Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Gillow John, 2009, Textiles africains. Couleur et créativité à l’échelle d’un continent

Paris, Editions du Regard
Michèle Coquet
p. 198-199
Référence(s) :

Gillow John, 2009, Textiles africains. Couleur et créativité à l’échelle d’un continent, Paris, Editions du Regard, 240 p., carte, index, glossaire, bibl., ph.

Texte intégral

1Depuis une trentaine d’années, l’engouement pour les textiles d’Afrique n’a cessé de se confirmer, ce dont témoigne l’abondance des ouvrages et des expositions qui leur sont consacrés en Europe et aux Etats-Unis. L’accroissement de l’intérêt qui leur est porté en dehors du continent semble inversement proportionnel à leur raréfaction, voire à leur disparition, en Afrique même et à la perte progressive des savoir-faire relatifs à leur production en faveur des textiles industriels d’importation. Un nouveau livre leur est donc dédié. A l’instar du reste du patrimoine artistique africain, la majeure partie des tissus y figurant se trouve actuellement dans des collections privées ou muséographiques occidentales. L’ambition de l’auteur est annoncée dès l’introduction : voici, nous dit-il, le premier ouvrage général présentant des textiles provenant de l’ensemble du continent, Maghreb et Madagascar compris, photographiés pleine page, dont 572 en couleurs. L’ensemble forme une sorte de catalogue dont la très belle iconographie rend hommage à la beauté des textiles africains auxquels viennent s’ajouter quelques exemples de parures et de broderies perlées réalisées par les pasteurs d’Afrique orientale (Masaï) ou les Zoulou et les Ndebele d’Afrique du Sud. Il est découpé en cinq quartiers : Afrique occidentale, Afrique du Nord, Afrique orientale, Afrique centrale et Afrique australe.

2John Gillow est à la fois collecteur, collectionneur et marchand de textiles, non seulement africains mais aussi indiens et indonésiens, à propos desquels il a publié des ouvrages comparables à celui-ci. Il a commencé ses collections dans les années 1960, acquises en partie au fil de ses voyages et de ses rencontres. Le savoir qui est le sien est celui du collectionneur avisé : identifier l’origine géographique et ethnique d’une pièce, apprécier ses qualités esthétiques ou sa rareté. Si ce savoir est nécessaire et suffisant pour opérer la sélection des œuvres reproduites constituant la matière imagée du livre, il ne l’est pas pour en élaborer le commentaire. En deux mots, le texte qui accompagne ces magnifiques illustrations est indigent.

3Le parti pris par l’auteur est essentiellement de décrire les différentes techniques de tissage et de teinture auxquelles recourent les artisans africains. De ce point de vue, le texte n’apporte rien de nouveau à ce qui a déjà été édité dans le passé. Citons à ce sujet les publications du British Museum, parfaitement documentées et d’une excellente précision, rédigées par des spécialistes tels que John Picton, John Mack ou Christopher Spring, régulièrement réimprimées, et qui, ajoutons-le, intègrent également le Maghreb et Madagascar. Les descriptions techniques que propose J. Gillow sont en revanche souvent obscures et la terminologie imprécise, sans que l’on sache s’il s’agit d’un problème de traduction ou d’expression dont l’auteur serait alors responsable, autant de facteurs qui, quoiqu’il en soit, rendent la lecture de l’ouvrage fastidieuse. Pour exemples, sont impropres les expressions « tissage à tapisserie » pour tapisserie, « teinture sur nœuds » pour teinture à réserves ligaturées, et parfaitement indigestes les « motifs en flottés de trame insérés dans les portions à face chaînée ». Le glossaire n’est pas non plus d’un grand secours pour le lecteur égaré et soucieux de s’informer, car il est très incomplet et comporte des définitions inexactes. Cette imprécision s’étend aux légendes des photographies : les pièces reproduites ne sont jamais référencées – on ne sait pas de quel musée ou de quelle collection elles proviennent – et leurs dimensions ne sont pas mentionnées. Les portraits photographiques – cartes postales anciennes ou photos contemporaines – censés illustrer l’usage qui est fait de ces tissus ne sont pas datés et les lieux où ils ont été pris ne sont pas cités ce qui, dans le cas des exemplaires récents, est particulièrement regrettable.

4Par ailleurs, J. Gillow ne s’embarrasse d’aucune approche historique et sociologique et ne tient pas compte des analyses et des hypothèses des spécialistes cités en bibliographie. Ainsi, lorsqu’il pose la question de la prévalence de l’armature en bandes étroites, cousues les unes aux autres, des tissus d’Afrique occidentale, il ne mentionne pas les propositions de Renée Boser-Sarivaxévanis qui rapporte cette particularité structurelle au caractère démontable et transportable du métier soudanais et à la fonction monétaire des bandes de tissus. Le découpage géographique en cinq quartiers, bien que conventionnel, permettra peut-être au lecteur attentif de repérer malgré tout des influences stylistiques possibles entre différentes aires culturelles : motifs des tissages berbères et des tissages peul ou djerma ; appliqués des robes d’homme égyptiennes et tchadiennes (kotoko) ; tissus teints à l’indigo du Cameroun et du Nigeria… Mais il ne trouvera guère dans le texte d’indications l’aidant à étayer ses hypothèses.

5En conclusion, on ne pourra que regretter l’amateurisme de cette publication, semblable à de nombreuses autres lorsqu’il s’agit d’arts africains, que la beauté des reproductions ne peut suffire à excuser.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michèle Coquet, « Gillow John, 2009, Textiles africains. Couleur et créativité à l’échelle d’un continent », Journal des africanistes, 81-1 | 2011, 198-199.

Référence électronique

Michèle Coquet, « Gillow John, 2009, Textiles africains. Couleur et créativité à l’échelle d’un continent », Journal des africanistes [En ligne], 81-1 | 2011, mis en ligne le 08 janvier 2016, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3796

Haut de page

Auteur

Michèle Coquet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org