Navigation – Plan du site
Études et recherches

L’élevage du porc et ses conséquences dans la société beembe (xviiie - xixe siècles)

Benjamin Kala-Ngoma
p. 483-496

Résumés

Le porc fait aujourd’hui partie du cheptel des Beembe. Il en est fort estimé pour les bénéfices substantiels qu’il leur rapporte et pour la qualité de sa viande, bien qu’il leur cause nombre de désagréments, en particulier par les dégradations de cultures. Or cet animal, introduit par les Portugais dans le royaume de Koongo au début du XVIIIe siècle, en même temps que certaines plantes d’origine américaine (manioc, maïs, patates, etc.), a singulièrement marqué l’histoire beembe aux XVIIIe et XIXe siècles, et a profondément modifié le genre de vie sur les plateaux beembe. Il nous a paru intéressant de suivre au cours de ces deux siècles la diffusion et les avatars de l’élevage du porc dans la société beembe, qui eut des effets considérables en bien des domaines, avant qu’il ne perde de son importance au XXe siècle.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le pays beembe, situé dans le district de Mouyondzi, au Sud de la République Populaire du Congo-Brazzaville s’étend sur près de 3000 km2, au nord de la vallée du Niari, sur la rive gauche de ce fleuve. Selon le recensement de 1983 la population, répartie en villages de 400 à 1000 hab., dont la densité avait déjà retenu l’attention de Savorgnan de Brazza1, était estimée à 80 000 hab., une densité de 15 à 25 hab. au km2 étant l’une des plus élevées du pays2. Le relief présente une succession de plateaux et de collines culminant entre 400 et 600 mètres, qui sont coupés de gorges profondes. La Bouenza divise le pays en deux grands ensembles géographiques de part et d’autre de son cours. La végétation est caractérisée par la savane arbustive qui couvre la plus grande partie du pays et la forêt, aujourd’hui sérieusement entamée par les cultures. Contrairement à la version la plus répandue qui fait venir les Beembe de Koongo dia Ntotila , le peuplement du pays s’est fait en plusieurs strates étalées dans le temps, les composantes n’en étant pas seulement koongo, mais laali et téké, ainsi que l’ont montré mes recherches (Kala-Ngoma 1990). Le système de parenté beembe est matrilinéaire.

2Cette étude tente de mettre en lumière les mutations sociales, politiques, économiques et culturelles provoquées par l’introduction de l’élevage du porc dans la société beembe, au cours des trois derniers siècles.

Un XVIIIe siècle à la merci des disettes

3La société beembe de la première moitié du XVIIIe siècle se caractérisait par l’arrivée et l’intégration des derniers migrants originaires de Koongo dia Ntotila (Ngoïe-Ngalla 1988), parmi lesquels les Suundi, Miniaangi, Bakooyi, Mingila, Mimbeeri et Mintaamba, qui sont des noms de clans beembe.

4La population était alors distribuée en villages de taille réduite, indépendants les uns des autres et regroupant les membres d’un ou de plusieurs lignages. Le pouvoir politique revenait au chef de village. Pour vivre le lignage avait son terroir, que ses membres exploitaient et qui était une propriété collective inaliénable. La population, clairsemée, vivait moins d’agriculture que de chasse, de ramassage, de cueillette et de pêche. L’agriculture, rudimentaire, se limitait à la culture des jardins de case aux abords immédiats des villages, sur lesquels poussaient une sorte d’épinards boyo bangulu (Amarantus candatus), les minkangi (Dioscorea macroura), dont la tige est consommée. On récoltait les feuilles de certains végétaux, comme le nzieele (Erythrococea welwitschiana) ou le nsienginyi (Bosqueia angolensis). En forêt, on cultivait la banane plantain (Musa paradisiaca) introduite en milieu forestier dès le premier millénaire de notre ère (Vansina 1985 : 36-37) et partout ailleurs, dans des champs de petite dimension, des aubergines, des pois de terre masala (Voandzeia subterranea). La cueillette, la chasse, le piégeage et la pêche3 palliaient les carences de l’agriculture en fournissant une gamme variée de produits4.

5En raison des aléas climatiques et saisonniers, les famines étaient nombreuses qui décimaient les populations et notamment les personnes les plus vulnérables, à savoir les vieillards et les enfants, qu’on sacrifiait, le cas échéant :

Quand tu apprenais que telle femme était morte, on prenait son bébé de un ou de deux ans, on le couchait sur sa mère, on lui mettait le sein à la bouche et on l’enterrait vivant avec sa mère. Cela parce que la nourriture était rare et qu’on ne pouvait pas élever beaucoup d’enfants 5. [Kala-Ngoma 1990 : 395-415]

6L’élevage répandu était celui du poulet. Au XVIIIe siècle les porcs, dont l’entrée dans le royaume de Koongo et sur la côte est attestée depuis 1595 (Vansina 1985 : 31), arrivaient en petit nombre au pays beembe. Quant aux moutons, ils apparaîtraient avec la colonisation française, à partir de 1911. La fin du siècle allait être un tournant capital dans l’histoire du pays avec l’introduction des cultures d’origine américaine, cultures qui, comme le porc, allaient connaître un succès extraordinaire au point de changer la physionomie de la contrée au siècle suivant.

