Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Bellagamba Alice, 2008, L’Africa e la stregoneria. Saggio di antropologica storica

Roma-Bari, GLF-Ed. Laterza
Vittorio Morabito
p. 178-181
Référence(s) :

Bellagamba Alice, 2008, L’Africa e la stregoneria. Saggio di antropologica storica, Roma-Bari, GLF-Ed. Laterza, 218 p.

Texte intégral

1Quoique l’énoncé et le sous-titre, L’Afrique et la sorcellerie. Essai d’anthropologie historique, annoncent la matière traitée, le texte nous invite à une réflexion plus approfondie. En effet, après le constat, initial et répété, que des anthropologues et des historiens se sont épuisés à documenter sur l’Afrique une terminologie et des catégories de pensée nées en Occident, Alice Bellagamba évite de spécifier les différences entre sorcellerie, magie, occultisme, incantation, envoûtement, divinisation etc. L’anthropologie « a appris à vivre avec la confusion des vocables et la complexité des significations » en restant attachée aux situations concrètes.

2L’ouvrage est centré sur des situations magiques relatives à l’exercice du pouvoir, politique ou discrétionnaire. L’analyse analogique de faits communs à diverses aires géographiques reste limitée et souvent tient en de simples renvois bibliographiques. Les précisions apportées aux arguments traités sont nombreuses, mais parfois trop abstraites ou théoriques, surchargeant alors le texte. Chacun des cinq chapitres principaux analyse les faits de sorcellerie en un temps et lieu donnés avec des approches anthropologiques différentes à chaque chapitre.

  • 1 L’utilisation de publications en français, à côté d’une documentation à forte dominante anglo-saxon (...)
  • 2 Sans récrimination, précisons que si des études ethnologiques s’attachèrent à bâtir des « systèmes  (...)

3À partir des publications de Peter Hair, les témoignages des premiers missionnaires – Baltesar Barreira et Manuel Álvares, jésuites installés au Sierra Leone et au Cap- Vert de 1605 à 1617 – servent à analyser le jugement qu’ils portaient sur la société locale1. La recherche du mal semé par le diable dans les coutumes africaines, disent les missionnaires, fait naître une forme de littérature entrant dans la « bibliothèque coloniale », variante de « l’archéologie du savoir », où Bellagamba et d’autres chercheurs jettent nombre de travaux qu’ils associent à une conceptualisation occidentale ou colonialiste des sociétés africaines2. Des liens toutefois se dégagent. Le rituel de l’ordalie avec le poison « eau rouge », prouvant la culpabilité du criminel s’il mourait en la buvant, et le rituel de l’interrogation du cadavre, censé designer son assassin, montrent les rapports entre la diffusion de la sorcellerie et celle de l’esclavage : les familles des prétendus coupables étaient réduites en esclavage et leurs biens séquestrés ; en milieu de traite, l’individu soupçonné de sorcellerie est vendu, ainsi la sorcellerie est-elle propice à l’enrichissement et aux classes dirigeantes.

  • 3 La pratique médicale, l’enseignement universitaire et les publications du Docteur Olivier Chambon c (...)
  • 4 L’Afrique ne fut pas la seule à en souffrir ! En Occident, la sorcellerie fut reléguée aux classes (...)

4L’argument de la sorcellerie s’est toujours mal accommodé avec les études dites scientifiques, tant en anthropologie que dans les sciences « psy »3, et il a été incorporé à une logique européenne établie a priori qui, en Afrique, l’a relégué avec les diables4.

5Un autre aspect du « savoir colonial » est envisagé à propos des Balanta (Guinée-Bissau et Casamance), à travers divers épisodes de sorcellerie. En 1912, une ordalie par le poison tali tue par centaines des individus accusés de meurtres par les devins. Un fonctionnaire, le Docteur Maclaud, laisse un article et un rapport explicitant les événements. L’organisation de la société balanta repose, dit-il, sur le fait que la mort n’est pas un accident naturel mais provoqué, aussi faut-il se blanchir de toute accusation de sorcellerie par une ordalie. L’innocent est libéré par des vomissements ; « les mangeurs d’âmes » meurent. Stratégiquement, la sorcellerie balanta permet aux anciens le contrôle politique et moral des hommes, des jeunes, et du territoire face à la domination coloniale. D’autres épisodes, comme les tortures et le meurtre de Daru, nous amènent en Gambie en 1931, pendant l’application du droit coutumier. La sorcellerie devient maintenant un pouvoir colonial. Ce chapitre, fruit de la connaissance directe du terrain, adroitement construit, est aussi très bien documenté.

