Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Falola Toyin & Genova Ann (dir.), 2006, Yorùbá Identity and Power Politics

Rochester, University of Rochester Press
Gérard Chouin
p. 193-196
Référence(s) :

Falola Toyin & Genova Ann (dir.), 2006, Yorùbá Identity and Power Politics, Rochester, University of Rochester Press, 370 p.

Texte intégral

1Il est des ouvrages qui vieillissent suffisamment lentement pour qu’on puisse encore les évoquer quatre années après leur parution. C’est le cas du remarquable ouvrage collectif publié en 2006 par Toyin Falola et Ann Genova sous le titre « Yorùbá Identity and Power Politics » dans la collection new-yorkaise ‘Rochester Studies in African History and the Diaspora’. Ce volume, bien resitué dans la tradition des ‘Etudes yorùbá’ par une introduction à quatre mains, se propose de faire un nouveau bilan des progrès réalisés dans l’étude de l’histoire du sud-ouest du Nigeria, aujourd’hui partagé entre six états fédérés : Lagos, Ogun, Oyo, Osun, Ondo, Ekiti et Kwara. L’espace yorùbá situé de l’autre côté de la frontière, en République du Bénin, n’est pas abordé.

2Se succèdent donc dix-sept contributions dont les auteurs sont majoritairement basés aux Etats-Unis et en Europe (10), tandis que six autres enseignent au Nigeria. Le volume est divisé en trois parties. La première rassemble un chapitre introductif et six contributions consacrées aux approches novatrices dans l’historiographie des études yorùbá. La seconde regroupe quatre articles et est consacrée à l’étude de la transformation des institutions politiques yorùbá entre la période précoloniale et l’époque contemporaine. La dernière, enfin, aborde la question de l’identité yorùbá replacée dans divers contextes et de son influence sur la scène politique nigériane depuis les indépendances. On doit insister sur la qualité scientifique de chacun des articles qui ont tous fait l’objet de révisions scrupuleuses.

  • 1 Johnson, S., A History of the Yorubas from the Earliest Times to the Beginning of the British Prote (...)

3L’introduction au volume replace l’ensemble dans une tradition historiographique commencée par Samuel Johnson en 1897 avec sa fameuse History of the Yoruba et poursuivie par Biobaku (1973), Olusanya (1983) et Falola, déjà, en 19911. Les auteurs y justifient l’intérêt de la catégorie « yorùbá » comme objet d’histoire et affirment leur souci de la profondeur chronologique, leur attachement à une démarche historique éclectique et pluridisciplinaire qui ne soit pas seulement produite par les Yorùbá eux-mêmes, même si, dans les faits et comme le démontre ce volume, ces derniers dominent très nettement le champ. Mais qui s’en plaindrait ? L’un des intérêts de cette production historique est bien justement qu’elle soit issue de cette « prise en main » de l’écriture de leur histoire par les intellectuels nigérians devenus professionnels reconnus de la discipline, à l’échelle globale.

4La première partie s’ouvre par un chapitre intitulé « The Yorùbá Nation », écrit par Falola. En dix-huit pages, Falola réussit le tour de force d’écrire une excellente synthèse de l’histoire de l’espace yorùbá qui reprend la structure générale de l’ouvrage. Efficace, généreux et superbement ancré dans l’historiographie régionale, il séduit par sa façon claire de retracer un itinéraire historique complexe, touffu où les zones d’ombre souvent dominent encore. Falola est un éclaireur de l’histoire, capable de tracer des sentiers et de proposer des panoramas là où, à première vue, le terrain est impénétrable et la vue brouillée. Ce chapitre refermé, d’autres s’ouvrent, exploratoires. Ils proposent de nouvelles perspectives et méthodologies pour enrichir l’historiographie yorùbá, à partir de sources écrites, orales et archéologiques. Un essai très novateur sur l’histoire de l’habillement en pays yorùbá, par Tunde M. Akinwumi, s’appuie sur différents corpus du répertoire oral yorùbá (Ifá et Oríkì). Adeboye propose une analyse pertinente des journaux intimes de personnalités issues de l’élite éduquée à la mode occidentale à partir de la deuxième moitié du XIXème siècle. Trois de ces documents forment la base de cette étude et démontrent leur intérêt comme sources, particulièrement pour la période coloniale. R.T. Akinyele explore les marges géographiques de l’historiographie yorùbá, largement centrée sur ce que l’auteur appelle l’axe « Egbá-Òyó-Ìbàdàn ». L’article témoigne de l’intérêt grandissant des chercheurs pour l’étude des zones trop souvent dites ‘périphériques’ et reléguées au rang de figurants de l’histoire. La partie occidentale du pays yorùbá est d’autant plus le parent pauvre de la recherche historique qu’elle est traversée par une frontière moderne, celle qui sépare le Nigeria de la République du Bénin, qui se révèle être aussi une frontière historiographique. Ann O’Hear explore elle aussi des pans jusqu’ici négligés de cette histoire, avec un essai sur les populations yorùbáphones installées au confluent du Niger et de la Benue. L’archéologie contribue au caractère interdisciplinaire du volume avec un chapitre d’Aribidesi Usman sur des fouilles conduites en 2003 sur le site d’Ìlá-Yàrà, au nord-est du pays yoùubá, en Ìgbómìnà. L’article n’est fondé que sur une lecture préliminaire des fouilles de ce site et apporte donc un éclairage limité à l’effort historiographique. Il a cependant le mérite d’apporter cet éclairage à la fois familier et si spécifique de l’archéologie pour la reconstruction de l’histoire de l’Afrique, et d’inclure des cartes, qui font vraiment défaut dans le reste du volume. Un grand nombre de sites dotés de remparts et de fossés, tels Ìlá-Yàrà, parsèment le pays yorùbá et forment dans le paysage le palimpseste d’une histoire que seule l’archéologie, alliée à l’histoire, peut saisir. Il y a là un gouffre historiographique que l’ouvrage de Falola invite à combler. Toujours aux marges de l’historiographie classique, Tunde Oduwobi propose un essai intitulé « Early Ìjèbú History : An Analysis on Demographic Evolution and State Formation ». Ce titre, qui fait croire à un essai d’histoire démographique du territoire Ìjèbú (aujourd’hui l’État de Lagos et l’est de l’État d’Ògún) est en fait une relecture critique, mais trop superficielle de l’historiographie et des sources de l’histoire de cette région.