Les mutations du XIXe siècle

7Les mutations engendrées au XIXe siècle par l’élevage du porc le furent au prix fort, puisque celui-ci, nouveau et rare, coûtait cher et marqua profondément les Beembe dans leur vie sociale, économique, culturelle.

Des changements d’ordre socio-politique

8L’habitat peu concentré du XVIIIe siècle a cédé le pas au siècle suivant au regroupement des villages, pour des raisons sécuritaires.

9En effet l’insécurité, engendrée par la traite négrière qui a gagné l’intérieur du continent, s’est alors développée le long de la grande voie de passage qu’était la vallée du Niari, entre le Mpumbu (royaume bateke de Makoko) et la côte (royaumes de Loango, de Koongo, de Kakoongo) et s’étendit jusqu’aux plateaux beembe voisins. Les chefferies se regroupèrent pour mieux se défendre, rassemblant alors trois, quatre, voire cinq lignages. Ainsi Mpandi ya Bisa compta quatre lignages (Lwende, Maala, Mikwisi, Yul’Saala), Mayalama quatre également (Kiniaangi, Mayoombo, Kimpaambu et Kimbusi), Ntsuumbu en abrita trois (Mingeenge, Diaanga, Kingolo), etc. (Kala-Ngoma 1990 : 201-203).

10Ces villages regroupés furent moins exposés aux déprédations et aux disettes grâce au développement de l’agriculture et de l’élevage et le pouvoir de leurs chefs glissa subrepticement au milieu du siècle vers une certaine personnalisation avec, dans le dernier quart du siècle, l’émergence de nkanyi ou big men (Dupré 1985 : 124 ; Kala-Ngoma 1990 : 221-226).

11Les plantes nouvelles et les porcs, avant leur diffusion dans le pays beembe, étaient échangés à la fin du XVIIIe siècle, et encore au début du XIXe, contre des personnes. Ce troc allait déverser sur les pays kaamba et suundi, situés au sud, d’où arrivaient ces produits, une portion importante de la population. Au XIXe siècle, chaque village kaamba de la vallée du Niari avait ses esclaves d’origine beembe, esclaves rapidement intégrés aux clans de leurs maîtres grâce à une subtile politique d’assimilation. Une étude sur la composante beembe de l’ethnie kaamba éclairerait d’un jour nouveau le phénomène de l’esclavage en montrant son ampleur et en révélant les stratégies kaamba mises en œuvre sinon pour le nier, du moins pour le camoufler. Certains villages kaamba actuels ont une population d’origine servile et beembe, sinon supérieure, du moins égale à la composante autochtone. C’est le cas des villages de Ndiba, Mienge-Mienge, Kimpambu-Kayes, Mandu, Mbello, Kibunda, etc. Une partie importante de la population des plateaux beembe a ainsi été captée par les voisins du Sud en échange de porcs, d’ignames et de manioc pour contrer les famines récurrentes qui sévissaient dans la région6.

12Ce troc ne se faisait pas seulement avec les Kaamba, Doondo et Suundi, mais aussi et de plus en plus entre les Beembe eux-mêmes. En effet, avec le développement de l’esclavage domestique ou intérieur, les transactions avaient lieu désormais à l’intérieur même du pays beembe, du fait de la forte demande en porcs utilisés pour de nouveaux emplois. Ils figuraient désormais dans les compensations matrimoniales, les règlements des conflits, les repas de funérailles et les rituels religieux, comme nous le verrons plus loin. L’esclavage domestique n’était pas en soi une innovation ; la nouveauté venait des proportions qu’il prit au cours du siècle et aussi de l’ampleur de ses effets. Les éleveurs de porcs devenaient des personnages importants, incontournables, à qui l’on s’adressait pour avoir ces animaux ; ils les échangeaient contre des personnes ou des fusils et se retrouvaient ainsi à la tête de quantité d’esclaves et de véritables arsenaux. A Mouyondzi, Mulombo-Ngangoyi et son mari Kiwuba Kia Nswari, avaient dans le dernier quart du XIXe siècle acheté, grâce à leurs porcs, de nombreux esclaves appartenant à différents clans beembe : ainsi il y avait parmi eux des Miniaangi de Nzawu, des Minzuumba de Nkosso, des Minzeri de Madungu, des Bahangala entre autres, qui furent assimilés au clan des Mimbuundi, celui de Mulombo-Ngangoyi7. Deux frères mingila de Ngaamba (Mwandi), Mboko-Nkoyi et Manku ma Bussumbu, étaient, eux, à la même période les maîtres d’esclaves provenant de plusieurs clans : Miniaangi, Bakuungu, Mintamba , entre autres8.