6Les premières études anthropologiques anglaises ne pouvaient manquer à cet ensemble. F. Melland, B. Malinowski et E. E. Evans-Pritchard rompent avec « la mentalité primitive » : les croyances magiques, pour eux, sont cohérentes avec l’organisation sociale. Evans-Pritchard trouva chez les Azande le ciment social dans la sorcellerie. Ses manifestations en Tanzanie sous formes d’ordalie mwavi ou de culte mchape ont été liées aux luttes politiques de l’Indépendance. Les campagnes contre la sorcellerie ont tendance à devenir outil et canalisation de la mobilisation du mécontentement vis-à-vis des carences du pouvoir étatique. Le programme de restructuration des villages et de développement du fonctionnariat rural vit s’accroître le pouvoir des devins dédiés à la magie destructive. Des enquêtes dans le plateau d’Iringa ont permis à l’auteur d’apprécier des nouvelles mesures. L’art traditionnel de soigner uganga wa kienyeji fut reconnu et renforcé, et il pallia ainsi les faiblesses du système médical et hospitalier : les « maladies de Dieu » furent soignées à l’hôpital et « les maladies des hommes », des forces humaines de sorcellerie, par les « docteurs waganga ».

  • 5 Pour Douala reste inoubliable l’image qu’en donnent les travaux et l’expérience d'Éric de Rosny, su (...)
  • 6 Pendant la lecture des pages relatives à la sorcellerie qui retient les immigrés, un ami, espérant (...)

7La modernité de la magie à la fin du siècle dernier s’est renforcée partout. L’auteur se sert le plus souvent des travaux de Peter Geschiere sur les Maka des provinces orientales du Camerounsociété essentiellement égalitaire et à structure villageoise – le « pays des cannibales » de l’administration coloniale devenu le « pays des djambe ». Le djambe est une force répandue partout, plutôt locale ou familiale, qui peut rassurer ou détruire son détenteur et abattre son adversaire. Pendant les années 1970, accusée de constituer un obstacle à la modernisation du pays entier, l’influence de la sorcellerie était considérable dans les principales villes5. À la fin des années 1970, les tribunaux ont été habilités à recevoir les accusations de sorcellerie ; ce qui a provoqué une propagation des soupçons et, pour se défendre, un accroissement des pratiques sorcellaires. L’émigration de Camerounais et Camerounaises dans les villes du pays, et ajoutons-nous en Europe, a provoqué un recours à la magie6.

8Les dirigeants africains ont subi soit les bienfaits de la sorcellerie en tant que force occulte qui les rend immortels ou superpuissants, soit ses méfaits lorsqu’elle assume la contestation des pratiques et des mentalités des gouvernements.

  • 7 Une seule fois est indiqué, en note (p. 81), ce qu’un épistémologue, John Skorupski, pense de la di (...)
  • 8 Une unique note (p. 109), placée sous l’égide des « cosmologies indigènes », indique des éléments c (...)

9La condamnation des positions de rhétorique coloniale, le livre auraient pu les évoquer une fois pour toutes, et ainsi laisser l’espace mental et matériel pour une réflexion et un débat plus approfondi qu’une énumération de faits et leurs conséquences politiques, même si ceux rapportés sont des pratiques intéressantes et significatives. Au lieu de mentionner les « cosmologies » sans les expliciter et en les rendant mystérieuses7, n’aurait-il pas mieux valu parler des « croyances religieuses »8 ? De cet ensemble, le rôle de la sorcellerie et de la magie en sort grandi.

Haut de page

Notes

1 L’utilisation de publications en français, à côté d’une documentation à forte dominante anglo-saxonne, aurait aidé à enrichir quelques conclusions ; par exemple, pour le jugement sévère de l’esclavage émis par Manuel Álvares (mentionné sans prénom et l’on confondra avec le jésuite homonyme d’Ethiopie), les travaux de Nize Isabel de Morães, À la découverte de la Petite Côte au XVIIe. Sénégal et Gambie, Dakar, IFAN Cheikh Anta Diop, 1995 et Joseph-Roger de Benoist, Histoire de l’Eglise catholique au Sénégal. Du milieu du XVe siècle à l’aube du troisième millénaire, Dakar - Paris, Clairafrique - Karthala, 2008.

