Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Botte Roger, 2010, Esclavages et abolitions en terre d’islam. Tunisie, Arabie saoudite, Maroc, Mauritanie, Soudan

Bruxelles, André Versaille éditeur
Françoise Ugochukwu
p. 185-186
Référence(s) :

BOTTE Roger, 2010, Esclavages et abolitions en terre d’islam. Tunisie, Arabie saoudite, Maroc, Mauritanie, Soudan, Bruxelles, André Versaille éditeur, 389 p.

Texte intégral

1Anthropologue et historien spécialiste de l’esclavage en Afrique subsaharienne, Roger Botte présente ici un ouvrage dense et particulièrement bien documenté sur un phénomène qui perdure – les derniers cas recensés datant de 2009 – mais sur lequel il n’existe, semble-t-il, aucune donnée vraiment fiable. L’approche combine une analyse du concept d’esclavage et de la possibilité de son abolition au regard du Koran, de la Sharia et des Hadiths, et cinq chapitres d’études de terrain faisant le point sur la situation en Tunisie, en Arabie saoudite, au Maroc, en Mauritanie et au Soudan, présentés comme éclairant la grande variété des situations, cultures, doctrines et traditions au sein de l’Islam.

2L’auteur rappelle brièvement les fondements de l’esclavage en pays musulman, avant d’étudier plus en profondeur la question de l’abrogation de cette institution dans les pays choisis. Il évoque d’abord les différences d’interprétation des textes sacrés, rappelle tel ou tel moment-clef de l’histoire et le rôle ambigu des puissances coloniales, qui préférèrent fermer les yeux, d’autant plus qu’elles bénéficiaient de la main-d’œuvre servile. Il démontre le lien entre esclavage, économie, religion et structure sociale, les contradictions du système et le fossé entre l’abolition théorique et la réalité sur le terrain, du fait des obstacles juridiques, soulignant le fait que « d’un point de vue musulman, l’abolition totale de l’esclavage n’est guère possible » (p. 14). Il souligne le rôle des dirigeants, sultans et jurisconsultes dans l’évolution sociale des esclaves vers l’affranchissement et l’accession au marché du travail, et les divers accommodements adoptés face aux pressions de la communauté internationale, tout en insistant sur le fait que pour ces sociétés, un esclave reste un esclave, marqué par le nom qu’il porte, comme le démontrent les pages consacrées à l’étude des noms serviles (p. 234-236). Il démontre également la centralité du concept de jihad dans la prolongation de l’esclavage, le rôle ingrat des réformateurs musulmans et des gouvernements pris entre « les idées politiques abolitionnistes européennes d’une part et les impératifs de la loi d’autre part » (p. 20), et, aujourd’hui, le rôle des ONG et de l’Islam fondamentaliste dans l’évolution de la situation. D’autres questions sont encore évoquées : celles des musulmans noirs, de l’exploitation des pèlerins noirs du Hadj et de l’affranchissement comme œuvre pie. Pourquoi l’esclavage reste-t-il cependant légal dans certains pays africains ? Selon l’auteur, parce qu’aucun modèle constitutionnel ne considère son interdiction, et que l’interprétation des textes sacrés conduit à le considérer comme licite.

3Les chapitres consacrés à des études de terrain offrent un panorama des pratiques, de la Tunisie, premier pays musulman à proclamer l’émancipation des esclaves en 1846, à la Mauritanie où quatre abolitions juridiques successives n’ont pas suffi à éradiquer l’esclavage, tandis que ce dernier ne disparaissait qu’en 1961 au Maroc. Le cas de l’Arabie saoudite, qui a vécu l’une des abolitions les plus tardives du 20e siècle – amorcée dès 1929 mais effective en 1962 seulement – est l’exemple d’une évolution sous la contrainte des instances internationales et pour des motifs religieux. Celui de la Mauritanie, où l’abolition, sans cesse proclamée, n’a jamais vraiment été effective, reste l’exemple unique d’un pays où l’esclavage reste un fait de société, conforté par l’érection de la Sharia en unique source de droit en 1980.

4Au Soudan, les années de guerre ont ravivé et exacerbé les anciennes pratiques, sous les yeux d’une communauté internationale toujours prête à évaluer ces violences à la lumière de son ignorance et de ses préjugés. L’auteur éclaire l’arrière-plan du conflit, « une histoire de la très longue durée » (p. 244), et souligne les problèmes engendrés par la dichotomie nord-sud et la présence de deux groupes de population fortement contrastés. Là comme ailleurs, la réflexion confirme l’immense difficulté à comprendre de l’extérieur les ressorts des guerres civiles et à en offrir une analyse objective. Le titre même du chapitre, « esclavage et imposture humanitaire », révèle le parti pris de l’auteur, confronté à des pratiques de rachat d’esclaves aux résultats contestables. Alors qu’il s’était défendu, en avant-propos, de toute intention partisane sur ce sujet sensible, et s’était plus d’une fois attaché à corriger au passage les fausses impressions diffusées par les médias, Botte semble, au dernier moment, perdre de son objectivité, et l’analyse est entachée d’une diatribe contre une ONG, d’autant plus regrettable qu’en l’absence de conclusion générale, elle laisse le lecteur sur une pénible impression d’inachevé. L’ouvrage se referme heureusement sur un remarquable lexique de l’esclavage dans le monde musulman de langue arabe, riche de près de 400 termes commentés et qui confirme l’importance historique et socio-économique de l’esclavage dans ces sociétés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Ugochukwu, « Botte Roger, 2010, Esclavages et abolitions en terre d’islam. Tunisie, Arabie saoudite, Maroc, Mauritanie, Soudan », Journal des africanistes, 81-1 | 2011, 185-186.

Référence électronique

Françoise Ugochukwu, « Botte Roger, 2010, Esclavages et abolitions en terre d’islam. Tunisie, Arabie saoudite, Maroc, Mauritanie, Soudan », Journal des africanistes [En ligne], 81-1 | 2011, mis en ligne le 08 janvier 2016, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3776

Haut de page

Auteur

Françoise Ugochukwu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org