13Ces propriétaires de porcs devenaient de grands polygames, de même que leurs fils, leurs neveux et petits neveux. Tel fut le cas de Mulombo-Ngangoyi dont le fils, Mungunga-Kiwuba, plus connu par son surnom de Mpossi-Masseke9, qui devint chef de canton de Mouyondzi sous l’administration coloniale au début du XXe siècle, s’était constitué un petit harem grâce aux porcs de sa mère. Ces polygames prenaient femmes dans le vivier lignager ; ainsi Mboko-Bimbene, le neveu de Mboko-Nkoyi et de Manku-ma-Bussumbu, à Ngaamba (Mwandi) comptait parmi ses douze épouses, onze d’ascendance servile, tirées du groupe des esclaves de son lignage. Ils espéraient avoir davantage de filles de leurs nombreuses femmes, des filles qui leur apporteraient lors de leur mariage, en guise de compensation matrimoniale, des porcs puis, dans la seconde moitié du siècle, des fusils. Ils seraient à l’origine d’une ploutocratie qui aboutit, par un processus plus ou moins court, à l’émergence des nkanyi ou big men, détenteurs de pouvoirs à la fois économiques grâce au travail de leurs femmes et filles, politiques par les nombreuses alliances matrimoniales de leurs fils, filles, nièces, neveux et leur nombreuse clientèle, et enfin militaires et religieux.

14Au XVIIIe siècle un des principaux objectifs des Beembe fut d’atteindre les marchés d’approvisionnement des porcs en pays suundi pour se passer des intermédiaires kaamba et kunyi, de plus en plus exigeants, qui profitaient de leur situation privilégiée de transitaires pour s’enrichir aux dépens des uns et des autres. Si dans un premier temps ce furent des hommes – des délinquants la plupart du temps (voleurs, assassins, sorciers, adultères, etc.) – qui étaient échangés contre des porcs, au XIXe s. les Kaamba avaient exigé des femmes dans les transactions, des filles principalement, ce qui n’était nullement du goût de leurs partenaires beembe. Aussi les plus audacieux, bravant les dangers, tentèrent de se rendre à Kimongo pour se pourvoir en porcs. Ces voyages sur des pistes peu sûres, infestées de pillards et de bandits de tout acabit, permettaient à ceux qui les entreprenaient d’établir des « camaraderies de commerce » kinduku, dans les villages d’étapes où ils étaient logés, quand arrivait le jour consacré à la guerre ; la ‘semaine’ koongo comptait en effet quatre jours dont l’un était celui de la guerre, où il était interdit de voyager, de vaquer aux occupations ordinaires :

Comme il y avait dans la semaine quatre jours : nkooyi, mukila, bukoonzo et mpika, ils choisissaient pour se rendre là-bas [à Kimongo et à Mbaangu] les jours où l’on ne guerroyait pas : nkooyi, bukoonzo et mukila. Le jour de mpika était le jour de la violence, le jour où l’on se faisait la guerre. Quand ils [les voyageurs] étaient arrivés chez un ami, ils s’arrêtaient pour se reposer. Quand les amis faisaient la guerre, ils s’enfermaient dans la maison. On leur interdisait de sortir. Quand les jours de nkooyi, bukoonzo et mukila étaient revenus, l’ami les prenait, les accompagnait. Et ainsi de suite jusqu’à ce qu’ils soient arrivés là-bas. [16 août 1988 Bouanza, entretien avec Kibaamba kia Mboko André]

15Ces voyages très fructueux firent naître de nouvelles relations sociales. Les amis se rendaient des visites d’amitié qui étaient de véritables événements dans leurs villages respectifs car ils se faisaient accompagner d’une suite importante qui portait les cadeaux qu’ils se faisaient et c’était aussi l’occasion de grandes réjouissances, de beuveries et de ripailles. Lubaki-Lwa-Ngweri, de Nzassi (Mouyondzi), au début du XXe siècle, faisait de nombreuses visites à son ami Nitu-Ngoko, de Kiniadi (Madingou), tout comme Mboko-Massala de Nkeenge (Mouyondzi) qui se rendait chez Nkwandzi à Nkieni (Madingou), en pays kaamba. Pour marquer cette amitié, Mboko-Massala donna le nom de Nkwandzi à l’un de ses fils (Nkwandzi-Mboko Georges).

