Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

SEWANE, Dominique, La Nuit des Grands Morts. L’initiée et l’épouse chez les Tamberma du Togo

Préface de Jean Malaurie, ill., bibl., Paris, Economica, collection « Afrique Cultures », 2002, 272 pages
Suzanne Lallemand
p. 527-529

Texte intégral

1Dans le cycle de vie féminin tamberma1, deux moments ont été retenus par Dominique Sewane : celui par lequel l’individu est socialement autorisé à passer du statut d’enfant à celui de fille sexuée et féconde – le rite initiatique, le rite pubertaire. Et celui, ultérieur, où elle prend mari ou en est prise – l’alliance matrimoniale. Moments électifs pour l’ethnologue, qui sait décoder, dans les différentes séquences des rituels, les significations attribuées aux institutions locales par ceux qui choisissent de les perpétuer, ainsi que le poids d’adhésion, d’affirmation identitaire impliqué lors de l’enquête.

2Le rite pubertaire d’abord : il n’a jamais été facile d’en être le témoin, lorsqu’on n’est ni tante paternelle ni adolescente. Maintenant, c’est bien pis : le rite rétrécit à vive allure, il tend à devenir squelettique en temps et en contenu. Au mieux, il change de sens et se trouve des objectifs nouveaux : l’affirmation d’une entité régionale face à l’idéal hégémonique de l’Etat, la reconnaissance en termes de symbolique religieuse (mais d’une religion en péril de discrédit) ou la carence de l’accompagnement collectif d’une maturation physique et psychique que l’éducation scolaire ou professionnelle ne prétend pas assurer. De conformiste, il tend à apparaître comme provocateur, mais les conditions traditionnelles de mise en place varient peu. Aucun touriste ne peut se targuer de restituer, comme dans ces pages, les trois jours de réclusion des jeunes filles tamberma. Leur mise à mort symbolique et leur résurrection, nécessaires au déroulement de ce type de rituel, ne constituent pas encore un spectacle. À ce sujet, deux observations : les étranges catalepsies des adolescentes, leur baisse de température par laquelle elles manifestent un contact avec l’univers de leurs défunts est fort rare en Afrique de l’ouest ; habituellement, c’est plutôt par un excès de dynamique gestuelle inséré dans une chorégraphie – les danses de possession – que cette vaste région exprime la soudaine et brutale connivence avec l’au-delà ; donc, rendons hommage à cette originalité, cultuelle et culturelle. Les formes de ces morts et résurrections initiatiques seront d’ailleurs réutilisées ultérieurement dans la vie religieuse des femmes tamberma.

3L’autre remarque touche au statut des deux sexes. Des ethnologues et des psychanalystes ont constaté que, vis-à-vis des rites pubertaires pratiqués sur plusieurs continents, les garçons et les filles ne se situaient pas en position de symétrie. Disons que les filles, selon eux, ne disposeraient que d’un écho didactique et cérémoniel atténué de cette étape importante du cycle de vie par rapport à leurs compagnons ; ce qui contribuerait à faire d’elles des membres de seconde zone de leurs sociétés, ou du moins, signerait une certaine indifférence sociale à leur sujet. Or, chez les Tamberma (ou Batammariba), Dominique Sewane constate que ce sont les filles qui, sur le plan de l’ordonnancement diachronique des cérémonies touchant tous les adolescents, sont initiées les premières. Et que les contenus de leurs rituels n’ont guère l’allure de résidus par rapport aux phases masculines, puisque les unes et les autres sont affrontés à des épreuves et vivent des épisodes entièrement différents.

4Non, les jeunes filles tamberma ne sont pas membres de seconde zone de leur propre société. En témoigne la seconde partie de l’ouvrage sur le mariage et ses à-côtés, ceux-ci surtout. Avec humour, l’auteur nous décrit la situation pathétique du célibataire dont la maison a toujours “ quelque chose d’étriqué, d’un peu hirsute ”, et se fait le porte-voix, légèrement hypocrite, des déplorations masculines face à l’infidélité de leurs femmes adultères. Jusque dans les recoins de la maison de l’époux, il leur arrive parfois d’avoir plusieurs amants en même temps. Comble de trahison, elle prennent la fuite lorsque leurs maris, devant un bon repas, s’imaginent posséder une cuisinière attentionnée. Et si les mariages par échange différé (d’un garçon avec la fille de la tante paternelle) ont la faveur des patriarches, les jeunes courageux leur préfèrent ceux du rapt organisé avec l’active complicité de la fille. Quoi qu’il en soit, le rite matrimonial s’avère être aussi un processus codifié d’enlèvement, le groupe du mari cherchant à emmener la promise et les gens de la famille de la femme s’interposant, soit par la force, soit par des demandes d’argent. Mais si ce schéma se retrouve chez de multiples sociétés traditionnelles, la teneur du rôle principal féminin en est ici différente. La mariée, traditionnellement hurlante chez les Kotokoli du voisinage, se montre d’une tristesse plus sobre chez les Mossi du Burkina Faso. Or, comment se comporte la femme enlevée-emmenée légitimement chez les Tamberma ? Juchée sur les épaules des gens du mari, elle agite son fouet au-dessus des montures humaines. De même que dans les parties visibles des danses d’initiation, c’est une jeune guerrière qui apparaît, et non une captive défaite.

5Ne parlons pas de la morgue de la fillette de six ans sollicitée matrimonialement par un patriarche (pour son petit-fils). Certes, nous sommes dans un monde de donneurs et de preneurs de femmes, mais contrairement au modèle batak indonésien, où l’épouse fait corps avec son mari, l’humble “ receveur d’épouse ”, ici, même la fillette s’identifie non à la “ donnée ” mais aux donateurs, objets, comme on sait, d’une reconnaissance infinie. Par ailleurs, il arrive souvent, raconte Dominique Sewane, qu’une très jeune fille choisisse un homme qui lui plaise en vue du mariage. L’entourage respecte sa décision. Cet ensemble de comportements ne suggère certes pas une dominance féminine de la société, mais montre que la part féminine ré-élabore et façonne par le biais de l’infraction conjugale, comme par celle des choix impliqués dans la normalité, le style de comportement le plus prisé des Tamberma (ou Batammariba) : celui qui marque la distance de l’individu par rapport aux normes collectives et son indépendance en tant que sujet social.

6Un mot aussi pour souligner le caractère exceptionnel du livre. L’auteur a été longtemps l’hôte des Batammariba et a entretenu des relations particulièrement chaleureuses avec plusieurs familles. L’implication personnelle, le sens du détail menu mais signifiant, donnent du prix à ce témoignage d’ethnologue. La sensibilité de Dominique Sewane, très à fleur de texte dans ses interprétations d’autant plus riches que l’hésitation, l’incertitude n'en sont pas absentes, s’y associe à une grande qualité d’écriture.

Haut de page

Notes

1 “ Tamberma ” est le nom attribué par l’administration coloniale aux Batammariba du Togo, qui s’est ensuite officialisé.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Suzanne Lallemand, « SEWANE, Dominique, La Nuit des Grands Morts. L’initiée et l’épouse chez les Tamberma du Togo », Journal des africanistes, 74-1/2 | 2004, 527-529.

Référence électronique

Suzanne Lallemand, « SEWANE, Dominique, La Nuit des Grands Morts. L’initiée et l’épouse chez les Tamberma du Togo », Journal des africanistes [En ligne], 74-1/2 | 2004, mis en ligne le 04 avril 2007, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://africanistes.revues.org/377

Haut de page

Auteur

Suzanne Lallemand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • Revues.org