Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Gremont Charles, 2010, Les Touaregs Iwellemmedan (1647-1896). Un ensemble politique de la Boucle du Niger

Paris, Karthala
Dominique Casajus
p. 199-202
Référence(s) :

Gremont Charles, 2010, Les Touaregs Iwellemmedan (1647-1896). Un ensemble politique de la Boucle du Niger, Paris, Karthala, 552 p., ill., bibl., index, annexes.

Texte intégral

1Cet ouvrage retrace l’histoire d’une unité politique de la Boucle du Niger, connue sous le nom de ceux qui en formaient jusqu’à l’arrivée des Français la strate dominante : les Touaregs Iwellemmedan. Comme l’indiquent les dates figurant dans le titre (1647-1896), la période balayée s’étend sur plus de deux siècles. 1647 est la date de la première attestation du mot Iwellemmedan. Il apparaît dans ce fameux Tarikh es-Sudân dont le Tombouctien Abderrahman Es-Sa’di acheva la composition aux alentours de 1650. L’homme était né à Tombouctou le 28 mai 1596, c’est-à-dire cinq ans après qu’un corps expéditionnaire marocain eut défait l’armée songhay et mis fin à la puissance des Askia. La ville fut ensuite administrée par un pacha au pouvoir contesté et dont les liens avec le sultan du Maroc ne cessèrent de se distendre. C’est justement le pacha Ahmed ben Abderrahman el- Hayyouni qui, dans une lettre du 3 août 1647 citée à la fin du Tarikh, parle de méfaits commis par des gens que la traduction d’Octave Houdas appelle les « Touareg Aoulimidden ». 1896 est la date de la rencontre, à Gao, entre un officier français et des plénipotentiaires iwellemmedan. Maîtres de Tombouctou depuis alors deux ans, les Français avaient envoyé le lieutenant de vaisseau Hourst en reconnaissance vers l’est, mission pacifique, mais qui préluda à une sanglante mise au pas (p. 407 et s.).

2Charles Grémont a débordé un peu, en amont comme en aval, les deux bornes temporelles indiquées par son titre, ce dont on lui sait gré. Le chapitre 2, qui fait suite à un substantiel chapitre méthodologique, propose une reconstitution de l’univers politique au sein duquel les Iwellemmedan – ou du moins leur nom – apparaissent soudain en 1647. Le dernier chapitre montre tout ce que la référence à l’histoire longue apporte à la compréhension des douloureux événements des années 1990. La guerre civile qui ravageait alors le pays mettait en jeu des catégories exogènes (« Touaregs » versus « Noirs », ou « Nomades » versus « Sédentaires »), élaborées par l’administration coloniale mais que les intéressés avaient largement reprises à leur compte ; et seule la résurgence d’un réseau de relations plus anciennes, remontant à l’époque précoloniale, a pu y mettre fin. C’est pourquoi on accorde volontiers à l’auteur que ce travail sur l’histoire ancienne n’est pas sans lien avec l’histoire du présent et y a même trouvé sa raison d’être. Car on sent bien à le lire qu’il serait illusoire d’établir une coupure politique tranchée entre les Touaregs et leurs voisins arabes, peuls ou songhays, vu que les solidarités qui s’exprimaient sous l’égide des Iwellemmedan ont toujours ignoré ce genre de frontières.

3Ce n’est pas seulement à cause de la lettre d’Ahmed ben Abderrahman el- Hayyouni que Grémont a décidé de faire commencer son livre au milieu du XVIIe siècle. La confrontation des sources orales et des sources écrites lui a, en effet, permis d’établir de manière indiscutable que des événements importants et sans doute fondateurs ont eu lieu à cette époque. Ainsi, le Tarikh es-Sudân rapporte comment, chassés de leur territoire par les Iwellemmedan, les Touaregs Tadamakkat durent en 1655 se réfugier dans la région de Tombouctou (p. 161). Or les traditions orales des Iwellemmedan mettent effectivement à l’origine de l’ensemble politique qu’ils forment un conflit avec un groupe appelé Tadamakkat, du nom de la ville dont il se disait originaire. Dans la plupart de ces récits, le personnage à qui ce conflit est imputé prend le nom de Karidenna (p. 149 et s.). Les trois lignages dominants des Iwellemmedan – les Kel-Ahara, les Kel-Telatayt, et les Kel-Tagiwalt – se donnent comme les descendants des trois petits-fils de ce Karidenna, et fournissent des généalogies qui remontent sans discontinuité jusqu’à lui (voir le tableau généalogique de la page 241). De son côté, le Tadhkirat an- Nisyan, dont la rédaction est antérieure au milieu du XVIIIe siècle, mentionne qu’un Karidenna obtint l’investiture du pacha de Tombouctou en 1685 (p. 149, note 3). Et des documents un peu postérieurs situent en 1713 l’investiture de son fils Ag- Eshaykh, en 1741 celle de son petit-fils Amma, ancêtre supposé des Kel-Telatayt, et en 1796 celle de son arrière petit-fils Kawa (p. 217).

