Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Guignard Michel, 2005, Musique, Honneur et Plaisir au Sahara. Musique et musiciens dans la société maure

Paris, Geuthner
Lilyan Kesteloot
p. 202-203
Référence(s) :

Guignard Michel, 2005, Musique, Honneur et Plaisir au Sahara. Musique et musiciens dans la société maure, Paris, Geuthner, 285 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage de base sur la musique des Maures, mais aussi en grande partie, de tous ceux qu’on nomme Berbères, Bédouins et Touaregs, fut publié en 1975 chez Paul Geuthner. À l’occasion de sa réédition augmentée d’un chapitre sur l’évolution de cette musique, d’une discographie et d’un CD (accompagné d’un livret en français, anglais et arabe), nous désirons souligner le très grand intérêt de cette recherche sur un sujet, à priori, assez difficile d’accès.

2En effet, si beaucoup de gens apprécient la musique il s’agit surtout de la leur. Même alors, sans formation musicale préalable, il leur est quasi impossible de lire un ouvrage qui se concentre sur la technique musicale. Moins encore sur une technique musicale étrangère.

3L’originalité de l’étude de Michel Guignard réside précisément en sa façon d’aborder son sujet par une large présentation de la société maure, de ses classes sociales et de ses valeurs. Comment la musique intervient-elle dans sa manière de vivre et de penser ? Comment le groupe social des griots fonctionne-t-il dans cette société de guerriers nomades ? Comment les attitudes stéréotypées qu’on prête aux griots (et qu’on attend d’eux) servent-elles de contrepoint au code éthique de la noblesse (en même temps qu’elles valorisent cette dernière) ?

4Trois chapitres sont ainsi consacrés aux griots, image et réalités, et à leurs relations économico-sociales avec leur entourage. Cela permet de distinguer avec précision les quelques différences qui existent avec le rôle des griots dans les sociétés voisines (wolof, peule, mandingue).

5La musique proprement dite est abordée à travers la mise en présence du griot et de son public, et Guignard développe d’abord les difficultés qu’a une oreille européenne à percevoir correctement les modes, les gammes, les rythmes de la musique maure. Comme notre culture nous a habitués à un autre système de références, il faut une rééducation de l’oreille, que l’on acquiert sans doute si l’on s’y emploie, pour apprécier de façon pertinente cette syntaxe musicale complexe fondée sur une gamme de cinq notes, cinq modes et vingt-huit sous-modes. Guignard a donc utilisé deux moyens complémentaires à l’écoute proprement dite : le dialogue avec les musiciens et les procédés objectifs, tels les observations du jeu des différents instruments, l’utilisation d’appareils de mesure et d’analyse du son, entre autre de l’accordeur électronique qui permet de déterminer avec précision la hauteur des intervalles utilisés par les musiciens. Dans les exemples qu’il donne, il se sert de la notation occidentale, et aussi des sonogrammes établis par le Groupe d’Acoustique Musicale de Paris, permettant de distinguer la hauteur, l’intensité, le timbre et la durée des sons dans un texte musical. Dans ses dialogues avec les musiciens l’enquête ethnologique progresse, et l’on apprend ainsi le classement en modes des airs musicaux, leur correspondance avec les quatre éléments (air, feu , eau, terre), les tempéraments, les sentiments, les degrés d’humidité et de sécheresse, les âges de la vie. Correspondances analogues à celles qu’on rencontre chez les Grecs et les Arabes, et sans doutes héritées de ces derniers. À cette occasion, on apprend aussi la terminologie musicale et les détails de la formation des griots dans les différentes écoles du Hodh, du Tagant et du Trarza.

6L’auteur nous expose ensuite le système musical des Maures, puis les applications liées à l’usage de la harpe (ardin), à onze cordes, et celles du luth (tidimit) à quatre cordes. Ceci est déjà très technique et se poursuit par une étude des rythmes, puis de l’organisation des voix, et se termine avec une synthèse sur les principes généraux de cette musique, que l’auteur compare avec ceux de la musique occidentale.

7Les derniers chapitres reviennent à la sociologie, en replaçant la musique dans ses différents contextes de production (grandes familles, femmes, affranchis et serviteurs) et signalent alors des instruments plus « populaires » comme la flute, le luth monocorde, le riti, le ribab et les instruments de percussion.

8C’est le moment pour Michel Guignard de signaler les relations musicales des Maures avec leurs voisins négro-africains et de remarquer que si les Maures furent largement islamisés avec les Arabes à partie du XIe siècle, leur musique et la caste des griots semblent relever de l’Afrique soudanaise ; mais « l’historique de la musique maure reste à faire », constate-t-il. Au cours de ces pages, il faut aussi remarquer l’importance accordée au chant et à la poésie, dont l’auteur donne de nombreux extraits. Si bien que cet ouvrage constitue une excellente introduction à la culture maure et berbère par un chemin inhabituel, mais très efficace.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lilyan Kesteloot, « Guignard Michel, 2005, Musique, Honneur et Plaisir au Sahara. Musique et musiciens dans la société maure », Journal des africanistes, 81-1 | 2011, 202-203.

Référence électronique

Lilyan Kesteloot, « Guignard Michel, 2005, Musique, Honneur et Plaisir au Sahara. Musique et musiciens dans la société maure », Journal des africanistes [En ligne], 81-1 | 2011, mis en ligne le 08 janvier 2016, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3800

Haut de page

Auteur

Lilyan Kesteloot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org