Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Derlon Brigitte, et Jeudy-Ballini Monique, 2008, La passion de l’art primitif. Enquête sur les collectionneurs

Paris, Gallimard
Julien Bondaz
p. 188-191
Référence(s) :

Derlon Brigitte, et Jeudy-Ballini Monique, 2008, La passion de l’art primitif. Enquête sur les collectionneurs, Paris, Gallimard, 322 p.

Texte intégral

  • 1 Rolande Bonnain, L’Empire des masques, Paris, Stock, 2001.
  • 2 Approche dont relèverait notamment l’ouvrage de Sally Price, Arts primitifs ; regards civilisés, Pa (...)

1Les dix masques dont la photographie recouvre pour moitié la jaquette du livre de Brigitte Derlon et de Monique Jeudy-Ballini ne doivent pas nous tromper. Certes, ils agissent là encore comme des emblèmes privilégiés de l’art dit primitif (au détriment de la statuaire ou du mobilier, par exemple) et rappellent celui proposé en couverture du livre de Rolande Bonnain, également consacré aux collectionneurs d’art primitif1. Mais il ne s’agit plus ici de proposer une approche sociologique et empathique de la collection, et moins encore une approche globalisante et critique, qui amalgamerait les opinions des collectionneurs et celles des artistes, des critiques, des marchands, des conservateurs et des ethnologues2. La démarche de Derlon et Jeudy-Ballini est avant tout ethnographique et se situe au carrefour des études portant sur « l’appropriation et la réception occidentales de l’art primitif » et de celles concernant « la pratique de la collection » (p. 12). La synthèse de ces études, proposée en introduction du livre, est d’ailleurs parfaitement réussie.

2La présentation sérielle des masques sur la jaquette ne doit pas non plus conduire le lecteur sur de fausses pistes : ce n’est pas le rapport des hommes aux choses qui intéresse les deux auteures, c’est le rapport des personnes à elles-mêmes (p. 37, 160). De la collection d’objets, nous passons ainsi, en quelque sorte, à une collection de collectionneurs (p. 157, 212). À travers de nombreux extraits d’entretiens et une grande variété de sources écrites (autobiographies, œuvres littéraires, ouvrages scientifiques…), l’analyse du discours des collectionneurs permet d’éclairer leurs pratiques et leur expérience esthétique.

3En premier lieu, une sorte de portrait du collectionneur en primitif nous est ainsi donné à lire. Non seulement les collectionneurs se reconnaissent une « proximité » avec l’artiste primitif (p. 137) et signalent, dans leurs propos, « une sorte d’homologie ou de solidarité mystique […] entre le créateur de l’objet et son dépositaire occidental, l’un et l’autre sous l’emprise de l’objet agissant » (p. 85). Mais leurs discours sur les objets sont également marqués par une certaine rhétorique de l’enchantement, par une primauté accordée à l’émotion, par une mise en exergue de l’intuition et de l’instinct, par un principe de désir : autant de caractéristiques dont furent pendant longtemps affublées les populations considérées comme primitives. Tout se passe donc comme si, dans l’art dit primitif, ce n’était ni l’art ni l’artiste qui étaient primitifs, mais les relations que les collectionneurs entretiennent avec les objets de leur collection.

  • 3 À ce propos, le choix de la photographie donnée à voir sur la jaquette apparaît paradoxal. En effet (...)
  • 4 Pour nuancer cette continuité, lire, des deux mêmes auteures, « L’art d’Alfred Gell. De quelques ra (...)

4Telle est du moins la principale leçon du livre : ce n’est ni la biographie des collectionneurs, ni celle des objets qui apparaissent centrales, même si Derlon et Jeudy-Ballini signalent, dès l’introduction, l’importance des études consacrées aux « reclassements successifs » qui caractérisent la vie des objets, aux requalifications qui résultent de transferts contextuels ou conceptuels : « curios, fétiche, spécimen ethnographique, art ou souvenir » (p. 17). C’est plutôt une biographie relationnelle qui est présentée, dans laquelle les récits de rencontre entre collectionneurs et objets ont la part belle, et fonctionnent comme invitation à une ethnographie des relations entre les personnes et les choses. En analysant comment les pièces de collection sont dotées par les collectionneurs d’une autonomie, de capacités émotionnelles et cognitives, et même d’un certain pouvoir d’action, les deux auteures montrent ainsi que l’anthropomorphisme et l’animisme figurent au répertoire interactionnel des collectionneurs. À ce titre, les remarques concernant l’acquisition des objets sont particulièrement éclairantes. Leur achat apparaît ainsi comme un moyen de « transformer de l’argent en objets d’art » (p. 261), mais conduit aussi et avant tout à faire passer ces objets du statut de marchandise à celui de « quasi-personne » (p. 201)3. En d’autres termes, nous n’avons plus affaire à des non-humains, mais à des presque humains. À l’inverse, lorsque les objets passent de la collection à la salle des ventes (exemple est pris sur la vente aux enchères de la collection d’André Breton en 2003), ils cessent de fonctionner comme des personnes et se retrouvent – de nouveau – chosifiés. En articulant une approche intentionnaliste des objets et une esthétique relationnelle, dans la continuité des théories d’Alfred Gell4, Derlon et Ballini-Jeudy mettent ainsi en évidence « la fluidité des frontières entre les personnes et les choses » (p. 273-274).

