Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Deveau Jean-Michel, 2010, Le retour de l’esclavage au XXIème siècle

Paris, Karthala, Coll. Les terrains du siècle
Françoise Ugochukwu
p. 191-192
Référence(s) :

Deveau Jean-Michel, 2010, Le retour de l’esclavage au XXIème siècle, Paris, Karthala, Coll. Les terrains du siècle, 240 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage place le lecteur devant l’évidence d’une métamorphose de l’esclavage. Les statistiques recueillies prouvent que ces pratiques gagnent du terrain, servies par la globalisation, l’Internet, la multiplication des réseaux mafieux et l’hypocrisie des pays bénéficiaires. L’auteur, spécialiste des questions d’esclavage et ancien vice-président du Comité scientifique de l’UNESCO sur la question, rappelle ici la distinction entre esclavage industriel et domestique, et le fait que ses premières victimes sont habituellement les femmes et les enfants.

2L’ouvrage est divisé en deux parties : la première met en avant la violence perpétrée et affectant les plus fragiles. Les femmes sont les premières étudiées, dans deux chapitres consacrés à la prostitution, aux violences domestiques – mariages serviles, maltraitance et mutilations sexuelles – et aux crimes religieux. Les deux chapitres suivants considèrent le cas des enfants esclaves et celui des travailleurs migrants. La seconde partie parcourt la géographie de l’esclavage contemporain, notant l’absence de statistiques pour la seule Océanie. Du travail forcé et de l’esclavage pour dettes en Asie à l’explosion du tourisme sexuel en Amérique centrale et au Brésil, des modernes esclaves agricoles d’Équateur, de Saint Domingue, d’Amazonie et d’Éthiopie aux razzias esclavagistes du Soudan et à la ‘location d’enfants’ de l’Afrique de l’Ouest, jusqu’à la vente à la sauvette et à la mendicité forcée, rares sont les pays épargnés. Le dernier chapitre démontre que la France elle-même, patrie des droits de l’homme, a ses esclaves cachés. La réflexion, étayée de nombreux documents, prolonge ici celle amorcée dans d’autres ouvrages récents, insistant sur la banalisation des pratiques de maltraitance, sur l’apathie de l’opinion face à la prostitution, aux ateliers clandestins et à l’esclavage domestique, et sur les appuis dont jouissent les groupes criminels hautement organisés opérant en métropole et dans les départements d’outremer.

3L’avant-propos situe d’emblée le débat : il ne s’agit pas là seulement d’une étude de fond, d’une analyse comparative de statistiques et d’un bilan de l’esclavage moderne dans différents pays ciblés, mais aussi d’une dénonciation passionnée de pratiques inhumaines. Comment chiffrer ce drame ? S’il reconnait qu’ « il est encore impossible d’avancer une statistique globale du phénomène » (p. 158), l’auteur cherche à cerner le phénomène, à partir des études des ONG, des Églises et des médias, et s’appuyant sur la recherche universitaire et les rapports des organismes internationaux – UNESCO, UNICEF, Office international des migrations. Ce faisant, il montre à la fois la continuité et l’évolution des pratiques esclavagistes, illustrant son texte de nombreux cas relevés dans les rapports étudiés et démontrant qu’aucun pays, aucun groupe social n’est à l’abri de ce fléau, d’autant plus qu’à l’heure de la diversité, le label de pratique culturelle protège souvent la maltraitance. Cherchant à comprendre les raisons de cette résurgence de pratiques anciennes et de la facilité avec laquelle cette gangrène passe les frontières, l’auteur souligne le lien pérenne entre esclavage, illettrisme et pauvreté. Que faire ? Comment en finir avec l’esclavage ? Compte tenu du vide juridique sur le sujet et de l’impuissance des législations face à l’ancienneté et la force des traditions, l’ouvrage insiste sur la nécessité de la lutte pour éradiquer les pratiques dénoncées, tout en sachant que la répression ne fait souvent que déplacer le problème, et cherche à mobiliser l’opinion publique, seule susceptible, à son avis, de mobiliser les gouvernements. Pourquoi cet appel à la mobilisation ? La réponse clôt le livre : « il en va de la dignité et de l’honneur du genre humain » (p. 232).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Ugochukwu, « Deveau Jean-Michel, 2010, Le retour de l’esclavage au XXIème siècle », Journal des africanistes, 81-1 | 2011, 191-192.

Référence électronique

Françoise Ugochukwu, « Deveau Jean-Michel, 2010, Le retour de l’esclavage au XXIème siècle », Journal des africanistes [En ligne], 81-1 | 2011, mis en ligne le 08 janvier 2016, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3788

Haut de page

Auteur

Françoise Ugochukwu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org