Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Frere Marie-Soleil, 2009, Elections et médias en Afrique centrale. Voie des urnes, voix de la paix ?

Paris, Karthala & Institut Panos Paris
Marc Pilon
p. 196-197
Référence(s) :

Frere Marie-Soleil, 2009, Elections et médias en Afrique centrale. Voie des urnes, voix de la paix ?, Paris, Karthala & Institut Panos Paris, 362 p.

Texte intégral

1Marie-Soleil Frère ouvre son ouvrage par le rappel de la multiplication d’élections (plus ou moins) libres et pluralistes ; ainsi « entre 1989 et 2007, plus de 140 élections législatives et 120 élections présidentielles ont été organisées dans 43 pays africains, l’énorme majorité émergeant de décennies de monopartisme et de dictature » ; « Parallèlement à la libéralisation du champ politique, le paysage médiatique a également connu de profonds bouleversements » (p. 7). Dans ce nouveau contexte politique, la tenue répétée d’élections multipartites confère aux médias un rôle d’information particulièrement important, tout au long du processus électoral. Et ce rôle est encore plus crucial dans des contextes de sortie de crise, suite à conflits armés, rôle pouvant osciller entre « vecteurs de guerre ou acteurs de paix » (p. 8). Le propos d’ensemble de l’ouvrage est une analyse minutieuse de la part prise par les différents médias dans les processus électoraux récents survenus dans six pays d’Afrique centrale – Burundi, Congo, Centrafrique, RDC, Rwanda, Tchad –, pays qui ont tous connu des conflits armés au cours des dernières années. La recherche a été menée en partenariat avec l’Institut Panos (Paris).

2Dans son introduction, Frère pose la problématique générale de la place et du rôle des médias dans les processus électoraux, en temps « normal » (de paix), puis dans les pays sortant d’un conflit. Une figure (p. 13) synthétise bien, pour chaque période d’un processus électoral, ce que doit être le rôle des médias et les interventions publiques éventuelles qui correspondent. Et elle va d’ailleurs servir de fil conducteur à la suite de l’ouvrage.

3Dans le premier chapitre, Frère expose pour chacun des six pays le contexte politique et médiatique qui prévalait avant l’élection concernée (avec un bref rappel historique), et les enjeux et défis correspondants. Tout en soulignant les spécificités de chaque pays, elle fait bien ressortir les traits communs, tant au niveau des élections (importance accordée aux scrutins par la communauté internationale, ampleur des espoirs, persistance de l’insécurité, défi logistique) qu’à celui des médias (leurs carences – en ressources humaines, matérielles et financières –, leur forte politisation, la confiscation des médias publics par l’exécutif, les inégalités d’accès à l’information – entre villes et campagnes notamment –, les atteintes répétées à la liberté de la presse, les appuis financiers de la communauté internationale). Autre commun à ajouter, à propos des médias : leur multiplication, suite à l’ouverture du secteur privé, qu’il s’agisse de la presse écrite, de la radio ou encore de la télévision.

4Une fois le « décor » politico-médiatique ainsi planté, les trois autres chapitres de l’ouvrage traitent du rôle des médias lors des trois grands moments des processus électoraux survenus dans les six pays : la période pré-électorale tout d’abord, puis celle de la campagne électorale, et enfin celle liée au scrutin (depuis son déroulement jusqu’à la publication des résultats et la prise de fonction des nouveaux élus). L’analyse, très fouillée, argumentée et illustrée par de nombreux exemples, est ici transversale, et elle concerne une multiplicité d’aspects caractérisant chacune de ces trois périodes. Le lecteur non connaisseur des pays étudiés pourra se trouver quelque peu noyé dans le foisonnement des faits, des informations et des sigles…, mais néanmoins tous s’avèrent indispensables. Si l’ouvrage est judicieusement agrémenté de quelques premières pages de journaux, on peut regretter que l’analyse n’ait pas été, ici et là, illustrée par des extraits d’articles et de témoignages de journalistes et d’autres acteurs.

5Dans la conclusion générale, en écho à la figure présentée en début d’ouvrage, Frère propose une nouvelle figure synthétisant cette fois-ci les obstacles identifiés lors de chacune des périodes du processus électoral. Une série de 14 obstacles a ainsi pu être dégagée : les faiblesses intrinsèques des entreprises médiatiques ; les accointances politiques des médias ; la structure de propriété des organes de presse ; l’influence de l’exécutif sur les médias publics ; la faible portée des médias ; les atteintes à la liberté de la presse ; les faiblesses de l’instance de régulation ; les entraves à l’accès à l’information ; la disproportion des moyens des candidats ; les dérapages des discours politiques ; la confusion entre information et communication ; l’engagement « pour la paix » ; le manque de solidarité professionnelle ; l’absence d’enjeu des élections. Une bien longue liste ! Mais, résolument tournée vers l’avenir, l’auteure s’interroge ensuite sur les possibilités de surmonter ces obstacles et comment y parvenir, en proposant, toujours à travers le même type de figure, une série de ce qu’elle nomme des « opportunités », notamment les types d’actions ou de mesures qui pourraient être prises.

6Frère termine son propos par cette interrogation : « Optimiste ou pessimiste ? ». Il est vrai qu’à l’issue de la lecture de son ouvrage, au vu par exemple de cette longue liste d’obstacles évoquée à l’instant, il y a de quoi s’interroger… Dans le même temps, le chemin déjà parcouru (notamment par les médias) en un temps d’ailleurs très court est important, et on peut l’affirmer – ou au moins l’espérer –, il comporte certaines avancées irréversibles. Partant d’une analyse très fouillée, qui a permis de décrypter les enjeux et défis posés aux médias lors des processus électoraux, et particulièrement des contextes de sortie de crise due à un conflit armé, Marie-Soleil Frère a aussi le mérite de réfléchir aux solutions possibles, aux manières de surmonter les obstacles. Son analyse du rôle des médias lors des élections offre également une lecture critique des processus de démocratisation en Afrique, que cela concerne ou non les pays touchés par un conflit armé. Enfin, par-delà l’Afrique, comme il est souligné sur la quatrième de couverture, cet ouvrage « montre combien ces parcours particuliers ramènent à des questions fondamentales sur le rôle crucial, incontournable, et portant fragile, des médias dans un système démocratique ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Pilon, « Frere Marie-Soleil, 2009, Elections et médias en Afrique centrale. Voie des urnes, voix de la paix ? », Journal des africanistes, 81-1 | 2011, 196-197.

Référence électronique

Marc Pilon, « Frere Marie-Soleil, 2009, Elections et médias en Afrique centrale. Voie des urnes, voix de la paix ? », Journal des africanistes [En ligne], 81-1 | 2011, mis en ligne le 08 janvier 2016, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3792

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org