Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Gutierrez Manuel, 2009, Art rupestre en Angola. Province de Namibe. Arte rupestre em Angola. Provincia do Namibe

Saint-Maur-Des- Fossés, Sépia
Christian Dupuy
p. 203-205
Référence(s) :

Gutierrez Manuel, 2009, Art rupestre en Angola. Province de Namibe. Arte rupestre em Angola. Provincia do Namibe, Saint-Maur-Des- Fossés, Sépia, 153 p.

Texte intégral

1Quoi de plus ardu que d’étudier des œuvres rupestres schématiques et abstraites pour lesquelles on ne dispose d’aucun contexte archéologique ! C’est à cet exercice redoutable qu’a été confronté Manuel Gutierrez au lendemain de sa découverte d’un art rupestre inconnu dans le Namibe oriental au sud-ouest de l’Angola. Le danger dans ce genre de situation est de vouloir faire parler les données iconographiques plus qu’elles ne parlent. Gutierrez leur consacre ce livre aux dimensions assez imposantes (290 x 225 mm), composé d’une centaine de photographies en couleur et d’un texte plus ou moins développé, rédigé par ses soins en français et en portugais.

2Les douze stations d’art rupestre ainsi portées à notre connaissance sont identifiées par leur toponyme. Malheureusement aucune d’elles n’est située sur une carte, ni repérée par ses coordonnées géographiques. De fait, il est impossible de saisir l’étendue de cet art rupestre et par là, la densité des œuvres qui le composent. Les productions régionales consistent en trois ensembles de gravures réalisées sur de vastes dalles rocheuses à ciel ouvert en cours de desquamation et en une dizaine de parois peintes dans des abri-sous-roche situés de plein pied en bordure de plaine ou à plusieurs dizaines de mètres de hauteur dans des chaos granitiques avoisinants les vallées. Les douze sites inventoriés rassemblent au total 900 peintures et 53 gravures. De 22 à 220 figures sont dénombrées suivant les lieux.

3Les documents sont présentés site par site. Une première photographie montre la position et la morphologie de l’abri inspecté, une seconde son ornementation, plusieurs autres ses figures constitutives. Le cadrage et l’oblicité des prises de vue ne permettent pas toujours d’acquérir une vision globale des ensembles peints. Des relevés synthétiques à l’encre auraient permis de remédier à ce défaut. Certains agrandissements occupent à eux seuls une double page. L’intérêt de ces illustrations grand format est difficile à saisir, étant donné qu’elles ne révèlent aucun détail qui ne soit déjà visible sur les tirages de dimensions plus réduites. Quelques clichés peu lisibles auraient gagné à être numérisés et soumis à des analyseurs d’images du type « ImageJ/Dstretch plugin » ou/et « Adobe Photoshop ». Ces logiciels comportent des filtres qui augmentent les contrastes de façon spectaculaire et facilitent ainsi la lecture des documents.

4Les figures sont classées dans quatre groupes – anthropomorphes, zoomorphes, géométriques, divers –, et leur pourcentage calculé à l’échelle de chaque site. L’auteur ne précise pas les critères lui permettant de différentier les « divers » des « géométriques » pas plus que ceux le conduisant à identifier les figures schématiques de quadrupèdes à des espèces particulières. Certaines identifications laissent perplexes de même que l’assimilation de sujets très stylisés à des animaux fantastiques (p. 66 et 108) : il aurait été plus prudent de parler de figures animales indéterminables. Il ressort de l’observation des ensembles peints et des pourcentages leur étant relatifs (anthropomorphes de 0 à 35,5 %, zoomorphes de 0 à 58,6 %, géométriques de 13,4 à 100 %, divers de 13,2 à 51,5 %) que les thèmes sont très variables suivant les lieux. Les figures anthropomorphes et zoomorphes dominent dans les abris situés au niveau des plaines, les signes géométriques et divers dans les cavités plus en hauteur. Selon Gutierrez, il est fort probable que les différences perceptibles entre sites « d’en bas » et sites « d’en haut » ne résultent pas d’une différence chronologique mais d’une différence de fonction… (p. 145). On ne sait sur quoi s’appuie l’auteur pour avancer cette hypothèse.

5Peu de précisions sont données sur les techniques picturales, sinon que la monochromie domine dans certains abris, la bichromie dans d’autres, la trichromie s’observant à de rares endroits. À plusieurs reprises, Gutierrez fait état de tonalités de couleur différentes dans le sens de tons, de teintes ou de nuances.

6L’âge des gravures reste indéfini. Quant à l’âge des peintures, l’auteur penche en faveur du Ier millénaire après J.-C. Pour se faire, il s’appuie sur trois éléments :

71) l’absence de représentations d’objets en fer – le fer est connu à partir du IIe millénaire après J.-C. en Angola ; 2) l’absence de figures renvoyant à des objets ou à des signes d’inspiration européenne – l’arrivée des Portugais à l’embouchure du fleuve Zaïre en la personne de Diogo Cão remonte à la fin du XVe siècle après J.- C. ; 3) les résultats de deux datations C14, à savoir la datation par accélérateur d’une peinture noire au charbon ayant donné l’âge de 1980 + 100 BP (indiquée en bp dans le texte ; il s’agit probablement d’une erreur de typographie) et celle d’un charbon issu de la couche profonde d’un dépôt sous un abri orné ayant fourni l’âge de 2593 + 53 BP (le résultat de cette datation a été publié en 1974 par C. Ervedosa).

8Ces mesures radiométriques ne font l’objet d’aucun commentaire. Or, pour la première des pollutions organiques sont possibles : activité bactérienne, développement de champignons, intervention d’insectes, enfumage épisodique de l’abri… Celles-ci peuvent fausser la relation entre mesure physique et date d’exécution de la peinture. En ce qui concerne l’autre datation, aucun indice archéologique ne permet de lier le charbon à l’activité des peintres. Le problème de chronologie reste donc entier.

9Pour finir, Gutierrez s’engage sur le terrain des interprétations : quels sens attribuer aux figures ? Les enquêtes fort louables qu’il a menées à cet effet auprès de ses guides et informateurs stimulent la réflexion. Les données ethnographiques consultées au regard des animaux dépeints sont intéressantes. Mais on ne peut en rester à ce sujet qu’à la formulation d’hypothèses, faute de pouvoir interroger les auteurs de ces manifestations artistiques.

10La primeur dans ce livre aurait dû aller aux restitutions précises des panneaux ornés accompagnées de leurs relevés à l’encre, à l’étude de la mise en place des figures sous chaque abri, à leur classement stylistique, à leur comparaison, à leur construction, aux gestes et savoir-faire des peintres et des graveurs. Les photos présentées et les propos de son auteur ont le mérite d’inciter à l’avancée des recherches sur l’art rupestre du Namibe oriental et, plus encore, sur son contexte de production.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Dupuy, « Gutierrez Manuel, 2009, Art rupestre en Angola. Province de Namibe. Arte rupestre em Angola. Provincia do Namibe », Journal des africanistes, 81-1 | 2011, 203-205.

Référence électronique

Christian Dupuy, « Gutierrez Manuel, 2009, Art rupestre en Angola. Province de Namibe. Arte rupestre em Angola. Provincia do Namibe », Journal des africanistes [En ligne], 81-1 | 2011, mis en ligne le 08 janvier 2016, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3802

Haut de page

Auteur

Christian Dupuy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org