Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Daum Christophe & DOUGNON Isaïe (dossier coordonné par), 2009, L’Afrique en mouvement, Hommes et Migrations

1279, Paris, Cité nationale de l’immigration
Catherine Sabinot
p. 187-188
Référence(s) :

Daum Christophe & DOUGNON Isaïe (dossier coordonné par), 2009, L’Afrique en mouvement, Hommes et Migrations, 1279, Paris, Cité nationale de l’immigration, 211 p.

Texte intégral

1Ce dossier, l’Afrique en mouvement, offre une perspective historique, anthropologique et sociologique des phénomènes migratoires internes à l’Afrique. Comme le soulignent Christophe Daum et Isaïe Dougnon en introduction, la réalité des migrations africaines ne se joue pas tant à l’extérieur de l’Afrique (seuls 2 à 4 % des immigrés dans les pays de l’OCDE sont originaires du continent africain et moins de 0,8 % des migrants africains ont migré durablement hors d’Afrique), que sur le continent lui-même, avec autant de trajectoires collectives et singulières qu’il y a de contextes de départ ou d’arrivée.

2Processus ancien en Afrique, la migration y est aussi extrêmement actuelle comme nous le dévoilent les douze articles compilés dans ce dossier. Ces derniers analysent le plus souvent des données originales issues d’un travail de terrain récent, et contribuent ainsi notoirement à la qualité de la revue. Chaque article s’attache à montrer la complexité de tout phénomène migratoire, abordant les aspects économiques, politiques, sociaux et environnementaux, à l’échelle sociétale comme à l’échelle individuelle.

3Dans un premier temps, le dossier présente des articles traitant des migrations rurales en Afrique de l’Ouest et démontre ainsi la capacité d’adaptation des populations concernées aux contextes des pays ou des régions-hôtes. Quatre articles analysent ensuite des dynamiques migratoires vécues dans des contextes de crise.

4Un de ceux-ci, intitulé Le « gouvernement humanitaire », est un entretien avec Michel Agier (Poinsot, p. 104-113) qui défend la thèse intéressante que les déplacements des populations internes à l’Afrique pour cause de conflit font que les « personnes découvrent le monde avec les organisations internationales, les personnels humanitaires, les armées onusiennes, la culture de l’humanitaire, la conduite de projets, les changements de mode de vie, d’habitat, ce qui entraîne un changement culturel sur le fond ». Par le biais des phénomènes migratoires internes au continent, l’Afrique entre ainsi dans la mondialisation d’une manière très particulière, dans des contextes de violence. On découvre aussi que les migrations internes sont souvent liées à d’autres migrations plus globales.

5Un autre article se distingue d’ailleurs des autres car il expose un phénomène migratoire très discuté actuellement et impliquant une société non africaine, la société chinoise dont « l’immigration moderne » a débuté sous Mao Zedong dans les années cinquante. De fait, les Chinois témoignent désormais d’une mobilité interne à l’Afrique, notamment du Cap Vert vers d’autres pays lusophones ou de l’Afrique du Sud vers les pays voisins, parfois vus comme des tremplins pour une migration vers l’Europe (Park, p. 126-138).

6De manière transversale dans ce dossier, on peut constater que les migrations, temporaires comme définitives, qui se déroulent par arrivées massives, par petits groupes ou individuellement, sont généralement guidées par la recherche d’opportunités économiques ou forcées par des situations de guerre et de persécution. Néanmoins, certaines migrations s’inscrivent aussi toujours dans les cycles saisonniers comme c’est le cas des pêcheurs nigériens et maliens du lac Sélingué qui migrent au fil de l’eau à la recherche du poisson pour se nourrir mais aussi pour acquérir une expérience migratoire et améliorer leur statut social (Togola, p. 24-37). Il en est de même pour les jeunes Burkinabé des zones rurales qui migrent vers Ouagadougou et Abidjan et oscillent alors entre le plaisir de l’indépendance et le poids des responsabilités à assumer loin du cocon familial (Cissé, p. 38-51). Migrer n’est généralement pas une sinécure et plusieurs des auteurs de ce dossier en témoignent : une insécurité existentielle caractérise de nombreux migrants qui sont victimes de violences et de discriminations, notamment pour ceux originaires d’Afrique de l’ouest migrant dans d’autres régions, ou encore pour les Chinois ayant subi les émeutes xénophobes en 2008 en Afrique du Sud.

7En somme, les différents sujets abordés dans ce dossier offrent un intéressant point de vue sur les types de migrations internes que vit aujourd’hui l’Afrique, et révèlent la complexité des dynamiques migratoires, tant sur le plan d’une société qu’au niveau de chaque individu. Puisse ce dossier permettre de considérer tant les dynamiques internes à l’Afrique que celles plus globalisées et internationales, et permettre ainsi de « changer le regard » souvent véhiculé sur l’Afrique, comme le titre Marie Poinsot dans son éditorial, mais également de transformer le regard que tout un chacun porte sur les migrants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Sabinot, « Daum Christophe & DOUGNON Isaïe (dossier coordonné par), 2009, L’Afrique en mouvement, Hommes et Migrations », Journal des africanistes, 81-1 | 2011, 187-188.

Référence électronique

Catherine Sabinot, « Daum Christophe & DOUGNON Isaïe (dossier coordonné par), 2009, L’Afrique en mouvement, Hommes et Migrations », Journal des africanistes [En ligne], 81-1 | 2011, mis en ligne le 08 janvier 2016, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3780

Haut de page

Auteur

Catherine Sabinot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org