4Si les sources écrites ne nous disent rien sur l’origine de Karidenna lui-même, la tradition orale est plus diserte. Elle le fait venir du Tafilalet et le présente comme arabe, en ajoutant que sa venue marqua le retour à un islam plus sourcilleux (p. 140 et s.). Bien sûr, Grémont, conscient qu’un récit d’origine parle tout autant de l’époque qui l’a produit que des temps lointains dont il raconte l’histoire, n’a pas l’ingénuité de prendre cette histoire pour argent comptant. Cependant, s’il se doute bien que les récits élaborés par les lettrés touaregs ou arabes de la région visent surtout à accréditer l’idée qu’ils avaient voix au chapitre face à l’aristocratie guerrière, il n’exclut pas que, même actuelle, cette revendication garde le souvenir d’événements réellement survenus quelque part au cours du XVIIe siècle. On ne peut que lui donner raison. Les chefferies touarègues n’ont jamais eu qu’un pouvoir limité, fluctuant, contesté, et elles ne pouvaient prétendre s’imposer par la seule force des armes. Elles devaient donc acquérir des marques de légitimité, et qui sinon les religieux étaient mieux à même de leur en fournir ? Il leur fallait donc composer avec des familles maraboutiques dont toutes les sources indiquent qu’elles jouissaient d’une influence considérable. Heinrich Barth n’a-t-il pas été protégé par l’une d’entre elles lors de son séjour à Tombouctou en 1853 ? De même, Cheikh Baye, un petit-neveu du protecteur de Barth, vit au début du XXe siècle son rayonnement spirituel s’étendre jusqu’au lointain Hoggar (ce personnage a laissé quelques notices historiques, que Grémont a eu la bonne idée de faire traduire et de publier en annexe). L’aristocratie guerrière ne pouvait pas non plus se permettre de dédaigner la caution d’un pacha de Tombouctou censé représenter, si fragile que fût son autorité, le lointain mais prestigieux sultan du Maroc. Par ailleurs, l’auteur signale et commente longuement des traditions selon lesquelles Karidenna serait allé quérir l’investiture du sultan d’Agadez (166 sqq.). Or le sultanat d’Agadez, institution dont l’histoire est bien connue grâce à des chroniques locales dont la plus ancienne rédaction remonte au moins au XVIIIe siècle, aura été avant tout une autorité religieuse. Cette affaire d’investiture agadèzienne est-elle autre chose que le souvenir déformé d’une investiture tombouctienne qui paraît mieux attestée ? Question impossible à trancher, et l’auteur ne s’y risque pas. Mais il montre bien que ce crucial XVIIe siècle a été le théâtre de conflits religieux qui pourraient n’avoir pas été pour rien dans l’émergence de Karidenna et des siens.

5Pour les périodes plus récentes, les sources sont plus précises, et les documents écrits s’accordent de mieux en mieux avec les traditions orales. À partir du XVIIIe et surtout du XIXe siècle, l’auteur est en mesure, dans une démarche qui relève inséparablement de la micro-histoire et de l’anthropologie politique, de détailler les relations unissant les différentes composantes de l’ensemble iwellemmedan (p. 291 et s.). Un ensemble complexe, imprécis dans ses contours, et qui s’est rarement manifesté comme une unité politique cohérente. Les guerriers étaient loin de constituer une instance homogène qui aurait régenté de façon coordonnée une masse indistincte de tributaires. De sorte que, au lieu du système pyramidal trop souvent invoqué par les spécialistes du monde touareg, Grémont fait apparaître un réseau dont les nœuds se rattachent certes de proche en proche à quelques familles dominantes, mais à travers de multiples intermédiaires. Par exemple, tel village (touareg, peul, arabe, songhay ou même arma) est considéré comme appartenant à la mouvance de tel groupe (guerrier ou religieux), qui lui- même est client de telle famille de l’un des trois lignages dominants. De plus, tel client des Kel-Telatayt peut n’avoir jamais eu aucun contact avec tel autre client très éloigné de lui. Quelquefois, mais assez rarement, des chaînes de solidarité plus étendues sont mobilisées. Quant aux événements impliquant les Iwellemmedan dans leur totalité, il n’y en a eu pratiquement aucun avant l’occupation française. La persistance de certains usages permet toutefois de discerner des groupes qu’on peut dire implicites. L’auteur remarque que, entre les divers tributaires de l’un des trois lignages dominants, les échanges de violence étaient exceptionnels ; il en survenait parfois entre les tributaires de deux lignages différents, mais on en restait à la rapine, au coup de main ; en revanche, les échanges de violence avec le monde extérieur pouvaient prendre une importance beaucoup plus grande. Situation familière au sociologue : ce sont les conflits, et les modalités selon lesquelles ils sont menés, qui permettent de distinguer des « groupes ».Voilà, trop schématiquement reproduit ici, le tableau proposé par l’auteur. C’est une configuration sociologique complexe, dont la mise au jour oblige à repenser ce que la littérature targuisante appelle la « confédération touarègue ». Rien n’indique que toutes ces « confédérations » fonctionnaient de la même manière, mais l’ouvrage de Charles Grémont est un encouragement à aller y regarder de plus près. Intransigeant dans la critique des sources, orales ou écrites, l’auteur n’a en rien été timoré : son tableau se dessine à traits de plus en plus fermes à mesure qu’on se rapproche du présent, Fermes et vivants : Je pense que personne avant lui n’avait donné une image si riche, si précise, si animée de ce que pouvait être un ensemble politique dans l’ancien monde touareg.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Casajus, « Gremont Charles, 2010, Les Touaregs Iwellemmedan (1647-1896). Un ensemble politique de la Boucle du Niger », Journal des africanistes, 81-1 | 2011, 199-202.

Référence électronique

Dominique Casajus, « Gremont Charles, 2010, Les Touaregs Iwellemmedan (1647-1896). Un ensemble politique de la Boucle du Niger », Journal des africanistes [En ligne], 81-1 | 2011, mis en ligne le 08 janvier 2016, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3798

Haut de page

Auteur

Dominique Casajus

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org