc de Heusch compare le philtre d’amour de Tristan et Isolde à un mythe mélanésien relatant l’origine de la magie d’amour. Au Cameroun, chez les Beti, est vécue la transcendance de la magie destructrice comme source de tout pouvoir, – tel Méphisto, ‘l’esprit qui toujours nie’, pour Faust.

7Ici, l’érudition de l’auteur est prise en faute : ce n’est ni Mallart, ni Lavignotte, cités, qui ont saisi les premiers cette sorte de prévalence du mal, mais bien Tessmann dans son immense livre méconnu « Die Pangwe » (Berlin, 1913) ; d’où, chez ces « Pahouins », une vision du monde extrêmement sombre. Par ailleurs, chamanisme, possession et transe se mêlent dans le témoignage du guérisseur fang au Pasteur Lavignotte : « Je me concentre, je me couche, on peut me croire endormi : mais j’effectue un vol magique au-dessus de la forêt, des rivières, de l’océan, où je retrouve les esprits et les morts ».

8On comprendra que l’auteur, à part Leiris, ait voulu laisser de côté les études religieuses du cercle de Griaule. Mais on comprend plus mal qu’il n’ait rien dit du célèbre texte de l’Ion (pp. 532-536 de l’édition Estienne) où Platon décrit l’inspiration divine envahissant le vrai poète. Je me permets aussi de ne pas être d’accord (p. 153) pour réduire au cas des vodunsi la prise de possession comme épouses par des dieux ou des génies : mon analyse du So des Beti prétend établir (au-delà de la double sexualité de Stoll) que tous ces initiés étaient épouses des défunts avec lesquels ils (ou elles) rétablissaient une alliance. Mais ce sont là broutilles face à ce beau texte qui évoque l’impasse moderne de Rimbaud, qui saisit les nuances délicates de Malinowski, qui réhabilite l’hypnose selon Freud, et qui montre comment l’incompressible besoin religieux se traduit par des transes profanes dans les hystéries actuelles des « fans » face à leurs idoles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Laburthe-Tolra, « Heusch Luc de, 2006, La transe et ses entours. La sorcellerie, l’amour fou, saint Jean de la Croix, etc., », Journal des africanistes, 81-1 | 2011, 205-206.

Référence électronique

Philippe Laburthe-Tolra, « Heusch Luc de, 2006, La transe et ses entours. La sorcellerie, l’amour fou, saint Jean de la Croix, etc., », Journal des africanistes [En ligne], 81-1 | 2011, mis en ligne le 08 janvier 2016, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3804

Haut de page

Auteur

Philippe Laburthe-Tolra

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org