  • 5 Sous cet angle, il convient d’ailleurs de rappeler que le pedigree des animaux diverge en grande pa (...)

5Cette porosité des catégories ontologiques s’exprime notamment à travers deux manières de vivre en collectionneur, à travers deux « régimes de la passion » (p. 285). D’une part, la collection est souvent envisagée comme procréation (p. 151). La métaphore du couple et l’analogie parentale sont alors l’occasion d’interroger le langage amoureux de collectionneurs en majorité masculins, voire leurs pratiques, par exemple lorsque l’un d’entre eux rapporte avoir partagé son lit avec l’un des objets de sa collection (p. 181-182). Il s’agit également de questionner les filiations qui se tissent entre les biographies des objets et celles des hommes5. D’autre part, la collection est fréquemment présentée comme une « création égocentrée » (p. 145), et les objets comme autant de doubles de la personne. Pour parler un langage plus psychologique (mais les auteures ne versent jamais dans le psychologisme), on assiste alors à un « investissement fantasmatique du collectionneur dans l’objet » (p. 100). Ici, la fusion entre collectionneurs et collectionnés n’est plus exprimée en termes d’amour, mais, à l’extrême, comme un au-delà de la mort. Les souhaits exprimés par un collectionneur que ses cendres, après son décès, soient placées dans l’ouverture ventrale d’un fétiche de sa collection (p. 190-191) et par un autre que son propre crâne intègre de manière posthume la collection d’une amie (p. 191-192) sont à ce titre particulièrement frappants.

6Les deux auteures signalent cependant un autre moyen de survivre, moins radical quoique envisagé de manière contrastée par les collectionneurs : donner tout ou partie de ses objets à un musée et gagner ainsi une « immortalité » muséale (p. 209-213). Un tel transfert de la collection privée à la collection publique semble important aux yeux de Derlon et Jeudy-Ballini. Elles concluent en effet leur livre par une comparaison entre ces deux modalités de conservation et de transmission des objets d’art primitif en nuançant les différences souvent établies entre elles et en rappelant, à juste titre, que, dans le salon des collectionneurs comme au musée, l’objet d’art primitif « ne parle jamais que le langage de sa société d’adoption » (p. 292) – et nous retrouvons ici le langage de la filiation. On peut d’ailleurs se demander si, de la même manière que l’objet « collectionne les collectionneurs » (p. 157), ce n’est pas lui qui adopte les sociétés. À la lecture de ce livre particulièrement bien écrit, on peut surtout se réjouir que la passion des collectionneurs et la société des objets d’art primitif aient enfin trouvé leurs ethnographes.

Haut de page

Notes

1 Rolande Bonnain, L’Empire des masques, Paris, Stock, 2001.

2 Approche dont relèverait notamment l’ouvrage de Sally Price, Arts primitifs ; regards civilisés, Paris, Ecole nationale des Beaux-Arts, 1995 [1989].

3 À ce propos, le choix de la photographie donnée à voir sur la jaquette apparaît paradoxal. En effet, les dix masques de Côte-d’Ivoire présentés n’appartiennent pas à une collection privée, mais à la galerie parisienne L’Accrosonge. Ils n’ont donc pas encore rencontré leurs collectionneurs…

4 Pour nuancer cette continuité, lire, des deux mêmes auteures, « L’art d’Alfred Gell. De quelques raisons d’un désenchantement », L’Homme, 193, 2010, p. 167-184.

5 Sous cet angle, il convient d’ailleurs de rappeler que le pedigree des animaux diverge en grande partie de celui des objets d’art primitif : dans le premier cas, c’est la filiation biologique et continue entre les bêtes qui le définit, dans le second, ce sont les multiples filiations métaphoriques et discontinues entre collectionneurs et objets de collection qui sont susceptibles d’en constituer la trame. Nous sommes face à deux processus plus différents qu’il n’est souvent dit, et les remarques de Derlon et Jeudy-Ballini à ce sujet (p. 89-91, 212) me paraîssent l’indiquer clairement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Bondaz, « Derlon Brigitte, et Jeudy-Ballini Monique, 2008, La passion de l’art primitif. Enquête sur les collectionneurs », Journal des africanistes, 81-1 | 2011, 188-191.

Référence électronique

Julien Bondaz, « Derlon Brigitte, et Jeudy-Ballini Monique, 2008, La passion de l’art primitif. Enquête sur les collectionneurs », Journal des africanistes [En ligne], 81-1 | 2011, mis en ligne le 08 janvier 2016, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3785

Haut de page

Auteur

Julien Bondaz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org