2 Sans récrimination, précisons que si des études ethnologiques s’attachèrent à bâtir des « systèmes » en classant dans une logique européenneunificatrice et réductrice – des connaissances complexes des sociétés africaines, souvent elles furent dictées par des nécessités didactiques et de compréhension des abondantes informations venues d’Afrique.

3 La pratique médicale, l’enseignement universitaire et les publications du Docteur Olivier Chambon cherchent à concilier les pratiques dites « chamaniques » aux pratiques cliniques dans le contexte culturel occidental d’aujourd’hui. Un autre groupe d’ethnopsychiatre complète les recherches de l’école d’anthropologie et de psychologie de Dakar fondée par Henri Collomb et continuée par Edmond Ortigues, András Zemplini, R.G. Ahyi et d’autres. Leurs procédés intègrent les recherches anthropologiques sur la magie ou « chamanisme ».

4 L’Afrique ne fut pas la seule à en souffrir ! En Occident, la sorcellerie fut reléguée aux classes inférieures de la société ; on en fit du folklore et des traditions populaires « primitives ». Qu’on se rappelle des fines perceptions d’Antonio Gramsci dans ses Cahiers en faveur du folklore et du « savoir » ou « de la morale » populaires, cf. A.M. Cirese, « Gramsci’s Observations on Folklore » in Approches to Gramsci, dir. A. Showstack Sassoon, Londres, Writers & Readers, 1982, p. 214-216; S. Pieroni, « Antonio Gramsci e il folclore ». in Autrocom, v, I, 2, 2005, p. 185-190. À voir les études, congrès et enseignements des « traditions populaires » et aussi le feu Musée National des Arts et Traditions Populaires de G.H. Rivière. Mais sommes-nous si sûrs que ce « feu » musée n’ait pas réapparu non loin de là, sans nom et sous le symbole de la modernité architecturale ?

5 Pour Douala reste inoubliable l’image qu’en donnent les travaux et l’expérience d'Éric de Rosny, surtout Les yeux de ma chèvre. Les maîtres de la nuit en pays douala (Cameroun), Paris, Plon, 1981. Le seul ouvrage L’Afrique des guérisons de 1992 est cité indirectement. En les suivant, l’exposé aurait pu s’enrichir d’une vision bienveillante de la vie sociale à travers les formes organisées et initiatiques de la sorcellerie citadine.

6 Pendant la lecture des pages relatives à la sorcellerie qui retient les immigrés, un ami, espérant trouver des éclaircissements, nous a demandé ce qu’il peut répondre à l’accusation d’une dame camerounaise, son aide familiale, de l’avoir envoûtée pour la faire travailler alors qu’elle doit envoyer de l’argent à sa famille probablement à cause d’un autre envoûtement là- bas au pays ; peut-être qu’elle voudrait l’impossible : être libre d’agir à son propre profit en se libérant de la double sorcellerie. Un cas où la sorcellerie est une méthode pour détourner la violence de soi-même.

7 Une seule fois est indiqué, en note (p. 81), ce qu’un épistémologue, John Skorupski, pense de la distinction de George Frazer entre la magie et la religion.

8 Une unique note (p. 109), placée sous l’égide des « cosmologies indigènes », indique des éléments composant la religiosité des populations tanzaniennes et brièvement les ancêtres et l’usage de médecines. Certaines formes de magie et de sorcellerie appellent le monde de l’au-delà, visité également par les croyances religieuses ; celles-ci auraient approfondi et varié l’analyse des traces de cet invisible magique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vittorio Morabito, « Bellagamba Alice, 2008, L’Africa e la stregoneria. Saggio di antropologica storica », Journal des africanistes, 81-1 | 2011, 178-181.

Référence électronique

Vittorio Morabito, « Bellagamba Alice, 2008, L’Africa e la stregoneria. Saggio di antropologica storica », Journal des africanistes [En ligne], 81-1 | 2011, mis en ligne le 08 janvier 2016, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/3770

Haut de page

Auteur

Vittorio Morabito

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org