5La seconde partie s’ouvre elle sur un second et tout aussi remarquable article de Falola sur l’histoire des formes de pouvoir yorùbá sur la longue durée. Olufemi Vaughan explore l’affrontement entre l’élite nationaliste yorùbá formée à l’occidentale et les garants des formes de pouvoir ‘traditionnelles’ aux lendemains de la seconde guerre mondiale, dans le contexte de la décolonisation. Abolade Adenji propose une analyse historique du conflit pour le contrôle politique de la ville d’Odogbolu, en territoire Ìjèbú, qui opposa trois quartiers de la ville suite à l’imposition par le pouvoir colonial d’un ordre hiérarchique en contradiction avec une forme de pouvoir partagé en usage dans la ville née dans les années 1850 de la fédération de huit villages. La deuxième partie se termine avec une contribution de Jean-Luc Martineau, l’unique contributeur européen, du volume, qui propose une analyse convaincante de la transformation de la catégorie ‘Oba’, au XXème siècle, sous l’influence des autorités coloniales, aboutissant à un renforcement de leur rôle de symbole de l’identité yorùbá et d’une constante redéfinition de leur positionnement dans le système institutionnel du Nigeria contemporain.

6La troisième et dernière partie s’ouvre sur une passionnante étude par Rasheed Olaniyi de la diaspora yorùbá dans le nord du Nigeria, et plus particulièrement à Kano, Kaduna et en Kanem Bornou. Olaniyi aborde l’histoire de cette communauté dont l’existence résulte des liens commerciaux et religieux régionaux anciens. Charles T. Adeyanju s’attache lui à l’expérience des migrants nigérians à Toronto. Dans un article ancré dans le concept de transnationalisme, il recontextualise le phénomène d’émigration yorùbá en Amérique du nord après les années 1980 et s’attache à décrire les pratiques transnationales de cette communauté décrites comme des formes de résistance aux difficultés socioéconomiques et aux formes de racisme rencontrées par les migrants à Toronto. Julius Adekunle propose une synthèse sur la contribution yorùbá à la vie politique du Nigeria, depuis la période coloniale jusqu’à la fin du second mandat du président Obansajo. Les chapitres par Funso Afolayan et Olayiwola Abegunrin respectivement, complètent cette synthèse par une étude plus fine de l’apport des Yorùbá au processus de démocratisation et d’intégration nationale, et par une analyse des tensions politiques entre le nord et le sud-ouest du Nigeria qui aboutirent à l’échec d’Abiola aux élections de 1993 privé de sa victoire par le complexe ‘géo-ethno-militaire’ au service des politiciens du nord du Nigeria. Finalement, Ann Genova propose une étude de l’exploration des champs bitumiers dans l’état d’Ondo, en relation avec les enjeux ethniques qui structurent le jeu politique au Nigeria.

7On regrette l’absence d’une bibliographie unique en fin d’ouvrage et les notes reléguées en fin de chaque chapitre qui ne facilitent pas la lecture. L’ensemble forme donc un volume déjà devenu un classique des études nigérianes.

Haut de page

Notes

1 Johnson, S., A History of the Yorubas from the Earliest Times to the Beginning of the British Protectorate, London, 1921; Biobaku, S.O., Sources of Yoruba History, Oxford, 1973; Olusanya , G.O., Studies in Yoruba History and Culture, Ibadan, 1983; Falola, T., Yoruba Historiography, Madison, 1991.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Chouin, « Falola Toyin & Genova Ann (dir.), 2006, Yorùbá Identity and Power Politics », Journal des africanistes, 81-1 | 2011, 193-196.

Référence électronique

Gérard Chouin, « Falola Toyin & Genova Ann (dir.), 2006, Yorùbá Identity and Power Politics », Journal des africanistes [En ligne], 81-1 | 2011, mis en ligne le 08 janvier 2016, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3791

Haut de page

Auteur

Gérard Chouin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org