16A l’intérieur même du pays beembe, l’amitié se matérialisait par le ntwila, une sorte de métayage qui avait pour objet des truies (et plus tard d’autres animaux). Le propriétaire d’une truie qui voulait en faire bénéficier son ami ou son parent – privilège exceptionnel au début du siècle à cause du prix élevé de cet animal – lui donnait la truie à élever. A la première portée, l’éleveur recevait un goret (un mâle), à la deuxième et à chacune des suivantes, un mâle et une femelle ; la truie et les autres petits revenaient au propriétaire qui pouvait les retirer pour les confier à d’autres amis ou parents. Le ntwila s’était développé en même temps que l’élevage du porc.

17Les conséquences en ont été nombreuses, à savoir la multiplication du nombre des propriétaires dont résulta l’enrichissement d’une partie croissante de la population, et la prolifération des querelles opposant les villageois. De plus la vulgarisation entraîna la dépréciation du porc qui se vit assigner d’autres utilisations. L’élevage du porc en se répandant causa une réorganisation de l’agriculture. Peu à peu les cultures des jardins de case disparurent en raison des dégradations des cultures occasionnées par les porcs et du regroupement des villages souligné plus haut.

18L’extension des aires matrimoniales au début du siècle eut pour conséquences l’éparpillement des lignages sur des surfaces de plus en plus grandes, et la multiplication des risques d’incestes et d’unions illégitimes. Auparavant, les membres d’un lignage vivaient dans le même village ou dans des villages voisins ; ils se connaissaient tous et du fait de cette proximité les unions illégitimes étaient rares. En outre, les anciens veillaient, prêts à frapper le premier contrevenant, car les rapports sexuels étaient interdits entre les membres d’un même lignage qui étaient « frères et sœurs ». Ces faits étaient susceptibles d’attirer sur le groupe la colère des ancêtres, colère dont l’expression était la forte mortalité des enfants, les famines, la sécheresse, les épidémies et les épizooties. Les contrevenants étaient passibles de peines graves qui allaient de la vente comme esclaves à leur mise à mort le jour du marché, où ils étaient enterrés vivants. L’extension du champ des unions avait entraîné le relâchement de la vigilance des anciens, de sorte que les membres d’un lignage qui naissaient et grandissaient dans des villages différents sans se connaître risquaient de commettre des incestes ou de former des unions illégitimes.

19Dans la seconde moitié du siècle, au lieu de les vendre ou de les tuer, on condamnait l’homme – qui était considéré comme responsable de l’initiative – à donner « le porc de la honte », ngulu nsoni, que les membres du lignage mangeaient au cours d’une cérémonie expiatoire. A cette condition seulement, les ancêtres contentés absolvaient les coupables de leur inconduite et les vivants officialisaient l’union illégitime. Ici aussi, « le porc de la honte » était acquis au prix fort. Aujourd’hui dans ce rituel le vin a remplacé le « porc de la honte » dans les campagnes.

20De plus le porc faisait partie des dédommagements à payer par les parties déclarées fautives lors des règlements de conflits :

Les anciens des deux camps s’assoient… Ils instruisent l’affaire et toi, le coupable, tu paies les frais, l’amende. Il t’arrive de prendre dans ton lignage, cinq, six personnes et de les vendre pour que l’affaire soit réglée. Toi qui avais un grand lignage, tu te retrouves seul. Et c’était comme cela… A celui qui a perdu des hommes, on donne le nombre de personnes tuées … Après quoi, on ajoute des porcs. Ce qu’on donnait pour dédommager les hommes tués à la guerre, c’étaient des porcs, des boucs, de la poudre de chasse, du plomb, du sel, en plus des personnes elles-mêmes. [Entretien avec Tanga dia Lubaki Nicolas et Masanga ma Ngamwaya Auguste]

21En cas de guerre, il arrivait qu’une personne lésée ne disposât pas de combattants dans son propre lignage pour attaquer son offenseur. Tenant à venger l’affront qui lui était fait (injure, rapt de femme, adultère, agression physique, meurtre…), il faisait alors appel à des alliés, à des amis ou tout simplement à des mercenaires pour lui prêter main forte. Comme gage de sa bonne foi, il leur donnait à manger avant de les emmener combattre le « porc de l’agressivité » ngulu kibakala10. Celui-ci jouait le rôle d’arrhes, puisqu’à la fin des hostilités, les hommes engagés faisaient connaître leurs exigences. Il s’agissait notamment de fusils, de porcs, de personnes vivantes quand il y avait eu des tués dans leurs rangs, et, le cas échéant, la cession d’une partie du terroir lignager de celui qui les avait engagés, comme cela fut le cas des Mibaamba de Diangala (Nkeenge), en guerre contre les Mingila de Bussaka (Nkeenge). Ils avaient fait appel aux Suundi pour les aider et, la guerre terminée, ceux-ci avaient reçu pour leurs services, en plus du « porc de l’agressivité » donné auparavant, une femme et une partie de leur terroir appelée Missoombo. Or jusque-là les Suundi n’avaient pas de terres dans la contrée11. Les Mimbuundi de Mpandi-ya-Bissa étaient réputés intrépides guerriers et marchandaient volontiers leurs services aux hommes de Nkeenge, de Mwandi ou de Muzaanga en guerre contre d’autres villages12.

