Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Comaroff Jean & Joan, 2010, Zombies et frontières à l’ère néolibérale. Le cas de l’Afrique du Sud post-apartheid

Paris, Les prairies ordinaires, Coll. « Penser/croiser »
Judith Hayem
p. 186-187
Référence(s) :

Comaroff Jean & Joan, 2010, Zombies et frontières à l’ère néolibérale. Le cas de l’Afrique du Sud post-apartheid, Paris, Les prairies ordinaires, Coll. « Penser/croiser », 192 p.

Texte intégral

1Sous un titre de prime abord énigmatique, « Les prairies ordinaires » offre aux lecteurs l’occasion de découvrir, au travers de trois articles, les travaux des anthropologues d’origine sud-africaine Jean et John Comaroff. C’est à Jérôme David, enseignant et chercheur aux Universités de Lausanne et de Genève, que l’on doit la très belle traduction de ces trois textes ainsi qu’une utile introduction à l’œuvre de ces deux anthropologues, réputés dans le monde anglo-saxon, mais relativement méconnus en France. Les Comaroff enseignent désormais à Chicago, mais ont consacré l’ensemble de leur œuvre individuelle puis en duo à leur pays d’origine. Toutefois, ils défendent l’idée que le contemporain de cette « post- colonie » spécifique qu’est à leurs yeux l’Afrique du Sud post-apartheid éclaire plus largement le devenir actuel du monde néolibéral dans son entier.

2Le premier article, initialement publié en 2003, analyse les raisons de l’apparition d’une épidémie de zombies dans l’Afrique du Sud post-apartheid. Les auteurs montrent que la récurrence de la figure du zombie dans les discours des habitants des zones pauvres et rurales, notamment sur leur terrain de Mafikeng, manifeste « une crise de la reproduction sociale » (p. 57), relative à l’impossibilité de trouver du travail pour certains tandis que d’autres, dans le pays, semblent s’enrichir formidablement sans à en fournir aucun.

3Le second article, qui date quant à lui de 2008, examine la façon dont un incendie qui a ravagé la faune du Cap en 2000 révèle, au travers des accusations portées à l’endroit de la flore allochtone, jugée responsable du sinistre, la montée de la xénophobie en Afrique du Sud. Les Comaroff démontrent en effet que les discours alarmistes autour du risque encouru par le fynbos, végétation spécifique du Cap et emblème du pays, qualifié depuis quelques années de « patrimoine naturel », manifestent une vision de plus en plus étroite des frontières nationales et participent d’une « politique de production de l’étranger » (p. 89) qui ne se limitent malheureusement pas aux plantes ; comme l’ont tragiquement confirmé, en 2008, les émeutes xénophobes de mai qui firent 62 victimes et des milliers de déplacés.

4Enfin, achevant de lever l’énigme du titre, le troisième article, en réalité le plus ancien, puisqu’il date de 2000, développe une analyse complexe et approfondie du néolibéralisme, pensé comme le « capitalisme du troisième millénaire » – c’est d’ailleurs le titre français choisi. Ce « capitalisme de casino » (p. 141) se caractériserait notamment, selon les auteurs, par l’embellie des « économies occultes » (p. 136). On retrouve donc dans cette analyse les prémisses des développements sur les zombies.

5Si ces trois articles ne sont pas présentés dans l’ordre chronologique de leur publication, c’est parce qu’outre les thèses intrinsèques qu’ils défendent, ils constituent aussi, ainsi agencés, une montée en généralité théorique qui illustre fort bien la conception du travail de l’anthropologue selon les Comaroff. « Une anthropologie du temps présent, nourrie d’ethnographie, qui résorbe la dichotomie a priori de la théorie et de la méthode (…) » et « vise à rendre compte de la façon dont le local et le translocal se façonnent l’un l’autre (…). Une anthropologie, en somme, qui se donne pour mandat de rendre intelligibles les destins croisés des existences humaines, quels que soient les mondes où elles s’inscrivent bon gré mal gré » (p. 64).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Judith Hayem, « Comaroff Jean & Joan, 2010, Zombies et frontières à l’ère néolibérale. Le cas de l’Afrique du Sud post-apartheid », Journal des africanistes, 81-1 | 2011, 186-187.

Référence électronique

Judith Hayem, « Comaroff Jean & Joan, 2010, Zombies et frontières à l’ère néolibérale. Le cas de l’Afrique du Sud post-apartheid », Journal des africanistes [En ligne], 81-1 | 2011, mis en ligne le 08 janvier 2016, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3778

Haut de page

Auteur

Judith Hayem

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org