22Le porc avait également fait, au cours du siècle, son entrée dans la célébration des obsèques, au « repas rituel des funérailles » maloomi. Des gens aisés avaient introduit cet usage dans le pays, un usage fort limité au départ, puis rapidement adopté avec la vulgarisation de l’élevage du porc. En effet, pour mettre fin au grand deuil qui durait trois jours, qui allait du décès à l’inhumation, les familles "riches" tuaient des porcs qu’on donnait à manger aux alliés et amis venus prendre part au deuil. Auparavant, l’enterrement avait lieu sinon le jour même du décès, du moins le lendemain. Avec l’extension des aires matrimoniales et le développement de l’agriculture et de l’élevage, le jour de l’inhumation était différé pour permettre aux parents et alliés éloignés d’y prendre part.

23Si au XIXe siècle les porcs avaient eu leurs éleveurs connus sur les Plateaux beembe, ils eurent aussi leurs voleurs réputés, surtout au XXe siècle, qui jouèrent les pourvoyeurs à moindres frais, face à une demande toujours croissante. Des voleurs qui écumaient les cheptels, au grand dam de leurs propriétaires. Les plus célèbres avaient pour noms Ngwayoyo à Bangeembu, Ngaandiri à Matolo, Muwumunu-Kinkokoto à Nkeenge, Ya Tinga à Nkila, entre autres.

Les changements économiques

24L’essor démographique, relevé par les observateurs étrangers à la fin du XIXe siècle, comme P. Savorgnan de Brazza (1966 : 216) avait été le produit non seulement du développement de l’agriculture qui éloignait à jamais le spectre de la famine et d’une certaine maîtrise des techniques de santé grâce au mukisi, culte de la divinité des eaux (Ngoïe-Ngalla, 1980 : 8), mais encore de l’extension de l’élevage du porc, qui contribuait à l’amélioration du régime alimentaire en y apportant un élément carné constant, contrairement au gibier de chasse ou de piégeage plus saisonnier. L’entrée du porc dans les « compensations matrimoniales » biila, en lieu et place des traditionnels antilopes et phacochères, vulgarisait la consommation de sa viande dans les foyers, les mariages ayant lieu tout au long de l’année. Désormais, il n’y avait pas de célébration de mariage sans qu’on égorge de porcs. Et si les filles se mariaient tôt (14-16 ans), les garçons qui n’avaient pas les porcs de la compensation matrimoniale retardaient leur mariage (25-30 ans) quand ils manquaient d’oncles maternels ou de pères, propriétaires de porcs. D’autres, plus démunis, attendaient patiemment la mort d’un aîné, d’un oncle ou d’un grand oncle pour pouvoir hériter de sa veuve (ou de ses veuves), avec l’espoir d’épouser plus tard une jeune fille, quand les filles du défunt auraient grandi et rapporté les porcs et les fusils de la compensation matrimoniale.

25Les conséquences de l’élevage du porc, animal omnivore par excellence, étaient nombreuses au plan économique. Sa prolificité – deux portées par an de 8 à 10 porcelets chacune – mettait fin, comme on l’a dit, aux jardins de case qui avaient servi de terrain d’essai aux nouvelles cultures, au profit des champs éloignés du village, champs qui gagnaient en nombre et aussi en surface, avec la croissance de la population.

26Alors que l’élevage des poulets avait été l’affaire des femmes, l’élevage des porcs, comme celui des boucs, passait aux hommes qui lui consacraient de plus en plus de temps, et qui prenaient une part de plus en plus grande aux travaux agricoles, notamment dans l’essartage des forêts, les récoltes, la surveillance des espaces cultivés, le travail des champs se faisant sous la protection d’hommes en armes13, etc. Le porc donnait de l’impulsion à l’agriculture et à l’achat de fusils indispensables désormais à celle-ci et contribuait à l’éradication des disettes.

27Le porc était, on l’a dit, à la base de l’accumulation de richesses et du développement de l’esclavage domestique, et occupait au XIXe siècle la première place dans les transactions, les mariages et les procès.

L’intrusion du porc dans la culture et la religion

28L’introduction du porc a marqué profondément l’imaginaire beembe. Un rapide regard sur la littérature orale (contes et proverbes) suffit pour nous en convaincre. En effet, sur un corpus parémiologique de près de 2400 proverbes, plus de 200 lui sont consacrés et sa place dans les contes n’est pas moindre. Il en ressort une image ambivalente, attrayante et repoussante à la fois.

29Le porc était d’abord l’animal à problèmes, celui qui, en dégradant les cultures, et en dévorant des poussins conduisit les villageois à des querelles incessantes, et ne fut pas étranger à l’émergence de deux "classes sociales", celle des "riches" propriétaires de porcs et celle des "pauvres", non propriétaires. Il devenait le modèle de la débrouillardise et partant de l’indépendance, l’exemple proposé à l’homme, invité à compter d’abord sur ses propres forces à l’instar du goret qui n’attend pas grand chose de la truie : « le goret naît avec ses crocs » Mwana ngulu, wuu pala na diinu (Nkal’Ngomo 1981 : 44 [proverbe 1197).

30La possession des porcs était synonyme de réussite sociale et donnait par conséquent un statut à l’éleveur, le plaçant au sommet de l’échelle sociale : « dans chaque lignage deux personnages sont indispensables : le riche et le juge » Mu mpis’kaanda, baatu boolo ba na mufunu , kisina na kilarimi (Ibid. : 32 [proverbe 919]). Le relatif égalitarisme social des siècles précédents était contredit dans le vécu quotidien. Servir à manger de la viande de porc à son hôte était lui témoigner de la déférence, le sortir du lot commun car « il y a hôte et hôte, l’un à qui on donne à manger un cobaye, le second à qui on sert du poulet et le troisième en l’honneur de qui on tue un porc » Munzeenze wa mpumputu wa mpumputu, wa nsusu wansusu, wa ngulu wa ngulu (Ibid. : 32 [proverbe 1057]). Une minorité de personnes évidemment bénéficiait de ces égards. Est-ce à cette époque que les Beembe auraient lancé le fameux « porc à la banane plantain » ngulu mu mako, leur plat par excellence, celui qu’on ne sert qu’aux hôtes de marque ?

31Le porc changeait en outre la vision que l’on avait jusqu’alors de la richesse. Au siècle précédent, celle-ci était davantage collective et provenait du nombre des hommes. Au XIXe siècle, elle s’individualisa et se focalisa sur les biens matériels. Les relations à l’intérieur des couples se modifièrent, l’homme découvrant dans sa femme et ses enfants – ses filles surtout – des producteurs de biens matériels qui l’enrichissaient. La femme de son côté cessait d’être cette « étrangère » mfumu ngani, intéressée au premier chef par le nombre d’enfants qu’elle pouvait avoir de son mari et qui iraient grossir son lignage à elle. Pour un homme riche, les enfants cessaient d’être ces ‘profiteurs’ qui le quitteraient à la première occasion pour le village de leurs oncles maternels.

32Le riche n’était plus le chef d’un lignage pourvu de nombreux membres, mais le polygame, aux nombreux alliés et clients, l’éleveur des porcs et des boucs, celui dont les greniers regorgeaient de récoltes et qui avait des fusils. Les nouveaux riches tentaient par la promotion du ntwila de créer une nouvelle collectivité, ou clientèle, centrée autour d’eux.

33Au cours de la seconde moitié du siècle le porc prit une place importante dans le repas rituel des funérailles, ainsi que dans les compensations matrimoniales. Il y éclipsait désormais les gigots d’antilopes, de phacochères ou de buffles, avant d’être supplanté à son tour par le fusil dans le dernier quart du siècle.

34Cependant les nganga prêtres et prêtresses du culte de la divinité des eaux, qui d’ailleurs avaient pour interdit la consommation de sa viande, rendaient le porc responsable de certaines maladies comme les rhumatismes. Ce culte pratiqué dans un cadre lignager, est matérialisé par des « galets » biloongo, que ces prêtres ou prêtresses allaient retirer de l’eau, et qui étaient censés représenter “précisément ces forces qui sont le support du monde des hommes, et donc des forces cosmiques” (Ngoïe-Ngalla 1980 : 8). Accompagnés de futurs nganga, ils amenaient avec eux un porc vivant, qu’ils devaient tuer par piétinement, à l’entrée d’un ravin, en chantant : « A mort le porc ! A mort ! A mort le porc ! A mort » Madiata ngulu ! – Diata ! – Madiata ngulu ! – Diata ! !14. Les maladies du lignage étaient censées passer du corps des malades au porc, par leurs pieds, et du porc au sol, puis être emportées par les eaux de ruissellement à la rivière, et de celle-ci au fleuve et enfin à la mer où elles s’évanouissaient. A la différence du bouc émissaire de la Bible, le porc tué était rapporté à la maison pour y être mangé par les participants lors de la consécration des nouveaux nganga.

35La graisse de porc, précieusement recueillie dans des fioles, servait d’onguent aux jeunes gens qui s’en oignaient le corps pour lui donner de la brillance. Outre cet usage cosmétique, elle était une arme redoutable dans la lutte contre la sorcellerie. En effet, on enduisait de cette graisse les linteaux des portes des maisons pour en interdire l’entrée aux sorciers et éloigner ainsi leurs maléfices. Pour tempérer son envie d’ensorceler, le sorcier mangeait de la graisse de porc, pratique qui s’est maintenue aujourd’hui15.

Le XXe siècle : une fin de règne

36Le XXe siècle mit les Beembe en contact avec les Français. La rencontre des deux cultures eut lieu sur fond de conflit au début du siècle (1907-1911). Mouyondzi, le pays des Beembe, était considéré par les colonisateurs comme une citadelle à détruire, qui hébergeait des réfractaires à l’impôt de capitation, comme l’écrit l’auteur anonyme de l’Histoire militaire de l’Afrique Equatoriale française (1931 : 165-166) :

Les Babembe et les Bayaka de la région de la Bouenza et de Sibiti, querelleurs, vantards, pillards, mais peu braves, avaient pu, en raison de la faiblesse des effectifs français, faire pendant longtemps échec à toute pénétration... La situation dans la Louessé était la suivante : des postes civils avec gardes régionaux étaient établis à Sibiti, Madingou, Moutamba. Ces postes ne communiquaient pas entre eux, ne pouvaient faire rentrer l’impôt et se heurtaient aux Babembé particulièrement réfractaires à toute organisation.

37Une campagne militaire avait donc été nécessaire pour venir à bout de la résistance farouche des Beembe. Le même auteur résume celle-ci :

Les opérations du Capitaine Souclier avaient duré du 7 avril au 27 juillet [1911] : 1100 kilomètres d’itinéraires nouveaux avaient été relevés, 2600 fusils rendus, 200 villages renfermant une population de plus de 15.000 âmes, s’étaient soumis. En outre, les résultats avaient été acquis avec le minimum d’effusion de sang. (Ibid : 168)

38On vit le rôle du porc, jusque-là considérable, décroître progressivement.

39Tout d’abord la monétarisation de l’économie changea les rapports de production avec la disparition du troc, remplacé par l’argent en espèces. L’introduction au cours du XXe siècle des cultures commerciales (café, cacao, punga, arachides, coton), de l’élevage du mouton et des bœufs un peu plus tard, et l’avènement du travail lucratif, contribuèrent à l’enrichissement et au bien-être de la grande masse. Le riche n’était plus le polygame, malgré l’apport financier non négligeable du travail de ses épouses, mais l’homme aux espèces sonnantes et trébuchantes, le salarié. Le porc cessa de jouer les premiers rôles dans les relations interpersonnelles, au sein de la société affectée par la monétarisation, et l’éleveur de porcs ne fut plus au centre de la vie communautaire ; la traite ayant été abolie, il n’achetait plus d’esclaves.

40D’autres animaux, plus résistants aux épizooties cycliques qui sévissaient désormais dans la contrée (bouc, mouton, bœuf) firent concurrence au porc. La part de celui-ci dans l’alimentation se trouva réduite, même s’il resta l’animal le plus prisé des Beembe. Il fut cantonné à l’art culinaire où son influence croissait. Le célèbre « porc à la banane plantain » ngulu mu mako, se lança, à la suite des migrants beembe, à la conquête des centres urbains, et reçut dans les années 1990, la consécration suprême en devenant plat ‘national’ chanté par les meilleurs artistes du pays.

41Il céda aussi du terrain dans d’autres domaines où il avait régné sans partage. La médecine moderne, plus efficace, avait ébréché l’influence du mukusi dont le nombre des nganga, diminua de façon drastique, sous les attaques conjuguées des différentes religions chrétiennes (catholicisme, protestantisme, Armée du Salut) : ses supports (tambours, statuettes) furent brûlés et ses nganga pourchassés sous l’œil indifférent si ce n’est approbateur du colonisateur16. En outre les produits cosmétiques, plus propres et plus discrets qui firent leur entrée dans le sillage de l’homme blanc, mirent un terme à l’usage de la graisse de porc comme onguent.

Haut de page

Bibliographie

Anonyme, 1931, Histoire militaire de l’Afrique Equatoriale Française, Paris, Imprimerie Nationale.

Dupre, Georges, 1985, Les naissances d’une société. Espace et historicité chez les Beembe du Congo, Editions de l’ORSTOM.

Kala-ngoma, Benjamin, 1990, Les Beembe (Congo) XVIIIe-XIXe siècles, Esquisse des dynamiques d’intégration, de différenciation et d’individualisation d’une société lignagère, Thèse de Doctorat d’histoire, Université de Paris I (Panthéon-Sorbonne).

Ngoïe-ngalla, Dominique, 1980, "Les Koongo de la vallée du Niari. Mentalités, sensibilités et comportements", La semaine africaine, n° 1882 (24-30 janv. 1980).

—, 1988, Les sociétés et les civilisations de la Vallée du Niari dans le complexe ethnique koongo, XIIIe–XVIIIe siècles. Formes et niveaux d’intégration. Thèse de Doctorat ès Lettres et Sciences Humaines, Université de Paris I (Panthéon-Sorbonne).

Nkal’ngomo, Benjamin (autre nom de Kala-Ngoma B.), 1981, Bakuutu ba ta nkum’ti, ou les Beembe par leurs proverbes, 88 p. multigr.

Savorgnan de brazza, Pierre, 1966, "Les Cahiers de Pierre Savorgnan de Brazza (1880-1882)", publiés par Henri Brunschwig, Cahiers d’Etudes Africaines, vol. VI, 2, p. 219.

Sautter, Gilles, 1966, De l’Atlantique au fleuve Congo. Une géographie du sous-peuplement. République du Congo, République Gabonaise, Paris, Mouton et Cie,

Vansina, Jan, 1985, "Esquisse historique de l’agriculture en milieu forestier (Afrique équatoriale)", Muntu, 2.

Haut de page

Notes

1 « On passe un premier grand village, puis un second où il y a d’immenses plantations de pistaches et de manioc. Quelle population dense et peu paresseuse ! », Les Cahiers de Pierre Savorgnan de Brazza, 1966, p. 219.
2 On évaluait alors à 50 000 le nombre de Beembe vivant hors du district de Mouyondzi, dans les centres urbains du Congo.
3 Les hommes utilisaient les nasses et peu de filets, et barraient le cours des rivières, tandis que les femmes pêchaient à l’écopage ou procédaient à l’empoisonnement des poissons à l’aide de la plante chtyotoxique appelée mbaka (Tephrosia vogelii Hook).
4 A commencer par les minkangi (sortes d’asperges).
5 Entretien avec Tanga dia Lubaki Nicolas (clan Mibaamba), 8 août 1988, à Nkenge.
6 «Des achats massifs de captifs ont renforcé le peuplement consécutif à la migration. A ce point de vue Bakamba et Bacougni détenaient une position stratégique : les premiers se trouvaient au débouché de deux grandes régions fort peuplées, les montagnes badondo et le plateau babembé, véritables réservoirs d’esclaves…Les Bakamba, systématiquement, se procuraient des femmes chez leurs voisins babembé pour les épouser», Sautter 1966 : 622.
7 9 août 1988, Mouyondzi, entretien avec Mukeembu Kitsoro, descendant d’esclaves des Mimbuundi. Il était neveu utérin de Mboko Nkooyi et de Manku ma Busuumbu.
8 15 juillet 1988, Mwaandi, entretien avec Masanga ma Ngwamwaya Auguste (clan mungila de Mwaandi).
9 Littéralement « l’ombre où viennent se poser des oiseaux », allusion à la qualité de son hospitalité.
10 12 juillet 1988, Mumiku, entretien avec Kinyambi kia Niama Dominique, tradithérapeute, et prêtre du mukisi..
11 Entretien avec Tanga dia Lubaki Nicolas.
12 Entretien avec Kinyambi kia Niama Dominique.
13 R.P. Sand, Lettre à Mgr Carrie du 15 avril 1893, Archives de la Congrégation des Pères du Saint-Esprit (Chevilly-La-Rue), Dossier II, 180 A.
14 Entretien avec Kinyambi kia Niama Dominique, prêtre du mukisi.
15 Dans la décennie 1940, les exemples sont nombreux de ces mangeurs de lard, ainsi Bimfoko-bia-Nsala, de Buumbi, Makita-wa-Nkeenge de Nkenge ; en 1970, à Muzaanga-Nkila – Ntari, une femme a été surprise à le faire par son mari qui a jugé bon de se séparer d’elle sans autre forme de procès.
16 Entretien avec Kinyambi kia Dominique.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benjamin Kala-Ngoma, « L’élevage du porc et ses conséquences dans la société beembe (xviiie - xixe siècles) », Journal des africanistes, 74-1/2 | 2004, 483-496.

Référence électronique

Benjamin Kala-Ngoma, « L’élevage du porc et ses conséquences dans la société beembe (xviiie - xixe siècles) », Journal des africanistes [En ligne], 74-1/2 | 2004, mis en ligne le 10 avril 2007, consulté le 23 mai 2017. URL : http://africanistes.revues.org/379

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org